"Sous la tente" de Sunny War Cloud,

 

 

Chronique #88 (17 juin 2007)

 

    Bonjour chers amateurs de lutte, 

            

Comme promis, je suis déjà de retour et j'espère bien que vous profitez du beau temps. Mais, c'est tu plaisant un peu se promener en ville comme la semaine dernière, alors que j'ai passé la semaine à travailler sur la sécurité à l'hôtel Loews le Concorde; effectivement, nos repas étaient payés et pris aux côtés des conventionnaires que l'on escortaient. C'est vrai que la haute-ville de Québec est vraiment quelque chose à visiter, mais, en même temps, c’est un vrai cimetière à tickets. Ouf! C'est pas croyable, des innombrables boutiques et restaurants que j'appelerais: "des vrais trappes à touristes". Un jour, tout le monde se passera le mot ou comme moi, ils se feront avoir une fois et n'y retournerons plus.

 

Ben oui, je me suis fait avoir et je vous le raconte. Ça faisait des lunes que je voulais voir cette belle ville de haut et de très haut. Donc, en travaillant pour 40 heures à l'hôtel le Concorde, j'ai pris trois réservations pour le brunch déjeuner de dimanche dernier au restaurant l'Astral, soit au sommet de ce majestueux hôtel, vous savez ce restaurant qui tourne et qui, en 60 minutes, vous fait voir toutes les beautées de la ville de Québec. Je voulais faire un cadeau et une surprise à la fois à ma blonde et sa fille, puisqu’un déjeuner c'est tout le temps bon. Arrivés sur les lieux à 9:15, j'ai vu que les parcomètres sur la rue ne débutaient qu'à 10:00, donc j'envoie 4.00$ dans celui en avant de moi, mais celui-ci décolle son temps déjà. Ma réservation était justement pour 10:00, mais ils vont nous prendre quand même avant je suppose.

 

Arrivé en haut, le brunch débute à 10:00 et personne ne peut rester là, donc on redescend en bas dans le lobby attendre l'heure convenu, mais là je suis allé remettre 2.00$ de plus dans le parcomètre, ce qui me propulsait à 11:15, donc je vais être correct. On remonte en haut et là, le garçon de table nous assigne des places formidables et je peux ENFIN voir de haut cette belle ville, de même que toute la beauté que dégage les plaines d'Abraham. C'est vraiment beau je vous dit; mais la nourriture est ordinaire: pas de vrais oeufs, pas de toasts, seulement des fruits coupés, des oeufs bénédictins, saucisses et bacon, crêpes françaises au beurre et croissants avec du jambon, comme y en a partout. Après 20 minutes, j'avais mangé et j'ai dit à ma blonde: "y a pas grand chose dans le buffet et c'est très ordinaire mais la vue et le décor sont incroyable »; le tout agrémenté par un pianiste. J'ai pris trois réchauds de café pour couvrir le 60 minutes afin de faire vraiment le tour de la ville, car oui ça tourne tranquillement.

 

Après avoir tout vu, j'ai demandé l'addition et là le garçon de table me donna le tout en disant de "payer à lui et que le pourboire était à part". C'est vrai, c'est pleins de vieux ici et des d'Européens et eux ne "tippent pas beaucoup". Honnêtement, je m’attendais à une facture d’environ 50$. En regardant la facture, j'ai sursauté: "Tabarnak! $98.60, j'aurais dû m'informer du prix avant de prendre les réservations, surtout que ce n'était pas bien bon. 98.00$ pour manger de ce qui est plus merdique que le Normandin.  J'ai donné 115.00$ au serveur, tout en balayant des yeux une dernière fois la ville de Québec du haut des airs. Dans l'ascenseur, je m'en voulais parce que je et j'ai toujours pensé m'avoir faite "fourrer"; mais ma blonde me dit: "ce n'était que pour une fois et tu as vu ce que tu voulais". Oui, et ce sera la dernière.

 

Arrivé à mon auto à deux minutes de mon délai de parcomètre, les prostituées de la mairesse de Québec, soit les agents de stationnement, étaient à deux autos de moi et auraient été prêts à me grafigner un billet de 42.00$ à une minute de retard. Une chance que j'ai pas pris un autre café. Vous voyez, la haute ville, le Vieux Québec, les abords du Port, ce sont des trappes à touristes, mais lorsque tous les vieux de ce monde se seront faits avoir une fois, ce sera terminé . Je vous ai conté mon expérience chers lecteurs pour seulement vous prévenir, vous prévenir au moins au sujet de ce restaurant et si vous voulez y aller quand même, histoire d'ébahir une nouvelle conquête ou d'avoir l'air d'être au-dessus de vos moyens devant elle, assurez-vous qu'il y ait une suite dans votre relation et si elle y prend goût (à ce restaurant), amenez-là au Cosmos de St- Foy. Je vous garantie de la meilleure qualité et un meilleur prix aussi.

