"Sous la tente" de Sunny War Cloud,

 

 

Chronique #109 (27 novembre 2009)

 

Bonjour chers amateurs de lutte,
           

Déjà rendu aux portes de l'hiver, ça va vite, la vie roule à un train d'enfer, nous sommes presqu'en 2010. Le Gouvernement n'a plus d'argent et s'apprête à nous taxer encore plus; la dette s'accumule à $287.00 la seconde ou $17,220.00 la minute.

 

Les travailleurs "moyens" et "petits" pleurent mais, d'un autre côté, notre Gouvernement ne veut pas couper dans le gras. Les Centres d'achats sont archi pleins, les arénas au hockey sont presque remplis, y compris le Centre Bell avec ses 21,273 Marks, les restaurants aussi. Vendredi dernier (le 13), je suis allé au bureau des passeports et j'ai attendu 2 heures avant de passer ; il y avait + de monde là qu'au vaccin pour le AH1N1 et puis les restaurants, de 17:00 à 19:00 j'en ai fait cinq (Cage aux Sports de Beauport, Bâton Rouge, Casey de Place St- Foy, la Bête et le Cosmos; partout, c'était une heure d'attente et j'ai choisi le dernier qui en fin de compte m'a donné le "loisir" d'attendre debout 90 minutes. Aussi les bars, ben oui les bars, ma fille ne travaille que 8 heures par semaine et roule autant que moi pour 40 heures. J'ai travaillé sur la sécurité au show de Metallica au Colisée de Québec et pour les deux soirs, il y avait 34,000 personnes à $80.00 et $100.00 du billet.

 

50% du monde fument, prennent un coup solide et ont de l'argent pour s'acheter de la drogue. À vrai dire, le monde vivent comme des pachas. Les Québécois ne se privent de rien et tout comme notre Gouvernement, personne ne veut couper dans le gras, donc vivons avec nos conséquences.

 

Ah oui je ne vous laisserez pas dehors et venez encore une fois "sous la tente", je vais vous jaser un peu à la chaleur.

 

 

 

Le 1er octobre dernier, je suis allé au IGA tout près de chez-moi et en arrivant à la caisse, je vis un couple dans la quarantaine en avant de moi essayant de s'expliquer avec la caissière. Ça paraissait être des Hindoux et leur épicerie ressemblait en une mensuelle, mais là je tendis mon oreille pour aider la caissière qui ne semblait pas se faire comprendre. Voilà après 5 longues minutes et avec l'aide aussi de la gérante des caisses, nous avons compris que c'était pour une livraison à telle adresse, soit dans une tour de HLM tout près de là.

 

Donc vous avez déduit que le couple ne parlait ni français, ni anglais, qu'ils étaient sur le BS et qu'ils avaient droit à un loyer à prix modique ou bien gratuit. Qu'est ce que ça fait ici à Québec un couple de cet âge avec aucun moyen de communication ?  Quelle utilité ça peut me rapporter soit du monde qui ne parle pas la langue ? On a beau être une terre d'accueil ici au Québec mais là, avec une dette de $287.00 la seconde, je crois qu'il faudra penser à nous et tous, couper dans le gras.

 

Autre chose aussi dans la même lignée mais sans parler d'argent, j'étais au gym l'autre jour et à une couple de mètres de moi, un des entraîneurs privés du Gym, soit l'excellent Gabriel Hardy, entraînait rigoureusement Ryan Bourque, soit le jeune fils de Raymond Bourque, l'ancien défenseur étoile des Bruins de Boston. Ryan lui joue pour les Remparts de Québec, donc lorsque l'entraîneur lui donna une pause de 5 minutes, je m'approcha de lui pour lui poser une question et à ma grande surprise, il ne parlait pas un mot français, même pas bonjour. Au fait, je voulais lui demander son âge et lui dire qu'il ressemblait à son père comme deux gouttes d'eau.

 

J'ai tout fait ça en anglais, mais comment se peut t-il qu'un québécois même s’il a marié une anglophone, n'ait jamais enseigné le Français à ses enfants ? Émile Dupré et Léo Burke ont mariés des femmes anglophones et leurs enfants sont bilingues. J'ai bien de la misère avec ça.

 

En parlant de Léo Burke, Pat Laprade m'a dit qu'il avait son numéro de téléphone à Calgary d'où il a élu domicile en permanence et j'ai eu goût de lui parler pour prendre des nouvelles, car il avait pris soin de moi dans les Maritimes et ici au Québec lorsqu'il était booker.

 

Voilà il ne me reconnaissait pas. J'ai voyagé avec lui dans les Maritimes et au Québec, j'ai lutté en équipe avec lui, plusieurs fois contre lui, j'ai dormi chez lui dans son appartement à Montréal, il a fait de même chez-moi à Jonquière, il m'a fait sauvé des motels en Nouvelle-Écosse en m'amenant coucher chez des Marks (j'en reparlerai plus loin), au fait j'ai un bout de vie inoubliable à ses côtés et voilà, il avait l'air perdu ne me reconnaissant vraiment pas. Nous avons quand même échangé de part et d'autres et à la toute fin après une trentaine de minutes, il m'a dit: "Je pense savoir qui tu es". Le lendemain, j'appella mon ami Brick Crawford qui lui aussi resta estomaqué.

