"Sous la tente" de Sunny War Cloud,

 

 

Chronique #101 (29 juin 2008)

 

Bonjour chers amateurs de lutte,
 

    J'espère que vous allez bien car je ne croyais pas vous revoir de sitôt; enfin, si je serais sur le BS en ayant rien à faire, je pourrais vous pondre une chronique par jour.

 

    Bon, parlons des vraies personnes. Donc, je vous invite "sous la tente" encore une fois afin de partager pleins de choses de la vie et de ce qui est sur le respirateur artificiel, la lutte.

 

 

 

    Pour débuter, je veux vous dire que le 14 mai dernier vers 10:45 à la salle 2:35 du Palais de Justice de Québec, j'ai fait une tabarnak de job, oui une clean en plein milieu. Pour ceux qui me connaissent bien et qui m'ont déjà vu plaider un billet d'infraction, je peux vous dire que je pouvais enlever ma veste de franges d'indien pour celle d'une toge d'avocat et j'étais pas trop mal pris; la gêne et la nervosité en plus, je ne connaissais pas ça.

 

    Des tickets de vitesse, de stop, de dépassement par la droite, de témoins pour les autres, de passagers surprises, je n'avais pas mon égal mais aujourd'hui c'est terminé.

 

    Depuis un an, j'ai la responsabilité en étant constable spécial de trois salles d'audience  en ce qui attrait à la sécurité et tout le monde qui conteste la vitesse incluant des beaux parleurs, des professionnels de la santé, des enseignants, des ingénieurs, des jolies femmes, des personnes handicapés, des chauffeurs d'autobus, des taxis et au travers ça des niaiseux, enfin tout le monde repart avec une estampe de "coupable" dans le front.

 

    Bien habillé, mal habillé, rien n'y fait; le radar au laser est trop perfectionné aujourd'hui.

 

    Les stops, les ceintures pas attaché, etc, de temps à autres il y a un acquittement, mais la vitesse c'est terminé et même si tu fais le trajet Val d'Or - Québec pour venir te défendre et que tu as manqué un jour de travail, tu seras jugé sans pitié comme un insecte.

 

    Je vous le dis c'est terminé, le doute n'existe plus. De mon travail en plus, j'ai acquis de l'expérience car j'en vois et j'en écoute une cinquantaine par semaine, donc le" bagage" est supposé être là mais c'est le mois précédent, le 14 mai, que j'ai senti que j'avais deux prises contre moi, bref j'en parlais avec mon garçon et je lui disais que je n'étais plus certain mais je voulais prendre le risque car dans la vie j'ai toujours "challenger".

 

    Au fait, on me reprochait un an auparavant d'avoir circulé à 132 km dans le Parc des Laurentides, mais je m'étais préparé d'aplomb; mon permis de conduire sans ceinture, un beau croquis, des photos 8 par 10 montrant l'endroit d'où l'infraction fut commise, tout ça dans un endroit de construction solide. Il y a 4 ans, haut la main, ma défense est excellente.

 

    La journée précédent ma comparution, je travaillais à la cour de la MRC de la Côte de Beaupré et j'en glissa un mot à l'avocat de la Couronne que demain c'était mon tour à Québec.

 

    Il me dit: "Depuis le temps qu'on travaille tous ensemble, vous savez comment ça fonctionne"

 

    Le lendemain matin, bien peigné, sur mon 36, complet cravate, le corps arrosé d'Azzaro, je partis confiant pour aller me battre non pas en Sunny War Cloud ou en portier de bar mais en homme d'affaire.

 

    En sortant de la cafétéria du Palais de Justice, j'ouvris la porte à une dame qui avait en plus d'avoir un bras chargé, traînait une valise à roulette.

 

    "Merci Monsieur vous êtes gentil".

 

    "Je suis toujours gentil Madame".  Elle me retourna le sourire.

 

    Arrivé à la salle d'audience 30 minutes plus tard, je vis qu'il y avait du monde; personne ne souriait et tout ce petit peuple se regardait dans les yeux de peur d'être reconnu, mais travaillant là-dedans, j'étais habitué à cette ambiance.

 

    Là je vis l'avocat de la Couronne entrer, hein c'est une jeune avocate d'environ 25 ans. Parfait Sunny, ça va être facile à démolir. Oh non c'est M. Rancourt à cet endroit.

 

    "Tout le monde debout" s'exclama le constable spécial. Heille c'est une Juge, c'est la femme d'en bas à qui j'ai ouvert la porte.

 

    Au travers notre petite foule semblable à celle des petites fédérations de lutte québécoise, vu que j'étais assis à l'avant comme dans mon jeune temps que j'assistais à la lutte, Madame la Juge me reconnut et m'envoya un signe de tête. Vous savez elle avait le genre d'une femme que vous pouvez "avoir" dans un bar pour deux coupes de vin et la jeune à la Couronne, tellement féminine, toute petite. Vraiment en plus de faire beau soleil dehors, le bon Dieu était avec moi; j'aurais dû m'acheter un super 7.