 

Avec la force du dollar canadien et le prix de l'essence qui sera à la hausse sûrement cet été, ces "voleurs" dans les restaurants et boutiques auront intérêt à refaire tous les plans et de s'ajuster "au petit monde", car ils vont tous crever .

 

Pour en revenir à la lutte, soit après le succès de St- Ambroise, 7 jours se sont écoulés et le samedi suivant, je suis parti pour le gala de la TOW organisé par Marc Blondin et J.F Kelly. Là, je nageais en plein mystère car ce n'était pas un show vendu et que la facture était lourde... pour la lutte. J'avais entendu toutes sortes de rumeur, comme que la lutte serait en plein air un 12 de mai au soir, j'allais devoir ressortir mon "suit" de ski- doo ou qu'il y avait 800 billets de prévente de vendus; encore là, 800 de prévente pour de la lutte à Blainville à 25.00$ du billet, ça voudrait dire 1,600 personnes en tout. J'ai effacé de moi toutes ces rumeurs et j'ai pris l'autoroute 40 à 8:00 du matin très confiant que ce serait bien organisé et que j'étais privilégié de participer à ces galas d'envergure, c'est-à-dire 3 galas en 3 semaines collées; en plus la direction de la TOW nous avaient demandés d'être tous présents à 13:00, donc le mystère s'était encore amplifié lorsqu'on pense que nous étions tous liés par contrats écrits pour cet évènement.

 

Arrivés sur les lieux comme convenu à 13:00, après avoir pris le dîner à la Cage aux Sports de l'endroit avec mes équipiers de voyages Simon et Martin, j'ai encore dit: « WOW, tabarnak c'est très bien organisé ici aussi ». La direction de l'évènement TOW avait mis le paquet encore là avec du décor, des ponts de lumières, un super système de son et un vestiaire, vous parlez d'un grand vestiaire, soit le quart de l'arèna avec des tables et chaises, tout ça séparé d'un immense rideau noir; en plus, nous avions le ring de la NCW, qui est la "cadillac" des rings en province.

 

Calisse que ça va être le fun et déjà, dans ce début d'après-midi, je m'amuse déjà avec tous les participants de ce gala peu importe la fédération d'où ils proviennent, même que Josianne The Pussycat ne voit plus en moi un être intimidant. Là, Rhyno est arrivé; on m'avait dit que c'était un petit homme très trapu, mais en lui donnant la main, j'ai vu que c'était un gros homme trapu, un fort 6 pieds, 275 livres environ avec un visage de fer; en tenue de rue, il est facilement remarquable dans un Centre d'achat, il a le "look" lutteur. Je l'avais manqué de près, soit lui et Christian Cage, en 1997, lorsque Ricky Martel m'avait demandé de l'accompagner avec son neveu Kevin pour une tournée de deux semaines à Winnipeg pour le promoteur Tony Condello pour cause que mon patron dans le temps à la DPJ de Chicoutimi me menaçait de me foutre à la porte si j'allais faire cette tournée.Ma discussion avec Rhyno a été brève parce que je le sentais préoccupé; il savait qu'il était là sans vraiment vouloir y être, mais à 31 ans, je le sens à la croisée des chemins, soit qu'il n'ira pas bien plus loin qu'il ne l'est ou si vous aimez mieux, que son meilleur argent (WWE) est fait. Milieu de carte à TNA, c'est rien de très solide à préparer une retraire dorée.

 

Il doit regretter certains gestes également ou paroles "trop bien dites" car justement, en parlant de Christian qui était passé de la WWE à la IWS récemment, à peu près le même sort est réservé à Rhyno à la TOW. De là, le pauvre Alex Shelley est arrivé avec rien dans les mains, car tous ses bagages se sont égarés à quelque part dans un aéroport, ça c'est de la vraie merde. Max Boyer lui est venu en aide cependant. Un autre que j'ai senti très nerveux, c'est Marc Blondin; nous on s'amusait et tout était drôle, mais lui faisait les 100 pas et du cellulaire. Maudite criss de job écoeurante, je suis à 1 mois et demi de St- Pascal et je suis déjà écoeuré et puis c'est un show vendu.

