"Sous la tente" de Sunny War Cloud,

 

 

Chronique #90 (16 juillet 2007)

 

    Bonjour chers amateurs de lutte, 

    

Je sais, vous avez pris vos vacances en début de juillet et la température est moche; pas beaucoup de terrasses et de baignade, c'est sombre et humide mais, en tout cas, je vous offre une 90ième chronique pour ceux que ça intéresse d'écouter le grand chef; ah oui, personne ne lit mes chroniques, mais tout le monde sait de quoi j'ai parlé.

 

Je profite vraiment de mon air climatisé chez moi; ça coûte cher sur le moment, mais tellement agréable. Ma maison a le même confort que lorsqu'on entre chez Jean Coutu. C'est un des meilleurs investissements que l'on a fait l'an dernier et tout le monde à la maison se repose convenablement la nuit, même mes chiens. Avant de parler de lutte, je voudrais vous dire que si vous êtes un jeune qui a quoi à peu près de 20 ans, sans antécédents judiciaires, que vous travaillez honnêtement, à part d'aller au Cégep ou à l'Université, que vous êtes ambitieux dans la vie, que vous avez une bonne famille et de très bons parents, vous pouvez allégrement conduire votre auto sport en boisson ... même avec une caisse de bières derrière la cravate. De un, vous avez une chance sur 555 (études prises) de vous faire "pincer" et de deux, si vous tuez quelqu'un en plein samedi soir, car vous êtes saoul en plus d'aller trop vite, bah je vous garantie que mardi midi vous ne serez plus en prison mais dehors sur le trottoir, libre comme l'air comme avant avec comme punition dans le présent de ne pas conduire et ne pas prendre d'alcool en attendant de repasser en cour dans 4 mois.

 

Voir si quelqu'un va vous surveiller dans votre sous-sol pour voir si vous sirotez une grosse Bud. Vous dites que je suis cruel! Ben non, c'est comme ça que ça se passe. Vos parents, qui ont toujours été très bon pour vous, qui vous ont toujours protégé et qui sont bien vus dans la société, n'auront qu'à verser un cautionnement de $5,000 garantissant qu'ils prendront soin de vous et trouveront une solution à votre problème en vous encadrant. Pendant qu'ils seront partis travaillé, ouvrez vous une petite bière et allumez vous un petit joint sur le bord du chassis. Si vous demeurez en campagne à plus de 30 Km du poste de la SQ qui vous dessert, vous pouvez largement prendre le volant pour une commission dans le village ou même le village voisin car les agents de la SQ passent la moitié de leurs quarts dans le poste, 15% aux beignes et le reste sur l'autoroute.

 

Les petits villages, c'est seulement sur appels importants. En même temps votre avocat (environ $5,000) plaidera non-coupable et ira dire aux nouvelles de 18:00 que vous êtes défait moralement, dévasté par les évènements, que vous regrettez amèrement, que vous demandez pardon aux familles de la victime, que vos parents qui sont radicalement bouleversés sont prêts à vous aider à refaire de vous un bon citoyen, qu'en l'absence de dossiers criminels vous n'êtes pas un criminel car ce n'est qu'une erreur de jeunesse et deux ans plus tard, après avoir remis votre cause 6 fois et d'avoir enfin plaider coupable afin de vous permettre d'avoir un bon rapport pré-sentenciel, il retournera plaider que vous êtes plein de remords, que la vie n'est plus la même pour vous depuis cet incident et que de vous condamner au pénitencier ne servirait en rien la justice, car vous envoyer au travers les vrais criminels pourraient être néfaste pour vous, votre employeur et vos études.