 

En effet, Pat Laprade lui avait causé pour s'alourdir de précieux renseignements sur sa vie de lutteur (Burke) concernant son livre et j'aurais eu l'air fou si des questions auraient été posés sur les liens qui me rapprochaient d'avec lui. J'espère que rendu dans la soixantaine, je garderai cette merveilleuse mémoire que je possède car je veux vous dire que j'étais comme amèrement déçu. Je garderai toujours un bon souvenir de Léo Burke, un gars entier, un vrai, un maître du timing et de la psychologie, un grand Kayfabe pour qui la "business" passait avant tout.

 

 

 

Pour revenir à notre lutte québécoise, je vous annonce que nous avons un "Vincent Lacroix" parmi nous. Je vous conte tout ça. Il y a un mois et quelques je reçois un appel à 23:00 d'un lutteur québécois poids lourds en fin de carrière; j'étais couché pour la nuit et entre deux ronflements, le téléphone sur ma table de nuit se fit entendre: "Allo".

    "Oui Sunny c'est ... Michel le vengeur (nom fictif), je te dérange-tu " ?

    "Non c'est beau je me réveille".

    "Heille Sunny, connais-tu ça le gérant Benie Young" ?

    "Oui je le connais c'est un pas bon, un grand manipulateur".

 

Pour tous ceux qui viennent d'arriver dans la lutte québécoise ou dans les 10 dernières années, ce "phénomène " vous est sûrement inconnu. Benie Young était un gérant de lutteur de Québec (1987 à 1994, d'où je me suis personnellement occupé de le sortir du domaine). Il a été le gérant des Prisonniers, de Jeff Jefferson et quelques autres du temps. Eddy Creathman était son idole. Dans la vraie vie à ce que je sache, il n'a jamais travaillé de sa vie à part se plaindre d'être un homme violenté et soutirer de l'argent à des personnes vulnérables. Il a déjà signé une page hebdomadaire dans un journal de vedettes, mais l'acteur René Caron l'a "flairé" et on s'est occupé de lui indiquer la porte. Tantôt, il a téléphoné à des commanditaires de lutte en empruntant la voix de Frenchy Martin toujours pour avoir de l'argent, tantôt en avocat, tantôt en psychologue en parlant avec des gens brisés et affaiblis moralement qui lui ont envoyé de l'argent pour des supposés "ouvertures de dossiers".

 

Sur le premier appel, il est vraiment fort croyez-moi tout en s'exprimant dans un français bien articulé, mais s’il parlementait avec un gars qui véhiculait un grand vécu, l'arnaque n'allait pas loin. Sans pitié et scrupule, il pouvait voler l'hostie dans la bouche d'un mourant. Plusieurs anciens lutteurs ont subi ses belles paroles en s'essuyant le visage avec une facture quelconque, même mon chum Taxman ici à Québec qui, pour ménager, peut diluer une bouteille de Windex trois fois après l'avoir acheté au marché aux puces, hé bien, ce dernier lui a acheté une grosse épicerie + un paquet de cigarettes.

 

C'est le genre de mec qui ne passe même pas en "protect" dans une prison.

 

Pour ma part, c'est un BS super intelligent qui est capable et a des aptitudes à travailler comme tout le monde, mais qui passe ses nuits sur internet. C'est pas un cave je vous dit, dans l'honnêteté ce gars avec les aptitudes de talent qu'il possédait auraient pu gagner sa vie honorablement au lieu d'empoisonner le système.

 

Bon en revenant à notre histoire du lutteur en question qui m'a réveillé, celui-ci me dit:

 

" T'es certain Sunny que c'est un crosseur ?".

   

            "Oui Michel et pourquoi ton appel à cet heure tardive"?

   

            "C'est parce que Benie Young m'a dit qu'il était présentement au Texas et qu'il était le gérant d'Abdullah The Butcher et que ce dernier luttait tous les soirs contre Hulk Hogan. Benie Young m'a dit qu'Abdullah avait un urgent besoin de lutteurs et qu'il avait pensé à moi,  mais il faudrait que je lui envoie tout de suite $300.00 pour qu'il m'obtienne ma carte verte et un autre $200.00 pour mon permis de travail pour l'état du Texas".

 

            "Michel c'est de la bullshit tout ça, embarque pas dans ça".

 

            "T'es sûr de ça Sunny car c'est un rêve pour moi, j'attends ce "break" depuis longtemps et tout d'un coup que je perds cette chance là".

 

            "Écoute Michel, tu me réveille pour me demander mon avis et j'ai pris le temps de t'écouter et du meilleur de mes connaissances, je te dis que c'est pas bon ça, donc fais ce que tu veux et dis à Benie Young que Sunny lui fait dire d'aller chier, bye".

 

Le lendemain, j'appella mon ami Brick Crawford pour lui conter çà et en pouffant de rire il me dit: "Ça se peut- tu".

 

Voulez-vous que je vous dise, je suis à peu près certain que ce lutteur là lui a envoyé l'argent et qu'il attend encore en sautant sur le facteur à tous les jours. Tiens, je viens d'apprendre qu'il aurait communiqué avec Nick Wallace aussi.

 

 

 

            Qu'arrive t-il avec la IWS ?

 

            Juste ma perception des choses va du côté de manque d'effectifs et de détermination qui a bifurqué, le feu sacré quoi. En y allant par problèmes de salles et tout je crois que Manny a tiré sur la plogue. Celui-ci a travaillé fort, très fort pour monter quelque chose de différent, quelque chose en quoi il croyait dur comme fer.

