"Sous la tente" de Sunny War Cloud,

 

 

Chronique #111 (30 juillet 2010)

 

Bonjour chers amateurs de lutte,
 

        Il me semble que ça fait un bout que je ne vous ai pas parlé, mais bon j'avais pas grand-chose à dire voir quelque chose de positif dans la lutte, mais là encore, faible d'actualités, j'ai faim de discuter avec vous et je vous sais tout oreilles à mes dires donc pour une 111ième fois, je vous invite « sous la tente »  tout en sachant que je serai « sold out »  tout en rajoutant une couple de cents personnes de plus, ce qui est à la mode au Québec dans nos salles (j'y reviendrai plus tard).

 

 

        Bon ben pour commencer ici à Québec avant de vous parler de lutte, je veux vous dire ce que je pense du nouvel amphithéatre que nous entendons tant parlé et du possible retour des Nordiques.

 

        Ma perception est que rien n'arrivera. Ici au Québec et à Québec, tout le monde parle, parle et parle et personne ne fait rien. Y a pas personne qui a sorti une piastre de ses poches encore; la première pelletée de terre n'a pas été faite et même que l'emplacement certain est encore en tutelle.

 

        Nous sommes dans une province de BS.

 

        Le privé attends après les Gouvernements et ceux-ci parlent et ne sortent pas d'argent ; d'ailleurs tout est à refaire en passant par la santé, l'éducation, le transport, la justice, y a plus rien qui marche.

 

        Qui peut me dire QUAND et QUELLE équipe de la LNH déménagera à Québec et QUAND le nouveau Colisée sera debout prêt à accueillir les spectateurs ?  Personne. Notre histoire ressemble à la lutte.

 

        Vous savez et vous en avez entendu des tas de promesses eh bien ici à Québec notre histoire en est rendu en vaudeville semblable à la lutte.

 

        Il y a plein de villes Américaines qui sont plus petites que Québec et qui ont du hockey de la LNH ou du baseball et du football des ligues majeures; Milwaukee, Cincinnati, Cleveland, San Francisco, Pittsburgh, Oakland, Kansas City, toutes des villes qui n'ont pas 600,000 habitants mais là vous me parlerez de TV et tout mais bon, arrêtons de dire que nous sommes pauvres et bougeons.

 

        Je ne suis pas un économiste loin de là mais il me semble que si les Gouvernements mettraient l'argent sur la table, ils en récolteraient ensuite 50% en impôt sur les salaires pour la main-d'oeuvre et un 15% pour la TPS et TVQ donc il reste un 35% à défrayer mais qui rapporterait combien en $$$ et en emplois directes ?

 

        Au lieu de subventionner tout ce qui bouge et tout l'argent mis dans le 400ième, nous l'aurions notre amphithéatre et notre équipe ; là le Maire Labeaume attends après Pierre Karl Péladeau qui lui parle à Jean Charest qui lui veut faufiler le tout au Ministre Harper qui lui nous envoie Josée Verner nous dire qu'elle ne sait rien et puis le duo Jacques Tanguay - Patrick Roy qui regarde la chose d'un oeil attentif.

 

        On fait des réunions, des caucus, des voyages pour voir le Commissaire Bettman ensuite on retourne déjeuner, on dîne, on soupe, on jase encore, on revient, on rejase mais y a encore rien en cette date d'aujourd'hui. Pour des Festivals d'été et pour remplir les Plaines avec des bons groupes, ça on l'a mais ça s'arrête après deux semaines et nous retombons petits.

 

        Le seul qui pourrait tous leurs fermer la gueule et acheter tout ça sans difficultés, c'est Guy Laliberté mais ça lui tente pas. Voilà.

 

        Juste à regarder dans nos rues à Québec si seulement les policiers seraient plus vaillants à pogner tous les cellulaires au volant et les flots à calottes dans leurs Honda qui coursent dans nos rues, juste cet argent pour une seule année amené au Maire Labeaume, paierait largement les fondations du Colisée.

 

 

 

        Un autre endroit et celui-là je ne voulais pas l'oublier; les fameux Centres Communautaires qui siphonnent les villes et Gouvernements.

 

        Là j'ai un exemple concret à vous citer avec témoin en plus.

 

        Le Centre Mgr Marcoux de Québec soit une des plus belles salles pour la lutte qui sans jamais vouloir l'oublier, a été la vraie ceinture ou trophée de la CCW.

 

        Trois semaines avant mon fameux combat contre Kevin Steen en Janvier dernier, je me suis rendu au Centre Marcoux après 6 ans sans y avoir mis les pieds; oui j'y suis allé en compagnie de Steve Boutet, proprio de la NSPW afin de faire une entrevue pour enfin répondre à Kevin Steen dans le même endroit que son entrevue de 2004.

 

        Avouez que dans le même décor, au même emplacement 6 ans plus tard, la nostalgie me montait au nez (l'entrevue que j'ai fait sur les légumes et les protéines).

 

        Donc arrivé sur les lieux, j'ai bien vu que de nombreuses rénovations à l'avant avaient été faites de même que du tout nouveau personnel (ça change aux 5 mois avec aucune sécurité d'emploi). Je demande la directrice et de là elle apparaît dans le cadre de porte (ça faisait 6 ans que je ne l'avais pas vue mais ça lookait comme 15). «  Bonjour Marie-Claude, as-tu un petit 10 minutes ? »

 

        « Ça besoin de pas être long, viens dans mon bureau ».

 

        « Bon bien je suis toujours lutteur en plus de bien gagner ma vie ailleurs et j'aurais besoin de la cuisine (notre ancien vestiaire) pour faire une entrevue pour un gros show présenté au Centre Horizon et juste un 15 minutes et là l'importance c'est parce que l'entrevue de mon adversaire avait été faite à cet endroit en 2004 ». (pendant que je parlais, elle regardait Steve Boutet comme un vulgaire insecte sans le connaître pourtant ça aurait pu être Ricky Martel avec ses 10 blocs appartements à mes côtés).

