"Sous la tente" de Sunny War Cloud,

 

 

Chronique #94 (27 octobre 2007)

 

    Bonjour chers amateurs de lutte, 

    

Avec tout ça, nous sommes rendus à la 94ième chronique avec encore pleins de sujets sur notre passion, soit la lutte, qui au déclin de la majorité du public normal, occupe encore nos idées, envahit toujours nos temps libre, car pour moi c'était ma vie, celle que j'avais choisi étant tout jeune.

 

Donc, dépêchez-vous à entrer "sous la tente", car il y a du monde ces temps-ci, même du monde que je croyais ne plus revoir et entendre; ben oui, vous savez comme j'ai dit l'autre jour, personne lit les chroniques de Sunny, mais tout le monde connait son contenu.

 

Le 14 septembre dernier, soit quelques heures après que la 93ième ait été mis en ligne, XTreem Dave Silva m'appela, lui qui n'avait pas donné de ses nouvelles depuis un grand bout. Eh oui, je le croyais détaché de la lutte à jamais; oui, presque, mais il continue de me lire et il en a "craché" sa liqueur sur son ordinateur en pouffant de rire lorsqu'il a vu mes commentaires sur lui-même au sujet des lutteurs qui luttent contre le sexe opposé.

 

Non, il ne s'est pas objecté à mes dires et il ne dit pas non à un éventuel retour, même qu'il a été approché à quelques reprises par certaines fédérations, mais à chaque fois il a décliné car la motivation et le sérieux de ces endroits ne lui donnent pas le goût en ce moment de renouer avec le ring. D'ici là, lorsque ce sera le temps, je saurai bien le faire sortir de chez lui car il croit en moi.

 

Juste revenir une minute sur l'immigration, soit les gangs de rue; l'autre jour, la police a fait une descente dans un point de vente de drogue de Montréal-Nord et une dizaine de personnes ont été arrêté pour trafic, violence et tout. Dans ces "noms" de personnes, il n'y avait pas beaucoup de Simard, de Girard et de Tremblay, donc aucun nom de famille de consonance québécoise pure laine. Et là, je reprends deux commentaires, un émis par le journaliste Michel Auger: "Ya pas grands payeurs d'impôt là-dedans" et celui de Claude Poirier: "On récolte ce qu'on a semé". Voilà, totalement d'accord avec ça.

 

Souvent, lorsque je vais voir mes enfants à Jonquière, je me prends du temps pour aller m'asseoir au Mont Fortin, au Mont-Jacob ou sur le cran en haut de la rue St-Michel et celui de ma tout jeune enfance, soit au coin de St-Léandre - Jacques-Cartier pour contempler la ville et faire un retour sur ma vie et voir comment le monde a évolué de par ses inventions, de comment les chercheurs en santé ont progressés, autant la science, les moyens de communication, les automobiles, les ordinateurs et il parait qu'en 2050, pour ceux qui seront encore là, vous pourrez aller prendre une bière sur la lune et que le sida se guérira par un vaccin, mais là en ce dimanche soir le 30 septembre 2007, je viens de découvrir quelque chose qui va avec le progrès, qui va avec l'avancement de la vie, qui en fait va faire le bonheur des buveurs de café, c'est qu'enfin après plusieurs études de marché, les Tim Horton vont prendre la carte débit.

 

Ben oui, là aussi il y a des grands penseurs, des génies de trou de beignes; maintenant, ils prennent la carte Master Card et, oui bientôt, la carte débit. Quel avancement dans la société car qui ne sait jamais fait pogné au dépourvu dans cet endroit? Alors, continuant mon instruction, n'allez vous en pas dans les Costco avec votre Master Card ou Visa, car ils ne les prennent pas ; dans ces endroits c'est l'argent comptant, la carte débit ou les chèques personnels; oui, vous avez bien lu, les chèques personnels.