 

            La première fois que j'ai mis les pieds au Scratch de Laval en 2002, j'ai dit: "Ouf et Bravo". Voilà aujourd'hui nous avons un pied et une main dans l'année 2010 et depuis ce temps vous me corrigez, la IWS n'a plus de vrai salle à eux pour opérer leurs genres de spectacles, ensuite Manny a le droit d'être fatigué, en perte d'espoir car dans la vie et dans nos projets entamés, on veut toujours grossir, il est peut-être aussi à court d'idée car j'espère que tout a été fait dans cette fédération et puis autre chose aussi à ne pas négliger, c'est que les lutteurs, je veux dire ceux qui ont risqués leurs vies pour ces trois lettres (IWS), ont vieillis aussi car à 30 ans, c'est plus 20 ans.

 

            Plusieurs lutteurs ont fondés une famille, ont des enfants à charge, ont des jobs donc des responsabilités. Les meilleurs sont Kevin Steen et Generico sont plus souvent aux États Unis et outre-mer qu'au Québec, donc il reste quoi qui attire vraiment ?

 

            Et Manny fait quoi pour rivaliser avec ses bonnes années d'antan ?

 

            Et puis le Medley vient de fermer ses portes à tout jamais.

 

            Vous savez aujourd'hui, ça prend un groupe de personnes pour tenir une fédération de lutte; un homme seul va vieillir 5 ans par année à diriger cette business composé de différents caractères et d'égos. La NCW est toujours sainement en vie car ils sont dirigés par un C.A, soit un groupe de personnes qui rament tous dans la même direction; chacun a une job à faire et la fait.

 

            Pas trop facile de survivre dans la jungle de Montréal avec leurs paquets de fédérations même si la population est dense. Je me souviens que plusieurs lutteurs auraient "booké off" de la NCW pour aller à la IWS ou même prenaient leur premier combat à la légère sur la rue Villeray pour aller se défoncer une heure plus tard dans ce qu'ils croyaient plus grandiose, mais aujourd'hui ...

 

 

 

            Aie, en passant j'ai jamais dit que Pat Guenette était un mauvais lutteur; je ne le sais pas car je ne l'ai jamais vu à l'oeuvre à part que j'ai trouvé sa promo très bonne. Ce que je veux savoir c'est que si sa Maman n'est pas propriétaire de la MWF, serait t-il le Champion ?

 

            Dans un texte lu il y a quelque temps, l'évidence était même et j'ai tellement vu chose semblable depuis que je suis dans la domaine. Serge Savard, l'ancien directeur général et défenseur étoile du Canadien aurait tant aimé que Serge Jr  chausse "ses patins" mais il avait de la difficulté à faire l'équipe Junior et même chose pour Patrick Roy avec son fils Jonathan mais le talent et le physique n'y était pas mais dans la lutte, les deux seraient trois fois Champion si leurs papas millionnaires s'ouvriraient des fédérations de lutte. Greg Gagne, Gino Brito Jr et Bruce Hart étaient mes meilleurs exemples. C'est juste çà que je voulais dire car il y en a plusieurs qui luttent ou qui sont dans le domaine  parce que Papa, Maman ou marraine sont là car sans çà ce serait l'incognito total qui les attendraient.

 

            Merci pour l'invitation, mais pas ben ben le temps mais je sais que c'est bon la MWF depuis le temps des petits déjeuners.

 

 

 

            La gala de la CRW avec en vedette Mr.Kennedy est chose du passé et celui-ci était présent. Pas de no-show, non, il y était vraiment et il a donné un "match" devant 230 personnes et il aurait même dit que la salle était OK.  OUPS, ce dernier bout de phrase était de trop car c'est son pay off qui a parlé là.

 

            Un gars bien payé aura toujours une voix mielleuse peu importe l'endroit où il s'exécute, mais si ce Kennedy se déguiserait en promoteur d'un jour pour organiser semblable gala à Montréal, gageons qu'il arpenterait grandement la ville pour trouver autre chose.

 

            Et puis tant qu'à avoir de la grande visite comme lui + Grenier, Darko et quelques autres sans oublier que plusieurs m'ont dit que vous aviez de l'argent, le Centre Jean- Claude Malépart vous tentaient pas ? Oui c'est plus cher mais quand on a de l'argent. L'endroit est mieux centré, plus accessible avec une station de métro de l'autre côté de la rue, possiblement une centaine de payants de plus, car souvent le public est plus aguichant à sortir d'où c'est beau. Également plus de notoriété pour l'avenir.

 

            C'est seulement mon avis vous savez car si comme exemple je vous cite un mec qui a comme voiture une vieille cavalier et qui invite une super de belle fille, son jeu premier est de serrer son cavalier dans le fond de la cour et de louer une Infinity. Ça look mieux, ça fait sérieux, crédible et le premier coup d'oeil est dont important.

 

            Cependant je sais une chose c'est que pour eux (les lutteurs étoiles), nous sommes tous des Marks en majuscules. Ils disent ce que nous voulons entendre car nous leurs donnons de l'argent; nous sommes des clients et nous leurs donnons justement ces bourses que les plus gros promoteurs ne veulent plus leurs donner. Nous sommes les derniers à veiller sur leurs survies, donc si ils ont un brin d'intelligence, ils se présenteront, seront courtois et gentils envers tout le monde tout en faisant un combat honnête comme si 15,000 personnes seraient présentes.