 

    Après plusieurs remises de dates dans d'autres dossiers, je fut le premier nommé pour procéder car avec mes "contacts" à la grefferie, j'avais fait transférer mon dossier de Chicoutimi à Québec afin de sauver du millage et du temps.

 

    Arrivé à la barre, la Juge me dit: "Avez-vous un avocat qui vous représente ?" en regardant mon dossier d'un air louche.

 

    " Non je me représente seul".

 

    La main sur la bible et là je décolle, je conte mon aventure, tout coule bien car j'ai eu un an et quelques pour préparer mon combat, mes hi-spots, mes photos, mon croquis, mon permis de conduire sans ceinture, j'ai même fait un "Dive" ; tout le monde m'écoutait comme si j'étais Moïse sur la montagne: "et pour terminer Madame la Juge, je ne suis pas ici parce qu'il ne me reste seulement un point de démérite car j'ai tous mes points. Je suis ici pour le principe car ce n'était pas moi. Le policier est un humain et il s'est trompé".

 

    "Assoyez- vous ici M.Rancourt".

 

    "Des questions la Couronne ?"

 

    "Non pas de questions"

 

    "Avez vous des commentaires?"

 

    "Oui, malgré que son récit semble crédible et qu'il est certain de son innocence, vous aurez votre Honneur à juger de la qualification du policier, du vaisceau qui a été pris à 100 mètres, que le radar laser était bien calibré et vérifié avant et après et que son rapport est clair etc, etc, je vous demande de maintenir le constat".

 

    "Bon M.Rancourt veuillez vous lever SVP".

 

    Bla bla bla " dans mon esprit à moi il est certain et j'ai la conviction que c'était bien vous que le policier a capté sur son appareil et le laser ne fait plus aucun doute et d'ailleurs vous n'avez pas réussi à faire la preuve dans votre défense qui vous donnerait droit à un acquittement de ma part donc je vous déclare coupable et je vous condamne à l'amende de $175. + les frais. Avez- vous des questions ?"

 

    "Oui comment se fait t-il Madame la Juge que l"ivressomètre est aussi précis et contesté et gagné ?".

 

    "M.Rancourt, l'ivressomètre c'est au criminel et ça coûte au bas mot $5,000. pour le contester. Allez vous payer $5,000. pour $175. ?  Bon combien voulez-vous de délai pour payer ? "

 

    "Je vais vous payer tout de suite".

 

    "Non je vais vous donner 3 mois à partir d'aujourd'hui".

 

    "Merci".

 

    Bon je me suis fait battre par une femme comme à la ALF. Même Tom Zenk et Roch Voisine auraient perdu.

 

    La semaine suivante, de retour à mon travail à la cour cette fois celle de Donnacona, je dit à l'avocat de la Couronne que j'avais perdu ma cause. Il me dit: "Vous ne m'avez pas écouté  la semaine passée".

 

    "Comment ça "!

 

    "Bien je vous ai dit que vous saviez comment ça marchait car ça fait un an que vous voyez et écoutez des causes et qu'un billet de vitesse, tu dois être "ferré" pour battre çà , c'est trop précis aujourd'hui , la marge d'erreur est nulle".

 

    "Ouais".

 

    Souvent, je vois aussi des personnes qui font venir le policier en cour pour le questionner ou le confronter, mais encore là, la machine est trop forte car tu te bats contre un avocat qui ne fait que ça à tous les jours et pour le passage du policier en cour, s’il est assigné de votre part, si vous perdez votre cause, vous êtes responsables de ses frais en plus.

 

    Oubliez aussi la nouvelle affaire de SOS Tickets. Cette "gimmick" de Montréal vous enverra un avocat oui et peut-être à moindre frais, mais à ce que j'ai vu à date, le Juge dit: "Je vais prendre la cause en délibéré et vous aurez une réponse par la poste", mais à la fin de la journée alors que tout ce beau monde est parti, tout le monde est encore coupable mais cette fois par la poste deux semaines plus tard.

 

    Le samedi suivant, soit le 17 mai avant d'aller lutter pour la PWA à St-Marc des Carrières et ce dans la fin de semaine de l'Action de Grâce après avoir écouté mille et une fois que les policiers allaient faire plusieurs opérations radars, je devais conduire ma fille Mélissa à l'aéroport de Dorval et j'ai fait tout le trajet aller-retour sur le cruise à 108 sur la 40 et je n'ai pas rencontré une tabarnak de police pendant que tout le monde me dépassait à 130 et 140.

 

    Non, en passant le gaz, y est pas encore assez cher car ça roule c'est pas possible.

 

    Bon, ben là je vais vous parlez de lutte, donc conduisez prudemment, respectez les limites de vitesse, faites vos stops car criss que c'est platte de passer en cour, pis ça vide d'énergie.

