"Sous la tente" de Sunny War Cloud,

 

 

Chronique #96 (15 décembre 2007)

 

    Bonjour chers amateurs de lutte, 

    

Déjà rendu en décembre 2007; on y vas-tu pour une 96ième chronique juste avant Noël ? Tout en espérant que vous allez bien parce que c'est une histoire un peu troublante que je veux vous conter en commençant; histoire bizarre à la fois, dure à croire pour moi, facile pour d'autres, enfin venez "sous la tente" à la chaleur, je vais tout vous conter ça.

 

Cette histoire date de plus d'un an et ce, dans les fonctions de mon travail comme agent de sécurité. Dû au personnage que je suis et à ce que je représente au premier coup d'oeil, mes patrons m'avaient offert un type d'emploi particulier au travers la Baie James et m'ont payé la formation, donc aujourd'hui et depuis près de deux ans, je ne fais pratiquement que de la garde de détenus de milieu carcéral dans les hôpitaux. Au fait, je prends la relève des agents correctionnels avec les menottes et tout le tra la la afin que le détenu, qui a à recevoir des soins, reste tranquille et ne devienne pas un danger pour tout le monde dans les établissements de santé.

 

Trois quarts de 12 heures avec prime, 4 jours de congé font que j'adore ce travail qui au fait est valorisant pour moi dû à mes 16 ans d'abstinence de drogues; je vois un peu d'où j'en serai rendu si je n'avais pas choisi la grosse thérapie "confrontation" en 1991. Lorsque le détenu est violent, nous sommes deux agents et ce soir là nous étions deux sur un quart de nuit ( 20:00 - 8:00). Assis tous les deux dans le passage à côté du cadre de porte, nous jasions de choses et d'autres mais là ma grosse voix a fait qu'un vieil homme dans la chambre d'en face s'est levé et nous a dit: "Pardon messieurs, vous pourriez baisser un peu le ton car vous m'avez réveillé".

 

"Mille excuses Monsieur, nous allons faire attention".

 

Il parti se recoucher et 5 minutes plus tard il se releva et nous dit: "Je ne m'endors plus".

 

Il voulait "piquer" un brin de jasette avec nous au sujet de notre travail et de la maladie en tant que tel et moi mes conclusions se terminent toujours à ce: "T'as toujours le choix dans la vie, de bien vivre ou de mal vivre et que c'est le bon Dieu qui décide lorsque ce sera la fin et de quelle façon tu partiras pour un monde meilleur".

 

Là le vieil homme (je dirais + 80 ans) s'interposa: "Quel monde meilleur" ?

 

"Bien après la vie, si tu as mené une bonne vie sur la terre, tu t'en vas au ciel ou bien en enfer ".

 

Le vieil homme me dit sur un ton sec et significatif: "Je te dis qu'à ta mort ou à la mienne c'est terminé".

 

Et il continua: "Il se passe quoi quand tu dors" ? "Rien" lui dis-je.

 

"Te souviens- tu de quelque chose avant d'être venu au monde" ? "Non"

 

"Eh bien ce sera la même chose à ton décès".

 

Là, il me dit qu'il a été curé pendant nombres années dans telle région du Québec: "Ils nous ont bourrés le crâne quand nous étions jeunes avec le petit catéchisme et tout".

 

"Oui mais vous avez prêchés quoi en chair et à vos paroissiens" ?

 

"J'ai prêché ce qu'on m'a appris à dire et je l'ai fait du mieux que je le pouvais. Lorsque j'étais tout jeune dans la grosse famille qu'on était, je n'avais pas le physique et l'endurance pour aider mon père sur la ferme et dans le bois, donc dans notre temps, ça prenait un curé dans la famille et c'est moi qui fut choisi".

 

"Vous avez dû être malheureux toute votre vie soit de dire quelque chose que vous ne croyez pas".

 

"Oui et non; j'ai toujours eu les mains propres et les pieds au chaud en plus de bien manger trois fois par jour. Puis je suis allé aux femmes de temps en temps, nos pèlerinages et nos retraites fermées au loin, il fallait bien que je m'évade pour pas que le monde le savent".

 

"Oui, mais les mariages et baptêmes que vous avez célébrés" ?