 

            Pour clore la soirée, ils diront que l'endroit est excellent même s’il y a 50 personnes en encourageant les personnes à persévérer. La "game " se joue comme ça.

 

            L'important pour votre soirée à la CRW, c'est que tout le monde a été satisfait et que les organisateurs aient faits un peu d'argent mais à bien y penser, on est-tu rendu qu'il faut faire venir une vedette de la WWE pour ATTIRER 230 PERSONNES ? Ce qui veut dire que sans Kennedy , y reste QUOI dans la salle ? Ouf ça va pas ben.

 

 

 

            Les frères Paul et Maurice Vachon sont aussi passés par Montréal soit un peu partout à la radio et à la télévision et à ce qui attrait à la lutte, c'est à la NCW qu'ils se sont arrêtés. Je les ai manqué de près à ce gala dont je luttais comme invité mais dû à ma job soit un call de dernière minute, j'ai dû décliner à mon grand désarroi. Diable que j'étais fâché car c'était ma jeunesse ces deux gars là, c'étaient les supers héros du temps et c'était possiblement la dernière fois que je reverrais Maurice Vachon de près.

 

            Comme je voyais tout le monde se prosterner devant le groupe Métallica au Colisée de Québec, pour moi mes Métallicas, c'étaient les Vachons, Carpentier, Les Rougeau, Johnny Valentine. Ça prends des gars de mon âge pour dire comment c'était bon la lutte dans le temps car même si je conte ça à des jeunes, ils ne me croient pas. C'étaient mes idoles et à mes débuts j'ai lutté sur leurs cartes et assis à côté d'eux en plus; j'ai même fait équipe avec Édouard Carpentier en 1993 à Montmagny donc c'est tous des Papas pour moi.

 

            Pour ce qui est des Vachons, j'ai pas beaucoup d'autres choses à dire ou à vous apprendre de ce qui a été dit un peu partout en passant par son livre (Maurice) et le paquet d'entrevues qu'il a fait mais, j'aurais eu une grande question à lui poser soit à Maurice et je ne suis pas certain que j'aurais eu ma réponse. Oui il ne me reste qu'une question à lui poser et elle me trotte par la tête et c'est celle-ci: "Maurice tu es rendu à 80 ans et es-tu à l'aise financièrement ou tu es pauvre comme du sel " ?

 

            Ça j'aimerais le savoir juste par curiosité, mais une chose est certaine, il en a fait de l'argent et en tabarnak. Il a eu quelques poursuites pour bagarres et une couple de divorce qui lui en ont coûté mais s’il aurait  le cul sur la paille aujourd'hui, j'aurais de la peine. Lui et Carpentier ont fait la même argent, mais ce dernier coupait une cenne en deux et il doit avoir encore la première piastre qu'il a fait dans la lutte.

 

            Vous savez que dans le temps Yvon Robert et Maurice Richard étaient les deux tops de leurs disciplines; les deux remplissaient le Forum dans chacun de leurs soirs, mais Yvon Robert pouvait gagner presque 5 fois plus que Maurice Richard.

 

            Si j'avance encore un peu dans le temps, Maurice Vachon gagnait encore 5 fois plus que Jean Béliveau.

 

            J'avance encore Dino Bravo gagnait encore 5 fois plus cher que Guy Lafleur.

 

            Ensuite Bret Hart gagnait environ le même salaire que Mario Lemieux.

 

            Et aujourd'hui quel lutteur au monde gagne le salaire de Sydney Crosby?

 

            Le vent a tourné de bord pour le hockey, le baseball enfin un peu tous les sports professionnels pendant qu'à la lutte ... ça reste du petit monde sans syndicat et associations, donc sans regroupements.

 

            Donc c'était ça ma question à savoir si ces lutteurs étoiles du temps vivaient des retraites dorées ou tiraient le diable par la queue pour vivre car j'en connais pas mal de 50 et plus qui n'ont plus rien à part qu'à 30 ans ils ont toujours pensés qu'ils resteraient à cet âge.

 

 

 

            Changement de sujet, nous aurions trois autres supposés "prospects" lutteurs qui feront des "try out" pour la WWE soit Darko, Jeremy Prophet et Alex Silva que j'ai bien aimé lors de sa visite pour la NSPW. Ce que j'en pense, ben pas grand chose. Tout le monde espère, tout le monde rêve et a droit de rêver car le "rêve" en tant que tel nous tient en vie dans cette passion qui nous occupent, mais même avec la plus grande détermination accouplé à tout ça, la réponse est au bout des lèvres du BOSS qui dira :" Lui je le veux".

 

            À la première visite de la ROH à Montréal, soit après le show, je m'étais rendu avec ma blonde au club 281 et c'est Darko qui était le portier; en passant, il était très impressionnant à voir dans le cadre de porte.

 

            Lorsque je fus devant lui il a dit: "Sunny je veux te parler" et il est allé me donner deux places de choix à une table confortable.

 

            10 minutes plus tard, il s'est fait remplacé à son poste et il est venu s'asseoir avec moi et sa question fut: "Comment on fait pour aller à la WWE "?