 

 

 

    Enfin, j'ai connu M.Robert, Frédéric de son prénom lors de mon tout premier voyage et passage à la GEW de Granby. À mon arrivée à l'aréna de l'endroit dans l'après-midi, après avoir pris connaissance de ma magnifique chambre dans le plus bel hôtel de Granby, je suis allé lui dire merci pour le professionnalisme auquel j'ai eu droit à mon entrée dans la chambre.

 

    Bouteille d'eau sur le lit accompagnée d'une lettre de bienvenue, d'un plan de la ville par rapport d'où j'étais enfin dans la lutte québécoise, on voit pas ça souvent, donc je voulais préciser le tout.

 

    Ce gars là, soit M.Robert, à quelques heures du plus gros show de l'année de sa fédération, aurait eu plusieurs raisons d'être nerveux, d'avoir une voix tremblotante, enfin d'être habité par un stress visible, ben non il était d'un calme désarmant, répondait très bien à mes questions et semblait avoir un contrôle parfait de la situation.

 

    Le set up était très bien, le show a commencé à l'heure pile, mais malheureusement s'est terminé trop tard, soit une heure de trop, mais j'appréhendais le tout. Dans un gros show, tout le monde a vendu des billets et tout le monde veut avoir son spot, donc pas grand promoteur peut vaincre cette indiscipline si je veux appeler ça de cette façon.

 

    Enfin une soirée réussie, une belle foule de gros show qui nous fait oublier les petites sans oublier que j'ai pris note de tout ce que j'ai vu qui n'était pas correct ou à améliorer.

 

    L'intéressé m'a demandé de lui faire part du tout en secret, ce que je respecte car il n'était pas obligé de bien me recevoir et ne soyez pas inquiet car des points négatifs sur ce gala, il y en avait et il y en a partout dans tous les galas. Mais, comme mon gérant d'affaires le fait si bien, quand on est reçu à la tarte au sucre, les réponses sont mielleuses.

 

    Juste comme ça, Sylvain Grenier était en belle shape. C'est rafraichissant de voir un gars comme ça au travers des jeunes; ça me faisait penser lorsque j'étais adolescent et que j'étais aux côtés d'Édouard Carpentier. à Jonquière. Ça fait "motivant" à aller s'entraîner.

 

    Et puis, le jeune Van Hawk, oui il est très bon et pour s'améliorer davantage, je lui suggère de "sortir" un peu soit d'aller se mesurer à Alex Price ou Dan Paysan ou amener ceux-ci dans la ville du zoo. Je le redis encore, c'est sur la route à lutter contre des meilleurs que toi que tu apprends et non lutter à tous les jours avec des moins bons que toi ou de se "pitcher" 50 fois dans un tas de matelas bleus comme j'ai déjà vu.

 

    Bon ben, merci GEW pour tout et continuer à travailler fort dans votre ville et tant que vous n'aurez pas un imbécile qui ira s'ouvrir de l'autre côté de la rue pour briser ce que vous avez chèrement bâti, ça va bien aller.

 

 

 

     La dernière fois que j'avais mis les pieds dans cet aréna, c'était en 1993 et il y avait du stock ($$$) sur cette carte. En effet, Tito Santana, Jimmy Snuka, Les Bushwackers, Nail'z, Triple HHH (Terra Ryzing), Tony Atlas, Frenchy Martin, Tony Roy, deux lutteuses Américaines, enfin il y avait pas 80 personnes dans la place. Un autre show gardé secret par un des pires promoteurs rêveurs que j'ai connu. Guy Gaynes pour le nommer. Pas un gars déplaisant à parler, mais un irresponsable tout simplement.

 

    Le show avait commencé avec un retard je vous dit de 45 minutes parce que le promoteur attendait "le monde" qui ne sont jamais venu. Les lutteuses n'ont jamais embarqué sur le ring bien que l'une d'entre elles est allée saisir la caisse en avant de peur de ne pas être payé. Oui elle a pris le peu d'argent dans la caisse et a sacré son camp avec l'autre lutteuse laissant la femme du promoteur dénudée de tout argent.

 

    Drette-là après avoir fait part à son mari de l'écart de conduite de la lutteuse Américaine, la pauvre dame du promoteur exaspéré des frasques continuelles de son époux en manque de vedettaria de lutte, car ce n'était pas une première, a sacré son camp en le laissant dans la merde, je veux dire "sa merde" et de peur de se ramasser dans le coffre d'une voiture, c'est sa grand-mère qui était  venu à la rescousse de son petit fils avec un bas de laine garni, mais en voulant de fortes explications.

 

    Frenchy Martin s'est fait le porte-parole et tout le monde a eu son dû. Le show a pas duré 90 minutes incluant mon 4 minutes d'avec Richard Charland. Voilà, c'était mon dernier passage à cet aréna qui datait de 15 ans, mais des souvenirs que je ne peux oublier.