 

"D'ailleurs M. le Juge, condamner mon jeune client à la longue détention ne ramènera pas la victime en vie, donc je m'accorde à dire avec la couronne qu'une peine de 2 ans moins un jour dans la collectivité serait de mise + 3 ans de probation et une interdiction de conduire pendant 3 ans ". Un coup de marteau et c'est réglé. La victime et ses proches? C'est pas grave, le bon Dieu s'occupera d'eux car on grandit dans la douleur et le pardon en plus, ce n'est pas l'enfant d'un ministre qui a été la victime de l'alcool au volant. Ça ressemble-tu un peu à ça les "aneries" de nos bulletins de nouvelles ?

 

Pour répondre à ça, je vais vous dire que j'adore mes enfants, que je suis un père super protecteur 24 heures par jour, on peut me rejoindre peu importe où je suis et j'ai toujours été là même lorsque j'étais parti au loin pour lutter, que je leur ai appris comment ça se passait dans la vraie vie, éloigner le mal pour le bien dans la meilleur honnêteté possible. Mais lorsque je recevrai un appel de la police ou autres pour me dire qu'un de mes enfants a tué quelqu'un parce qu'il était saoul au volant, eh bien il ou elle se retrouvera seul en détention et la seule fois que je me présenterai au palais de Justice, se sera pour m'asseoir au côté de la couronne pour suggérer que de la détention et un peine sévère est requise. Voilà. Si par contre c'est un de mes enfants qui est fauché d'aplomb et qui décède par suite d'un chauffard en état d'ébriété qui, en plus s'est sauver de là, vu que je sais que le bon Dieu ne sera pas capable de faire sécher mes larmes, je serai à toutes les comparutions du "coupable" et s'il est remis en liberté, je ferai "du temps" assis dans mon auto en avant de chez lui et toute sa vie après sa sentence clémente, je le suivrai et soyez certain qu'il regrettera et que je ferai encore + de temps que lui en prison seulement pour l'avoir harceler. Nous sommes tous faits différents et c'est ainsi que je le suis.

 

Et pour les nouvelles réglementations au code de la route, les autorités policières sont incapable de "pogner" les récidivistes à .25 et les jeunes mal-aimés qui roulent à 140 Km sur les routes secondaires, donc j'espère qu'ils vont laisser tranquille les paisibles citoyens qui roulent à .05 parce qu'ils ont pris un verre de vin en mangeant.

 

Enfin la lutte! La NWA Québec a repris son envol le 30 Juin dernier à Laval, soit à la Récréathèque de l'endroit. J'étais très sceptique de venir à un gala après avoir été déçu de la façon dont ça s'était terminé et à celui qui avait été cancellé déjà depuis un bon moment dans mon esprit. Malgré un rapport très positif de mes "lutins" à ce retour, je crois que le tout arrive de 1 an à 2 ans trop tard. Pourquoi? Bien c'est pas compliqué, les lutteurs "version 2004" de la CWA/NWA, pour la majorité, se sont fait une niche ailleurs et en plus de nouvelles fédérations sont nés, tels que la NWC, la R2W, ect. Donc, c'est une partie de bras de fer qui est à prévoir à commencer par cet automne, surtout cet hiver et on en entendra vivement parler en 2008.

 

À part ça, il va manquer de samedis tantôt et bien vite. La NWA Québec tirera de son bord, la IWS, la NCW et celle de Québec (R2W) s'arracheront les meilleurs éléments, car ça deviendra plus compliqué pour certains de lutter à deux endroits différents le même soir et là, j'entends déjà les promoteurs mettrent des droits de véto sur "ses lutteurs ". Et ils n'auront pas le choix je crois, parce que ça va faire un casse-tête incroyable pour les "bookers". Tout va bien encore car c'est l'été et tout le monde a les pieds dans le sable, mais lorsque les feuilles tomberont et que le froid s'installera, il se peut qu'un bon samedi, la NWA Québec, la NCW et la IWS se produisent tous le même soir et là, il pourrait avoir des flamèches comme on en a connu en 2004. Chacun a son orgueil, chacun a son égo et tout le monde veut être le meilleur, mais pas être meilleur avec le "stuff" de l'autre. Un danseur ou une danseuse ne peuvent être maître à deux endroits en même temps, car chaque boîte de nuit se compétitionne et c'est pareil dans la lutte. Un lutteur veut être le meilleur, un booker veut être le meilleur et un promoteur veut voir sa fédération au plus haut sommet. Tant que c'est pas le même soir, ça peut se négocier mais il n'y a pas 5 samedis par mois.