 

        « Regarde Robert c'est NON, la lutte m'a donné tellement de problèmes et tu m'as fait perdre pleins de subventions ».

 

        « Oui mais Marie- Claude je ne veux pas l'aumône, je veux te louer la cuisine pour 15 minutes » et pour cet entrevue tellement je la prenait à coeur j'avais $100.00 dans les mains.

 

        « Non je ne veux rien savoir et quitte mon bureau j'ai d'autres choses à faire » .

 

        J'ai pris un énorme pas de recul et j'ai fermé mon esti de gueule, chose qui n'est pas dans mes habitudes et j'ai refoulé en dedans de moi avant d'exploser dehors et pendant une grosse semaine.

 

        Je vais vous dire quelque chose, une subvention c'est une aide de dernier recours comme le BS. Si habituellement le Centre Marcoux recevait $100,000.00 de subvention par année et que moi la CCW lui donnait $25,000.00 de loyer par année, eh bien c'était déductible donc ça tombait à $75,000.00 au lieu de $100,000.00.

 

        C'est comme ça que c'est supposé marcher. Là Madame roule avec le moins d'employés possible car c'est JAMAIS loué de par sa faute et reçoit le top de subventions. Vous comprenez j'espère.

 

        Donc moi à tous les ans parce que je cumule deux emplois pour vivre convenablement, je suis obligé tout comme vous qui travailler de faire un chèque au Fédéral, un autre à M.Charest et un autre au Maire pour mes taxes et impôts car j'ai une propriété à Québec donc elle vit avec mon argent donc j'ai des droits et je vous jure que je n'en resterai pas là .

 

 

 

        La TUW de Thetford- Mines perdrait leur salle également selon ce que j'ai su et ce de la faute d'un anonyme haut placé de cette ville qui n'aime pas la lutte pourtant si il y a une fédération qui respecte le bien des autres s'en est une.

 

        La R2W avait subi le même sort soit à Lévis il y a 4 ans. La salle était encore plus propre après la lutte vers minuit qu'à l'arrivée dans l'après-midi. Bien qu'avec des défauts, la famille Drapeau sont des payeurs d'impôts et de taxes municipales en plus d'être des personnes hautement responsables mais encore là, une tête dirigeante qui vit avec l'argent des autres les a foutu dehors ainsi de suite.

 

        Excusez-moi mais j'appelle ça des voleurs tout comme Vincent Lacroix soit du monde qui vivent avec l'argent du peuple et qui bloquent l'accès à différents projets dont eux n'aiment pas. Les Centres Communautaires et gymnases d'écoles appartiennent à tout le monde. On payent assez cher pour les entretenir, il faut toujours moins que ça soit rentable.

 

        Mon rêve est juste d'en confronter une de ces personnes là autour d'une table dans un endroit neutre, juste de voir comment il gagnerait sa vie si leurs postes seraient abolis. Grrr.

 

 

 

        Bon comme je disais tantôt la nouvelle mode de la lutte au Québec est au gonflage d'assistance ou bien si j'ai tort la lutte est en santé. La CRW aurait attiré 283 payants l'autre jour d'après le proprio, le site de Jacques Rougeau montre que tous ses shows indiquent « complet ». L'aréna de Trois- Rivières « complet » c'est du monde ça et les autres ???  Complet ça veut dire plein au bouchon, plus un siège de libres, plus une place debout. Ouf c'est du monde çà en maudit. Si c'est vrai je m'agenouille encore une fois devant Jacques ( Y en a tu qui ont des nouvelles ?).

 

        Et à la R2W à « Bootcamp » 350 ce qu'un lutteur sur la carte m'a conté :  « Heille mon Sunny y avait au moins 350 personnes, c'était plein partout ». Après avoir déjà vu cette salle en 2003 et de l'avoir mesuré avec un gallon au plancher je lui ai dit :  « Écoute mon Luc ( nom fictif), ont -t-ils installés des mezzanines ? Où veut-tu rentrer 350 personnes là-dedans ? »

 

        « Je te le dis mon Sunny, Réjean est venu chercher toutes nos chaises en arrière et on se changeaient presque assis par terre ».

 

        « Bon ben à 350 personnes si tu as été content, j'espère qu'ils t'ont au moins payé la pizza pour ton combat ».

 

        « Non j'y vais car c'est le fun ».

 

        « Criss t'es pas un élève de la R2W, ça fait 10 ans que tu luttes, vos dûs sont gagnés, faites-vous payer. Mes lutteurs invités à la CCW du temps qui n'avaient pas gravis chez moi avaient tous une enveloppe et n'avaient pas à démonter la salle ».

 

        Frenchy Martin m'avait déjà dit en 1984 : «  Si un jour tu as du bon booking, c'est parce que tu rapportes ($$$) au promoteur donc sers toi toujours du promoteur pour manger et non du promoteur pour t'exploiter et demande une avance à tous les soirs au cas où il fermerait boutique ».

 

        Là-dessus si la CRW a bien eu 283 payants, j'espère que Darkko avec ce qu'il représente sur la lutte québécoise, a été en mesure de donner un acompte sur son loyer.

 

        Si toutes ces Fédérations déclarent ces mêmes chiffres que je vois ici à la TPS , là je vous croirai .

 

 

 

        Vous savez je suis un grand fan des nouvelles et des appréciations de Patric Laprade sur son blog car je suis animé de sa passion autant des nouvelles Lutiennes. Moi aussi je reçois des nouvelles plus ou moins crédibles ou intéressantes à la fois mais sans vouloir déprécier la R2W de Québec , j'ai été informé que plusieurs personnes « levaient «  les feutres de là mais avant de vous énumérer mes potins , je veux vous dire qu'il est facile de parler ainsi car lorsqu'il n'y a pas de lutte c'est encore plus facile de dire qu'on veut plus lutter lorsqu'on sait très bien que la R2W est inopérante en été et sachez qu'ils font très bien dans leurs cas car l'été à part les spotshows, c'est l'été.