 

Ah oui, je vais le mentionner aussi pour ceux qui sont en manque de drogue et qui ont besoin de "cash" rapide, aller faire un kiosque de Loto-Québec dans les allées des Centre d'achats; il y a + d'argent là que dans les banques, car ils ne prennent pas les cartes de crédit, aucune carte débit, aucun chèque quel qu'il soit, seulement de l'argent et puis ces commerces sont des plus florissants, car tous nos petits vieux laissent leurs chèques de pension à ces endroits car ils ont tous négocier avec le Seigneur une autre vie après celle-ci.

 

Mais, je vous averti mes chers drogués, c'est que ça va vous prendre un méchant cardio pour "sprinter" le centre d'achat jusqu'à la sortie, un cardio qu'une très minorité de lutteurs ont (Alex Price, James Kraven, Max Boyer, Don Paysan, Traver, DGenerate, El Generico, Radd Adams, Markos Estrada, Damian Steele). Oui, j'ai nommé Damian Steele, saviez-vous chers lecteurs que ce lutteur poids lourds de Québec, 6' 275 livres, est capable de courir, marche par marche, l'escalier des plaines d'Abraham à Québec et ceux des chutes Montmorency? Vous voulez essayer un défi demain matin, bien essayez un ou l'autre et vous m'en reparlerez. C'est vrai que je n'ai pas le même âge que Steele, mais j'ai essayé les plaines d'Abraham cet été et j'ai dû m'arrêté trois fois une minute pour les faire.

 

En 1982, dans une forme splendide à 203 livres après avoir fait le marathon de Montréal, soit le lendemain, j'étais allé courir les escaliers de la Place Ville-Marie et je suis arrêté à 4 étages de la fin. J'aimerais et on voudrait tous retourner dans ce temps et bloquer le compteur là. En passant, félicitations à Damian Steele pour l'achat de sa maison.

 

J'ai un mot à dire pour la fédération IHW qui fait ses galas dans le nord du Nouveau-Brunswick. C'est qu'à première vue vous faites très bien les choses, vous avez des bons lutteurs travaillants qui ont un peu appris et travaillé pour Émile Dupré et vous avez créé une bonne foule qui est à vous et qui vous ont adopté, bref vous nagez dans le parfait bonheur, mais j'ai remarqué aussi que vous êtes SEUL dans votre coin.

 

Eh bien, je vais vous donnez un fort conseil, faites tout en votre pouvoir pour rester SEUL, car lorsqu'il y aura une ou plusieurs fédérations qui iront s'ouvrir dans votre territoire, vous serez cuits car le produit sera dilué et votre public et celui qui voudra vous connaître se désintéressera de la lutte assez vite, comme par exemple dans nos salles québécoises. Si vos lutteurs veulent lutter plus souvent, ils n'auront qu'à venir à Montréal et ils vont avoir le choix des fédérations et ils verront aussi que certains spectacles sont de piètre qualité et que la majorité des lutteurs ressemblent à ceux qui sont assis sur les chaises et avec les mêmes chaussures dans les pieds. Comme je le disais, si vous avez connaissance qu'un ti-clin veut se partir une fédération et que "sa ceinture" est déjà acheté avant son costume, faites tout ce que vous pouvez légalement pour le FERMER, pour que même pas un gala soit organisé. Soyez orgueilleux et fier en même temps; défendez votre "business", car en affaire y a pas d'amis et une seule phase que je me disais pendant mon règne à la CCW de Québec, c'est que tout ce qui est bon pour la CCW, je le prenais, le reste je passais le rouleau-compresseur, c'est tout.

 

Par contre, s’il arrive un compétiteur millionnaire qui fait tout meilleur que vous incluant TOUS ses lutteurs qui ressemblent à des "hommes", eh bien faites comme Dino Bravo a fait, vendez tout et essayer d'avoir une place à ses côtés afin de sauver votre peau, car rien n'est plus fort que l'argent. Gino Brito et Eddy Creathman l'ont sévèrement appris. Bonne chance les boys.

