"Sous la tente" de Sunny War Cloud,

 

 

Chronique #89 (30 juin 2007)

 

    Bonjour chers amateurs de lutte, 

             

Pour débuter drette là, je vous invite "sous la tente" pour seulement entendre mes propos sur l'affaire Benoit et c'est seulement mes impressions, seulement les miennes. Si vous ne voulez pas m'entendre, restez dehors à l'humidité. Je suis assommé, vraiment abassourdi du départ de Chris Benoit pour un autre monde et atterré de voir la façon dont le tout s’est passé, apportant avec lui sa femme et son fils de manière brutale, manière qui ne ressemble pas au Chris Benoit que j'ai très bien connu en 1988 sur le territoire de Calgary alors qu'il n'avait que 19 ans.

 

Lorsque je dis "très bien connu", c'est que j'ai passé 9 mois et quelques à voyager avec lui, 6 jours par semaine et que dans les hôtels, nous partagions la même chambre en compagnie de Biff Wellington (également décédé dimanche). Eh oui, j'étais en charge de la van "des faces" avec la carte de gaz de Stu Hart et Great Gama avait l'absolution de celle "des heels". Émile Dupré dans les maritimes m'avait également donné cette responsabilité, à savoir que j'avais l'air plus fiable que les autres. Wellington lui, je l'avais connu dans les Maritimes (Bobby Hart) alors que Brick Crawford et moi l'avions hébergé ainsi que plusieurs comme Steve Blackman, Jerry Morrow, les Rock&Roll Express, etc. Donc, c'est lui qui m'a accueilli à l'aéroport de Calgary et Morrow m'a dirigé vers un hôtel en permanence au centre-ville de Calgary.

 

Jerry Morrow parlait français mais il était "heel". Donc, le "Kakfabe" étant religieusement respecté, je ne lui parlais que rarement car les vestiaires étaient à l'opposé mais j'avais une affinité avec Chris Benoit parce que c'était le seul dans ma "crew" qui parlait français, enfin quelque peu mais ça lui revenait car il avait quitté Ville Lasalle à 10 ans. Oui, 9 mois à voyager avec lui, partager la même chambre d'hôtel, l'écouter lorsqu'il parlait car il parlait peu… Bref, il regardait, prenait constamment des notes et il s'entraînait, oui il s'entraînait encore plus que nous, plus que moi et il était malheureux lorsque nous étions "pognés" dans une minable petite ville de la Saskatchewan où qu'il n'y avait pas de gym.

 

Pourquoi que nous chambrions à trois ?

 

C'était pour sauver des $$$ car à $600 de garanti par semaine pour 6 soirs de lutte, à part les transports payés, nous n'avions pas droit à des vies de pachas, d'ailleurs dans la chambre voisine à la nôtre, Owen Hart, son frère Bruce et Brian Pillman faisaient la même chose que nous. Les "heels" eux n'avaient pas droit d'être dans le même motel ou hôtel que nous, donc 3,000 milles par semaine (5,000 km) c'était du stock, une très bonne façon de former un caractère. De ce que je retiens le plus de Chris Benoit, c'est qu'il était déterminé à aller loin, à faire des sacrifices aussi dûr peu importe lesquels. Le plus gros sacrifices qu'il faisait, c'est qu'il ne sortait jamais dans les bars avec nous et il m'avait confié une fois dans un parc de Kelowna en Colombie- Britanique, alors que nous nous balançions sur des balançoires à enfant après une séance de push ups, qu'il ne voulait pas se faire de blondes pour ne pas nuire à sa carrière, enfin pour ne pas avoir une attache à quelque part. Chris Jericho m'avait également dit ce refrain en 1993 en Allemagne.

 

Benoit avait alors continué en disant: "lorsque je serai vraiment établi , j'aurai tout mon temps". Jamais il m'avait parlé qu'il voulait se rendre jusqu'à la WWF tout en ayant comme idole Brett Hart. Il voulait une job à temps plein au Japon pour parfaire sa technique car, pour lui, les Japonais étaient les meilleurs pendant que je penchais vers les anglais. Donc le problème était réglé, Benoit et Jéricho ne courraient jamais les bars, ne voulaient pas de blondes attachantes et ne voulaient pas rendre de compte à personne, donc le champs libre mais à quelque part, ils ont réussi car j'en ai vu d'autres "stopper" leurs carrières pour "une amour" et lorsque le "break" a passé, ils se sont réveillé alors que le corps ne répondait plus. Aussi je me souviens très bien que Chris Benoit "fendait" une cenne en deux tout comme Bret, Owen, Jericho. C'était pas facile et "tough" à la fois de lui faire sortir de l'argent.