 

        Ben oui dans mes oreilles j'ai su que le booker Raid avait définitivement tiré sur la plogue. Un gros morceau je dirais mais on remplace le Pape donc pour avoir le booking, ça va faire la file. (Vous aurez juste à regarder qui sera sur le top et vous saurez qui a le crayon tout comme trouvez qui est le pusher dans un bar de danseuses, c'est celui où toutes les danseuses sont collés après).

 

        De plus M.No show ne lutterait plus. Dave Mendoza attendrait sa place en technique policière et serait tanné de lutter pour rien avec la peur d'être blessé. Simon Martel veut arrêter aussi. Pee Wee serait de moins en moins disponible car il a du booking extérieur (ROH). Suave serait déménagé à Moncton et puis Markos Estrada aurait eu un diplôme d'intervenant et la lutte serait mal vu à sa job donc se serait la fin . Deux autres membres réguliers se seraient informés à la NSPW combien ils auraient $$$ et quels seraient leurs bookings si il y aurait « move ».

 

        Voilà c'est mon contenu concernant le futur de la R2W.

 

        Maintenant je vais vous dire mon opinion et vous verrez qu'avec le temps, je frappe dans le mille. Lorsque la R2W se remettra en branle quelque part en septembre, tout ce beau monde passeront dans le confessionnal de Monseigneur Réjean Drapeau et de fiston comme servant de messe tout en s'expiant de tout péchés en demandant le pardon et la communion pour ravoir du booking en oubliant pas de dire qu'ils sont des fiers bénévoles tout en pissant sur la NSPW. C'est çà la lutte et c'est pareil à Montréal et là je parlais de Québec car j'y demeure.

 

        Inquiétez vous pas pour la R2W, ils sont solides et ÉTABLIS à la foi ; ils n'ont aucune dettes et ni un ni l'autre de cette famille n'a déjà touché un chèque de BS et puis des lutteurs ??  Y en a une trentaine partout en province qui sont prêt à venir lutter ici à Québec pour une couple de hot dogs ben secs même pas avec une bouteille d'eau avec.

 

        Moi aussi à 16 ans j'étais une pute de lutte qui vendait son cul pour rien mais dans mon temps si tu avais du coeur au ventre avec un certain talent, que tu te levais la matin pour aller courir et lever des poids, tu avais 10% des chances de gagner ta vie avec le ring tout en voyageant; aujourd'hui t'as même pas 1% de chance d'être sur le roster régulier des grandes ligues à moins de mesurer 7 pieds et de connaître quelqu'un.

 

 

 

        Avez-vous écouté l’entrevue que Raymond Rougeau a fait sur info-lutte ? J’ai adoré et je sentais Raymond Rougeau pour l’avoir bien connu en un homme heureux, détendu, aucun stress pour qui la vie est un plaisir de chaque instant. Ce que j’ai aimé, c’est qu’il a dit à maintes reprises qu’il a été un gars choyé par la vie, chanceux; oui chanceux mais il a travaillé sa chance, il a fait fructifié son talent, bref il a écouté.

 

        Comme il a dit dans son récit, c’est qu’à 17 ans il avait déjà une couple de terrains et un bloc appartement. Je me souviens qu’à ses 16 ans, Raymond Rougeau poussait 300 livres sur le bench press pour 6 répétitions. Il était fort, rapide, agile et talentueux.

 

        En plus de porter le nom de Rougeau, il a écouté son père et son oncle car il a encore la première piastre qu’il a fait. Pour avoir un peu voyager avec lui, je peux vous dire qu’il était très économe et oui il a dit qu’il n’a jamais fumé, jamais pris un coup, qu’il ne sortait pas sur la route et tout çà c’est vrai mais lui, ne ressentait pas le besoin, le plaisir de sortir dans les bars après la lutte contrairement à plusieurs, moi le premier.

 

        À 34 ans, il a pris sa retraite ( forcé ?) et il a rajouté que depuis l’âge de 16 ans il s’était préparé à cette retraite.

 

        Sa plus belle phrase de son partage a été pour moi celle-ci : « Regardez ça c’est mon avion et demain matin au lever je peux me décider de partir pour le Grand Nord avec une tente et des provisions afin d’aller à la chasse et à la pêche sans savoir quand je reviendrai, c’est comme ça pour moi la vraie vie ». Criss que j’aime cette phrase.

 

        Plusieurs fois millionnaire, je me suis laissé dire que seulement à Rawdon, Raymond collectait 67 loyers à part de ce qu’il a à Montréal.

 

        Lui il aurait eu les moyens, la notoriété, la crédibilité de remettre sur ses rails la lutte au Québec mais de un, il est un homme d’affaires, un vrai et il a vu qu’avec la WWE dans les pattes et pleins de choses qu’il n’y a aucun moyen de rentabiliser la business.

 

        Jacques Rougeau en 1995 dans son plan de « relance de la lutte au Québec » auquel j’ai participé, a dilapidé le peu d’économie qu’il avait en deux mois pourtant son nom et son charisme était plus majestueux que Raymond et il a manqué d’argent. Il aurait eu $5 millions et ça aurait duré un an au lieu de deux mois. Voilà et c’était v’la 15 ans donc devinez aujourd’hui ce qui me porte à dire que les grands Sauveurs sur le net avec la station V et autres + plein de solutions sur le sujet déjà sorti, faites en votre deuil, la lutte est morte et archi-morte.