 

De là, le 30 juin dernier, la foule a très bien répondu à "ce retour" et l'ancienne équipe (Charette, Leclair, Lono, Roy, Goulet, ect) étaient tous de retour à la tête de la fédération (CWA) qui avait monté en flèche en 2004. J'ai confiance en cette équipe de "leaders" et aussi aux autres fédérations qui sont établies, mais ce sera aux lutteurs de choisir avec qui ils voudront suer, se battre et enfin s'amuser, car que ce soit avec n'importe quelle fédération au Québec, la lutte restera un loisir pas payant et aucun recruteur de la WWE ne viendra user ses pantalons sur une de nos chaises; mais, il reste que c'est le fun d'avoir un vestiaire qui sent le professionnalisme et où nous sommes appréciés.

 

Dans la 88ième chronique, je vous parlais que j'avais vu au gala TOW de Blainville un Franky The Mobster transformé et de cesser de me casser les oreilles avec les stéroides. Que ce soit pour lui, pour Chris Benoit et pour tous les autres comme ceux de la WWE, de la TNA, ect, sachez que la lutte est un spectacle et un spectacle doit être une chose différente à notre quotidien. Les filles paient pour voir des beaux danseurs en shape se produirent en spectacle sur scène; d'autres spectateurs paieront pour voir les culturistes en shape sur scène au concours M. Province de Québec et les fans de lutte paient et applaudissent les plus en shape et spectaculaires sur le ring. On salivent où il y a du travail de fait et les stéroides ne serviront à rien si tu ne t'entraînes pas; ils feront un dommage irréparable si tu ne les sort pas de ton corps. Également "ces stéroides" ne rendent pas talentueux un lutteur marginal. Si on n'accepte pas les substances illicites, on n'a simplement qu'à se désinteressé du lutteur ou du sport en question, mais pour la majorité des fans, c'est pas le cas. Ils acceptent, paient et applaudissent car l'athlète est différent d'eux, de lui-même ou de son mari.

 

Prenez comme Barry Bonds des Giants de San Francisco au baseball, plusieurs pensent qu'il fait usage de stéroides car il est plus gros aujourd'hui à 43 ans qu'à 25 ans. Qui n'engraisse pas en vieilissant? Lui (Bonds) s'entraîne, donc le gras se transforme en muscle. Et puis, lorsque tu es capable de frapper une balle glissante de 95 milles à l'heure, c'est parce que tu as un bon oeil et du talent en plus. Pour ceux qui n'acceptent pas et qui vont au front contre "ces supposés" drogues, est-ce que vous vous élevez autant avec ces mêmes acharnements contre les utilisateurs de Viagra ou de Cialis, car ils sont eux aussi des tricheurs; au lieu d'être sur le ring ou sur un podium, ils le sont dans le lit. C'est cette question que j'ai posé à un médecin l'autre jour en voulant parler des produits qui améliorent ta performance. Il n'a pu me répondre, et vous?

 

Vous savez, la cigarette, la boisson et le jeu compulsif occasionnent plus de décès que les stéroides; c'est seulement que nos Gouvernements ne font pas d'argent avec ça. S'ils en feraient, personne n'en entendrait parler. "Ouais mais la coke, l'héroine, le pot, ils font pas d'argent avec ça". Sur le coup ils n'en font pas, mais les gros vendeurs qui font plein de cash font rouler l'économie, donc ils se reprennent à quelque part.

