"Sous la tente" de Sunny War Cloud,

 

 

Chronique #108 (27 août 2009)

 

Bonjour chers amateurs de lutte,
           

    Je sais que ça va pas bien pour vous, pour moi non plus après toute cet été de merde que nous avons eu; deux semaines de vacances de pluie et de froid sans me baigner dans un vrai cours d'eau et là la belle température qui est arrivé au milieu du mois d'août alors que les vacances sont terminées, tabarnak.

 

    Bon je vous invite quand même "sous la tente" afin de m'écouter me plaindre car c'est le cas. Y a vraiment rien pour me donner le sourire en tout cas aujourd'hui à moins que vous soyez assez niaiseux pour me faire rire.

 

 

 

    Vous savez le 2 juillet dernier, il me prit une rage de poulet Kentuck alors je me rends avec ma blonde dans une de ces succursales à Québec et là il n'y avait qu'un seul commis dans une longue file d'attente. Drette là je me fis entendre: "C'est quoi l'affaire, ton boss est dont ben cheap, il n’engage pas. Un seul commis quand c'est la journée du bien-être".

 

    Après 40 minutes d'attente bien comptés lorsque mon tour arriva le commis tout fatigué me dit: "On a un gros problème, on vient de manquer de poulet".

 

    "Bon tabarnak depuis quand qu'un PFK manque de poulet" ?

 

    Bon ben 40 minutes de perdu dans ma vie. (Celui de Charlesbourg au coin de Jean- Talon).

 

    La semaine suivante, je me rendis voir mon médecin de famille pour un renouvellement de prescription et autres. C'était lui en plus qui était de garde à la clinique sans-rendez vous tout ça de 8:00 à midi, donc pour être le premier je fus devant la clinique à 6:50 debout devant la porte à la pluie sous mon parapluie et à 8:00 nous étions presque 25 à attendre l'ouverture des portes lorsque la secrétaire s'amena le nez dans la porte pour nous dire que le Dr Létourneau était absent car il était malade.

 

    Bon encore 70 minutes de perdu dans ma vie.

 

    Voyons je ne savais pas qu'un médecin pouvait tomber malade. Ben oui, et saviez vous qu'un médecin qui est malade doit de faire soigner par un autre médecin. Ben oui c'est vrai et un dentiste aussi.

 

    Et puis le 24 juillet soit vendredi après-midi vers 14:00 juste la journée avant St- Pascal, je suis avec ma blonde sur l'autoroute 20 entre Drummondville et St-Hyacinthe et tout d'un coup mon auto s'arrêta, comme étouffé, plus rien. "Voyons Tabarnak ça se peut pas. Mon Grand Am que j'entretiens si bien peut pas me faire ça ".

 

    Premièrement, comme je suis et que je conseille à tout le monde c'est que j'ai la carte CAA Plus, donc la remorque s'en vient. Après 45 minutes d'attente bien platte et stressante, c'est Remorque Lepage qui est là. Je dis au chauffeur de me reconduire chez M. Muffler à Québec.

 

    " À Québec "! Vous ne voulez pas aller chez le concessionnaire GM à Drummondville" ?

 

    "Voyons le concessionnaire à Drummondville en plein vendredi après-midi, il va me dire qu'il n'a pas le temps ou bien il va me saigner à blanc parce que je suis un touriste; à Québec je dis car j'ai droit à 160 km  et puis ce garage me connaît, c'était mon commanditaire".

 

    Donc nous partirent moi et ma blonde dans la cabine de la remorque avec mon auto sur la palette. Me croirez-vous si je vous dit que 30 minutes plus tard, la remorque est tombée en panne sur le bord de la 20.

 

    "Non ça se peut pas une remorque en panne".

 

    Le chauffeur me dit: " C'est la première fois que ça m'arrive".

 

    "C'est parce que je suis là car je porte malheur".

 

    Encore une attente de 60 minutes en attendant une autre remorque et un autre 15 pour qu'il place mon auto sur l'autre. 75 minutes encore de perdu dans ma vie surtout que la nouvelle remorque n'avait pas l'air climatisé.

 

    Sur le chemin du retour, je contais au chauffeur comment je n'étais pas chanceux comme un soir d'hiver à Chicoutimi sur la côte Ste-Anne, une sableuse-saleuse en avant de moi n'était pas capable de monter la côte et avait glissé sur le devant de mon auto. Une autre fois lui dis-je, je m'en vais aux danseuses et il n'y avait aucune danseuses de rentré.

 

    Vous savez je ne lui ai pas dit que j'étais lutteur car de un il avait l'air d'un amateur de lutte et de deux, ça me tentait vraiment pas d'en parler mais je peux quand même vous dire qu'en hiver 86-87, j'ai fait le trajet Jonquière - Pembrooke en Ontario et le show avait été cancellé le jour même; ben oui avant la solide invention du cellulaire.