 

        Ça prend de l’argent pour se lancer en affaire et les hommes d’affaires et autant les Banques vous demanderont des plans d’affaire et deux questions vous serons posés, juste deux et répondez –moi : « Votre projet de relancer la lutte va rapporter combien ? ».

 

        « Et quand ça va rapporter ? ».

 

        Ça des gars comme Raymond Rougeau et Ricky Martel, deux millionnaires aguerris l’ont vite compris même si j’ai toujours cru que Raymond Rougeau n’était pas un vrai passionné, en tout cas comme son frère Jacques.

 

        Eh oui comme j’ai dit plus tôt, j’ai adoré l’entrevue de Raymond Rougeau avec toutes ses qualités mais voulant faire un « Columbo »  de moi, il y a une petite affaire qui ne colle pas ses dires. J’ai peut-être tort mais connaissant pas mal Raymond et la business, c’est que j’ai toujours cru que sa retraite précipitée qu’il a faite en a été une de non –préméditation. À moins que ma mémoire fasse défaut, un ou son dernier combat à la WWF aurait été au Forum de Montréal soit « The Rougeau Brothers vs The Bushwackers  et Raymond aurait fait « la job » clean au centre du ring pour Bush. Oui à Montréal en plus.

 

        C’est peut-être le meilleur exemple à donner au gars en question que ses services n’étaient plus requis.

 

        C’est peut-être le message que Vince Mc Mahon a passé à Raymond et que celui-ci en athlète fier et armé d’un certain égo « avec raison »  aurait vite compris le message et qu’il est plus facile à annoncer une retraite hâtive surtout lorsque ses goussets sont pleins.

 

        C’est justement là que ça ne colle pas.

 

        Lorsque Raymond dit que Vince lui offrait la lune; tu n’offres pas la lune à un gars que tu fais jobber chez lui contre un des Bushwackers. Oui je peux me tromper c’est que peut-être l’entente avait été pris auparavant soit que Raymond ait refusé « cette lune » et qu’en accord pour finir il aurait accepté de perdre devant Bush mais encore là pourquoi pas ailleurs ?

 

        Raymond Rougeau avec toutes ses qualités n’aurait jamais mérité un tel sort. De plus Raymond Rougeau aimait beaucoup faire de l’argent et croyez-moi c’était beaucoup plus payant dans ce temps qu’aujourd’hui donc à mon avis , Raymond aurait accepté « la lune »   pour « piler »   encore pendant une couple d autres années.

 

        Oui les longs voyages c’est éreintants et être éloigné de chez toi c’est très ordinaire mais quand l’argent coule à flots, ça rends le malheur beaucoup plus confortable, au fait tu oublie et guérit plus vite.

 

 

 

        Dans les dernières chroniques vous m’avez souvent entendu parler de Pee Wee et j’aime le dire un jeune qui a fait ses vrais premiers pas dans le ring de la CCW de Québec et qui a choisi de s’améliorer sur tous les aspects. Je n’ai eu que du bien pour lui dans ces dernières années et lorsque j’écris ici du positif de quelqu’un, c’est qu’il en vaut vraiment la peine.

 

        Aujourd’hui notre jeune lutteur de Québec  «  Yannick Tremblay »  est à la porte de la ROH, je veux dire celle d’en avant et plein d’autres endroits extérieurs le courtisent bref il semble que sa bonne humeur, son sourire, son talent développé, sa shape amélioré, ses nouveaux costumes enfin tout ce qui s’y rattache font mouche.

 

        Aussi il semble bien protégé par Kevin Steen et ça c’est encore des plus importants. Tout s’enligne pour que Pee Wee décroche un jour un poste dans cette fédération Américaine tant et aussi longtemps qu’il cherchera à s’améliorer encore et que le proprio, les bookers, les boys et le ring crew l’aimeront.

 

        En ce moment l’histoire de Pee Wee n’est pas de lutter à tous les jours contre des adversaires moyens ou moins bon que lui mais d’avoir des adversaires de qualité d’où il apprendra encore et encore quitte à lutter qu’aux deux semaines. Ce n’est plus un loisir ou une partie de fun pour lui; il vient comme exemple d’être repêcher par une ligue majeure tout comme un premier choix du Canadien qui ne prendra pas la chance d’aller faire du moto-cross cet été et risquer de se blesser.

 

        Donc là on ça chauffe, c’est que je trouve que Pee Wee a pris un risque énorme lors de « Bootcamp »  de la R2W le mois passé en haut d’un échelle dans un combat du même nom.

 

        Oui dans sa ville devant ses fans et en récolter la gloire que DJ .Sick  et Hell Storm ont eu au début des années 2000 c’était comme alléchant mais ces deux derniers n’étaient pas rendus aussi notable que Pee Wee même si ils étaient excellents.

 

        Au stade où notre espoir est rendu, j’aurais refusé une bourse de $500.00 (sans avoir à payer les échelles + 2 bouteilles d’eau) pour ce genre de combat à risque élevé. Rien n’est arrivé de majeure à part d’une excellente prestation contre Estrada mais si, et si ….  Je ne ferais même pas le tour de la rue avec mon auto si j’ai pas d’assurances donc si Pee Wee se blesse pour 6 mois ou un an parce qu’il est mal tombé d’en haut d’un échelle et que son « break » lui passe sous le nez ou que quelqu’un tout d’un coup prends sa place (timing de la lutte) parce qu’il est en béquilles, je suis pas certain « qu’en haut »  ils vont l’attendre; ils vont plutôt dire :  « C’était un cave » et je peux vous dire qu’un VRAI break n’arrive qu’une fois.

 

 

 

        J’ai eu la chance de participer au dernier gala de TOW au Centre Pierre-Charbonneau. Quel cadeau et quel privilège d’être et de lutter dans un endroit aussi majestueux à ce qui attrait à la lutte québécoise dans son état lamentable de 2010.