 

Avec $20, il pouvait faire des choses incroyables et lorsqu'il avait une bière à la main, c'est qu'il y avait "un mark" tout près qui lui avait payé. JAMAIS il demandait une avance de salaire. JAMAIS il n'empruntait de l'argent et il avait toujours une provision de canne de thon dans son "bag" pendant que Biff et moi dégustions un poulet dans une rotisserie. Chris connaissait tous les endroits où c'était pas dispendieux et il s'organisait avec peu. Chris Benoit avait été la recrue par excellence en 1987 à Calgary, c'était encore plus que Kevin Steen en 2003 car la lutte était encore très forte dans ces moments là et à part de ne pas porter le nom de famille " Hart", il leurs faisait tous la "barbe" car il était meilleur que tous les autres, incluant les Harts.

 

C'était dûr de "toucher" aux Hart sur le booking à Calgary tout comme ce l'était au Québec avec les Rougeau ou les Von Erich au Texas, mais Chris Benoit les atteignaient. C'était l'espoir numéro un.  En Novembre 1988, j'ai quitté le territoire à la vitesse car j'ai eu une vilaine blessure à Regina, soit une hernie anguinale, et une opération s'imposait + 3 mois d'inactivité, donc je suis retourné à Jonquière sur le taxi. 11 ans plus tard en 1999, j'ai revu Chris Benoit à Québec lors du Nitro Party au bar Liquor Store, mais avant je suis allé le voir dans l'après-midi alors qu'il s'entraînait au Mega-Gym avec Perry Saturn. À mon arrivé au gym en compagnie de ma blonde et de mon garçon Davey Lawless, Ricky Martel était là à l'entrée, lui qui était porte parole de la WCW et après une poignée de main il m'a dit: "Chris Benoit est là-bas mais il faut que tu attendes ici avant de le voir car il s'entraîne".

 

J'ai fait fi de ses recommandations et je suis allé le voir drette en avant de la cage à squats. Il a laissé tombé sa barre et m'a fait une accolade qui en disait long tout en me disant de rester là après m'avoit présenter à Saturn. Tabarnak qu'il avait grossi et il s'entraînait fort en plus; seulement des super-sets essouflants, sans arrêt avec un désir dans les yeux. Après son entraînement, il a accepté de prendre une photo avec ma blonde et mon garçon et je lui ai payé un shake de protéine qu'on a pris ensemble à une table, après quoi il m'a demandé où il y avait du bronzage pas loin. 10 minutes de bavardage enrichissant d'un gars que j'ai vu progresser et qui avait réussi. Ce qui m'a déçu un peu c'est qu'il m'a dit que lui et Biff Wellington, c'était fini pour la vie eux qui ont détenus le titre par équipe après mon départ.

 

Pourquoi cette chicane? Je ne lui ai pas demandé, mais je m'en doute. Le soir au party, après séance de photo et de question du public, il m'a encore donné de son temps dans sa loge privé, mais voyant que je "dérangeais" du monde, je lui ai serré la main en lui disant que jamais je n'oublierai les bons souvenirs que nous avons véçu ensemble et que peut-être on se reverrait tout en me donnant ses coordonnées. (En 2001, tout m'avait été volé à la CCW avec mes micros sans fils). Donc, nous revoilà en 2007, alors que j'arrive de travailler lundi soir à minuit, je regarde mes courriels et Michel Bédard m'apprend le tout. Je n'ai réussi qu'à trouver le sommeil à 3:00 et ce avec une pilule pour dormir. Le lendemain, j'ai fait mon quart de travail 12:00-24:00 les genoux pliés en deux et la conscience ailleurs et ce matin (Jeudi), j'ai choisi de vous en parler à ma manière pour me dégager et de répondre à tout ce que j'ai entendu à la télé soit de journalistes sportif, Jacques Rougeau et tout ce qu'on peut lire sur internet de par et d'autres.

 

Donc j'ai pris connaissance de tout; de là je ne me suis pas attardé aux petits cons qui parlaient de "work de Vince" et aux supposés connaisseurs de lutte (marks de toutes sortes) qui sont confidentiels ou imberbes à la fois. Celui qui comprendrait le mieux ma ligne de pensée, c'est le journaliste Claude Poirier qui a eu le meilleur résumé de la situation. Au fait, Claude Poirier est peut-être un des seuls journalistes honnête qui n'a jamais accepté les "pourboires", mais qui est demeuré pauvre.  L'histoire Chris Benoit est un drame familiale comme on voit partout au Québec depuis les 5 dernières années, soit un ou deux meurtres suivi d'un suicide. On amène la femme et les enfants avec nous.