 

    Je partis de Jonquière à 6:00 du matin par un froid de -25. Arrivé à Québec, je pris l'arbitre Raynald Dubé après quoi à Ville d'Anjou, Rocky Delaserra et nous filâmes jusqu'à Pembrooke qui est à deux heures passés Ottawa.

 

    Arrivé devant l'aréna vers 17:00, fatigués, nous vîmes seulement un camion devant l'édifice sportif et en frappant une dizaine de minutes sur la porte du côté, le préposé à la zamboni est venu nous dire que le show avait été cancellé vers l'heure du dîner.

 

    Un appel à Gino Brito et celui-ci nous dit que Eddy Creatchman va nous arranger ça sur la paye.

 

    La compagnie était presqu'en faillite, donc je ne vous dirai pas combien j'ai eu.

 

    Je fus de retour chez moi à Jonquière vers 7:00 du matin donc 25 heures de perdu dans ma vie.

 

    Ah oui, pour mon auto de tantôt arrivé chez M. Muffler, c'était la pompe à gaz mais pour St-Pascal, ils m'ont prêté une courtoisie, soit une vieille Saturn. Tout un bolide Grrr.

 

    Et puis avez-vous vu cette annonce à la TV, soit "laissez passer quelqu'un et passez une bonne journée " et bien depuis le début de l'été que je laisse passer tout le monde, que j'ouvre la porte à tout le monde et personne ou à peu près m'envoie la main ou me dit Merci surtout les Madames d'une certaine âge.

 

    À partir de maintenant, mangez de la merde, j'ai des oeillets autour les yeux et je fais mon chemin. Terminé.

 

    Et puis la seule journée d'où j'aurais pu me baigner dans un lac aura été samedi le 1 août alors que j'avais deux combats dans la même journée (JCW, NSPW) . Il faisait-tu beau un peu en montant vers 11:00 du matin tout près de Péribonka, j'aurais plongé direct dans le lac St- Jean avoir eu le temps. Oui la seule journée de mes vacances soit la dernière.

 

    Vous savez mes petits malheurs ne sont vraiment rien à côté de ceux des victimes de Vincent Lacroix de Norbourg, d'Earl Jones et d'un autre soit Gilles Bouchard de Jonquière. Ils sont juste chanceux de ne pas devoir cet argent aux motards.

 

 

 

    En passant je lève mon chapeau à toutes les organisations et promoteurs de lutte qui continuent à faire des shows régulièrement dans des salles intérieurs cet été.

 

    Moi je l'ai fait à Québec dans le temps de la CCW mais les assurances me donnaient aucun bonus sur le prix annuel si je cessais mes activités pour trois mois en période estival. 12 galas, 30 ou 50 c'était le même prix, mais c'était de la merde. Tu te bas contre la belle température, les vacances et puis les Festivals qui se multiplient sans compter que les salles sont vides, oui vides.

 

    L'été, ce sont les spotshows de ces festivals, les campings ou évènements qui ont rapport en juillet et août.

 

    Pour en parler des Festivals d'été, ceux-ci déjà connus de la lutte sont de plus en plus rigides sur les négociations salariales car en plus d'être coupés par les Gouvernements, il y en a à tous les villages ou villes  et ils s'entretuent.

 

    Et pour ceux qui n'ont jamais eu de spectacles de lutte, sachez que j'en ai travaillé plusieurs mais l'handicap est que notre sport n'est plus une religion bref la cote est très basse; dans la société, nous sommes très minoritaire.

 

    Ces haut-placés de Festivals, lorsqu'ils ne me parlent pas de Hulk Hogan, de Jos Leduc ou du géant Ferré me demandent si je suis associé à Jacques Rougeau parce que Génacol lui donne un second élan.

 

    Ah oui, aussi il y a des promoteurs de carton qui ont soumissionnés plus que la moitié du prix que je demande avec du staff de 160 livres donc la jasette est pas bien longue.

 

    Aujourd'hui lorsque je fais un recul dans le temps, je me considère chanceux d'avoir fait les dernières bonnes années de la " VRAIE LUTTE " et c'est ce que j'aime enseigner aux plus jeunes. 

 

 

 

    Pour revenir à St- Pascal de Kamouraska, oui ça semblé plus tough cette année et j'ai des choses à dire là-dessus. J'ai pris le pouls de la soirée un peu partout  et je m'en sors pas si mal. Les "internes" de la lutte, je veux dire les "accrochés", ceux qui en voient tous les jours de différentes façons, ceux qui en voient à toutes les semaines "live" au Québec, en Ontario, aux states, ceux qui sont associés de très près, ceux qui luttent déjà et qui n'étaient pas sur le ring ce soir là, eh bien eux sont difficiles car ils sont des "connaisseurs " dans leurs lignées propres.