 

Il y a deux mois, j'ai été estomaqué d'apprendre la mort de l'ex-Nordiques de Québec, Gaétan Duchesne, un gars super en forme à 43 ans qui décède à 8:00 du matin, après un entraînement de cardio sur vélo stationnaire. Josée Lavigueur, dans le même temps, est tombé "dans les pommes" une dizaine de minutes avant d'être sur le plateau de Salut Bonjour. Quoi penser ?

 

Plus tard dans la journée, les traîneux de dépanneur et de Centre d'achats se répétaient: "Regarde ça donne quoi de s'entraîner en fou, il est mort pareil et plus vite que les autres". La peur m'a pris et je suis allé passer une batterie de tests, prise de sang, urine, prostate, poumons, et à part un taux de cholestérol un peu élevé, tout était beau, et en discutant avec mon cardiologue pendant le tapis roulant, il m'a dit qu'il y a peut-être certaines choses que l'on sait pas sur "ces personnes". Est ce que Gaétan Duchesne et Josée Lavigueur se reposaient bien, enfin plein de choses secrètes qui sont du cas par cas, selon mon cardiologue.

 

Le frère de mon grand-père, soit Stanislas Rancourt, est décédé à 98 ans dans son sommeil; il a fumé pendant 82 ans et il fumait toujours, en plus de prendre encore son verre de gin à tous les jours. Il a été un gros cultivateur à St-Gédéon de Beauce. Ma réponse à tout ça résume un peu celle de mon cardiologue, soit que c'est le bon Dieu qui décide; qui décide si tu vas être pauvre ou riche sur la terre, si le "timing" sera là pour toi, si tu auras une génétique de fer ou de carton, si tu seras beau ou laid, enfin l'heure ou le moment où tu fermeras les yeux pour de bon. Il y a une chose cependant qui est vrai, c'est que je me sens beaucoup mieux après un entraînement musculaire au gym ou une longue marche rapide de 20 Km mêlée de course que de ne rien faire; juste un jogging de 2 Km et venez me parler 15 minutes après comment vous vous sentez.

 

Je me sens beaucoup mieux aussi à 225 lbs pour lutter qu'à 250 comme à St-Ambroise et à Blainville; et je me sens également mieux aussi après un repas de poisson et légumes qu' après avoir mangé un baril de poulet Kentucky ou une pizza large extra bacon chez Mikes comme je viens justement de faire. Le mieux serait que si nous n'aurions pas besoin de travailler, nous pourrions constamment s'entraîner, être sur la diète et dormir toutes nos nuits et par ce fait même, nous serions capable d'être agile comme à 30 ans, d'avoir cette même vitesse d'exécution et pratiquer nos sports à toutes les semaines. Oui mais ... ce n'est pas mon cas. Je me suis procuré, il y a 8 ans, l'extracteur à jus de M. Juiceman, vous savez ce bonhomme en forme à la tête blanche de 75 ans. Il garanti une vie centenaire si à chaque jour nous buvons ses recettes de jus de fruits et de légumes. Oui d'accord, mais si dans le parc des Laurentides pendant une tempête de neige, un train-routier chargé au maximum manque une courbe et me fauche en pleine face, l'extracteur à jus, la forme physique ne pourront rien faire, et ce, même si je viens de gagner 5 millions au Super 7; les verres de gin et les paquets de cigarettes ne seront pas responsables non plus.

 

C'est le bon Dieu qui décide, mais je peux vous certifiez qu'en mangeant bien, en vous reposant bien et en vous entrainant quotidiennement bien, pour le moment présent en tout cas, vous vous sentirez mieux et plus confiant à la fois; pour le reste... je ne puis répondre.

 

J'ai reçu la semaine passée un courriel non méchant qui faisait mention que je vantais au possible seulement les fédérations de lutte où je luttais ou qui m'invitaient. Dans la plupart des cas ... oui. Une chose cependant pour laquelle je veux te répondre mon chum (je lui ai dit que j'allais répondre dans une chronique), c'est que je ne peux vanter ou parler de quelque chose que je n'ai pas vu. Je ne peux pas dire si vous à la SCW ou la GEW que vous êtes bon, que vous êtes professionnels ou chaleureux, que vous avez une belle salle ou non; je ne sais pas car je n'y suis jamais allé soit comme lutteur ou spectateur, mais une chose cependant c'est que je suis certain, malgré votre bon vouloir, que votre calibre est inférieur à celui de Montréal. Vous ne pouvez faire ce que vous ne savez pas.