 

Soudain à 17:20, alors que tout le monde avait faim, deux livreurs de pizza sont arrivés avec quelques 25 boîtes de pizza; encore là, tout est apprécié car on ne voit plus ça très souvent dans la lutte. J'aurais aimé en voir juste un chiâler sur sa journée avec tous les efforts qui ont été faits; je lui aurait mis sa réalité en pleine face dans pas long.

 

Pleins de personnes étaient attitrés à notre confort et personne n'était laissé à lui-même, car tout le monde savait où s'en aller. À l'ouverture des portes, Marc Blondin lui-même est venu faire le "meeting" d'avant-show dans les deux langues et là, je l'ai senti très émotif et il a prononcé une phrase et je cite: "Moi, Marc Blondin, j'ai fait ma job pendant un gros mois, j'ai tout fait ce que je pouvais faire pour remplir la place, tout ce qui était possible à faire, je l'ai fait afin que vous passiez une belle journée, donc ma job étant faite maintenant, c'est à votre tour de faire votre job, je vous demande ce que vous savez le plus faire, c'est de lutter et donner un show de qualité aux personnes qui paient en ce moment". Voilà, le message est passé.

 

À partir de là, tout le monde s'est mis à l'ouvrage et avait compris le message. Une fois tout préparé quelques 30 minutes plus tard, mes yeux n'étaient que pour Rhyno et, non pour PCO, mais Franky The Mobster; PCO, oui il est gros, mais mon oeil s'est fait à lui; Rhyno lui, c'est un autre genre de gros, dos large avec des grosses jambes, chose qui est presqu'inexistante au Québec et que mes yeux ont oubliés avec le temps, mais Franky The Mobster était méconnaissable. En effet, je n'ai cessé d'épier Franky tellement il "lookait".

 

Qu'on cesse de m'écoeurer avec les stéroides, car il y a de l'ouvrage là-dedans; Franky s'est entraîné, bref il se démarquait de tous les autres. Yen a pas un qui avait sa définition musculaire, en tout cas, on était loin de l'époque de la Cosa Nostra. En discutant quelque peu avec lui il me dit: "écoutes le gros, je veux gagner ma vie avec la lutte et là je donne le grand coup, ça passe ou ça casse". De là, je l'ai laisser préparer son combat et moi de même j'avais le mien à préparer. Juste un conseil Franky et c’est le meilleur que je peux te donner: "déménages aux États- Unis, fais un "move". Tu as peut-être les moyens financiers en ce moment, je ne sais outre, mais tu as une très belle shape, soit la meilleure en quoi je t'ai vu de ma vie et la meilleure au Québec; tu as un magnifique talent, une belle gueule, parfait bilingue, du charisme que tout le monde envie et un micro d'enfer, enfin tu as tout pour toi".

 

C'est ben le fun et drôle d'être sur la top à la NCW et à la IWS, mais ça ne fait pas vivre un homme et personne d'important à la WWE ira te chercher dans le quartier St-Michel ou Villeray. Il y a un moyen certain de te "sauver" d'ici et de te coller près de la OVW, de te trouver une petite job dans ce coin tout en t'entraînant très fort et puis acquérir ton statut de résident américain. Je ne peux décider pour toi car c'est toi l'unique boss de toi-même, mais ce 12 mai dernier à Blainville, je t'aurais fait entrer par la grande porte de la WWE, car ici au Québec, tu es un talent gaspillé car tu n'as plus rien à prouver. Si Vince McMahon ne te trouve pas de son goût ou ne te trouve pas les qualitées nécessaires avec tout ton bagage pour faire partie de son "roster", c'est qu'il est temps qu'il se retire pour de bon ou qu'il ne voit plus clair. Anyway, Rip Rogers que je connais bien et qui est instructeur là-bas te remarquera lui, car c'est comme toi qui les aiment.

 

Au fait, Sylvain Grenier est gros et il "look" très bien aussi, mais il n'a que ça et qu'est-ce que Christian Cage a de plus que Franky The Moster, à part de connaître plein de personnes dans le métier? Revenant au gala pendant le premier combat, j'ai demandé à un préposé combien il pouvait y avoir de spectateurs: "entre 400 et 500 environ" me dit t-il.

 

"Seulement ça"!!

 

Mais l'ambiance et les cris détonnaient pour 1000. En m'avançant au rideau comme j'avais fait à St- Ambroise, effectivement j'y ai vu ce chiffre. Comment ça pas plus de monde que ça!