 

    Par contre ceux qui en voient une fois l'an sont de beaucoup plus indulgents et deux jeunes de 17 ans de Québec, des connaissances de ma fille, étaient là pour une première "live". Ils ont été émerveillés, donc c'est sur le public "externes" que je m'accroche. Chris Hero avec sa performance de Montréal n'aurait pas fait mieux dans ce roster pour faire bouger la foule.

 

    Avant je faisais 9 combats et c'étaient trop car on défonçaient le temps à tout coup; cette année j'en ai placé 7 et à ma grande surprise deux heures avant le show, les dirigeants du Festival m'ont demandé pour une première fois en 23 ans  de ne pas faire d'intermission donc le premier combat ont eu comme mandat de faire "du temps" ce qui s'est décousu en longueur et irriter plusieurs.

 

    Et pour le "travail de foule", j'ai été avertis d'arrêter les "heels" de narguer les "habitants" trop sévèrement donc de baisser le thermostat afin que ça ne dégénère pas.

 

    La sécurité contrairement à St- Zacharie de Beauce est très déficiente et ils en sont conscients et en même temps sont incapables de faire la job donc j'ai dû inclure dans mon meeting d'avant soirée , un discours qui n'était pas le mien .Un Serge Proulx dans mon roster serait toujours le bienvenue pour la heat qu'il engendre mais ça me prendrait l'escouade anti-émeute pour le sortir de là.

 

    Donc combinez cet handicap avec le temps frisquet et pluvieux de 15 degrés, les beaux posters de Nova Cain laissés dans un tiroir et vous avez peut-être les raisons du moins de spectateurs et autres.

 

    J'ai pas peur de me donner un 6 sur 10 pour la soirée et puisque c'est impossible d'avoir un 10, je prends le blâme pour les trois points qu'il me manque mais je continue à dire que j'avais des bons hommes dans le ring.

 

    Juste le premier combat, il y avait Dan Paysan, James Kraven, Alex Price, c'est loin d'être de la merde, mais néanmoins je ferai du changement l'an prochain.

 

    Vous savez j'ai toujours dit que mes trois grandes peurs lors d'un gala d'envergure sont qu'une blessure majeure arrive , que la bagarre pogne dans la foule et que le ring se brise. Bien pour revenir à St-Pascal, j'ai eu peur, les frissons m'ont envahis le corps lorsque j'ai vu Chakal revenir de son combat dans un état second.

 

    Vraiment il n'était plus là. Criss que j'aime pas ça car de un je suis vraiment un membre inutile dans un vestiaire face à cette situation et de deux, Chakal (David que j'aime bien) a toujours été un lutteur "safe" et honnête donc pourquoi lui ?

 

    Heureusement il s'en est remis car je l'ai entendu de vives voix le lendemain car c'était important pour moi de le revoir vite sur pieds.

 

    Au fait en octobre 2003, Nightmare Manson avait les même symptômes après je crois une vilaine chute au bas du ring. Je ne veux pas revoir çà une troisième fois. En juillet 1995 à l'Auditorium de Verdun, lors du premier gala de la "Relance de la lutte au Québec" par Jacques Rougeau et Tony Mule, la même chose m'était arrivé lorsque Hercules Hernandez m'avait "chargé" avec une vilaine botte dans le côté du visage. J'avais terminé le combat je ne sais trop comment et dans le vestaire j'étais perdu et même aujourd'hui lorsque j'y pense, j'essaie de tout me souvenir mais en vain.

 

    Pour en terminer avec St-Pascal, les vieux amateurs enfin ceux qui sont là depuis le début se demandent ou acceptent mal que je fasse plus les finales . Je ne les fais plus car je laisse la place aux jeunes mais ils ne comprennent pas encore comme un peu la ICW qui avait des "downs" lorsque Ludger Proulx n'était pas le dernier à les saluer. Une foule, ça s'adopte et ça s'identifie.

 

 

 

    Là je veux vous parler de quelque chose, je veux dire d'une salle en particulier et je vous invite à aller voir ça au moins une fois, juste une seule fois, peu importe où vous demeurez en province.

 

    Je veux vous parler de celle de la TUW de Thetford-Mines. Je ne parle pas d'aréna mais de salle, d'endroit propice pour présenter de la lutte et sachez que j'en ai vu pas seulement une.

 

    Le Centre Marcoux avait ses qualités, le Centre NDR aussi, le Scratch également, la JCW enfin je ne veux pas tous les énumérer car tout le monde les a vus et appréciés mais là en 2009, cette salle est d'ère moderne, de nouveau plan, c'est un bijou.