 

Je peux très bien vous concéder qu'il y a quelques bons talents parmi vous, mais vous n'avez certainement pas des cruiserweight égaux à Don Paysan ou Alex Price chez vous ou des lourds comme Franky The Mobster ou Jake Matthews. Votre public vous achètent, c'est très bien et je suis content pour vous, mais ils n'ont pas vu d'autres choses. Un milieu de carte à Montréal est un finaliste en région et c'est pas tous les finalistes en région qui peuvent se tailler une place dans un roster d'une fédération établie de la grande ville. De un, lorsque je vante un show ou des shows comme je l'ai fait dernièrement, ça me prends du travail en avant de moi; jamais je ne serai capable de parler en bien d'un gala de lutte qui est présenté dans un sous-sol d'église miteux avec aucun décor et où on ne prendra pas soin des lutteurs par surcroit. Vous savez un genre de show avec seulement un ring de lutte tout sale au milieu de la place, avec un garde-robe pour se changer et aucune toilettes et douches appropriées pour les participants.

 

J'aime louanger quand ça fait professionnel, peu importe si je lutte ou pas, peu importe si j'ai une enveloppe ou pas. Le principal pour moi est de voir si le staff a fait des efforts voulus pour que ça ressemble le plus à ce que je vois à la télévision. Qui peut parler contre St-Ambroise, Blainville, le 20ième de la NCW ou Challengemania? Même pas les lutteurs présents dans la foule qui n'ont pas été retenus pour leurs services. Je ne suis pas allé au Medley voir la IWS ce printemps, mais je sais très bien que c'était égal aux autres mentionnés. Je ne suis pas encore allé m'asseoir au Bogey non plus pour voir où en est rendus la IWS dans mon classement personnel. Je n'ai pas besoin car je sais que c'est très bon. À la FLQ non plus, je n'y ai jamais mis les pieds depuis qu'ils sont déménagés, mais je sais aussi que c'est bon là aussi car ce n'est pas des pions qui dirigent ces fédérations.

 

Même chose pour la FCL, la R2W, la TUW et la JCW. Ils ont tous des choses différentes, mais ils ont des valeurs sûres en promotion et partout où j'ai évolué, j'ai eu ce qu'on m'a promis, que ce soit dépenses, confort ou booking. Je suis déjà allé comme spectateur à la PWA de mon chum et ancien élève Daniel Tremblay et c'était BS ce soir là, à partir du show qui en bonne partie n'était pas bon, du système de son jusqu'au DJ; erreur par dessus erreur, fuck up par-ci, fuck up par-là et j'ai dénoncé même si j'ai été très bien accueilli. Je ne fausserai jamais les données à mes lecteurs pour une bière, une poignée de main et même une enveloppe. Et j'ai de l'argent dans les poches pour payer mon entrée.

 

Dans la vie tu dois constamment t'améliorer tout comme "ta business" de lutte, d'année en année tu te dois de corriger tes lacunes, tu te dois de prendre des notes sur l'autre qui offre un meilleur spectacle et si tu ne vas pas en t'améliorant (ta fédération), lorsque tu auras de la compétition à côté de toi, tu crouleras et le public et les chroniqueurs comme moi critiqueront ton produit. De la lutte et des gros shows, j'en ai vu des tonnes dans ma vie, mais je sais me satisfaire à la mesure du représentateur d'après son budget et la façon dont c'est monté. Si le gala de la TOW de Marc Blondin et JF Kelly aurait été présenté dans un pit de sable avec une tente à coucher pour deux personnes comme vestiaire, la toilette au grand air et l'enveloppe de dépenses deux heures après le show, soit un chèque encaissable dans 3 jours, croyez-moi vous l'auriez su drette là à mon retour à la maison, mais ce n'était pas le cas.