 

            Une seule chose lui dis-je: "Il faut que tu tombes dans l'oeil d'un PESANT ou bien le fait de connaître positivement quelqu'un de PESANT est très opportun; quelqu'un de PESANT qui ne lutte pas( ou qui lutte sur le top ) et qui te dois quelque chose en plus ou bien déménage d'ici".

 

            Voilà je ne peux en dire plus.

 

            Oui je sais Darko est très grand, il est gros, il a une belle "gimmick" mais celle-ci devra passer aussi ou bien il peut se la faire "voler" aussi bien.

 

            Une chose est certaine, ce n'est pas un lutteur de la WWE qui a peine à survivre ou qui veut y retourner qui leur donnera un coup de main. Charlie Haas s'est occupé de faire mal paraître PCO qui jouait ses dernières cartes. Chris Hero a fait la même chose avec Franky The Mobster en étant nonchalant et Roderick Strong ne l'a même pas regardé dans ce même vestiaire pour vous dire à quel point le monde du sport professionnel est ingrat.

 

            Je veux vous dire aussi que Darko a le plus gros handicap, c'est la communication car il ne parle pas Anglais du moins pas beaucoup.

 

            Les deux autres soient Prophet et Silva, je ne sais pas. Si Stephanie Mc Mahon veut se faire un amant, un des deux aura une grosse chance ou passera "à go" directement. Je vous le dit ce n'est pas le talent qui passe, c'est bien d'autres choses, un gros tas de chose pour ne pas dire un gros tas de merde. En partant si personne ne te remarque au premier coup d'oeil ou bien si personne ne te dois rien, la "game" va être tough et l'investissement monétaire va être grandiose. J'aimerais bien vous dire OUI, que vous allez être sur le ring de la WWE à plein temps d'ici un an mais combien de "violons" ais-je entendus depuis juste l'année 2000 ?

 

            Entraînez-vous très fort, soyez poli et courtois envers tout le monde là-bas, impliquez-vous partout à la WWE, montrez-vous la "face"  comme on dit et essayez d'être aimé par les "tops". Pour Darko, l'Anglais, ça presse. J'ai pas d'autres choses à dire car lorsque je vois Franky The Mobster qui végète encore, ça me décourage à vous encourager. Par contre si vous avez une bonne job à $20.00 de l'heure, je vous conseille fortement à travailler fort pour en gagner $25.00 dans votre domaine au lieu de tout laisser tomber et manger du Kraft Dinner dans un minable logement de la Floride en attendant après le "téléphone".

 

            Souvenez-vous toujours d'une chose, c'est que si vous "entrez " (WWE), c'est que quelqu'un va "sortir" donc vous allez prendre la place d'un autre qui lui était chum avec plusieurs "boys" donc souvent l'accueil est glaciale et la transition cruelle. J'ai passé par là au début mais j'ai été chanceux d'avoir eu de la "protect".

 

 

 

            Il y a presque 6 mois, je vous parlais d'un sujet ou de certains lutteurs qui ménageaient leurs cennes  sur la route enfin qui réussissaient à s'en mettre de côté lorsqu'ils gagnaient $500.00 par semaine. Un intervenant en autre m'avait sorti des statistiques du coût de la vie du temps avec celui d'aujourd'hui et disait qu'on faisaient de l'argent à lutter 7 soirs sur 7  dans les Maritimes.

 

            Dimanche le 11 mai 1986, j'ai fait un dernier combat pour Lutte Internationale soit un tape-TV à l'arèna de Cowansville contre Steve Strong qui faisait son entrée sur le territoire. Le lendemain matin je fermais mon loyer à Montréal pour prendre l'avion Montréal- Moncton pour débuter le même soir dans cette ville pour terminer lundi soir le 15 septembre à Woodstock N.B et j'ai fait "assez d'argent " que je suis revenu en autobus. J'ai dormi dans le vestiaire de l'aréna avec entente avec le gérant et j'ai pris l'autobus le lendemain mardi le 16 et j'ai recommencé pour Lutte Internationale au Centre Paul- Sauvé le Lundi suivant le 22.

 

            Le printemps suivant Émile Dupré nous envoyaient un T4 et je m'arrangeais avec toutes les factures que j'avais ramassé. J'aimerais bien revoir le tableau comparateur du coût de la vie et mes explications seraient limpides. Sur ce j'en ai connu un lutteur qui a sauvé beaucoup d'argent mais qui faisait du "territoire de pauvre". Buddy Lane pour le nommer ne payait rien nulle part et ce que je vous dis là, plusieurs noms connus agissaient de la sorte.

 

            Dans les Maritimes, les "Heels" demeuraient tous à Moncton et nous les "Faces " à Shédiac et c'était le gros Kayfabe. J'avais loué la maison du Sheik Ali qui lui luttait à Montréal et nous étions trois dedans soit Jerry Morrow, Buddy Lane et moi-même. (Buddy Lane n'a jamais payé). En plus je me devais de me nourrir convenablement, de payer mon gym, mes protéines, mon bronzage enfin tout ce que ça prends pour vivre. Pour le transport, j'avais à ma charge la van des "Faces" et la carte d'essence à Émile Dupré mais celui-ci nous enleva $50.00 par semaine sur nos payes pour l'essence et la van.