 

    La TUW n'est pas le gros staff en province avec les plus gros noms sollicités mais depuis leurs naissances, ils gravissent les échelons en faisant de la bonne petite business honnête et tout comme la JCW, la FCL, la SCW, ils sont tout fin seul dans leurs coins et leurs CV est sans taches.

 

    Je conseille à tout lutteur d'aller s'asseoir sur le ring avant l'ouverture des portes; juste le premier coup d'oeil, la façon que le tout est disposé, l'écran géant, la galerie de presse, ect, sans oublier l'air climatisé.

 

    C'est propre, le vestiaire est grand, nous avons nos toilettes, des douches, du stationnement, des restaurants autour enfin il ne manque que la bière mais avoir tout ce qu'ils ont présentement, je serais choyé. Aller juste voir, c'est vraiment sympathique.

 

 

 

    Le 5 septembre s'en vient et ce sera le gala "Femmes Fatales" qui sera au menu. J'ai le grand pressentiment que ça va fonctionner car, de un, l'équipe est bonne et bien entourée et, de deux, comme dirait le gars, on a appris de nos erreurs. La formule est bonne à la condition d'en faire dans des dates espacées et de s'en tenir exclusivement au féminin comme j'ai toujours souhaité.

 

    Johnny Rougeau avait toujours dit qu'une femme n'avait pas d'affaire dans un vestiaire d'hommes et là, ici en 2009, ça devrait être de même à "Femmes Fatales" en ce qui a trait aux vestiaires. Aucun lutteur sur le ring, aucun gérant masculin, aucune intervention masculine, enfin j'ai hâte de voir avec le temps mais, je vous dis sincèrement qu'avoir eu ma fin de semaine au complet de congé, j'aurais fait le voyage pour aller voir cette première et aussi la première fois que j'aurais mis les pieds dans cette salle.

 

    Lorsque je pense encore qu'il y a des lutteurs qui aimaient mieux lutter bénévolement à la ALF au lieu d'un spotshow de 500 personnes avec enveloppe garantie; juste là vous pouvez voir combien la dépendance affective pouvait être forte et croyez moi, ils y en a plusieurs qui sont déçus.

 

    J'espère une chose aussi c'est que les lutteuses invitées de l'Ontario et des USA n'auront pas le "crayon" trop pesant car, pour elles aussi dans leurs territoires, elles luttent pour à peu près rien, du moins elles n'en vivent pas.

 

    Sur ma dernière phrase sur ce sujet, la NCW ne devrait pas se gêner d'augmenter le prix des billets car c'est un genre de spécialités, un évènement spécial unique regroupant les meilleures du circuit et puis faites payer tout le monde tel qu'ils soient, même Sunny War Cloud. Vous êtes en affaires et en affaires, y a pas d'amis. Les téteux qui veulent placer une dizaine de chaises, passer à la caisse. UNE PERSONNE FIÈRE PAYE SON ENTRÉE et est capable d'être honnête dans ses propos pour évaluer sa soirée.

 

    Vous avez des grosses dépenses et vous êtes là pour renflouer les coffres. Tout le monde veut voir ce show ou est curieux de le voir donc tout le monde se trouvera de l'argent pour y aller. Tiens, prenez Wrestleholic pour mettre à la porte, car sur ce point il n'a aucun sentiment qu'il l'habite et même un papillon ne pourra passer dans la fente de la porte.

 

    De là je vous souhaite la meilleure des chances.

 

 

 

    Et puis le 25 septembre, ce sera la 4ième édition de TOW qui sera présenté au Centre Pierre Charbonneau. La carte est sortie et le nom que j'aime le mieux c'est Pat Patterson. Pierre Clermont de son vrai nom a très bien réussi en s'évadant du Québec presque toute sa carrière comme Ricky Martel, Ronnie  et Terry Garvin, René Goulet et Tarzan Tyler. Pas parce qu'il a été le bras droit de Vince Mc Mahon pendant des années, mais pour sa carrière qu'il a eu que je lui dois un grand respect.

 

    Lorsque vous parlez d'un gars avec de la psychologie, du timing pour faire lever une histoire, vous en avez un en plus d'être une tête de lutte. C'était pas le plus gros gabarit d'hommes, mais il a travaillé sur le top partout et si vous en voulez un lutteur québécois millionnaire, je vous le nomme.

 

    Pour la carte en tant que telle, non elle ne m'épate pas car trop de différents styles ne vont pas ensemble; il y a de très bons lutteurs, mais les pommes sont mélangées avec les oranges et je vous laisse déduire.

 

    Tomassino sait que Pat Patterson le surveillera de près, car personne ne peut demeurer insensible à sa présence dans un vestiaire et c'est là qu'il devra jouer toutes ses cartes et Paysan devra "travailler" fort pour le faire bien paraître sur ce qui peut se transformer en "squash match", car le poids et la grandeur de Tomassino doivent primer.