 

Une station-service Esso et la Cage aux Sports de l'endroit savaient qu'il y a avait de la lutte dans leur ville, car j'avais joué l'amateur venant de l'extérieur. Pourtant la carte était solide, bonne publicité, dans un endroit sportif en plus où la bière était en vente; trois lutteurs américains établis de la télé, mais milieu de carte à TNA; enfin certains diront les prix d'entrées, d'autres répliqueront que Blainville n'est pas propice à la lutte, oui je sais le métro n'y va pas non plus, mais un fait demeure c'est que cette soirée me rassure à ne pas hypothèquer tous mes biens pour un gala TNA au Québec; même un "pay per view" de cette fédération n'attirerait pas 3,000 payants au Centre Bell et encore moins au Colisée de Québec, donc oubliez ça tout de suite.

 

Pendant le 2ième combat, j'ai reçu mon enveloppe $$$ et vous aussi MERCI BEAUCOUP. Après mon combat, un préposé est venu me voir pour me demander si je voulais prendre ma douche. Dans l'affirmative, je fut conduit ainsi que tous les autres qui voulaient se laver en limousine jusqu'à l'arèna à un demi-kilomètre de là. La direction de la TOW avait pensé à nous de ce côté; des douches spacieuses dans un arèna pour se rafraichir et se laver le cul, quoi de mieux pour ensuite s'arroser le corps d'Acqua Di Gio pour sentir bon comme 10% des lutteurs québécois.

 

En revenant de la douche, une fois habillé, j'ai fait un petit brin de jasette avec Rodger Brulotte au sujet du baseball et ensuite, je décidais de regarder le combat final entre PCO et Rhyno. Je me suis déguisé en spectateur avec mes nouvelles lunettes, au fait pas grand monde m'a reconnu (c'est qui ça Sunny War Cloud) et je ne connaissais pas grand monde non plus, tout en regardant tout ébahi la finale. Rendu dans l'auto pour le départ, j'ai dit à mes équipiers de voyage: "vous avez vu la finale, c'est ça que le public veut, c'est de ça que le public s'ennuie, soit des gros hommes qui travaillent fort, qui bûchent. Vous savez, les 450 personnes présentes sont restées debout pendant tout le combat, les regardant se battre un peu partout en dehors et dans le ring; un combat de poids lourds bien préparé comme on en voit plus; deux athlètes qui ne cherchaient pas leurs souffles après 5 minutes et qui n'ont pas peur de prendre un "bump" . Ça ressemblait à Abdullah contre Bruiser Brody dans les débuts 80".

 

Rhyno a donné un "show" et il a gagné son salaire croyez moi beaucoup plus que Raven à Québec. Il faut retourner à Lutte Internationale pour revivre de tels moments qui nous ont été présentés ce 12 mai dernier à Blainville. J'ai redit à mes chums dans l'auto: "deux gars de 160 livres qui se battent dans la foule, ça ne veut rien dire pour les spectateurs car ceux-ci ne se tassent même pas ou ni croient pas, mais "à soir" çà se tassaient et vite". Vous voulez savoir si j'ai aimé ma soirée? Je l'ai adoré tout comme St-Ambroise, mais avec un autre genre. Une autre soirée de rêve que tout lutteur québécois se calcule privilégié d'y participer et même s‘il n'y avait pas le nombre voulu de spectateurs, on aurait dit qu'il y en avait le double tellement l'ambiance était bonne. Juste comme ça, qui lutte devant 450 personnes régulièrement?

 

Est ce que Marc Blondin va récidiver avec un autre gala de la sorte? J'ai entendu dire que peut-être, mais j'espère bien surtout que le principal animateur de RDS aurait fait ses frais; et son équipe, avec J.F Kelly en tête, était forte, très forte. Je donne aussi un 9.5 pour cette soirée et je veux vous dire quelque chose M. Blondin: "Oui vous avez fait votre job et très bien à part ça. Merci beaucoup encore".

 

Et pour Challengemania, je l'ai manqué, j'ai tout manqué pour cause de travail à la Baie James, mais je me réjouis que la salle ait été pleine, que les "boys" aient passés une très belle journée sans blessures et je continue à dire que vous êtes une belle gang. Malheureusement, vu les distances qui nous éloignent et mon manque de disponibilité dû à mon travail, qui souvent de dernière minute, feront que mes présences seront très espacées dans l'avenir, donc à l'occasion. Le travail avant tout.