 

Bon, vous voulez savoir ce que je pense du discours à Jacques Rougeau à LCN. De un, ces temps-ci, plusieurs disent que je vante Jacques Rougeau; je le vante pas pour son produit, je le vante pour ce qu'il est, son parler, son charisme, son ton de vendeur et sa facilité à attirer du monde. Il est connu et oui il s'appelle Rougeau et le talent et la facilité à s'exprimer font partie de lui et TVA n'ont pas couru après Franky The Mobster ou Viking pour couvrir la nouvelle, mais encore après Jacques Rougeau et s’il arrive encore un évènement de la sorte, ils feront encore appel à ses services. Pour son discours, je suis d'accord qu'à 25%. Le reste n'était que de la plogue pour lui même et sa fédération et tout de suite le 25% que j'étais sur la même longueur d'onde que lui était que l'horaire de vie d'un lutteur de la WWE était très essouflant, que plusieurs ne se reposaient pas beaucoup et qu'une majorité était sur "la brosse" et mélangeait alcool, drogues et stéroides en même temps, ce qui faisait un mauvais coktail . Là-dessus, Jacques a raison.

 

Mais est ce que c'était la cas de Benoit soit de mélanger le tout? NON JAMAIS. Ok, je n'ai pas revu ce dernier depuis un bout mais à le regarder aller dans le ring et de voir comment il était constammnent en shape, ça ça ne ment pas. Tu ne peux pas rester en shape des années de temps si tu ne fais pas attention à toi. Je le redis, la shape c'est 50% la nourriture, 30% le repos et 20% l'entraînement, donc un gars sur la brosse dépérit à vue d'oeil. À présent les stéroides. Est ce que Chris Benoit en consommait? OUI et un gros OUI.

 

Au fait, à peu près tout ceux qui ont l'air plus gros physiquement que les autres en ont pris et ça t'as pas le choix car le métier l'exige; pas de muscles, pas de job. Sunny War Cloud en a pris et en tabarnak à part ça et je m'en suis jamais caché car j'en avais besoin pour travailler. Jacques Rougeau lui dit qu'il n'en a jamais pris? Ça me tente pas de repartir un débat ou une "heat" avec lui mais je vous laisse seul juge de cette réponse. Aller chercher dans le fond de votre garde-robe vos vieilles photos de lutteurs des années 80 et enlevez la poussière dessus et vous me direz après si c'est le même "size" que vous voyez de lui présentement.

 

Jacques Rougeau prétend aussi qu'il a bien connu Chris Benoit. Peut-être mais je me demande où? Car, aidez moi car je ne vois pas dans quel temps ils ont pu avoir été ensemble à la WWF ou WWE ou encore à la WCW. Les temps ne concordent pas. Et d'après Jacques, les stéroides sont la principale cause des meurtres de sa femme et son fils avant de s'enlever la vie.

 

Bon ça fait que c'est pas compliqué, les drames familiaux ont tous comme responsable les stéroides. Messieurs les détectives au Québec de la S.Q, ne cherchez plus, ce sont les stéroides qui ont fait que le monsieur de Chicoutimi avant hier a assassiner sa femme avant de retourner l'arme contre lui. Voilà tout est réglé. On fait des descentes partout dans les gyms et il n'aura plus de drames familiaux. Oh, on arrête tout ça! Je ne suis pas d'accord.

 

Ces drames familiaux sont toujours à peu près la cause que la dame veut s'en aller, veut demander le divorce, veut partir avec les enfants et en avoir la garde après quoi, il faut vendre la maison et la part se coupe en deux quand ça va bien ou dans bien des cas, c'est toujours le bonhomme qui se retrouve le cul dans la neige. Souvent tout ce beau monde s'endure, car ils ont trop d'investis et les pertes seraient considérables, donc on fait chambre à part pour le bien paraître. N'oubliez jamais lorsqu'une femme demande le divorce ou la séparation, c'est qu'elle en a connu un autre ou en fréquente un autre ou c'est le contraire. La vie d'un lutteur n'est pas facile dans ces cas pour celui qui aime sa femme et ne couraille pas; pour celui par contre qui est célibataire ou qui n'aime plus sa conjointe et qui est pris avec, la lutte c'est une criss de belle job.

 

D'un autre côté, la femme de Benoit qui est l'ancienne de Kevin Sullivan, connaissait la "business". Elle était au courant de la vie nocturne de certains "boys", donc elle peut penser que le sien peut faire pareil. Dans le temps, un lutteur qui amenait sa femme "sur la trip" avait de la "chaleur" avec les "boys". Pour ne pas en avoir, la règle qui s'imposait était qu'il voyage seul avec et qu'il aille dans différentes hôtels. Il y a le côté "jalousie" aussi qui fait partie de beaucoup de drames familiaux . Vous savez, la jalousie est une grave maladie, pire que l'alcoolisme. La jalousie n'est qu'une forme exacerbée de l'insécurité; quelqu'un qui est jaloux possessif et qui est violent par surcroit ne vous aime pas. Il a peur de se retrouver seul avec une personne qu'il aime encore moins = lui-même.