 

    D'ailleurs, j'ai revu ce mec à Windsor tout près de Sherbrooke l'été passé alors que je luttais à cet endroit et il m'a demandé: "Allo M. War Cloud, je veux avoir vos coordonnées car je prépare quelque chose de gros pour bientôt".  Je lui ai dit: "Tiens, c'est mon numéro de téléphone car je ne demeure plus à Jonquière et j'ai inscrit également mon numéro de transit et de folio de la Banque Nationale pour le paiement avant le départ de chez moi".

 

    Il est parti tout heureux et j'attends encore c'était quoi son gros projet.

 

 

 

    Toujours dans notre vieille bonne lutte québécoise, je suis comme par hasard arrivé sur un vidéo d'un gala à Trois-Rivières, un Rumble par surcroit, d'où j'ai pu voir un Razor Revolution ramasser d'aplomb Bloodlust, le petit des Mc Goths avec deux sévères chops et d'après mes lutins, le tout s'est froissé un peu dans les vestiaires.

 

    Ce que j'en pense? Eh bien, les deux lutteurs ont raison et les deux ont tords. Je vous explique. Premièrement, d'où Razor a eu tord c'est que je ne vois pas la raison dans un Rumble d'où l'action est éparpillé un peu partout, de "stiffer" quelqu'un. Au travers de 7 ou 8 lutteurs qui se chamaillent, les spectateurs ne peuvent que tout assimiler et tout acheter d'un coup; pour eux, un seul résultat compte et leurs vues sont axées sur le combattant qui tombe en bas ou qui est près de tombé en bas.

 

    Les "Rumbles" sont souvent des "cartoons" et PERSONNE n'a le droit de faire mal à l'autre ou de prendre le risque de "dormir" au plancher en risquant de se faire piétiner. Si je lutte seul contre Giovani, le public sera centré que sur nous deux; là, nous devons opérer solide et nous vendre; si nous nous  ramassons au bas du ring à quelques pieds des spectateurs, là nous pouvons nous "stiffer" d'aplomb toujours dans un commun accord, car sous le nez des payants, la véracité du combat doit prédominer.

 

    Donc, dans les Rumbles ou les anciens combats royaux à 25 dans le ring, protéger les "Faces", protéger les "Heels", placer de l'action et de l'interaction avec la foule sans faire mal aux autres et si vous voyez un cave comme Carl XL qui prend du plaisir à stiffer les plus petits ou les "greens" comme j'ai vu au XX de la NCW, eh bien sortez le à la gang en le stiffant à votre tour. Aussi, j'ai toujours enseigné à des jeunes lutteurs qu'à force égale, tu dois prendre soin de toi. Cette chose m'avait été mal enseignée étant plus jeune et j'ai appris à quelques fois. Un jour, Phil Lafond (Dan Kroffat) m'a expliqué le tout et j'ai gardé ça chèrement en mémoire.

 

    Au Japon, comme exemple, dans les années 80, si tu pesais en bas de 250 livres et pas de "gimmick", tu étais un voleur de job pour eux. Donc, comme ça m'est déjà arrivé même si j'avais des plumes sur la tête, au premier "lock up", je pouvais sentir que le Japonais qui ne parlait ni Français ni Anglais voulait voir "qui" j'étais car celui-ci en plus d'avoir les deux bras raides, exerçait une vilaine pression pour me reculer au coin et rendu là, deux sévères gifles dans la fosse du cou, drette-là je le "switche" de bord et je lui ai rendu la pareille. Donc vous voyez, je lui ai montré de me respecter mais à prendre en considération que nous sommes tous les deux en début de combat donc frais de part et d'autre.

 

    Ensuite au 2ième "lock up", il passe derrière moi et il m'apporte hautement et violemment "flat" au sol pour lutter au plancher mais encore là, ils veulent savoir si tu sais lutter ou te "débrouiller", donc si tu n'as pas de base de lutte et pas de cardio par sucroît, tu es cuit du territoire et tout le monde te bûcheront et te "baiseront" salement. Par contre, si dans ce premier 5 minutes tu leurs montres de l'assurance et en jouant le même jeu qu'eux, le reste du temps ils seront "lousse" comme au Québec et cela prévaut comme tel partout sur le globe. Partout dans un nouveau territoire, tu as des gallons à prendre, tu te dois de te faire ta réputation et même Hulk Hogan s'est fait essayé au Japon. Chris Benoît en a mangé des claques sur la gueule aussi. Stan Hansen et Bruiser Brody par exemple ont imposés leurs lois mais qui étaient plus impressionnant qu'eux, que cette équipe ?  Brody en est peut-être mort de cette puissance.