 

            À tous les mardis soirs c'était l'Ile-du-Prince-Édouard (Summerside ou Charlettown ou Tignish ou Montague) donc nous avions à payer notre passage sur le traversier. Du jeudi au dimanche nous étions en Nouvelle-Écosse, donc sur la route 24 sur 24 = 3 motels à payer, les restaurants, le gym et souvent les dimanches, nous luttions dans l'après-midi et le soir à 50 milles plus loin. Nous étions deux groupes de lutteurs et à tous les jeudis c'était la grosse ville soit Halifax, donc les deux groupes étaient ensemble ensuite le vendredi un groupe faisait Bridgewater, l'autre était à New Glascow, le Samedi le premier était à Berwick et le second à Antigonish et le Dimanche le premier était à Yarmouth et le second luttait deux fois soit à Dingwall et le soir à North Sydney et puis dans les deux distances,  5 heures de route nous attendaient pour rentrer à la maison.

 

            Buddy Lane lui, couchait partout chez des Marks, se faisait reconduire partout et pour avoir voyager des heures avec lui, je ne le voyais que manger une fois par jour enfin je n'invente rien; je me rappelle de tout çà comme si c'était hier. Léo Burke aussi se retrouvaient souvent chez certains Marks et un Samedi soir après avoir lutté à Berwick en Nouvelle- Écosse, Léo qui m'aimait bien me dit: "À soir vient avec moi je vais te faire sauver un motel et le lunch". Àprès avoir laissé la van à Jerry Morrow, Léo et moi partirent avec une famille de Marks soit des fidèles amateurs de lutte de Berwick dont le bonhomme "trippait" sur Léo Burke, enfin il était le Dino Bravo des Maritimes. Léo allait souvent chez cette famille mais même en boisson, il parlait de tout à part la lutte et même très saoul, c'était un grand Kayfabe de première ligne.

 

            Une vingtaine de minutes plus tard nous étions rendus; une grande et vieille maison en pleine campagne avec aucun voisin à l'horizon. Rentré à peine dans la maison, c'est la caisse de bières qui s'ouvra et Léo Burke qui ne détesta pas prendre un coup ouvrit le bal pendant que la bonne femme prépara un ragoût. Moi qui voulait aller me coucher drette là, car de un je ne bois pas et de deux j'étais fatigué, mais là je suis un invité et tout le monde me parle, donc c'est pas poli de demander où est ma chambre.

 

            Nous étions rendus une quinzaine dans la maison car les cousins s'étaient joints à nous et j'étais vraiment pas dedans. Un d'eux m'a tanné  pendant une demi-heure pour que je tire au poignet avec lui. Tout le monde était ivre même après avoir mangé le ragoût. Au fait c'était sale dans la maison et un endroit d'où ça doit être propre, c'est la cuisine et la chambre de bain mais c'était dans un désordre indescriptible tel qu'une vache aurait pu perdre son veau. J'ai réussi à aller me coucher vers 2:30 dans un petit lit simple d'où je ne savais pas depuis quand les couvertures avaient été lavées ou bien QUI a dormi là hier ?

 

            À 7:00 j'étais debout et j'avais faim. Tout le monde dormait, pas de restaurants autour, pas d'autos et rien n’avait été ramassé. Là j'avais envie d'aller au toilette pour une grosse job, la salle de bain était sale, la planche de la bol pleine de pisse tel que je lui parlait et elle me répondait et puis seulement un fond de rouleau de papier de toilette. Tabarnak tout ça pour sauver un motel soit $20.00 et le lunch et puis j'irais faire un petit work out, mais je suis à pied caliss. Non à part d'être invité par une poulette, je n'ai jamais recouché ailleurs à part que chez Brick Crawford, Jeff Jefferson et Martin Roy.

 

            Léo Burke pourtant gagnait $1,200.00 par semaine et là il avait sauvé le motel, la bouffe du soir et du matin et il avait pris un coup sur le bras. Buddy Lane vivait comme ça et pour lui faire sortir une cenne, ça prenait des bonnes raisons car avec $10.00, il faisait des choses incroyables. (Jericho, Benoit, Owen Hart ... plusieurs étaient proches de leurs sous). Ça été des étés tough  je vous dit; ceux qui ont sauvé de l'argent ont vécu ainsi.

 

            Moi je suis un solitaire  et à moins d'avoir un gars de ma trempe qui vit comme moi, qui s'entraîne sur la route, qui sait sortir et donner un pourboire quand c'est le temps, qui n'est pas trop agressant à la vue d'une belle fille, qui sait vivre, peut voyager avec moi; à part ça, je voyagerai seul à l'avenir et de cette façon, tu sauve pas une cenne. Et puis c'est-tu plaisant de dormir tranquille dans un lit propre et d'aller chier à ton aise avec un bon journal dans une chambre de bain propre sans que personne sente ma marde ou en respirer un autre.

 

            Calculez un $120.00 d'économie par semaine en courant les Marks et sur 4 mois vous aurez les résultats d'économie; c'est la seule façon je vous dis.

 

 

 

            Bon ben j'en suis rendu à décerner mes Tomahawks …

 

            Pour cette chronique-ci, le Tomahawk d'or revient à Patric Laprade pour toute son implication quant à la venue des frères Paul et Maurice Vachon à la NCW et autres. Il y a de l'ouvrage dans tout ça, soit des appels téléphoniques, des discussions de toutes sortes, de la négociation de part et d'autres et du temps, beaucoup de temps qui a été consacré à l'évènement dont malheureusement je n'ai pu assister.