 

En passant car j'ai su au travers les branches que "certains" auraient en tête de présenter un ou des galas de lutte, bon je veux vous dire que si vous n'avez pas les argents nécessaires pour présenter quelque chose de potable, eh bien n'organisez rien. Si vous n'avez pas $3,000 cash au début de votre projet, retournez écouter des comics.

 

Parlant de la WWE, en zappant l'autre jour, je suis arrivé sur "Smackdown" et j'ai vu qu'ils ont fait brûler une grande limousine blanche. Ils ont encore du budget il faut croire et ils ne sont pas trop dans la misère. Peut-être que Vince Mc Mahon a voulu montrer aux dirigeants de TNA qu'il n'était pas "cassé" encore.

 

J'ai lu aussi que Sherri Martel était décédée. Ben oui, seulement 49 ans.  Une autre qui part jeune, tout comme Miss Elisabeth. Cependant, j'ai lu aussi qu'elle s'était marié à 5 reprises. Ça lui a pris du temps avant de comprendre ou bien elle n'a jamais compris. Parions que les maris ne travaillaient pas au salaire minimum. Elle a eu une très belle carrière et a très bien fait son chemin.

 

Parlant de "Mark", parce que j'ai vu ça l'autre jour sur un forum quelconque. C'était quoi la vraie définition du mot "Mark"? Il y a plusieurs degrés de "Mark", mais je vais vous en énuméré un cas de grand "Mark". Antérieurement j'ai connu quelqu'un qui avait une fédération de lutte au Québec et qui louait son ring à quiconque organisait un gala n'importe où en province. Le gars en question n'avait qu'un prix (tout dépendant de l'endroit), aucune négociation possible et payable au complet après le premier combat pour une personne connu, mais dans le cas d'un jeune imberbe inconnu ou d'un tout croche, c'était le montant requis au complet à la réservation. Cependant, lorsque c'était Jacques Rougeau qui retenait ses services , notre "monsieur" lui faisait du rabais jusqu'à 30% de moins que les autres et le ring monté souvent un jour à l'avance pour le même prix et payable à la toute fin en chèque. Lui c'était un Mark, un exemple parfait que je peux vous donner quand on sait que Jacques Rougeau avait + le moyen de payer que les autres. Autre exemple, il y a quelques lutteurs québeçois qui exigent une enveloppe $$$ pour chaque combat qu'ils font, peu importe la distance du gala de chez eux. C'est ok, car souvent c'est un principe.

 

Mais, si la WWE présenterait un "Raw TV" au Centre Bell avec des lutteurs québeçois invités, et ce bénévolement, je suis certain que ça se bousculeraient aux portes pour aller faire "la pute" pour un merci. Tiens encore mieux, au grand Colisée de Rimouski, c'est tu assez loin??  Le Monday Night Raw dans cette ville du bas du fleuve. Sold Out, 4 lutteurs Québeçois invités, "bénévoles appliquer à cette adresse". Pour ceux qui travaillent, ça prendraient OFF lundi et mardi pour aller faire "les putes " pour rien; non, je veux dire les Marks car c'est une autre définition du mot "Mark". Vous savez, moi aussi je suis un Mark car je serais le premier à vouloir y aller pour pas une cenne. Oui, je me fiche pas mal du $60 d'essence que çà coûterait et de peut-être un jour de travail; non pas pour avoir un "break", car je suis à la toute fin, mais pour avoir un dernier "thrill" de lutter devant 15,000 personnes.

 

Vous savez, lorsque la cloche sonne et c'est à votre tour de franchir le rideau, toute l'adrénaline qui en ressort et d'être dans la douche après un combat réussi devant tant de monde qui crient. C'est juste de ça que je suis "Mark", pas d'autres choses. C'est de ça que je m'ennuie le plus.