 

    Dans le cas de Trois-Rivières, Bloodlust a comme voulu se défendre et prendre soin de lui, mais il ne faut pas qu'il oublie qu'il ne pèse que 150 livres et que le gars en face de lui en pesait 220 donc ce n'était pas à partie égale et de plus il y avait une bonne période d'écoulée dans cette soirée, donc le fait réside que Bloodlust était "supposé" être fatigué et la meilleure chose pour lui aurait été de bien vendre les "chops" de Razor car de un celui-ci est plus gros et de deux la soirée ne débutait pas pour lui; ensuite au vestiaire dans un coin neutre, il aura à expliquer à Razor de ne plus faire ça de cette façon, en tout cas avec lui. Si le "stiffeux" en avant de Bloodlust aurait été comme exemple Davey Jackson ou Haiduk, là prends soin de toi Alex et réplique et le meilleur des deux va rester mais ce ne sont pas des situations plaisantes à vivre.

 

    Écoutez, je te prête mon corps, tu me prêtes le tien. Les lutteurs à la WWE travaillent à tous les jours comme à Lutte Internationale nous le faisions ainsi que partout en plus des voyages éreintants donc tous, ont besoin de leurs corps en santé pour continuer à gagner leurs pains à tous les jours. Ici au Québec, presque tout le monde ont besoin de leurs membres pour travailler les lundis matin et souvent à minuit le Samedi soir après leurs combats, donc les raisons pour jouer les bras et se stiffer pour rien ( $$$) sont au neutre. Notre Razor Revolution est encore "green" et son talent n'est pas né de sperme d' Édouard Carpentier, mais à l'avenir dans un tel combat précédant le son de la cloche, expliquez vous et vous vous comprendrez mieux. Sur moi y a pas de problèmes pour "ses" shops, mais sur un petit, c'est vrai que ça doit sonner de travers. Donc pour conclure, respectez vous dans le ring et ce toujours d'un accord agréable et dynamique des deux parties, mais respectez aussi qui est l'autre, ce qu'il représente dans la business et sur la balance car voyez vous si en plein Challengemania devant 500 personnes, Busty Love ne vendrait pas un "splash" de Rebel, où s'en irait la lutte !

 

 

 

    Dans les grosses ligues j'ai vu et souvent vu çà soit des coups stiffs dans les TV Tapings, mais je savais à quoi m'en tenir et j'étais payé pour çà mais devant 50 personnes et pas de salaires ??? Non pas certain que j'apprécierais. Prendre soin de soi dans un combat est une bonne chose, mais en premier lieu faut prendre soin des spectateurs à ce qui se déroule devant eux, ait un aspect de réalité.

 

    Pour parler de quelqu'un qui m'a déjà instruit là-dessus et m'a fait voir la chose honnêtement, c'est l'arbitre chevronné des Loisirs St- Jean- Baptiste, Pierre Bertrand. Celui-ci, en plus d'être attitré par la Commission Athlétique de Montréal à arbitrer au Forum et au Centre Paul-Sauvé pour la "grosse office", était un homme de main fiable et respecté de Pat Girard aux Loisirs St- Jean- Baptiste du coin Rachel- Berri. Son surnom de Kangourou lui tenait bien. Au fait, Pierre Bertrand était un ancien dur de la basse ville, ancien alcoolique par surcroit, collecteur, enfin il ne l'avait pas eu facile en plus d'avoir été élevé, je veux dite "traîner" à coup de pied avec souvent un seul maigre repas par jour dans le corps.

 

 

    Si tu avais un problème, plusieurs te référaient à Kangourou; il était l'âme positif des Loisirs, un genre de parrain quoi. À mes débuts au Saguenay avec la gang, j'avais appris "stiff" et de bien mauvaise façon et à la fin des années 70, j'étais le "King" sur le ring au Saguenay, mais à mes premières présences à Montréal, j'avais transporté "ce style" et au milieu d'un combat Royal avant de me faire ramasser d'aplomb, Pierre Bertrand avait "callé" aux lutteurs Réal Duplessis et Andy Moreau de me sortir drette là.

 

    Après le combat, Kangourou me dit: "Aie le kid de Jonquière, viens de l'autre côté où les haltères, je vais te parler. As- tu remarqué Robert comment les "boys" t'ont ramassé raide et sorti dans pas long ? Je te dis ça parce que je veux te protéger d'eux et de toi-même. C'est moi qui leurs ai dit de te sortir car les gars te promettaient de t'en calisser une. Je vois que tu as du coeur et que tu pars de Jonquière pour venir ici pour pas une cenne, mais je veux que tu changes ta façon de lutter car t'as pas appris de la bonne manière.