 

"Quels mariages durent bien toute une vie me dit t-il" ?

 

"Les baptêmes" ?

 

Là, il partit à rire et alla se recoucher.

 

J'étais viré à l'envers, moi qui est catholique et qui a tous les films de Jésus soit de Nazareth, Ben Hur, les 10 Commandements, etc. Mon compagnon de travail lui est non-croyant, donc ça changeait rien, mais ma belle- mère qui est toujours rendu à l'église me dit presque insulté: "Ton corps meurt mais ton âme va à quelque part". Je voulais requestionner ce vieil homme, mais le lendemain soir à 20:00 lorsque j'entrepris mon quart de travail, il n'était plus là car l'hôpital l'avait libéré et tout est confidentiel, donc ....

 

J'en suis encore perturbé un an plus tard. Et là le Cardinal Ouellet qui vient de s'excuser de ce que l'église a fait. Et les religieuses qui nous ont battus à coup de strappe à L'école Notre-Dame de Fatima et celle de Montfort à Jonquière en prétextant qu'elles nous aimaient et voulaient faire sortir le Diable de nous.  Vous savez la religion est un choix personnel et PERSONNE ne sait ce qui se passe de l'autre côté car je n'ai pas connu personne encore qui est allez voir et qui est revenu.

 

Dans la chronique précédente, je vous parlais que dans la lutte nous étions toujours seul, que l'individualisme prédominait au premier degré et là, j'en ai un parfait exemple sous mes yeux alors que j'ai dans mes mains le livre de Chris Jericho, ouvrage nouvellement sorti chez nos libraires; chemin faisant, je vous avais déjà conté que j'avais intimement connu Chris Jéricho en Allemagne en 1993 dans un tournoi de presque trois mois. Après Brick Crawford, Jericho a été la personne la plus proche de moi-même ainsi que de Crawford, car le seul temps qu'il n'était pas avec nous, c'est qu'il dormait ou était sous la douche ou sur la chiotte.

 

À part qu'il coupait une cenne en quatre et qu'il mangeait dans mon assiette pour sauver de l'argent, j'ai jamais eu rien à dire de ce gars là; très bonne attitude, à sa place, poli or il avait 23 ans dans ce temps là et je lui voyais un avenir certain dans la lutte professionnelle car il voulait apprendre en plus d'avoir un talent exceptionnel; bref, tout comme Brick Crawford je m'en étais fait un bon chum presqu'un ami et à notre départ de l'Allemagne, l'accolade fut sincère. Nous nous sommes revus en 1997 lors du gala Rougeau - Hogan au Centre Bell alors que j'avais croisé justement le fer à mon ami Crawford pendant que Jericho se faisait Jeff Jarrett.

 

La joie était immense de se revoir alors qu'il faisait parti du roster régulier de la WCW. Il avait pris soin de me présenter à tous les "boys" qui me voyaient pour une première fois en disant que nous étions ensemble en Europe. De là il me donnait ses coordonnées et je fis la même chose cependant tout m'avait été volé (carnet d'adresse) dans les vestiaires de la CCW en 2001. À l'hôtel Continental après le Centre Bell, je lui ai présenté ma blonde ainsi que mes deux garçons après quoi il s'est fait prendre en photo avec eux, qui par après ont pris soin de laminer le tout en 8 par 10 comme trophée respectif dans leurs chambres.

 

Je revis Chris Jericho au Colisée Pepsi à l’été 2001, après quoi il me donna cette même accolade de 1993 tout en me partageant ce qui se qui se passait dans sa carrière. À un moment donné, Johnny Ace me demanda qui j'étais pour être dans le vestiaire et aussitôt Jéricho dit: "c'est ok c'est mon chum Sunny War Cloud". Il prit une photo avec un de mes élèves soit Hell Storm et à mon départ il me redonna ses coordonnées en Floride, coordonnées sur un bout de papier que j'ai égaré à quelque part, mais bon je ne lui ai jamais rien demandé et d'ailleurs je n'avais rien aussi à lui demander, à part le saluer de temps à autre mais à part çà, le temps avait passé depuis Hambourg ce qui me laissait de très bons souvenirs de lui.