 

        En parcourant l’amphithéâtre de la rue Viau vers les 16 :00 et me plaçant en plein centre du ring, je me suis dit : « C’est dont ben beau ».  Il y avait du décor je vous dis semblable à un TV show des grandes ligues.

 

        Dans le lobby à 17 :30 à la table des autographes assis à côté de Gino Brito, j’y ai rencontré notre Big Show (Philippe Leclair) et je lui ai dit : « Salut Philippe, je suis nerveux car je ne me vois pas ici dans un tel gala à mon âge ».

 

        Philippe m’a répondu : « Comment ça, moi je te vois très bien ici ».

 

        Je veux dire qu’en toute fin de carrière, c’en fut tout un cadeau pour moi.

 

        Au fait la TOW m’ont contacté pour remplacer Pee Wee, ils m’ont demandé quelque chose, j’ai demandé à mon tour et tout a été accepté le même jour et je les en remercient beaucoup autant Patric Laprade, Marc Blondin, Jean- François Kelly et Sylvain Grenier pour cette belle et mémorable journée dans mon cas.

 

        Je veux également souligner l’excellent travail de Lufisto et Bertrand Hébert qui en ont sué un coup derrière scène.

 

        Oui une chose négative ce soir là; le ring. Ce ring c’est de la merde. Les câbles sont vraiment trop petits et trop molles car j’ai été incapable de monter sur la 3ième. C’était presque des lacets à chaussures. Aussi la toile aussitôt mouillé un peu devenait une patinoire. Si tout le monde aurait un ring comme la NCW, ça irait tellement bien.

 

 

 

        Pour continuer sur la TOW, là je veux parler du futur. Sans rien vouloir enlever à personne, je me demande qu’est ce que les dirigeants voient dans Carl Leduc ? Ceux qui l’ont côtoyés dernièrement me rechignent que Carl a changé, qu’il ne consomme plus, qu’il travaille à temps plein, que ses patrons sont contents de lui, qu’il a maintenant une petite famille. Bravo et je suis bien content pour lui et au milieu de la trentaine, c’était + que le temps qu’il se prenne en main et qu’il fasse des bons choix de vie mais, où je m’arrête c’est que Carl Leduc rendu à 35 ans avec presque 4 ans d’inactivités régulière dans le ring, fera quoi dans le ring à la TOW ?

 

        Là je ne parle pas du gym Extrême ou d’un vulgaire sous-sol d’église miteux, je parle d’un calibre élevé, celui d’un AAA, je parle du Centre Pierre Charbonneau, je parle de 1,000 personnes et + je parle de TOW 7 et davantage et contre Franky The Mobster version 2010, d’un Franky très avancé depuis le début des années 2000, je parle d’un Franky qui est juste à un coup de langue de la WWE avec le bras dans les airs.

 

        Oui vous me dites que Carl Leduc a changé dans la vie mais à ce que je sache y a pas trop fréquenté les gyms dans sa vie et jamais trop arpenté vos rues au jogging.

 

        Va-t-il avoir + de temps aujourd’hui avec une job et une famille rajouté au poids des années lorsque la forme physique lui a toujours été secondaire ?

 

        Je ne sais pas mais il faudrait qu’il lutte aussi devant public une dizaine de fois avant et qu’il consulte un préparateur physique avant d’être devant Franky The Mobster 2010 car sans çà drette comme il est présentement, le public à $25.00 du Centre Pierre Charbonneau lui feront savoir et Franky l’attendra debout au centre du ring après 3 minutes le temps qu’il reprenne son souffle dans ce ring de … 20 pieds.

 

 

 

        Bon ben j’en suis rendu aux Tomahawks et pour faire différent j’y vais en premier avec le citron.

 

        Là je décerne le Tomahawk CITRON aux lutteurs qui font des no shows sans raison ou avertir. Pour continuer je vais parler en TU et non en Vous car ça va « sonner » plus proche ou plus compréhensif.

 

        Écoute, le Bon Dieu t’as donné la chance de réaliser ton rêve soit de lutter; tu as eu la chance d’être en forme et non un infirme qui lui aurait voulu faire de la lutte; tu as aussi la chance d’être adulé du public, d’être vénéré par celui-ci, d’être applaudi, chose que dans ta vraie vie personnelle t’as jamais eu et encore mieux d’être pris en photo et de signer des autographes; ben oui en plus la lutte t’as donné la chance de te faire une et des blondes que tu piges dans la foule et dans le vestiaire parce qu’encore dans la vraie vie t’es pas armé pour « cruiser ».

 

        Quoi qu’il en soit, il faut toujours que tu te souviennes d’où tu viens, juste te souvenir de la première journée que tu t’es présenté à l’école de lutte et puis à un promoteur. Et si le promoteur t’as donné la chance de te produire ce qui a fait éclore ton talent, dis lui toujours Merci et si un jour il te donne une enveloppe, remercie le deux fois. Si après celui-ci parle pour toi à l’extérieur ou bien que quelqu’un de l’extérieur t’as remarqué et te fait venir chez lui avec une plus grosse enveloppe, donne toi triplement, soit poli, courtois et ait une bonne attitude combiné à un bon comportement.

 

        Si un jour t’es pas content de ton booking ou de ton enveloppe, affirme toi en personne, va vers tes besoins, discute honnêtement avec le promoteur en face (évite l’internet) à porte close.

 

        Si tu es en désaccord (c’est très possible), tu pourras partir librement la tête haute en ayant respecté tes engagements et apporter ton CV ailleurs si tu crois autrement.