 

    Honky Tonk Man pour ma part est fini depuis longtemps et à moins qu'il ne se déplace pour pas grand chose, c'est de l'argent jeté à la fenêtre; oui, il a fait des choses "dans le temps", mais ça fait longtemps et sans rien enlever à Phenoménom, tant qu'à faire de la comédie, j'aurais donné à l'ancien champion intercontinental, le Mobster ICW. C'est juste mon opinion.

 

    Matt Morgan cette fois-ci devrait être là et je l'espère pour Marc Blondin car il ne saura plus quoi inventer.

 

    Pour la finale ??? Attendez- vous pas à voir Max Boyer ni Samoa Joe. Mais à ce que M. la peinture m'a conté, PCO devra travailler fort, très fort. (Kayfabe).

 

    Ben oui Samoa Joe n'y est pas. J'aimerais bien le voir contre Hannibal. Ben oui Hannibal contre Samoa Joe et comme dans l'ancien temps, soit des vestiaires opposés Kayfabe sans accès et de l'improvisation pour tout le combat.

 

    Il me semble que ce serait plus tough que de frapper un arbitre de 150 livres ou un jeune comme Mark Andrews; ah oui, Dangerous Dan qui lui demandait de ralentir les coups soit dans le vidéo exécrable (non le vidéo, mais le combat)  que j'ai vu de l'aréna de Gloucester, endroit d'où j'ai déjà lutté et qui n'y avait jamais de monde.

 

    C'est pas croyable perdre de l'argent comme ça et Abdullah qui est soigné comme Céline Dion. Le "gros" doit être mort de rire, lui qui a eu besoin que de monter trois marches de l'escalier du ring, mais tant qu'il y aura des Marks pour les payer, les Abdullah, Honky Tonk Man, Neidhart et cie seront dans le ring pour s'appuyer sur les câbles, rien de plus.

 

    Depuis 1970 que je rêve à Abdullah, mais là, OUF malgré son bon vouloir, il a de la difficulté à mettre un pied devant l'autre et avec raison. Lui aussi a tout mon respect (comme lutteur), mais je crois qu'il y en a qui le respectent plus que moi .

 

    Et puis c'était qui ce gros blond là qui était en équipe avec Dangerous Dan ? Il me faisait penser à un gros pas bon de St-Marc des Carrières que j'avais vu au Gym Extrême.

 

    Bonne chance aussi à la TOW car, si je peux y aller, je me déplacerai et en premier lieu pour prendre un bon repas avec mon ami Brick.

 

 

 

    J'aime bien le concept " Attitude QC" qui nous est présenté sur le net. C'est qu'encore on voient combien la lutte pouvait être une religion dans le temps, comment ça pouvait être le fun dans les années 70 et à partir de 1940.

 

    Le sujet qui m'a accroché le plus est qui a été le lutteur le plus populaire après Yvon Robert ?

 

    Les noms sortis étaient Édouard Carpentier, Ricky Martel, Dino Bravo, Johnny Rougeau à cela je pourrais rajouter Jacques Rougeau Sr et Jr, Jos Leduc, Carlos Rocha, le Géant Ferré, tous des "Faces" établis, tous des Sauveurs de la grande lignée en quoi chacun de nous (40 ans en montant) se sont identifiés.

 

    Pour ma part et ayant vécu ces décennies, je crois que Johnny Rougeau est le premier choix sans hésiter. Le modèle de société, c'était lui. Tous ont lutté dans l'ombre de lui; il était l'homme à battre. Oui il était le grand patron de sa business (Entreprises sportives de l'Est) mais il avait tous les atouts pour porter une ceinture de championnat contrairement à ce qu'on peut voir aujourd'hui même à la WWE.

 

    Moi pour ma part mon idole était Édouard Carpentier (lire 3ième chronique) mais vous auriez opposé Carpentier contre Johnny Rougeau et le public aurait demandé à Johnny de ne pas faire mal à Carpentier ce qui me fit penser à la rivalité Bravo-Martel. Même si la condition physique de Martel était grandement supérieur, c'était Dino Bravo sur toute la ligne même au Colisée de Québec.

 

    Tous les autres "faces" mentionnés tantôt avaient des lacunes que Johnny Rougeau n'avait pas autant sur le côté entrevue, charisme, modèle de société, accessibilité enfin aller juste voir sur "google" et faites des recherches sur lui et vous le trouverez à quelque part sur une entrevue; vous verrez comment c'était convaincant, détendu, léger et crédible en plus.