 

    Si dans ton coin vous vous bûchez comme ça, icitte ça passe pas car c'est toi qui va y passer. Écoute, les "boys" ici ont été élevé dans la rue, dans la pauvreté et la violence; d'autres, c'est Pat qui a répondu pour eux pour pas qu'ils aillent en prison. Pat s'est engagé à les entraîner, leurs faire faire du sport, leurs montrer à gagner leurs vies honnêtement; Pat et l'Abbé Godin sont les Pères de tout le monde ici et Johnny War Eagle et moi-même leurs donnont un coup de main dans les vestiaires et ceux qui ne veulent pas comprendre, c'est dehors. Donc pour toi Robert, si tu veux rester ici, tu vas apprendre à travailler "lousse" sans faire mal à personne; tu peux rentrer tes coups, mais de manière équitable. Tout le monde ici peut devenir violent car ils connaissent ça, mais nous leurs inculquons un travail en s'amusant. Ici aux Loisirs, tout est gratuit mais personne n'est payé, donc quand t'es pas payé, tu t'amuses et tu prends soin de ton prochain. Donne du respect dans le ring et les gars vont t'aimer."  Voilà.

 

    J'ai appris ça et c'est le merci que je dois à Pierre Bertrand.

 

    Au Saguenay dans le temps, c'était "stiff" un peu du genre que j'ai montré et pratiquer à la CCW, mais cela m'a fait apprendre que lorsque tu sors de chez toi, tu dois te familiariser ave le style déjà préconisé chez le voisin. À la CCW je voulais un style solide et tous ceux de l'extérieur qui y venaient faire un tour pour lutter s'en apercevait assez rondement, par contre si c'est toi le visiteur à l'extérieur, conforme toi à celui qui t'invite à part si tu combats avec un de tes gars que tu as apporté avec toi. Je vous dis qu'un gars "étranger" qui venait à Québec et qui se retrouvait contre XTreem Dave Silva, se demandait qu'est-ce qui se passait d'anormal.

 

    Marc The Grizzly par exemple, m'a toujours redouté et je n'ai jamais lutté contre lui mais je lui ai déjà dit: "Marc je peux lutter contre toi et pas un shop sera donné, tu n'auras aucune marque sur le corps".

 

    Il y a des personnes très influentes aussi que tu peux rencontrer entre les quatre poteaux, soit des personnes à ne pas "stiffer" si tu veux lutter souvent et être apprécié partout. Le souvenir le plus près de moi est Steve Corino contre Damien Steele à Québec. Ouf. Steele a poussé à l'extrême je crois et si Kevin Steen aurait fait de même avec Corino à la EWR, je ne crois pas qu'il aurait foulé le sol Japonais si hâtivement. Steve Strong en est un autre. Qui pouvait être plus stiff que lui et dangereux en plus ?  Il a eu son "try out" à la WWF, soit à Vancouver contre Tito Santana. Ce dernier n'as pas d'ennemis, tout le monde l'aime, il est d'une gentillesse sans borne, j'ai même entendu de très bonne source qu'il avait le numéro de cellulaire à Vince Mc Mahon quand on sait qu'une très minorité de personnes ont "ce numéro" dans leurs calepins. Eh bien Steve Strong lui a presque "arraché" la tête dans cet "essai", donc Vince et Hogan ont dit "out" et Strong a terminé sa carrière à Calgary et Porto- Rico à petits salaires.

 

    Donc pour en revenir à Pierre Bertrand , lorsque je suis un visiteur ou j'ai devant moi "de l'influence" , je sors un autre arsenal qui peut autant sortir crédible et je "vends".

 

 

 

    La ROH vient à Montréal vendredi le 7 novembre 2008. Première visite de cette fédération en province et ce sera pour moi également un baptême ROH live. J'espère passer une belle soirée et être satisfait du show, dont je ne me fais pas tordre un bras pour y aller. Je ne demande pas un set up de rêves avec mille et une lumières et avec 20 machines à boucane, mais un gala bien présenté qui commencera à l'heure et qui ne se terminera pas à minuit car je vous redis dans mon cas, après une couple d'heures et quelques, les boutons commencent à me pousser sur le corps .

 

    Je ne m'attends pas à voir non plus des gars de 6' 6, 325 livres, mais j'apprécierais au moins pour mon $50 voir un peu de travail de gym sur le corps des participants et non de voir la même chose combat après combat. À mon humble avis, la foule pourrait se jouer entre 350 et 400 payants gros top. Faut pas rêver, à part notre petit monde d'internet, les lutteurs ne sont pas connus et avec la basse popularité de la lutte présentement, je me demande si les autres fans (WWE) veulent les connaître. Ce n'est pas et ça ne sera pas non plus le sujet sur les lignes ouvertes sportives dans la Métropole; Ron Fournier et Christian Gauthier mangent dans la main du club de hockey Canadien.

 

    Autre chose aussi et pour une fois qu'on a de la visite, j'espère que nos lutteurs "cheaps" qui n'ont jamais une cenne feront un peu d'over à leurs jobs pour avoir de l'argent dans leurs poches car je suis ROYALEMENT tanné des téteux de tickets. Ce serait juste désolant de voir 30 lutteurs du Québec sur la sécurité et qui auront aidé à monter le ring et placer une 20aine de chaises et puis s'évaporer à 5 minutes de la fin du gala, tout ça pour ne pas payer. Enfin, pour en revenir au gala, j'espère que la "crème" de cette fédération sera là et qu'ils ne dédaigneront pas ceux qui nous représentent soit Kevin Steen et Generico.