 

        Si par contre ton cerveau est rendu un ballon de plage parce que tu es beau, que les tites filles te courent après, que tu as une ceinture ou trois, que t’es pas content du pay off qui t’attends ou du booking en tant que tel et que tu me crisses un no show sans avertir, je me chargerai personnellement de te remettre sur terre, de te remémorer d’où tu viens justement, de te préciser que je ne suis jamais allé te chercher à l’aéroport au contraire c’était devant un sous-sol d’église que tu étais et jamais je n’oublierai de te dire que tant que je te verrai pas sur ma 52 pouces dans mon salon, t’es pas une vedette, seulement quelqu’un qui pense l’être et si je veux aller plus loin je te dirais que tu es un trou de cul mais faut pas que le monde le savent .

 

 

 

Bon, pour le Tomahawk de carton.

 

        C’est quoi ça de la lutte gratis? Dans les derniers mois, j’ai vu que certaines fédérations annonçaient des galas sans prix d’entrée, des : « Venez assister à de la lutte GRATIS ». Pourquoi donnez-vous votre produit ?  C’est–tu parce que vous êtes pas bon ou pu bons ?  Si je place un set de cuisine ou un vieux divan au chemin c’est parce que je le donne, parce que c’est gratis, c’est parce qu’il est pu bon, parce que je n’en veux plus, parce que j’espère que quelqu’un le ramassera parce que justement personne ne l’achèterait, même pas pour $10.00, donc c’est gratis. Et puis vous, êtes–vous rendus des déchets, des moins que rien pour prendre des bumps devant une poignée de non–payants car c’est pas pour $8.00 ou $10.00 que le monde va s’empêcher de voir ce qu’ils veulent voir.

 

        Donnez 200 billets à n’importe qui dans la rue et vous n’aurez pas 10 personnes de votre retour. J’en ai déjà donné 431 à un Pay per View au Cinéma de Ste-Foy, banc par banc 10 minutes avant le début, tout ça habillé en Sunny War Cloud alors invité par Denis Gravel de Choi Radio X en été 2000, oui et c’étaient tous des amateurs de lutte et résultats, 29 billets me sont revenus.

 

        Écoutez, nous sommes une génération de consommateurs, de dépensiers et de plus le monde a de l’argent autant les BS que les salariés; les plus pauvres ont de l’argent pour s’acheter des cigarettes et en ont ou en trouvent pour aller vous applaudir. Le montant à la porte les importe peu, ils sont prêt à payer pour voir différents d’eux. Va faire un gala de lutte gratis à côté du Centre Bell le même soir que la WWE se produit et t’aura pas 20 personnes et Vince Mc Mahon aura 10,000 personnes à $50.00 du billet avec plein de pauvres au travers.

 

        Le hockey, le baseball, la boxe, c’est jamais gratis alors pourquoi la lutte ? Pourquoi vouloir avoir l’air plus pauvre que nous le sommes ?  Encore là même si c’est vrai que nous sommes pauvres et que nous avons que notre cul à nous, ça il faut pas que le public le savent parce qu’eux pensent que nous sommes plein mais s’ils savaient tout, y auraient pas un cave qui viendrait à la lutte, même gratis.

 

 

 

        Pour le Tomahawk d’argent, il va tout droit à l’émission de Jean-Charles Lajoie à CKAC, entrevue de lutte avec comme invité Marc Blondin, PCO, Paul et Carl Leduc.

 

        Bien calé dans mon fauteuil au sous-sol de ma maison, j’ai écouté passionnément mot à mot cet entrevue et j’ai adoré les explications de PCO face à l’horrible bourde qu’il a fait face à Kevin Nash (Diesel) , bourde qu’il regrette encore très amèrement car il n’aurait plus à aller travailler dans les bars pour survivre enfin les jeunes lutteurs devraient apprendre à écouter les plus vieux tant qu’aux expériences que ceux-ci ont vécu.

 

        Ensuite Paul Leduc pour qui aussi j’ai toujours aimé l’écouter car il était dans la génération avant mienne mais dans la prochaine chronique, j’élaborerai de fond en comble la phrase qu’il a dit au sujet de Dick Taylor : « Dick Taylor n’a jamais été autre chose qu’un jobber pour Ed Farath (The Original Sheik) à Détroit. Également je « dois »  un texte à Grominetto pour la CRW pour la prochaine chronique.

 

        Puis Carl Leduc pour son passage à la WWF. Où je ne mord pas c’est qu’il a dit que la WWF l’ont fait monter dans leur ring et puis l’ont mis « over » alors qu’il ne savait pas prendre une prise de lutte donc deux ou trois ans plus tôt en 1995, Carl Leduc était sur le roster régulier avec nous sur « la relance de la lutte au Québec » avec Jacques Rougeau, donc s’il ne savait pas lutter en 1997, qu’est ce qu’il faisait avec nous en 1995 ? Avait-il été imposé de force ? Pourquoi Jacques Rougeau l’a préféré à un autre ? Cependant pour la « protection » sur un territoire, oui Carl Leduc a raison car si tu ne passes pas, tu risque de faire du temps dûr si tu ne t’affirme pas. J’ai passé par là aussi au début.

 

        Pour Marc Blondin, il a des gros projets, il est ambitieux bref je ne pensais pas qu’il voulait aller si haut; je ne croyait pas qu’il avait pour but d’en faire son véritable gagne- pain. J’ai du mérite pour un gars comme lui qui travaille fort et qui bûche mais la « game » va être tough car de un il est deuxième derrière Jacques Rougeau; ce dernier a une longueur d’avance sur lui et ce n’est pas avec deux minutes sur la  lutte québécoise qu’on va se relever. Et la vraie TV, c’est TVA et eux ne sont pas intéressé pas plus que RDS et laissez moi tranquille ave vos canaux communautaires, y a pas personne qui écoutent ça. Petit canal = petite TV. Gros canal = grosse TV.