 

La JCW de Jonquière aurait comme plan de refaire un show féminin. Quand? Je ne sais pas. C'est dans un projet de bientôt je crois. Exclusivement féminin? Je ne sais pas non plus. J'espère du moins. Lorsque je dis exclusivement féminin en tout cas, c'est seulement et strictement des lutteuses, strictement des arbitres féminins en passant par une annonceuse et strictement encore une fois des gérantes. Pas de booker, une bookeuse à la place. Des hommes !! Oui, seulement à la porte et sur la sécurité. Pas de voyeurs dans les vestiaires. Tous les voyeurs et voyeuses incluant les lutteurs de la JCW ou autres qui paient leurs entrées, enfin TOUT le monde passent à la caisse; c'est ce qui fait la santé financière d'une fédération. Si tu n'as pas $5 à donner aux organisatrices de ce gala, tu vaux pas grand chose. À ce moment là je me déplacerai et il y aura 4 entrées de plus, car j'amenerai mes plus jeunes.

 

Lorsque j'allais aux danseuses avec des chums, c'était pas pour voir un danseur après 20 minutes de mon arrivée et en aucun temps voir une cuisse poilue à deux pieds de moi pour me servir mon café. Les seuls hommes que je voyais à part les consommateurs, c'étaient les portiers. Même chose pour ma blonde, lorsqu'elle va aux danseurs avec des amies, c'est pas pour voir une paire de grosses boules pas de classes danser sur la coke.

 

Le gala de St-Pascal comme exemple sera un show mixte meublé de 80% de lutteurs poids lourds avec des belles gérantes et un combat strictement féminin, arbitres incluses, gérantes incluses et vestiaire inclus. Des Britanny, des Kelly et des Mélissa (qui sera là) ne courrent pas les rues dans cette municipalité, donc elles sont de vraies attractions. Pour en revenir à la JCW avec leur projet ou d'autres fédération, ce qui me fait déplacer se sont les choses très différentes et unique à la fois.

 

En reparlant de "Mark", j'en ai une bonne pour finir et elle date du 17 Décembre 1986 à Laprairie. C'était un gala de Lutte Internationale, l'arèna était pleine pour la circonstance (2,000 personnes) et je luttais contre Rocky Delaserra. Un combat d'une chute ou 30 minutes était annoncé par l'annonceur Albert Di Frusca (neveu de Gino Brito) et dans le temps, on annonçait les 5 minutes, les 10 minutes, etc. Comme déjà conté il y a plus de 3 ans dans une chronique, mon partenaire indien Joe Lightfoot était retourné à Atlanta sur une chicane salariale voulu des promoteurs et ceux-ci avaient donné ordre au booker Léo Burke de me rabaisser sur le booking afin de remonter Gino Brito Jr et Armand Rougeau, qui étaient malheureux de "travailler" en dessous de nous (Lightfoot-War Cloud).

 

Donc ce soir là , Léo Burke me demandit de faire un "broadway" (combat nul) de 30 minutes.

 

"Pas de problème Léo".

 

En même temps, les finalistes, soient le Sheik Ali ne filait pas bien et son partenaire Richard Charland avait mal au genoux, donc dans ce temps là, les "boys" en dessous doivent travailler plus fort (plus longtemps) afin d'écourter la finale. Delà en montant sur le ring, j'ai vu que le "time keeper" était un des deux frères, vous rappelez-vous pour les plus vieux au Centre Paul Sauvé des deux gars de soutien (ring crew) à Louis "le fermier" Laurence . Ceux-ci vendaient également des photos et programmes de la soirée au kiosque à l'entrée. Sans vouloir rire d'eux, c'étaient deux gars "pas ben vite" et des super "Kayfabe" qui n'étaient pas au courant de la "patente".

 

C'était "Kayfabe" devant eux.