 

    Bon ben, après en avoir entendu parler pendant 6 ans de la ROH, rien ne me fera manquer le 7 novembre prochain. On se revoit là-bas.

 

 

 

    L'autre jour en regardant un topic sur la SCW de Sherbrooke, M. Magouille écrivait: "Je n'ai pas gonflé l'assistance, nous avons eu exactement 233 spectateurs. Merci aux gars de la PWA, TUW, NCW, ALF, FLQ qui sont venus nous voir". Là-dessus calculez les billets vendus par les lutteurs à mon oncle et ma tante et vous vous retrouverez avec 100 personnes payantes autres que la "famille", ce que je dis depuis un bout qu'une centaine de spectateurs aujourd'hui,se retrouve parmi les bonne salles.

 

    Le lutteur-promoteur Devon "Hannibal" Nicholson (Kid Nichols) me fait penser à une femme battue québécoise qui aime çà ou du moins qui s'accommode bien dans sa déchéance. En lisant son article à l'effet qu'il perd constamment de l'argent, je me demande où est le fond de son porte-monnaie. Avec $100,000. de perdu comme il le dit si bien et si il avait bien ce capital en argent au départ, il me semble qu'il aurait pu faire quelque chose de bien au Québec et de rentable en plus.

 

    J'ai décollé la CCW en septembre 2000 avec une dette de $22,500 pour tous les équipements et 40 mois plus tard, j'ai fermé avec un profit en plus d'en avoir vécu pendant ces années. Donc, imaginez avec ce dizième de million de dollars qu'il a perdu, d'où j'aurais pu me rendre dans mon aventure si je les aurais eu ? Mon ami Marc The Grizzly s'est réveillé à temps, mais Hannibal, qui l'arrêtera ? J'espère qu'il ne croit pas que c'est le meilleur moyen de monter "en haut" ou d'être respecté de ces anciennes vedettes parce qu'il passe justement pour un "Mark" à agir de la sorte. Les gars rient tout simplement de lui et le traitent comme un pon pon. Déjà pas dompté d'avoir payé d'avance Dustin Rhodes qui n'a jamais foulé son ring, il vient de récidiver avec Jim "Anvil " Neidhart qui lui aussi en se levant le matin a décidé de ne pas y aller sans oublier que les billets d'avions ne sont pas remboursables.

 

    Pour "Anvil", $600. aux danseuses et dans la drogue c'est vite dépensé, donc partir en avion les poches vides pour aller prendre des "bumps" quand y a pu de fun à l'autre bout, au temps mieux rester chez soi. C'est pas Abdullah The Butcher non plus qui va te donner un break à la WWE, car il n'y est jamais allé et le "Gros" ne book personne à part peut-être de s'accaparer de 35% de ta bourse. Heille quand j'y pense, 700 personnes au Colisée Pepsi de Québec avec TNA, ça c'était un tabarnak de trou.

 

    Un jour, Hannibal Nicholson le "promoteur va se réveiller mais quand ?  Est-il une victime d'un jeu compulsif comme au casino ou d'une personne qui est "frappé" sans arrêt par les mots "lutte" et "gloire" personnelle ? Choisissez n'importe quoi et vous gagnerez, mais moi depuis qu'il a frappé intentionnellement, sauvagement et  sans raison Mark Andrews à la NCW, je n'ai aucun respect pour lui et personne "en haut" n'en n'a également.

 

 

 

    Changement de sujet, je me suis laissé dire que Damien Steele prenait une retraite, non je veux dire un gros "break" après St- Pascal. Vous savez, pour un gars de 27 ans environ en plus d'être un lutteur québécois, je trouve qu'il est bien avancé; très bonne job et même deux autres à temps partiel, un beau camion neuf, une maison bien à lui avec sa conjointe et maintenant le bébé qui s'en vient en septembre, et oui j'oubliais le petit chien.

 

    Toutes ces responsabilités font que partir le Samedi soir laissant seul à la maison femme et bébé pour aller lutter bénévole et risquer une vilaine blessure qui peut te faire perdre tous ces acquis, sa décision est justifiable. Pour l'avoir vu cheminer depuis les touts débuts de la CCW, Damien Steele pourra dire qu'il y a cru un instant, qu'il aura travaillé fort sur son personnage dans les dernières années mais que l'évidence et la raison sont là. Bonne chance Jérôme et que la vie soit bonne pour toi.

  

    Vous savez, juste pour rire un peu, car habituellement un lutteur, ça n'a jamais d'argent, ça pas de char, pas de blonde, ça reste à 3 dans un 3 et demi, ça déménage deux fois par année, ça change de job à tous les mois quand c'est pas sur le BS, ça n'a qu'un T-shirt, une paire de jeans et une paire de bobettes dans son garde-robe et ça mange du spaghetti deux fois par jour, ça fume mais ça jamais de cigarettes, ça se lave une fois de temps en temps et très vite, ça n'a pas son secondaire terminé, ça fait juste emprunter pis ça rend jamais.  Cependant en 2008, je vois une lueur d'espoir.