 

Après cette soirée au Colisée Pepsi, à sa demande, "Taxman" qui luttait pour moi à la CCW et qui aidait Réal Pigeon à la WWE ce soir là, est venu montrer à Jericho où je demeurais mais les lumières éteintes, il a préféré déranger personne. Il y a deux ans, Jéricho qui luttait à Montréal, est passé chez HMV pour une séance d'autographes et mon ami Brick Crawford était allé le rejoindre et ce fût de belles retrouvailles et encore là, Jéricho s'informa de moi, si tout allait bien, enfin nous étions comme les trois Mousquetaires en Allemagne. Voilà qu'en ce triste mois de novembre dernier, je reçus un courriel de "Glamguy" soit un grand amateur de lutte qui me dit qu'il a entre les mains le livre de Chris Jericho "A Lion ' Tale" et qu'en page 167 et 168, Jericho parle de moi, tout ça accompagné d'une belle photo couleur de nous tous.

 

Voilà, il cite: "Je n'aimais pas l'arbitre Mel Manson en Allemagne parce qu'il se croyait trop gros et autant Mel se croyait important, ce n'était rien à comparer à Sunny War Cloud. Sunny était un indien Canadien Français qui parlait juste un peu l'anglais.

 

Quand il avait un soir de congé, ce qui arrivait 2 ou 3 soirs par semaine, Sunny entrait dans le vestiaire et disait: "Vous travaillez encore à soir, moi je ne travaille pas et je fais le même argent que vous". La vérité c'est qu'il ne travaillait pas parce qu'il n'était vraiment pas bon; au fait, il se vantait: "Je suis payé à pas lutter à cause que je suis trop poche". Un soir, nous sommes allés dans le district chaud sur la "Reeperbahn" et à la fin d'une allée, il y avait une grande porte et quand on y entrait, on arrivait dans ce qui ressemblait à un zoo pornographique. Derrière les murs de vitres se tenaient les plus belles filles et aussi les plus laides que j'avais jamais vu; si un gars était intéressé pour le prix $$$, il pouvait passer du bon temps. Nous sommes passés devant une blonde spectaculaire et Sunny a décidé que la blonde le trouvait de son goût.

 

 

Sunny dit: "Comment fait-elle pour ne pas trouver Sunny beau et sexy ? Je vais enlever mon chandail et lui montré c'est quoi un homme sexy". Il a retiré son chandail qui était trop petit pour un gars de 12 ans et exposé une paire de pectoraux qui aurait rendu fier Jerry Blackwell. Il a continué avec une routine de pauses tellement affreuses qu'il aurait convaincu Arnold Schwarzenneger de faire un film à propos d'un gars qui tombe enceinte. Sunny était un de ces gars qu'on voit au Lambeau Field en décembre avec l'estomac peinturé et pas de chandail. La jolie jeune fille à regarder ces pectoraux mous gogoter s'est allumé une cigarette et a décidé de fermer son rideau. Çà ressemble à ça Sunny War Cloud".

 

Voilà çà ressemble à ça une forte amitié dans la lutte. Vous savez, je croyais avoir tout vu dans la vie et dans la lutte et j'en apprends encore et jusqu'à ma mort j'en apprendrai. Pour vous, lutteurs dans la vingtaine, vous apprendrez aussi surtout pour ceux qui croient tout connaître. En revenant au livre, j'en suis bouleversé, bouleversé que Chris Jéricho ait attendu 14 ans pour écrire ses mémoires, enfin ce qu'il pensait vraiment de moi et même Brick Crawford (vous lui demanderez) ne sait vraiment pas qu'est ce qui se passe dans l'esprit de Jéricho. Je vous le dit, je suis assommé.

 

Juste pour me défendre un peu de son texte, je veux dire de son "torchon", je veux vous dire et Crawford peut m'endosser que les deux offices de lutte qui existaient en Allemagne soit, Otto Wanz et René Lassartese pour qui nous étions ( la dernière), il y avait toujours deux lutteurs de plus pour faire prendre congé à tous les lutteurs parce qu'il y avait de la lutte 7 jours sur 7; nous étions payé à tous les jours, même si nous étions en congé et "ce congé" nous étaient donné à notre arrivée dans le vestiaire, soit une heure avant le début du show. Tout le monde avait sa journée de congé payé par semaine mais devait rester sur les lieux jusqu'à la toute fin.