 

            L'invité majeur de cette soirée et tournée Montréalaise, soit Maurice Vachon, est responsable en partie au succès de la lutte depuis 50 ans et d'avoir eu cette légende renommé dans nos murs (NCW) est de travail de dur labeur de Patric Laprade qui en même temps signe une ligne de pensée régulière sur ce qu'il voit et de plusieurs sujets sur la lutte en général que l'on peut savourer sur "Attitude QC". Je ne veux pas compter toutes les heures que celui-ci a mis dans la lutte et recherches de toutes sortes depuis un an et les coûts également.

 

            Donc pour toutes ces raisons, Patric Laprade est mon choix indiscutable pour l'or. Bravo.

 

 

 

            Pour le Tomahawk d'argent, j'y vais pour deux personnes, soit le lutteur Pee Wee et la lutteuse Kacey Diamond.

 

            Pour Pee Wee, mon plus vieux souvenir de lui était à un gala de la RCW à Charlesbourg en 1999 d'où il n'avait que 17 ans je crois, et puis je le regarde aujourd'hui et que de chemin parcouru. Wow. Je dis Wow parce qu'il a persévéré. Il était le plus jeune dans le temps et le dernier arrivé (RCW). Je me souviens aussi qu'il a été le souffre-douleur, enfin il a eu les taloches de tout le monde en plus d'être la victime de toutes sortes de jokes plattes. Il a gagné ses gallons comme j'aime bien le dire et en même temps, il a pris de la couleur.

 

            Aujourd'hui, je remarque qu'il prends des bookings partout Québec-Moncton-Timmins en trois jours, bref la route ne lui fais pas peur et juste le risque de s'investir à aller "se montrer la face" à Missisauga pour la ROH, un guess coûteux $$$, ça me fait rappeler moi-même dans mon jeune temps, car si personne te voit doublé d'une détermination au neutre = aucune chance. Il devra cependant redoubler d'ardeur au gym, soit une dizaine de livres de muscles dans un même cardio et continuer à s'expatrier pour se trouver toujours des meilleurs adversaires différents à chaque fois. Voilà et Bravo.

 

            Pour Kacey Diamond , j'apprécie son retour qui s'est fait de façon remarquable car il y a 6 mois , elle n'existait plus et il semblait fortement que la page était tournée. J'ai pris une chance d'avoir ses services pour St-Pascal en juillet dernier et elle m'a dit oui. Et depuis elle a repris goût et pas à peu près; là-dessus elle m'a envoyé un courriel long comme le bras me remerciant 1000 fois de lui avoir redonné le goût et cette énergie à revenir entre les cordes et aujourd'hui je vois qu'elle est allé à Chicago combattre les meilleures. Tout un revirement dans pas grand temps mais peut-être avait-elle besoin d'un regain de vie à son talent ?

 

            Encore là, elle est bourré de talent, elle sait quoi faire dans un ring et même si elle demeure dans une région éloignée des grands centres, elle sait se démarquer. J'étais des plus content lorsque je l'ai vu sur un booking de la JCW; content parce que ce sont ses origines et ça, tu dois jamais l'oublier aussi haut sommes-nous rendus. J'espère juste qu'il y aura une suite à tout ça (JCW). Vous savez, il y a des personnes avec qui s'est facile de s'entendre.

 

 

 

            Pour le Tomahawk de carton, il va à la NGE.

 

            C'est de valeur parce que je ne vous connais pas (chose que j'aimerais) et je vous envoie dans les bas-fonds pour le moment. J'aime toujours donner la chance au coureur, enfin l'évaluer après quelques mois d'opération, mais là justement après ces premiers mois, vous n'aviez pas d'autres choses à offrir à vos amateurs (dans une maison de jeunes en plus) qu'un combat Hardcore dangereux, mal-calculés qui auraient pu être néfaste pour des jeunes lutteurs en herbe qui ont tant à apprendre avant de faire du "garbage".

 

            Vous allez me dire que je n'étais pas là, oui vous avez raison, mais à la gang, on sait tout et ma gang est bonne car j'ai deux "bouches et yeux" solides et crédibles qui m'ont tout conté en détails et j'en tremblais à l'autre bout de la ligne.

 

            Regardez, je veux en rester là mais je vais vous dire quelque chose et croyez moi dans mes dires = Apprenez à lutter avec un bon professeur, construisez-vous une belle petite shape, faites-vous faire un beau costume, ayez de la couleur, faites-vous des entrevues seul dans la maison devant votre miroir accompagné de votre musique, vendez dans le ring, VENDEZ, apprenez la psychologie (le pourquoi du pourquoi) et lorsque vous aurez toutes ces choses (1 an ou des fois 2 pour les plus talentueux) vous verrez que vous n'aurez pas besoin d'un bâton ou d'une chaise pour faire un combat et le public applaudira encore plus et aura du mérite pour vous car n'importe quelle personne dans la foule peut faire du Hardcore.

 

            Lorsqu'on sait faire quelque chose que le public ne sait pas faire c'est là qu'on est important et remarqué.  Bonne Chance.

 

 

 

             Là c'est le Tomahawk citron et je ne suis pas capable de le donner à d'autres que les dirigeants de la R2W (pas les lutteurs). Toute cet honneur de bouffon pour ce gala présenté à Drummondville devant une cinquantaine de payants.