 

 

 

    Bon soyons sérieux, mais c'est-tu sérieux ce que j'ai lu :" Paul Leduc fini..." Oui fini de régner en maître sur la FLQ ou LLW, ALF, fouillez-moi tout lui appartient et tout a débuté avec son investissement personnel. Paul a déjà écrit que les chroniques, c'était terminé et un mois plus tard, il était revenu et est ce que ce sera la même chose avec la FLQ ? Paul vient-il de nous "worker " tous ? Il vient d'avoir une baisse de lutte et je suis le premier à le comprendre. Sachez qu'après avoir lu et relu son texte, le tout avait grandement du sens et il a écrit la même chose que moi à la fermeture de la CCW en décembre 2003.  Et sur ce que je le comprendrais encore plus, c'est qu'il a 20 ans de plus vieux que moi, donc une génération ce qui le repousse encore plus loin de la réalité des jeunes d'aujourd'hui.

 

    Vous savez lorsqu'un minable petit gérant de 3 mois d'ancienneté qui n'a jamais mis une cenne dans de l'équipement et qui a mal partout lorsque c'est le temps de défaire les installations, vient dicter la façon de diriger une fédération, c'est parce qu'il y a eu un laisser-aller très prononcé dans notre discipline. Calisse qu'avec Édouard Carpentier et Maurice Vachon, ça se serait pas passé de même et Paul Leduc doit sûrement se souvenir à quel point tu avais des "gallons" à surmonter, donc pourquoi l'accès au ring, au vestiaire, à la salle tout court sans payer l'admission est-elle si facilement accessible ?  Serait-ce que c'est parce qu'à la NCW , à la ICW ou à la FCL, c'est trop de cheminement ?  Je ne sais pas, mais aidez moi quelqu'un car je n'y suis allé que deux fois à la FLQ et c'était en 2002 .

 

    J'ai vu du désespoir dans le message de Paul et j'endosse tous ces dires à l'effet du montage et démontage de salle, des bris de matériels, du style de lutte qui n'est pas vendeur, enfin c'est un peu ce que vivent plusieurs fédérations qui sont toutes prises dans le même bourbier. Cependant, Paul n'attire aucune sympathie de personne y compris moi car de la vraie aide, il en a eu à commencer par Philippe Leclair, Bertrand Hébert, ect, et vous en connaissez une dizaine d'autres noms que je ne veux pas m'efforcer à trouver, mais de bonnes personnes bénévoles et loyaux qu'on a foutu à la porte comme des tas de merde; des personnes à qui on pouvait déléguer du travail platte, ce que j'ai moi-même fait à la CCW car Martel et Manson m'ont fait du bon travail et jamais je n'ai mis ceux-ci à la porte pour protéger ma progéniture.

 

    Pour le montage et démontage de salle, oui ce sont toujours les mêmes et les mêmes se sont tannés et un soir après un gala, j'ai dit: "Je vous offre de la lutte à toutes les semaines dans la plus belle salle, donnez-moi $25 par mois (exception des gars de l'extérieur) pour lutter ce qui fait $6.25 par semaine pour réaliser votre rêve et vous n'aurez pas à toucher aux installations avant et après, comme les lutteurs de la WWE. C'est çà ou je FERME". Les gars ont dit oui. Avec ça, je payais mes assurances. Je l'avais réglé le problème et la EWR ont continué dans le même sens car ma méthode était la bonne. La salle, je me la "tappais" au complet avec une couple de gars que je récompensais avec mes spotshows, mais je déléguais le booking. Malheureusement à la FLQ, il y avait un cancer et il y est toujours.

 

 

 

    J'ai regardé vite "Smackdown" il y a deux semaines et j'en ai vu un nouveau. Un gros "face" en équipe contre "Deuce and Domino". Un gros qui a l'air débile avec la langue sortie. Lui je l'ai aimé.

 

 

 

    Pour terminer, je suis vraiment tanné d'entendre parler des choses sur l'ex-Ministre Maxime Bernier et son ex Julie Couillard. Je vais vous dire une chose là-dessus, c'est que sa véritable faiblesse aura été entre ses deux jambes. Un couple quand ça marche dans le lit, ça marche PARTOUT.  Et vous avez le parfait exemple que lorsqu'une femme veut faire de la marde, que ça peut être puissant et sans pitié.

 

    Bonne semaine,

    Sunny War Cloud

   

 

@ Tous droits réservés. Les chroniques de Sunny War Cloud ne peuvent être reproduites entièrement ou partiellement sans obtention de l'autorisation écrite de l'auteur.

 

Accueil - Nouvelles - Biographie - Galerie photo -

"Sous la tente" - Liens suggérés - @