 

Pour un autre sujet qui est à la fois honorifique d'un trait et lamentable de l'autre, je veux vous dire que je prends la peine de bien lire tous les articles de journaux ou de revues que certains lutteurs québécois ou personne appartenant à ce monde réussissent à avoir pour se publiciser à moindre frais. J'en ai déjà lu des très bonnes, des bonnes et des exécrables et c’est au sujet de ces dernières que je veux parler; enfin, je me demande bien qu'est ce qu'un jeune lutteur, lutteuse ou gérant qui ont à peine un an de service et qui ont de la difficulté à s'exécuter une fois par mois dans un ring devant spectateurs ont à dire à un journaliste qui se veut un brin sérieux. Vraiment rien à dire et leurs pauvretés dans des textes vides et injustifiés se marient très bien à leurs performances dans le feu de l'action.

 

Dans un journal comme le Journal de Montréal pour le nommer, c'est assez difficile d'y avoir un espace, même avec une enveloppe en dessous de la table et les journalistes genre Ron Fournier ou Christian Gauthier en ont vu d'autres et sont de toute manière "tough" à déjouer, enfin ils ne sont pas à la solde d'une feuille de chou. Ça en prend beaucoup pour les impressionner et ces "magiciens" de la presse sportive vérifient les dires de certains athlètes avant de publier de "la brume". C'est juste que le journalisme en herbe me pue au nez, au fait je déteste tout ce qui n'est pas professionnel et encore plus lorsque ça parle de lutte avec comme "vedette" quelqu'un qui n'est pas capable de prendre un "bump" ou de prendre correctement une prise de tête.

 

À quelque part, le même journaliste, avide de textes, qui en plus ne va pas aux sources de ce qu'il a entendu, se met carrément la tête sur le billot en publiant du "violon", car nous avons l'air encore plus caves grâce à lui et si cet imberbe de la presse se rend dans nos salles vérifier "ses propres écrits", il aura la chance de ne plus jamais réécrire de nouveau, surtout si cela vient aux yeux de son chef de pupitre.  Que voulez vous, lorsqu'on est né pour un petit pain ...

 

Dans la dernière chronique, je vous avais parlé de quelqu'un de connu à Québec qui voulait se partir une fédération de lutte. Oui, nous avions passé trois heures ensemble à la Cage aux Sports à discuter et je lui avais donné une date d'échéance, eh bien le tout n'aura pas lieu car j'ai rappelé moi-même le gars en question qui avait "bougé", bref la salle était trouvée; oui, un gymnase de polyvalente quoi de mieux et comment il a fait ? Ses contacts je suppose. Bref, les jours suivants nos conversations, parce qu'il y en a eu d'autres (téléphone), je me suis senti ÉTOUFFÉ, pris à la gorge car je voyais le travail gigantesque qui m'attendait et puis, à part ça, je me sentais presque coupable de fraude parce que le gars n'aurait tout simplement pas fait ses frais, au début en tout cas. Tabarnak, investir $26,000.00 beaux dollars dans la lutte au Québec avant la salle, les bénévoles, les lutteurs qui très souvent après quelques mois oublient vite d'où ils viennent.

 

Non, lorsque j'ai vu que le gars "bougeait " trop et qu'à mon travail je n'étais "plus là", je suis allé le voir et en 30 minutes dans mon auto, je lui ai fait comprendre qu'il avait plus de chances de tout perdre et avant de récupérer son capital, il y avait trop d'efforts et de travail à faire, travail qui ne me tente plus et que je n'ai plus le goût de faire; pas de job et pas de famille, ok j'aurais plongé tête première dans le projet. Bref, le gars croyait trop en moi alors que moi-même je ne crois plus en moi pour naviguer un si lourd radeau. Voyez-vous, je lui ai fait comprendre le tout comme un ami, un confident car le voir après quelque temps perdre tout cet argent et rester avec des équipements à vendre à rabais, m'aurait comme rendu coupable d'un rêve qui n'existe pas. Le meilleur exemple que je lui ai expliqué sur papier et avec ma grosse voix articulée, c'est l'histoire de la EWR.