 

Pas 2 ou 3 soirs de congé par semaine, mais un seul, mais qui pouvait être le samedi et le dimanche, donc deux jours d'affilés mais pas dans la même semaine, voilà. Chris Jericho a eu sa journée de congé par semaine aussi. Oui j'étais payé plus cher que Jericho; peut-être a-t-il mal digéré que je sois rémunéré de 25 marks allemands par jour de plus que lui. Ensuite, si je n'étais pas bon, alors pourquoi ce promoteur très proche de ses sous également m'a t-il fait venir en Allemagne pour une troisième fois (1987, 89, 93) alors qu'Otto Wanz qui était dans l'opposition voulait m'avoir aussi ?

 

Connaissez-vous un employeur qui emploie quelqu'un qui n'est vraiment pas bon au travail et qui ne performe pas ? Et dans le sport professionnel, c'est pire encore. Ah oui, en 1993, j 'avais comme la meilleure shape que j'avais jamais eu, 235 livres, 34 de taille, 19 pouces de bras tout ça dans moins de 12% de gras. J'ai des photos. Aussi dans le gym, je "poussais" de beaucoup plus à ce que Jéricho prenait. Pour les chandails ou T-shirts que je portais, un enfant de 12 ans à 235 livres, 34 de taille et 19 pouces de biceps à froid bien tapé, j'en ai jamais vu. Pour les filles dans les vitrines, de temps à autres j'avais du "Mobster" dans le nez et j'aimais faire un show et d'ailleurs le promoteur m'avait dit que les "Pimps Allemands" ne voulaient pas que "leurs filles" soient avec des catcheurs parce que nous étions plus gros qu'eux au cas où il y aurait eu de la brouille.

 

Et puis Jericho doit se souvenir comment Sunny "pognait" en Allemagne avec ses longs cheveux noirs dans un pays d'où tout le monde est blond ... Au fait, presque qu'à tous les soirs j'étais accompagné dans mon lit même si je ne parlais pas l'Allemand. Peut-être n'a t-il pas aimé, mais il s'en souvient j'en suis certain. Crawford lui a tout ça en mémoire. Voilà, ce sont mes explications que JAMAIS je n'aurais cru à me justifier et cette histoire vient vraiment me chercher. Pourquoi lui ? Il me semble qu'il y en aurait eu d'autres avant lui. Si Jericho a bien pensé et écrit tout ça en étant sain d'esprit, eh bien il a été hypocrite pendant un criss de bout. Le monde est petit, peut-être qu'un jour je le reverrai et je lui demanderai c'est quoi qui se passe. Oui, il était meilleur que moi, avec un meilleur talent, oui il a fait certains sacrifices et fait ce qu'il avait à faire pour aller jusqu'en haut; à quelque part, oui il a été chanceux, très chanceux car j'en ai connu qui avait son égal et que je n'ai plus jamais revu. J'ai toujours été content pour lui et content de le revoir, mais à quelque part, il a été un bon acteur devant moi.

 

Est-ce que je vais être obligé d'acheter le livre de Chris Benoit également pour savoir si ce dernier m'a ramassé aussi ? Et celui de Bret Hart ? À tout le moins, je peux quand même le remercier d'avoir parlé de moi dans son livre, même si c'est en mal car il m'a fait connaître d'un public qui ne m'aura pas connu. Peut-être le seul lutteur québécois dans son volume. Mais diable que je suis déçu. Une chance que je ne lui ai pas demandé de parler pour moi. Ben oui, j'avais déjà envoyé mon CV à la WCW, donc si le booker avait ouvert mon enveloppe en même temps que Jericho passait par son bureau, la poubelle a dû en hérité. Pas d'argent, pas de services, pas de sexe, tu ne passes pas.

 

Qui veut m'endosser?