 

Prenez juste les militaires qui s'en vont en Afghanistan pour 9 mois. On peut tu gager qu'il y en a de ces épouses au Québec qui vont sortir un petit brin juste pour se divertir sans aucune mauvaise pensée? À quelque part, après une couple de verre de vin ou un cognac, les données et les valeurs peuvent changer lorsque "l'autre"est de l'autre côté de l'océan. Il y en a un où je travaille chez Garda qui était dans l'armée et qui est allé 6 mois dans ce pays de guerre pour servir son pays; il est revenu le compte de banque à sec, les cartes de crédit "loadées" et sa femme qui pleurait son départ à l'aéroport 6 mois auparavant était partie avec un autre.

 

Lui, il aurait eu semble t-il une "bonne raison" de faire le ménage comme Benoit; mais non, le fait qu'il ne prenait pas de stéroides l'a sauvé. Ce gars là que je connais a demandé de l'aide pour ne pas exploser, c'est tout. Il a fait ce que Chris Benoit n'a pas fait; Benoit était dans un état second, car tu ne peux être toi-même pour étrangler un enfant, en plus TON enfant. Combinez le stress, la fatigue, la pression que ce métier exerce à la WWE et aussi combien Chris Benoit a travaillé fort pour tout gagner cette argent car il était millionnaire; ménager son argent comme il le faisait, se priver de tout pour atteindre son but et arriver à 40 ans et apprendre que ta femme demande le divorce et partir avec souvent la moitié ou tout au complet.

 

Je parle peut-être pour rien mais encore là j'ai passé par là. Jamais je n'approuverai son geste meutrier mais jamais je crois qu'il n'a demandé de l'aide avant de commettre l'irréparable, parce que souvent ce genre de gars (gros athlète) sont gênés, timide ou croient que c'est "faible" de demander de l'aide. Lorsque je prenais de la coke en consommation quotidienne accélérée, j'ai demandé de l'aide, soit une thérapie de 6 mois interne, et aujourd'hui ça va très bien (presque 16 ans d'abstinence là-dessus) et des stéroides, j'en ai pris aussi en tabarnak, toutes les sortes, j'étais un laboratoire et j'ai écouté les directives qui allaient avec et je peux vous dire que j'ai toujours été en contact avec moi-même, mais pas la coke.

 

Je le redis encore, des stéroides c'est de l'énergie chimique. C'est un surplus d'énergie dans ton organisme, donc tu as + d'énergie pour t'entraîner plus fort, donc tu grossis plus vite. Ta récupération est presque immédiate, ce qui fait que tu "manges" du fer. Cependant pendant cette période, tu te dois d'être extrêmement discipliné sur "ta vie" autant sur ce que tu manges, ce que tu bois et le repos est important.

 

À voir Chris Benoit s'entraîner comme je l'ai vu, il brûlait toute cette énergie clandestine qui fait que lorsqu'il sort du gym, il n'a la force que de se reposer et non pour passer la nuit sur la corde à linge.

 

Je le redis aussi, c'est que chacun est boss de soi-même et personne ne sait exactement ce qui se trame dans le cerveau de l'autre, personne ne vit le moment présent de l'autre; avant hier ça allait super, hier ça allait moins bien, aujourd'hui ça va pas, demain j'ai un début de dépression et après-demain je commet une grave erreur, soit un horrible drame. Donc c'est quand ça va pas qu'il faut avoir l'humilité de cogner à une porte d'aide.

 

Après avoir commis ces deux meurtres, Chris Benoit s'est donné la mort au lieu d'affronter la justice américaine et d'écouter et lire l'opinion publique . Non le gars en avait assez de la vie, il n'était plus capable et PERSONNE ne peut vraiment dire les causes exacts de ce qu'on peut appeler "l'affaire Benoit". Personne je vous dit et encore moins les stéroides, trouvez vos solutions et réponses ailleurs car des drames comme l'affaire Benoit , il y en a eu ici au Québec et il y en aura encore.

 

Pour terminer car je n'ai plus le goût, vous voudriez sûrement savoir ce que je pense présentement de Chris Benoit, à savoir si c'est encore un chum, un idole de lutte, un exemple à suivre pour un jeune lutteur, si la WWE doit le considérer dans son Hall of Fame, si je vais regarder encore ses DVD ou bien si c'est un crotté de la pire espèce... ÇA c'est mon secret personnel et ça, JAMAIS je ne vous le direz mais je peux seulement vous dire que j'ai mal en dedans, mais la vie continue.


            Bonne semaine.

Sunny War Cloud

   

 

@ Tous droits réservés. Les chroniques de Sunny War Cloud ne peuvent être reproduites entièrement ou partiellement sans obtention de l'autorisation écrite de l'auteur.

 

Accueil - Nouvelles - Biographie - Galerie photo -

"Sous la tente" - Liens suggérés - @