 

Effectivement, bien qu'armé de bonnes intentions deux de mes anciens gars ont récupéré la CCW avec tout ses équipements, tout ses lutteurs, tout ses bénévoles, la plus belle salle avec un public déjà présent, soit un transfert "clef en main" d'où seul les trois lettres ont été changé, tout ça pour seulement $4,000.00 à deux gars. Un prix de débarras, une "luck " de pawn shop. Six mois plus tard, une tête dirigeante partait, deux autres sont entrés mais même avec les plus grandes ambitions positives, à la première neige cette année, ça fera deux ans déjà que la EWR aura rendu l'âme, donc comment voulez vous que "notre gars " s'en tire avec $26,000 en commençant ?  Là vous allez me dire que la R2W roule à un train d'enfer! Oui, ça semble aller très bien pour l'instant, mais cette fédération n'est pas l'histoire d'un seul gars, mais au fait je ne suis même pas capable de vous répondre qui est le vrai propriétaire de cette fédération tellement les questions sont sans réponses et qu'aucune personne là-bas n'est capable de prendre une décision. Là, je ne parle pas de booking car celui-ci se fait avec le matériel qu'on lui donne. Mais les problèmes commenceront bientôt, car d'après la "peinture" et certains lutins bien placés, quelques lutteurs s'apprêteraient à commander une enveloppe $$$, sinon ils resteraient chez eux.

 

Donc encore là, "mon gars " n'est pas à l'abri de cette "demande" souvent appelée sournoise, mais souvent justifiée. Lorsque les "boys" ont le chiffre exact de payants et qu'ils se sont informés du prix de la salle, c'est parce qu'il y a un malaise, donc je ne voulais pas non plus envoyer "mon gars" ni moi-même dans ces discussions houleuses.  Bon ben, l'essentiel a été dit et pour ceux qui m'ont contacté en voulant savoir si c'était Denis Gravel, Francis Vachon, Jacques "Houston" Picard, Damian Steele ou Ricky Martel qui voulaient s'ouvrir une fédération, non ce n'est pas un de ceux là et encore moins "Pace".

 

 

Le gros show de la IWS au Medley, soit « Blood, Sweat and Beers » est chose du passé et a été un succès, malgré que "la place " n'était pas pleine. Le spectacle a été super bon, le ring a tenu le coup, pas de bagarres entre les spectateurs et aucun lutteur gravement blessés, bref ce sont les trois souhaits d'un promoteur avant un évènement d'envergure. À ma grande surprise, les Dudley ont donnés un peu "de temps" à Franky The Mobster pour se mettre "over", malgré qu'il a dû vendre comme prévu et aussi ma prédiction que Jake ferait la job s'est concrétisée encore une fois. J'avais cependant prédit que Steen - Generico vs les Briscoes ferait le meilleur combat de la soirée, mais voilà il y a eu anguille sous roche encore une fois; un des Bricoes était blessé, ce qui a déplu à plusieurs, mais ma grande question que je veux poser à la IWS est depuis combien de temps saviez-vous que l'un des deux Américains ne lutterait pas ?

 