 

Une autre horreur m'attendait celle fois-ci sur le net, soit la semi-finale de la ALF de vendredi dernier, soit Marie Lollypop contre Franky The Mobster; oui, vous avez bien lu Mobster, soit notre Sydney Crosby de la lutte, notre Lucian Bute, notre Éric Gagné; quel autre super talentueux voulez-vous que je vous nomme, fouillez moi quelqu'un ? Ceci étant dit, je ne connais pas Marie Lollypop, bref à part de voir son nom un peu partout et sa photo aussi dans différents posters de galas, ma perception rapide est que c'est une jolie fille enjouée qui aime la lutte, enfin tout ce qui se rapporte à ma passion, mais de là à faire reculer d'un pied le lutteur NUMÉRO 1 au Québec, de mon humble avis, seulement des retardés mentaux qui ont droit à des soins dans une aile psychiatrique peuvent y croire ou y assister dans un engouement explosif.

 

La lutte en est rendue là mes chers fidèles; des fois, je me remets en question si après ma 100 ième chronique, je devrais décrocher et de regarder seulement les émissions au canal Prise 2 au lieu de vous parler et d'inculquer certaines valeurs sûres aux jeunes lutteurs du Québec. Vous savez, Franky The Mobster, c'est LE TOP, j'aime ce gars là et il le sait. Tabarnak, lui et moi un bon matin au Palais de Justice de Montmagny, on a battu un avocat chevronné de la Couronne et poussé à plein de doutes l'esprit d'un Juge au cheveu blanc, donc pas un Pee Wee; même le policier qui avait grafigné un ticket à Franky s'est baissé les yeux devant notre vedette québécoise tellement Mobster avait de l'assurance et moi par dessus comme passager. Oui, acquitté d'un billet de près de $500 et nombre de points de démérite qui aurait poussé notre vedette à s'acheter une carte métro-autobus.

 

Le temps est passé depuis et notre Mobster s'est amélioré encore dans le ring, au micro et partout. Sa shape! Avec son charisme, son micro et SA SHAPE, il bat à pleine couture Steen et Generico qui ne sont vraiment pas des deux de piques. Encore un peu de cardio pour Franky et c'est fait; ses nouveaux costumes + le bronzage = WWE tout de suite. Mais que fait-il encore au Québec à niaiser, oui à niaiser car après s'avoir durement entraîné et hypothéquer sa santé avec "plein de produits", il se ramasse contre une fille de deux ans de lutte dans une fédération supposément de filles ? Si l'argent est là, ce qui est primordial aujourd'hui pour survivre, je m'en excuse sincèrement, mais je sais très bien que ce n'est pas le cas. Je vais vous dire ma vraie perception des choses ou la solution.

 

Sylvain Grenier, oui l'ancien de la WWE, celui que vous voyez à RDS au côté de Marc Blondin, rêve certainement de retourner sous les gros projecteurs de la WWE. Bon, s’il est au Québec à ne rien faire, c'est parce que la fédération de Vince Mc Mahon n'ont rien pour lui et en simple, il ne fait tout simplement pas le club. Ce qu'il lui faut, il était là au Québec vendredi dernier à la ALF, c'est Franky The Mobster. Grenier peut aider Mobster car il sait à quelle porte cogner et Mobster avec ce qu'il dégage peut aider Grenier à retourner en haut. C'est là une vraie solution. Je ne vous demande pas de vous aimer et de vous faire confiance à 100%, non, mais de faire "business" ensemble; chacun vous avez ce que l'autre n'a pas. Ensemble vous pouvez faire une équipe, un tag team à la WWE.

 

Rencontrez-vous, mettez vos idées ensemble, n'essayez pas de vous "crosser" l'un l'autre; corriger vos faiblesses de manière à ce que vos forces prennent le dessus. Soyez l'orgueuil du Québec, investissez une couple de mille $$$ pour vous faire faire de beaux costumes identiques, un super de beau vidéo dans lequel on vous verraient à l'oeuvre dans une salle pleine contre deux bons "jobbers" qui vous mettraient "over" au maximum, tout ça suivi d'un "finish" explosif. Dans ce vidéo, je veux vous voir vous entraîner au gym dans des super sets rapides et courir au sprint dehors ou sur un tapis roulant, tout ça sur une musique approprié. J'ai encore en mémoire les vidéos de Ricky Martel, Tom Zenk et Dino Bravo y ayant moi-même participé.