 

    Sa plus grande qualité, il vendait. Je me souviens étant présent en 1967 au Centre Georges Vézina de Chicoutimi lors d'un gros show télévisé, les deux finales étaient Édouard Carpentier - Don Mc Clarity VS Hans Schmidt et Waldo Von Erich et la deuxième fut Johnny Rougeau VS Yvan Koloff acc par Tony Angelo.

 

    Après plusieurs descentes de genoux du 3ième câble de Koloff sur le dos de Johnny, l'arbitre arrêta le combat aux cris de Rougeau. Koloff s'empara du titre et les ambulanciers vinrent chercher Johnny Rougeau au ring qui lui criait de douleur. Celui-ci partit en ambulance sous le regard horrifié de la foule qui en résultat une couple de semaines d'hospitalisation à l'hôpital de Chicoutimi (je cherche encore la photo du promoteur de l'endroit Dan Walker à ses côtés). La presse en avait fait état, la télévision aussi en grande pompe.

 

    Tant qu'à lui Yvan Koloff, son gérant Tony Angelo et d'autres "heels" voyageant avec eux, ont dûs être escortés par les policiers jusqu'à la barrière du Parc des Laurentides.

 

    L'animateur du temps, Jean-Jacques Fortin en perdit presque la voix dans l'émission écouté le Lundi soir suivant à 23:00  (Sur le matelas).

 

    Pour m'avoir faufilé autour de la civière ce soir là, j'avais vu Jacques Rougeau Sr qui "vendait" aussi en s'essuyant les larmes et voulant entrer dans l'ambulance aussi.

 

    Je puis vous dire que les assistances pour la revanche et les revanches ont été astronomiques. J'ai ici en main propre un programme du Forum de Montréal du 22 avril 1968 payé 50 cennes alors qu'ils ont refusés du monde ce soir là dans une de ces revanches alors que Johnny avait récupéré le titre.

 

    En effet tout était kayfabe, les femmes des lutteurs, les enfants de ceux-ci, tout le monde. C'était comme un Chevalier de Colomb ou un Aramis. Personne ne savait rien à part que ça faisait mal.

 

    Les deux gros mots que je retiens de cette magnifique époque, c'est VENDRE et KAYFABE.  Tout le monde protégeait sa job.

 

    Aujourd'hui le même mec subit la même raclée et 30 minutes plus tard vous le voyez dans la foule ou dehors à l'entrée, se cherchant de la sympathie féminine, après quoi tout le monde se ramasse au Mc Do le plus proche . Ça fait déjà plus mal et il y a 50 personnes dans la salle le mois suivant.

 

 

 

    Pour revenir à Chris Hero et au sujet de voyager sur la route dans le temps, les pals et autres, il faudra attendre à la 109 ième car là les Tomahawks sont assez longs à donner mais avant j'en ai une courte à vous conter avant de passer aux "honneurs".

 

    Hier je m'en vais comme à tous les jours au IGA tout près de chez moi et en me stationnant, je vis un couple dans la quarantaine marchant vers le Super Marché tout deux cigarettes au bec et ayant sous leurs bras leurs fameux sacs réutilisables écologiques, vous savez la nouvelle génération des Verts.

 

    À 10 pieds de l'entrée, ce fameux couple "vert" se dépêcha de prendre une dernière pof de cigarette pour ensuite lancer leurs mégots par terre.

 

    Moi par contre je ne fume pas mais j'utilise les sacs de plastiques de l'épicerie comme sac de poubelle et pour ramasser les besoins de mes chiens lors de leurs marches journalières.

 

    Qui est le plus VERT de nous deux ?

 

10

 

    Bon ben j'en suis rendu aux Tomahawks soit celui de l'or. Je le décerne à Paradox, oui Paradox et je vais vous dire pourquoi et ça pas tout le temps rapport à la lutte.

 

    J'ai connu ce gars là lorsqu'il demeurait à Rivière du Loup et en plus d'être un spectateur assidu au show de St- Pascal, il se tappait deux heures de route pour assister à la CCW de Québec pour ensuite y prendre des cours pour ensuite demeurer un de mes grands bénévoles car au début pour savez, il faut passer par là et plusieurs ne l'ont jamais compris.

 

    La distance entre les deux villes ne l'a jamais découragé même qu'il se trouvait un lit de fortune à quelque part pour être présent aux cours et aux shows.

 

    C'est pas non plus le gros physique et le 6' 4, mais Paradox a su être unique et se trouver une "gimmick" bien à lui et encore là plusieurs ne comprennent pas qu'une gimmick est un mode de survie dans la lutte.

 

    Je peux vous dire qu'il ne l'a pas eu facile et son intégration au groupe a été un genre de calvaire; tout le monde se plaisait à le "stiffer", mais de semaine en semaine, le groupe diminuait et Paradox était encore là. Il a gagné chèrement ses dûs et le reste du temps que j'ai eu la CCW, c'était une aide de premier plan pour monter et défaire la salle.