Certains m'ont dit une couple de jours, d'autres une semaine, mais ce que je veux savoir, en tant que fans qui a payé son billet au complet et qui a contribué à la vente de bières, il est où mon dédommagement dans ça, car en tant que fidèle fans de la IWS, (je me place dans la peau d'un fan), il me semble que ça fait trois fois qu'on me fait le coup. Là-dessus, je me souviens de deux choses et la plus ancienne d'il y a une vingtaine d'années, c'est lorsque je parlais de lutte professionnelle avec des plus vieux à quelque part en ville et ceux-ci me disaient: "moi j'y vais plus à la lutte, car ils nous annoncent des lutteurs et y viennent pas". Et il y a deux ans environ, la EWR de Québec ont annoncé deux jours avant leur show mensuel avec toute franchise sur l'internet que Franky The Mobster ne serait pas présent cause de blessure. Il n'y avait pas eu un spectateur de moins, car ceux-ci se sont présentés quand même et ont accepté l'honnêteté de la fédération dans un geste de sympathie, comme je dirais que l'honnêteté a toujours sa place et j'aurais abordé dans le même sens si j'aurais été à la place de Manny qui avait à faire face à rentabiliser le Medley.

 

Notre public est sympathique à la loyauté et ce public sait comprendre qu'un promoteur qui travaille fort pour celui-ci peut être confronté à un mauvais hasard de la vie à la toute dernière minute, mais d’un autre côté, nos fans peuvent se montrés sévères à se voir trompés volontairement. Là-dessus, je peux vous dire que je suis certain qu'il n'y aurait pas eu de fans qui auraient rebroussés chemin deux jours avant le show avec la mauvaise nouvelle bien reporté à la vue de tout le monde, nouvelle que les fans fidèles aurait bien acceptés et continués d'encourager leur fédération qui prennent le risque de faire venir des Américains renommés.

 

Juste comme exemple, le mois passé, j'ai appelé chez Rôtisserie St-Hubert pour une livraison, soit un demi-poulet livrable dans 30 minutes d'après leurs dires, et 50 minutes plus tard le livreur arrive chez moi après avoir fait le tour de quartier avec ma commande de $15.73, je lui ai quand même donné $18.00 malgré le retard, mais voilà il n'y avait qu'un poitrine dedans et celle-ci était tiède et j'ai dû la mettre dans le micro-ondes, car je n'avais pas plus de temps puisque je partais travailler. J'ai rappelé en "heel" pour ceux qui me connaisse et ils m'ont fait parvenir deux coupons pour deux demi-poulet pour dédommagement, donc vous voyez ce que je veux dire donc c'est quoi mon dédommagement à la IWS pour toutes les vedettes qui manquaient dernièrement et qui étaient bien annoncées?

 

Vous avez présentement à la IWS de Montréal la fédération la plus "hot" en ville, en province, les trois plus hautes lettres de notre sport, le travail est là, les sueurs aussi, le sang également, mais pas toujours calculé car tabarnak que vous prenez des risques les gars; vous êtes prêt à mourir pour vos trois lettres et votre public VOUS AIMENT gros comme un éléphant, mais je vous conseille une chose les gars et fortement je vous suggère de marcher DROIT avec votre monde et jamais vous n'essuierai des pertes, quoi qu'il en soit.

 

Finalement, Sylvain Grenier comme je l'avais aussi prédit aboutira à la IWS après une petite escale à la GEW et l'autre à la NCW de Montréal. La NCW j'en suis certain aurait été "sa maison " préféré mais tout comme le baseball ou le hockey, l'athlète suivra l'argent et la IWS est capable de le payer pour tous leurs évènements. Il était présent au Medley et parait-il, l'ovation était là bravo; juste dommage que les premiers fans arrivés l'ont vu déambuler sur le trottoir en face du Medley avant le show. Le Kayfabe est tellement important dans ce genre de choses pour ne pas gâter la sauce. En passant, juste pour les deux petits cons qui m'ont envoyer des courriels de merde en disant que la IWS n'avait pas besoin d'un "jambon" de la WWE en faisant allusion à Grenier, que celui-ci n'était pas du "stuff" de IWS parce que j'avais dit dans la précédente chronique que Grenier aboutirait très vite dans cette fédération. Vous ne connaissez pas grand chose à la lutte encore une fois, retournez jouer au game boy.