 

C'est un travail de 6 mois minimum votre affaire à partir du jour où vous serez compatible à travailler ensemble dans la bonne direction. Dans ce 6 mois de vache maigre non-rémunéré et sollicitant un investissement certain, vous aurez à combattre toutes les équipes du Québec, car vous devrez offrir vos services partout afin de vous tirer d'impasse contre des équipes souvent non talentueuses, enfin elle est là l'expérience. Voilà l'essentiel a été dit de ma part et il n'y a pas d'autres solutions que de travailler ensemble et amener le tout de vous-même directement au bureau-chef de la WWE. Sylvain Grenier lui sait à quelles heures les vrais boss sont dans le building et quel ascenseur prendre, à part ça en solo vous allez sécher tous les deux en province.

 

N'attendez surtout pas après quelqu'un, soit qu'il vienne vous chercher ou parler pour vous car vous serez amèrement déçu. Pour tous les emplois que j'ai eu, j'ai eu à investir temps et argent et surtout d'aller me vendre en disant: "Je suis votre homme" et dans le ring dites vous: "Je suis le meilleur ce soir". Après tout ça, si ça ne fonctionne vraiment pas après maintes tentatives, vous pourrez dire que vous avez tout fait, tout essayé et j'irai vous encourager à la ALF et peut-être qu'à la toute fin, je vous aiderez à défaire le ring, voilà.

 

Pour changer de sujet, ne soyez pas inquiet monétairement pour Hulk Hogan suite à son possible divorce d'avec sa femme. Il reçoit encore des chèques de royauté de toute part dont il ne connait pas la provenance. Brett Hart cependant, après avoir ménagé ses sous tout le temps de sa vie, semble la trouver moins drôle après deux divorces; c'est juste que de le voir déambuler dans les différents centres commerciaux ou autres pour autographier ses mémoires me laisse croire qu'il vague dans l'insécurité car on est pas prêt de voir le "Hulkster " à quelque part dans Côte Vertu.

 

J'entend pas parler ben ben de la lutte TNA cédulé pour le 28 décembre prochain à Québec, au fait c'est au point mort, RIEN + RIEN.  Je crois que cette fédération serait mieux d'inviter Céline Dion à leurs shows. Tabarnak elle a vendu 40,000 billets en 25 minutes. Je suis certain que Jacques Rougeau a déjà pensé à aller jouer une ronde de golf avec René Angelil pour s'assurer d'une petite présence de Céline pendant l'entracte. Un jour, s’il réussi cet exploit, je veux tous vous voir lui demander pardon. En passant, il va attirer + de monde dans la place à l'Auditorium de Verdun que TNA au Centre Pierre Charbonneau. Que voulez-vous, il est CONNU.

 

Ici au Québec, dans notre gros village, Céline Dion, les Canadiens et les Remparts de Patrick Roy, c'est ça qui est hot en ce moment, rien d'autres.

 

Pour terminer, je vis un ESTI DE GROS DEUIL présentement, je vous en reparlerez dans la prochaine chronique et pour ceux qui n'aime pas les animaux vous n'aurez qu'à passer droit. Juste pour vous dire aussi que je me suis fait avoir de vive façon car je me suis procurer le Roto Duster, vous savez la gimmick qu'on voit à la TV, la patente qui nettoie tout. C'est supposé coûter $19.95, mais avec les taxes + le shipping et un autre affaire rendue à la maison, ça coûte $45. Et ça vaut pas de la marde, car ca ne fait que déplacer la poussière.

 

Mais ne soyez pas inquiet pour moi, je le refilerez à quelqu'un comme cadeau de Noël. Kayfabe.

 

Bonne fin de semaine et je vous souhaite un très joyeux temps de Fêtes et amusez bien et la boisson au volant, faites attention car je veux vous reparlez et non parler de vous.

Sunny War Cloud

   

 

@ Tous droits réservés. Les chroniques de Sunny War Cloud ne peuvent être reproduites entièrement ou partiellement sans obtention de l'autorisation écrite de l'auteur.

 

Accueil - Nouvelles - Biographie - Galerie photo -

"Sous la tente" - Liens suggérés - @