 

        Et pour les spotshows TOW, bonne chance mais  t’as besoin Marc d’avoir la main douce sur le crayon car ça veut pu payer; le monde ne croit plus. Juste dans la Beauce, ils ont donné $25,000.00 à Marie – Chantale Toupin pour 200 spectateurs et nous 625 personnes pour à peu près le 8ième du montant + une caisse d’eau. Les festivals à présent nous invitent à y aller avec la porte.

 

        Et puis Marc là je veux te le dire, la TOW est ce qu’il y a de mieux au Québec mais ce qui me choque c’est qu’à ton prochain TOW 7 le 24 septembre prochain, il va y avoir encore une tonne de fédérations qui vont rouler en même temps que toi, ce qui enlève des spectateurs alors pourquoi dans les deux minutes d’antenne réservé au Québec, ces fédérations qui te challenge ont t-ils droit à de la pub gratuite de votre part ? Et puis oui comme tu dis il ya une 50aine de fédérations, 47 de trop avec 80 % de lutteurs en qui Édouard Carpentier aurait indiqué la porte et le Gouvernement en sport et loisir ne s’en mêle pas et puis Jacques Rougeau était là avant toi et lui croit en lui tout comme les 50 autres qui croient avoir la solution dont plusieurs étaient là aussi avant le premier TOW et puis … ainsi va la lutte … et on baigne dans le ROUGE.  Bonne chance Marc et si tu as la solution et tu deviens trop gros, là c’est ton équipe avec qui tu t’es entouré qui voudras ta place et puis c’est encore d’la marde.

 

 

 

        Bon ben nous sommes rendus au Tomahawk d'or et je me le donne au complet. Pourquoi ! Pour ma carrière de lutteur. Ah oui en passant je vous annonce que le 9 octobre prochain au Centre Horizon de Québec pour la NSPW, je ferai mon dernier combat. Oui la retraite. Une VRAIE et je vous jure qu'il n'y aura pas de retour d'ailleurs vous m'avez toujours connu comme très sérieux à ce qui attrait à la lutte. Et pour être sûr à 100% de refuser toute offre, tout mon stock de lutte ira dans le container avant minuit le 9 octobre.

 

        Y en a qui ont pris des retraites non sérieuses pour attirer l'attention, d'autres parce qu'ils ont pognés une job de 4 à minuit, certains parce que leurs blondes (jalouses) ne voulaient plus sans oublier ceux qui n'avaient plus de booking. Les plus honnêtes n'avaient pas le choix cause de blessures. Dans mon cas je ne réunis aucune de ces raisons ; la seule et unique est que la mécanique ne suit plus.

 

        Je pensais et je voulais déjouer la nature mais bon j'en suis incapable et ça l'air que ça marche pas sinon Guy Lafleur et Wayne Gretzky joueraient encore au hockey. Lorsque j'étais jeune, les personnes de 40 ans me disaient : «  20 ans et 30 ans c'est pareil mais 40 c'est pas pareil ».

 

        Dans mon cas 20 ans, 30 ans et 40 c'était pareil et jusqu'à 50 ça allait encore à 80% mais après 50 soit depuis ma phlébite, j'ai perdu presque 50% de force au gym en passant de 3 plaques sur le bench à en bas de 2 pour 8 répétitions et là depuis un an, plus rien ne fonctionne du côté lutte Je trippe encore la journée d'un combat surtout hors de la ville, le voyage, les boys, les jokes et tout mais au son de la cloche, je deviens nerveux, je suis craintif enfin j'ai peur de mon corps et lorsque le compte de trois est fait je me dis : « Merci mon Dieu ça va bien ».  Je ne peux quand même pas étirer l'élastique jusqu'à 60 ans, à lutter dans des combats par équipe à 2 ou à 3. Le public paie et le promoteur paie pour voir Sunny War Cloud se battre en simple. Du temps de Lutte Internationale j'aurais refusé une baise avec deux femmes en même temps si j'aurais eu à choisir entre ce plaisir et celui que je vivais entre les deux sons de cloche.

 

        Au gym je suis encore très performant avec un petit Red Bull mais les charges sont toutes moins lourdes donc avant je pouvais donner sans énorme difficulté un bodyslam à un gars comme Onyx mais aujourd'hui, un gros NON.

 

        Et puis je faisais toujours du jogging rapide et des squats mais là mon genoux gauche avait quelque chose enfin j'ai passé une résonnance magnétique et le spécialiste m'a dit qu'il n'y avait pas matière à opération, que c'était de l'usure normale mais si continuais à courir et faire des squats, j'aurais besoin d'un canne pour marcher à 65 ans donc ... ouf.

 

        Je me retire donc satisfait du devoir accompli, satisfait de m'avoir rendu aussi loin avec le peu de moyen que j'avais car je n'étais pas un super talent, j'étais campé à Jonquière avec pas un mot d'anglais, aucune parenté proche dans le milieu à 203 livres mais j'avais le coeur gros comme un éléphant; j'avais du chien, de la volonté, de l'écoute et de la détermination bref je voulais et j'ai accepté de me faire dire par Édouard Carpentier que sans un « gimmick », je ne ferais pas une cenne. À sa suggestion, j'ai investi $2,000.00 en 1984 pour du stock d'indien ce qui a fait que les promoteurs l'ont vus et j'ai eu du travail, travail que j'ai adoré; côtoyé les grands de ce sport, voyager avec eux, tripper avec eux, voir différentes villes, différents pays et province, une partie du monde, de l'argent dans les poches, changer de femmes presqu'à tous les soirs, prendre pleins de photos, d'autographes, s'entraîner dans les plus beaux gyms, que voulez vous de plus ?

 

        Gino Brito me l'a encore dit à TOW 6 qu'il avait fait une belle vie; Eddy Creatchman m'a déjà conté la même chose mais moi Robert Rancourt à 15 ans à Jonquière, je savais que j'irais en haut; je ne pouvais passer à côté car j'aimais ça + que tout le monde d'ailleurs je ne vous conte que 20% du désir qui m'habitait.