 

Pour le 27 octobre prochain, il sera au Centre NDR pour faire la finale contre Franky The Mobster dans un gala majeur de la NCW et celle-ci peut se compter chanceuse qu'il n'y ait pas de gala de la IWS le même soir car Mobster et Grenier s'auraient exécuté en combat d'ouverture pour filer drette après par la porte du côté jusqu'au Bogey en 5ième vitesse. Ça aurait été le combat d'ouverture le plus dispendieux de l'histoire de la lutte au Québec. J'espère juste une chose pour Sylvain Grenier, c'est qu'il soit notre prochain Sauveur (Face) ou bien qu'il prenne soin de son personnage; bien que payé, il n'a pas le droit de se faire battre par un gars de 160 livres ou d'aller faire le bouffon à la ALF, avec comme premier besoin d'aller s'amuser avec des filles.

 

Il entre ici au Québec comme un gars de la WWE qui sort de la télé avec un physique impressionnant, donc qu'il dirige son propre "booking" pour ne pas être brûlé dans 6 mois. Ne mélangeons pas les belles pommes rouges et les pieds de céleri tout frêle ensemble; il y a une bonne dizaine de poids lourds en province qui peuvent donner un bon combat à Grenier, donc ce sera à lui de guider son avenir au Québec, tout comme PCO le faisait au début. Pour ce qui est de sa valeur, elle baissera dans une couple d'années, s’il est encore dans nos arènes car à la longue le public s'habituera à lui et tout comme PCO, il deviendra un bon lutteur poids lourds provincial et sa valeur marchande sera très négociable.

 

Avec RDS, PCO avait le loisir de maintenir sa cote de visibilité, ce qui lui valait encore son cachet et Sylvain Grenier, que j'apprécie beaucoup comme remplaçant à PCO aux côtés de Marc Blondin, saura tirer son épingle du jeu et lui aussi maintenir sa valeur tout en demeurant près de tout "le monde". En revenant à Sylvain Grenier, pour sa carrière déjà amorcé de mannequin, je crois qu'il devra retourner chez la couturière, car je ne crois pas qu'il rentrera de nouveau dans son linge de l'an 2000; d'ailleurs, il est trop gros pour être mannequin car les femmes normales vont avoir peur de lui; croyez-moi, j'ai passé par là et seules les danseuses venaient m'embrasser les bras.

 

Ben oui, PCO est parti en Angleterre pour ne vivre que de la lutte, ce qui dans ses dires et pensées lui donnera une chance pour retourner sous les gros projecteurs à la WWE. Juste mon impression, TRÈS MAUVAIS CHOIX mais je respecte le sien et j'espère juste qu'il me fera mentir. Si notre PCO aurait été à la rue ici à Montréal ou sur le BS, j'aurais dit: "Bon ben, il n'a rien ici et ça peut pas être pire parce que dans la vie l'important est d'améliorer ton sort pour des meilleurs conditions de vie". Mais à 40 ans, lutter à tous les jours, voyager à tous les jours surtout dans un pays comme l'Angleterre, qui est calculé comme le pire territoire au monde suivi des Maritimes, non je n'aurais pas embarqué dans cette galère.

 

Moi, Sunny War Cloud, j'aurais jusqu'en 1998 (43 ans) gagé le tout encore pour cette vie, mais dans ce temps je n'avais rien; je n'étais pas un portier de premier plan au Solid Gold, n'avait aucun contrat à RDS et n'avait pas d'aussi intéressants cachets à lutter au Québec; autre chose aussi, c'est qu'à 43 ans, j'avais encore la forme de 25 ans. Bref, je courais encore aisément 5 km par jour très rapidement. Vous savez la lutte a tellement changé dans les dernières années et dans le style rapide et non-vendeur d'aujourd'hui, les lutteurs ne peuvent aspirer à de longues carrières comme avant, à moins d'être justement le booker. Donc, au moment où vous lisez ces lignes, je suis à peu près persuadé que PCO travaille très dur, même au delà de ses possibilités, pour un salaire qui ne fait que le garder en vie, mais qui aura ses dividendes seulement si "son jeu à la roulette russe" fait qu'il réaboutira à la WWE, endroit qu'il a tant aimé et qu'il veut reconquérir à tout prix et si ce n'était que de moi, il aurait de nouveau une place dans la TOP fédération au monde car le gars est un vrai, un gars fiable, affable et humain.