 

    Par après, Paradox a déménagé à Québec et il a occupé des emplois minables et il a demeuré dans des endroits presqu'exécrables dû à un budget restreint mais il était toujours là pour la lutte. Partout il travaillait fort pour survivre  et petit à petit je l'ai vu grandir en terme social. Ses emplois devenaient meilleurs, l'auto rajeunissait, les logements meilleurs; il luttait toujours malgré les blessures, costumes, bottes de lutte, tout y était.

 

    Tantôt il a déménagé à Jonquière pour un meilleur travail, il a continué de lutter soit à la JCW d'où ses services ont été appréciés, tantôt il a habité Montréal pour de l'expérience au travail et là il est revenu à Québec après une autre escale à Rivière du Loup.

 

    Il s'est "fait" une petite famille, il est rendu avec une bonne job soit postier à temps plein et le gâteau de 2009, il vient de s'acheter une maison et il m'a montré une photo de celle-ci tout emballé de ce qui va être son chez-lui.

 

    Vous voyez l'évolution depuis 2003.

 

    Hey bien, félicitation Éric (Paradox) pour ta maison et je te souhaite d'être heureux avec ta femme et ta petite car tu l'as mérité.

 

    L'image fanée du "lutteur" change et les réputations de BS tout nu qui demeuraient à 6 dans un 4 et demi s'effrite tranquillement.4 et demi s'effrite tranquillement.

 

    Maintenant, j'en suis rendu au Tomahawk d'argent. Bon je le décerne à PCO. Y veut-tu y retourner "en haut" vous pensez ?


    Depuis presque deux ans, PCO a hypothéquer plein de choses dans sa vie pour retourner à la WWE. Il a pris des risques souvent mal calculés sur tel et tels choses en espérant toujours et il veut, il essaie, il y croit. Son coeur est gros comme un éléphant et je vois du Éric Gagné dans lui lorsqu'on sait que celui-ci fait aussi de gros efforts pour retourner dans les grosses ligues. Leurs carrières enfin tout semblent parallèles dans les deux cas à vouloir retourner sous les grandes lumières pour refaire une motte d'argent; tous les deux essaient n'importe quoi.

 

    Malheureusement dans les deux cas, les carottes sont cuites. Éric Gagné à 33 ans n'a même plus une balle rapide de 86 MPH (j'y étais hier soir pour le voir évoluer et c'était triste) et PCO à 42 ans en plus de ne pas rajeunir se mord encore les doigts de sa grave erreur du Forum de Montréal car un gros nuage est encore au dessus de sa tête.


    Néanmoins sans cette "erreur " il aurait peut-être été là encore une autre année ou deux tout çà à savoir si les patrons en auraient voulu à longue échéance car encore là il faut que tu sois bon envers les bonnes personnes. De là malgré que je n'approuve toujours pas sa "feud" avec Kevin Nash au Medley , je lui voue mon plus grand respect pour tous les efforts qu'il y mets et la foi qui peut l'habiter.

 

    Ouais j'en suis rendu au Tomahawk de carton . Il appartient à un lutteur de la ville de Québec. Le gars s'entraîne au même gym que moi; il look bien, c'est pas le plus charismatique mais son travail dans le ring est excellent. J'en parlais un peu dans la chronique précédente.


    Je le "book" dans un spotshow dans la Beauce et il me dit OUI.

 

    Jusqu'à date dans sa carrière, c'est moi qui lui a donné le plus d'argent.


    3 ou 4 jours avant le show soit du 19 Juillet , une couple de boys m'avertissent que notre lutteur ne sera pas là car ayant assisté à la fête du garçon du proprio de la R2W, notre coupable a dit qu'il n'y serait pas.

 

    Bon j'ai fait mine de rien car j'avais un plan B pour mon show. L'après-midi du show en question, notre lutteur de Québec n'y était pas mais j'étais triste à savoir pourquoi il ne m'avait pas prévenu lorsqu'on sait que je comprends très bien les imprévus de la vie mais là "ces imprévus" à deux semaines du spectacle à part du travail sont inexistants.


    C'est juste platte lorsque tout le monde le sait à part moi.

 

    Tout d'un coup je vois qu'il est sur un booking de Montréal vendredi le 24 Juillet soit 5 jours après son écart de conduite. Je préviens la fédération en question juste par une petite réponse sur la carte présentée sur un forum de lutte après quoi 15 minutes plus tard, l'intéressé ENFIN me téléphone pour me dire qu'il était "pris" sur la côte- Nord à travailler et qu'il était impossible pour lui de me téléphoner.