 

Ce soir-là, à l'approche des Fêtes, il manquait de personnels à quelque part mais l'un des deux frères avait abouti à la table de l'annonceur Albert Di Frusca pour prendre le temps des combats. Pendant mon combat et après avoir entendu "25 minutes d'écoulées dans ce combat, il reste 5 minutes à faire", moi et Rocky sommes partis dans une série de "false finish", bref on donnaient tout pour les dernières minutes, vitesse d'exécution au maximum, "bumps" de toutes sortes, en effet pour les spectateurs ça donnait que les deux lutteurs voulaient la victoire.Mais le véritable problème est que la fin n'arrivait pas; le 30 minutes ou la cloche de la fin ne se faisaient pas entendre et nous ne pouvions réduire la cadence pour les dernières secondes; même que nous étions après mettre l'arbitre Raynald Dubé "blow up" de par les tombés. Lui aussi avait hâte à la fin, car il n'avait pas retraité aux vestiaires depuis le combat précédent.

 

Là soudainement en sueur et complètement vidé, j'ai vu Réal Pigeon (homme de main de tous les promoteurs) qui s'approchait d'un pas rapide vers l'annonceur pendant que je discute d'avec mon adversaire au travers "les moves" que c'était LONG.

 

Nous étions plus capable tellement qu'on avait "callé" un "double knockout".

 

Soudain la cloche. On annonce que c'est un combat nul, qu'il n'y a pas de gagnant. De là on annonça une intermission. Arrivé au vestiaire, Léo Burke me dit: "J'ai envoyé Réal vous chercher car ça terminait plus".

 

"Qui a mis un esclave comme ça au "time keeper", disait Léo Burke.

 

Réal dit: "Je crois que c'est Gino", mais celui-ci était déjà parti.

 

Réal rajouta: "Je vais faire la job pour le restant de la soirée car j'ai enlevé cet imbécile de là".

 

Après ma douche très méritée et sur mon départ je suis allé revoir le gars qui boudait dans le camion du ring qui appartenait à Louis Laurence et ce à l'entrée de l'aréna. Je lui ai demandé qui lui avait donné cette responsabilité et par hasard et curiosité combien de temps avait duré notre combat et si il y avait eu distraction. Voilà qu'il me dit: "C'est Gino Brito qui m'a dit d'aller là et de prendre le temps avec le chronomètre vu qu'il n'y avait pas personne et que la Commission Athlètique n'avait aucun droit ici". C'est vrai, la Commission athlètique ne couvrait que l'Ile de Montréal.

 

Il rajouta: "Tu sais Sunny, je t'aime beaucoup et j'aime ça quand tu gagnes et à soir je voulais que tu gagnes sur Delassera parce que je l'aime pas, il est trop hypocrite sur le ring donc j'ai laissé aller le temps parce que j'étais certain que tu allais le battre, mais après 30 minutes, t'avais pas encore réussi et j'ai voulu te donner 5 minutes de plus, mais à presque 35, Pigeon a fait sonner la cloche. Mais la prochaine fois, tu vas le battre c'est sûr. J'aime beaucoup les Indiens et j'ai plein de chums à Kanahwake. War Eagle et Billy Two Rivers c'étaient des chums et bla bla bla "

 

"Bon ben salut mon chum je m'en vais à Jonquière, la route va être longue, j'ai plus le temps de jaser".

 

Avant de vous quitter, je veux vous dire qu'on est tous des "Marks" à différents niveaux, mais lui en était un vrai, un peu primitif je dirais mais aujourd'hui ce genre de personnages sont nos meilleurs clients, au fait pour ce qui en reste.


            Bonne semaine.

Sunny War Cloud

   

 

@ Tous droits réservés. Les chroniques de Sunny War Cloud ne peuvent être reproduites entièrement ou partiellement sans obtention de l'autorisation écrite de l'auteur.

 

Accueil - Nouvelles - Biographie - Galerie photo -

"Sous la tente" - Liens suggérés - @