 

            À entendre parler certains, le Maire Tremblay de Montréal et Labeaume de Québec ainsi qu'une pléade de personnalités se donnaient presque rendez-vous au milieu de la 20 dans cette salle d'une grandeur des toilettes du Colisée de Québec. Sur internet avec l'autobus, ça ressemblait au Patro qui s'en vont voir un show "live" de Cornemuse, ou bien ah oui du Gym Extrême qui sorte de la ville.

 

            Ce dossier a été piloté en amateur du début à la fin et je cite mes 4 points négatifs.

 

            Le premier point: la R2W ont voulu s'expatrier en sol inconnu avec justement des inconnus à Drummondville. La CCW en 2003 est allée produire un show dans le Palais Des Sports de Jonquière qui contient 3,000 personnes; hey bien, je me suis rallié à la JCW soit du produit local et ce sont EUX qui m'ont placé 1,000 payants dans la place car si j'aurais agi seul comme la R2W, je ne suis pas certain de 200 personnes.

 

            Vous à la R2W vous voulez faire de la "business" à sens unique. Je m'excuse mais dans la lutte et dans la vie tout court, c'est du donnant donnant. Vous n'aviez pas besoin des lutteurs de la SWF (car vous dites qu'ils sont pas bons) et bien eux n'avaient pas besoin de changer de soir pour vous. J'ai appris que dans la lutte l'important, c'est pas toujours ce qui est bon dans le ring mais ce qui attire.

 

            Big Georges à Québec sait pas lutter, mais il a rempli 3 salles; même chose à St-Basile le printemps dernier avec le jeune Reno, tabarnak il a vendu 180 billets  à son école et The Doom à la CCW ? Il vendait 50 billets par semaine et il n'a jamais été une gazelle. Donc pour ce premier point, vous avez voulu être seul donc subissez.

 

            Le deuxième point: Lorsqu'ici à Québec il y a un dépositaire de billets ou de passeports chez Métro pour le Festival d'été, tout le monde en plus le sait. Là vous annoncer un supposé commanditaire qui en même temps est à la charge de billets en vente et personne dans le commerce est au courant qu'il y a de la lutte. C'est quoi ça ?  Vendez-vous de la lutte ou des souliers ? Pas fort encore une fois.

 

            Troisième point: sur le poster, je vois Giovanni en gros, oui c'est le meilleur lutteur poids lourds à Québec et un des trois meilleurs lourds en province. Ben mini-proprio savait une semaine avant le show que notre top n'y serait pas et il a gardé le tout Kayfabe. Les amateurs de lutte, qui mangent de la marde pis on inventera une excuse. Ça fait 3 ans que vous vivez sur les excuses "pis je le sais pas, pis je pense à ça, pis je te reviens avec ça, pis faut que j'en parle à Réjean", pis y a jamais de décision concrète.

 

            Criss que je suis tanné de ça et là je parle pour toutes les fédérations, quand vous savez d'avance que la vedette n'y est pas, ANNONCEZ le tabarnak et vous aurez le même public, car celui-ci aura de la sympathie pour vous et vous saurez être honnête.

 

            Pour le quatrième point la fameuse autobus pour transporter les fans de Québec enfin la centaine de personnes que vous attirez habituellement et qui vous tient sur le "pink cloud". Ce genre d'autobus contient 47 passagers et il a fallu que certains lutteurs et blondes de ceux-ci fassent le voyage avec l’engin pour mettre un peu de poids sur la suspension. OUI des lutteurs qui voyagent avec des Marks; ça devait être bon pour le reste du Kayfabe, je veux dire le 1% de magie qui tient encore.

 

            J'aurais payé cher pour voir Feu Johnny Rougeau et Feu Bob Langevin vous accueillir à Drummondville; ces deux-là auraient ben mis le feu dans l'autobus pour pas que la gangrène se propage. Je suis dessus.

 

            Bon, ben je m'attendais pas à en écrire si long pour un Tomahawk citron, mais le dossier était tellement ridicule de partout et entaché d'amateurisme de novices que tous les promoteurs sérieux me féliciteront. Et puis Réjean, cesse de dire que la NSPW font lutter des gars que personne ne veux et des pas bons car demain soir je remarque Kevin Steen, Darko, Prophet, Onyx, Tank, et à ce que je sache ça fait un bout que ton ring n'a pas présenté des gars aussi lourds mais encore il faut que les cordes tiennent.

 

 

 

            Sur ce je vous laisse vaguer à vos occupations et je vous donnerai des nouvelles sur le Génacol en quoi j'utilise depuis un mois.  Habituellement, ça prends deux mois avant de faire effet mais je ressens un petit quelque chose au lever du matin. Et puis Damien Steele s'entraînera fort cet hiver car il est sur mes traces, il a pris sous contrat 52 boites postales à déneiger à la pelle. Et puis j'ai toujours prôner le lavage de mains ben là LAVEZ VOUS LES MAINS en tout temps surtout en sortant des toilettes et avant de lutter.

 

            Bonne semaine,

            Sunny War Cloud

   

 

@ Tous droits réservés. Les chroniques de Sunny War Cloud ne peuvent être reproduites entièrement ou partiellement sans obtention de l'autorisation écrite de l'auteur.

 

Accueil - Nouvelles - Biographie - Galerie photo -

"Sous la tente" - Liens suggérés - @