 

    J'ai pas dit un mot et je l'ai seulement écouter comme si j'étais un cave en faisant semblant de lui donner ma bénédiction. Voilà lorsque j'ai raconté son histoire à mes informateurs , ceux-ci m'ont dit :" Bullshit ".

 

    Voulez-vous que je vous dise , voir si en 2009 , on n'est pas capable de rejoindre quelqu'un lorsque tout le monde sait que je réponds au téléphone 24 hrs sur 24 et que j'accepte tous les interurbains frais virés. Si ça aurait été pour embrasser le cul de ma fille Mélissa, le son du téléphone n'aurait pas tarder .


    Vous savez il a toujours lutté bénévole et à Montréal le 24, il a fait le voyage pour pas une cenne noire devant un poignée de spectateurs tandis que je lui offrais $60. de plus pour un beau spotshow sous un chapiteau devant 500 nouveaux spectateurs. Vous savez encore lorsque je vous dit que la lutte québécoise ne tient que par un petit pain, vous avez là le parfait exemple.


    J'ai la mémoire longue et la rancune me fait bien.

   

    La saison de la R2W va commencer "supposément" en septembre et il est prêt à aller se" prostituer" encore pour une bouteille d'eau.


    Ah oui j'ai pas dit son nom mais j'en ai assez dit.


    Donc pour terminer le Tomahawk citron. C'est vraiment génial que c'est le collagénial Jacques Rougeau pour son entrevue à TQS avec André Arthur.


    Callis ça me tente pas d'être en "heat" avec Jacques car de un je l'ai vanté y a pas si longtemps et parce que je trouve qu'il a une belle petite "business", c'est bien fait dans ce qu'il aime et il réussi à y vivre, chose qu'il a toujours très bien maitrisé dans ce qu'il adorait grâce au talent que Dieu lui a donné mais l'entrevue surtout le Kayfabe qu'il a TRAHIT.

 

    Tabarnak Jacques tu n'étais pas obligé de dire tout ça; sans prendre le monde pour des niaiseux et des caves, tu viens de leurs dire à pleine TV que oui ils ont été niaiseux et caves dans les années 70 et 80 de t'avoir fait vivre, d'avoir acheté tes photos, d'avoir attendu des très longues minutes dehors à la porte avant de l'arèna après la lutte pour avoir ton autographe pendant que vous les tops se sauvaient par la porte de derrière.


    Moi à leurs places, je me sentirais floués de t'avoir cru, je me sentirais fraudé, volé. C'est comme dire que Mononcle Johnny et Papa Jacques Sr n'étaient pas des vrais.


    Avec toute ton expérience Jacques, certain que tu aurais eu d'autres choses à conter , des belles choses que le public aurait aimé entendre de toi.


    Les grosses heures d'entraînement que tu as mis sur ton corps à 20 ans, la misère que tu as eu à tes débuts au Mexique, en Alabama, en Louisianne, les dûres étapes de tes premiers pas dans le ring en tant que lutteur, tes plus grandes joies et peines que tu as vécu enfin qu'est ce que ce sport t'a apporté en frais d'expérience de vie lorsqu'on sait qu'un lutteur est toujours seul lorsque les épreuves surviennent.


    J'ai pas ton expérience Jacques enfin tu me connais, je suis le gars de Jonquière moyennement talentueux sans aucun Anglais dans le temps qui a décidé de sortir de sa région en se mettant des plumes sur la tête et rien que çà m'aurait donné autre chose à dire dans "tes 15 minutes" d'antenne que la lutte était arrangé à 100% d'un bout à l'autre avec tous ses précieux secrets.

 

    J'aime bien écouter André Arthur mais celui-ci n'a jamais rien fait pour la lutte au fait il l'a toujours détruite à part d'en parler lorsque "le cirque" s'en venait comme il se plaisait à dire. Arthur n'est jamais entré dans un vestiaire de lutte (gros kayfabe dans le temps) et il n'a jamais monté dans un ring ni pris un bump donc il y a toujours de ces choses qu'ils ne savent pas, ils ont des doutes sur certaines choses mais là à TQS, Jacques Rougeau lui a tout donné sur la main gratuitement pour mieux détruire le petit peu de magie qu'il restait. JAMAIS un magicien ne dévoilerait ses tours même un vendeur d'auto ne dira jamais comment il peut "crosser" un acheteur. Voyons c'est leurs gagne-pain. À vous de déduire.

 

    C'est terminé pour celle-ci.

 

    Bonne semaine,

    Sunny War Cloud

   

 

@ Tous droits réservés. Les chroniques de Sunny War Cloud ne peuvent être reproduites entièrement ou partiellement sans obtention de l'autorisation écrite de l'auteur.

 

Accueil - Nouvelles - Biographie - Galerie photo -

"Sous la tente" - Liens suggérés - @