 

Cependant, le côté négatif de la chose fait que les erreurs du passé semblent burinées dans le livre d'or de la WWE, bref je crois que si PCO aurait eu à retourner dans la grande ligue malgré les bonnes "connaissances" qu'il a encore là-bas, eh bien ce serait déjà fait. J'ai toujours un peu cru que les carottes étaient cuites pour lui car c'est "quelqu'un" qui le bloque au haut et qui le bloque depuis un bout lorsqu'on sait aussi que c'est une question de "timing" et de plogues pour y être.

 

Non, PCO ne deviendra pas meilleur lutteur qui ne l'est présentement, car de un, tu ne peux devenir meilleur à 40 ans, de deux, l'Angleterre est un territoire de déjà vu pour lui étant plus jeune et reprendre "la run" à tous les jours lorsque ça fait un grand bout que tu ne l'as pas fait, surtout dans la lutte d'aujourd'hui, ne peut être seulement que propice aux vilaines blessures, et de trois, PCO d'après ce que j'ai vu à Blainville contre Rhyno, n'avait pas besoin de souffrir loin des siens car il aurait été prêt à se joindre aux meilleurs travaillants de la WWE ce soir là, et pas seulement ce soir là, depuis tout le temps il aurait été prêt à refaire le saut et le rêve pour lui de devenir le champion du monde de la WWE n'est qu'un rêve, car ça prend tellement de choses en 2007 pour avoir le titre, à commencer par la bénédiction de Vince Mc Mahon, de Linda Mc Mahon, de Shane Mc Mahon, de Stephanie Mc Mahon, de Triple HHH, donc déjà là pas besoin de séduire les bookers ou les Roads Agents, car les décisions se prennent d'en haut, soit "dans la famille " et leurs décisions sont prises depuis un bout, ce que PCO n'a pas encore compris.

 

Par contre, PERSONNE ne pourra lui reprocher de n'avoir pas pris des risques calculés ou non pour atteindre son but, bref il aura tout fait, tout essayé et il aura à vivre avec ses choix, ses risques mais au moins il se sera évadé de la province, il aura été capable de prendre des décisions que d'autres tardent à prendre, mais malgré que je crois toujours qu'il a fait un mauvais choix, le principal pour moi est qu'il revienne en un seul morceau et en santé et qu'il reprenne ses effectifs là où il les a laissé.

 

Pour terminer cette chronique, parce qu'il se fait tard, ma santé à moi suite aux examens passés l'autre jour devant la pléiade de fumeurs de l'hôpital Enfant-Jésus de Québec se résume que le spécialiste-fumeur de cet endroit de supposément santé me suggère de garder mes "médicaments-coumadins" encore pour un an certain jusqu'au prochain examen annuel, car l'arrêt complet de ces anti-coagulants, dû à l'analyse de mon sang, pourrait en résulter de 10 à 15% de chances de refaire une phlébite, donc je ne prends pas de chances, je continue ce traitement et je ne lutte à présent que très occasionnellement avec toutes les précautions du monde pour ne pas saigner et aussi pour ne pas perdre ma job. Un gros MERCI à tous ceux qui veulent me booker et qui me téléphone, mais je me dois à présent d'être plus présent à la maison.


            Bonne semaine.

Sunny War Cloud

   

 

@ Tous droits réservés. Les chroniques de Sunny War Cloud ne peuvent être reproduites entièrement ou partiellement sans obtention de l'autorisation écrite de l'auteur.

 

Accueil - Nouvelles - Biographie - Galerie photo -

"Sous la tente" - Liens suggérés - @