 

        J'aurais aimé être Hulk Hogan, Dino Bravo, Édouard Carpentier, Chief Jay Strongbow, mais bon j'ai été Sunny War Cloud et ça fait l'affaire.

 

        La lutte m'a fait connaître ce qu'était vraiment l'être humain autant à l'interne qu'à l'externe; des gens généreux au travers la pire rapace. Des gens qui me sont chers en quoi jamais je n'oublierai la chaleur de leur coeur et à l'extrême d'autres pour qui je me réjouierais de leurs malheurs; excusez moi mais à quelque part j'ai eu mal car on m'a fait du mal car n'oubliez jamais que malgré tous les plaisirs que je vous ai conté plus haut, il y a beaucoup plus de mauvais passages que de bons surtout lorsque le promoteur dit au booker que Sunny va « over ».

 

 

        Du premier combat que j'ai fait soit le 27 septembre 1970 jusqu'au 9 0ctobre 2010 (40ans) j'ai connu des milliers de gens, des centaines de lutteurs mais après toutes ces années, je n'ai trouvé qu'un seul ami et c'est Brick Crawford qui lui s'est retiré il y a deux ans car lui aussi a trouvé que la mécanique n'était plus pareil combiné au désir.

 

        Avec lui j’étais certain de ne pas me faire « baiser » sur le booking; la chimie était parfaite dans le ring et en dehors de celui-ci si à  2:00 du matin j’avais mal au dos, il me frictionnait avec de l’antiphlogistine, si j’étais sans le sous, il m’allongeait un « brun » et il savait que j’allais lui remettre bref c’était réciproque dans tous les cas car lorsque tu es et vis sur la route dans le métier de lutteur, tu es sur un mode de survie.

 

        C’était le seul en quoi j’avais pas besoin de dormir avec mon argent en-dessous de mon oreiller ou aller me doucher et aller chier avec mon porte-monnaie, oui le seul. Non j’oubliais rajouter un peu aussi Louis « le fermier »  Laurence et Joe Lightfoot, des très bonnes personnes aussi. Tous les autres, c’étaient des boys, des chums, des connaissances qui tout d’un coup pouvaient se changer en putes.

 

        Par contre j’ai aimé et choisi cette vie ce qui a affecté beaucoup ma famille, mes enfants mais là je leurs appartiens; mes fins de semaine seront les leurs. Même à ma job actuel j’ai pris deux semaines de vacances aux Fêtes pour me rattraper.

 

        Tantôt je vous ai parlé de mon ami Brick Crawford mais mes trois principales conjointes que j’ai eu dans ma vie ont tout fait pour moi soit Jacinthe, Gaétane et aujourd’hui depuis 15 ans, Karen.

 

        Je veux vous aviser par contre que je garde mes spotshows et que je travaillerai à en avoir d’autres mais là je pourrai être sur le plancher à m’occuper du déroulement de la soirée sans avoir à lutter et vous verrez que je suis compétent.

 

        Je vous dis tout de suite que pour le rôle d’arbitre, de gérant, d’annonceur, de sonneur de cloche, oubliez ça pour moi.

 

        Booker pour une fed, non plus car souvent j’en mettrais la moitié dehors et la lutte étant une histoire de chums et de couchette, c’est le proprio qui décide.

 

        Pour assister à un show et payer mon entrée ? Très volontiers et je peux également faire un résumé honnête de ce que j’aurai vu.

 

        Faire de la sécurité sur un show ? Pour une fédération que j’affectionne et si j’ai rien à faire en famille, pour un petit $20.00 avec une bouteille d’eau je peux m’habiller en sécurité et vous aurez un des meilleurs, non pas une momie planté dans un coin qui « cruise » tout ce qui bouge et qui est toujours parti fumer dehors.

 

        Là-dessus je veux saluer spécialement tout le monde que j’ai côtoyé pendant toutes mes années de lutte (plusieurs sont décédés) et ceux avec qui j’ai le plus travaillés dans les 12 dernières années.

 

        Sachez que j’aurais très aimé aller faire un dernier combat à la JCW, un dernier à la NCW, un dernier à la ICW, un dernier à la FCL, un dernier à la TUW de même qu’à Drummondville mais bon il faut que ça finisse un jour.

 

 

 

        Pour terminer avant de vous laisser, j’espère que vous ne souffrez pas trop de la chaleur cet été, de cette humidité écrasante. Moi pas et étant un gars d’automne, je travaille à l’air climatisé, mon auto a l’air climatisé et ma maison a l’air climatisé au complet tout comme la niche de mes deux chiens Samoyèdes. Vous entrez chez-moi et c’est comme chez Jean Coutu et je me réveille le matin très bien reposé les mains toutes froides pendant que plusieurs personnes grognent car ils n’ont pas dormi de la nuit.

 

        Je vais vous confier un secret. J’ai à quelque part caché dans la terre à deux pieds du sol $1,000.00 qui est dans un sac de gros plastique étanche mêlé avec du riz. POURQUOI ?

 

        Si un jour je suis vieux, gros, pauvre et laid, pas de femmes avec moi, confiné à une modeste chambre avec personne qui vient me voir et que je n’ai qu’un petit chat pour me tenir compagnie , avec mon $1,000. je pourrai m’acheter un air climatisé pour bien dormir car nous passons le tiers de notre vie couché.

 

        Vous voyez, j’ai déjà un tiers de ma vie de vieillard de réglé.

 

            Bonne semaine,

            Sunny War Cloud

   

 

@ Tous droits réservés. Les chroniques de Sunny War Cloud ne peuvent être reproduites entièrement ou partiellement sans obtention de l'autorisation écrite de l'auteur.

 

Accueil - Nouvelles - Biographie - Galerie photo -

"Sous la tente" - Liens suggérés - @