 

Sylvain Grenier était parmi vous. J'espère que certains lutteurs se sont inspirés de lui et ont enviés son physique. Elle est là la différence entre eux et nous et c'était comme ça avant et ça le restera toujours. En retournant vers une fédération en particulier, j'ai vu que la ICW était sauvé, je veux dire que les "boys" de la ICW ont sauvés leurs "jobs", non je veux dire leurs loisirs, soit d'évoluer sur un ring de lutte devant public. En effet, ils ont choisi d'acheter les équipements des frères Proulx en groupe plutôt que d'aller cogner à la porte d'une autre fédération en file indienne avec promesse de monter le ring. À part Tomassino qui est vite retourné à la IWS en demandant pardon à Manny de par ce qu'il représente de supérieur et le très charismatique Mobster qui est redisparu dans le smog montréalais, les autres sont des bons ptits gars sans plus.

 

Personne ou du moins se sont "garrochés" sur eux, donc l'achat en groupe pour survivre était plausible. Là où la vraie job commence, c'est maintenant car avant le premier son de cloche, il faudra trouver une salle mais avant tout cela, je veux m'attarder sur une chose, c'est que ça prendra toute une chimie de compréhension pour tenir la barque hors de l'eau et je m'explique: "Moi j'étais le seul et unique propriétaire à la CCW de Québec; les grosses décisions, je les prenait car c'était mon argent personnel et lorsque je me suis écoeuré d'aplomb, j'ai annoncé ma fermeture, mais pour vous ça ne sera pas facile car c'est juste qu'il y aura trop de chefs en haut". À qui les Indiens en dessous verront pour la réglementation de leurs problèmes?

 

Seulement acheter une auto à deux est source de chicane, car y en a toujours un qui la lavera + que l'autre tout comme un loyer à deux, c'est toujours le même qui lave la vaiselle, mais là vous êtes environ 8 qui devront rester dans un 5 et demi, donc ça en prendra un pour la vaiselle, l'autre pour le ménage ainsi de suite, mais personne ne voudra nettoyer la toilette, donc ça peut arriver que dans un court temps, ça sente pas bon. Juste ce dilemme me fait fuir à vous endossez sciemment. Placer le tout en compagnie d'investisseurs, un peu comme la NCW, pourrait être une solution plus juste, peut-être plus durable, mais bon je ne peux que vous souhaiter bonne chance, mais une "business" de lutte en groupe me fait peur.

 

Qui aura la ceinture?

 

Avant de couronner un champion, il faudra un premier gala mais là, il faut trouver une salle et la publiciser. Je vais vous donner un conseil, soit un conseil que j'ai crié à tout le monde depuis 6 ans au moins et que personne n'a écouté: "Fuyez le Centre ville, le Nord comme le Sud, autant l'Ouest que l'Est car tout a été exploité et puis, il y a trop de monde, trop de fédérations.

 

Crissez votre camp à Verdun! Cette ville-là c'est une ville de lutte, une clientèle hors pair de lutte, soit aux abords du Métro Verdun. C'est la seule chose positive que je vois "en groupe", car vous êtes un groupe. Eh bien, rasez cette ville, épluchez-là au complet pour vous trouver une salle et je vous garantie des bons moments de plaisir. Jaguar, je crois, ou Mike Lyons ont déjà demeuré à cet endroit, oui je m'en souviens d'y avoir été en petite visite et tous les résidents du coin avaient des visages de fans de lutte.

 

Je me souviens aussi que la dernière fédération qui a évolué à Verdun a été la RWR de Raymond Field et Serge Rolland (1997), soit la seule fédération qui a fermé ses portes la salle pleine et ce en, plein dimanche après-midi. Raymond "Dragon" Field n'était pas un administrateur né et Serge "Prisonnier" Rolland passait + de temps assis sur la "chiotte" que devant le booking, donc ce qui devait arrivé arriva; un bon dimanche après-midi, quelques 200 personnes se sont butées à des portes closes. À Verdun, je vous dis que même si votre "roster" parait déficient et pas intéressant pour les connaisseurs, vous serez autant adulés que les lutteurs de la IWS au Bogey; la foule est délirante tout comme celle de la rue St- Germain était dans le bon vieux temps, sans compter que vous pourrez recruter du talent local de l'endroit.

 

Rendus où vous en êtes après avoir eu le "guts" d'acheter tous les équipements, rien ne peut vous arrêter à trouver rapidement votre niche pour débuter dans le bon temps, soit en fin septembre. Éloignez-vous des samedis soir aussi et le dimanche après-midi à Verdun ne me ferait pas peur non plus, soit à un prix abordable, parce qu'il y a quoi à faire à Verdun les dimanches après-midi, à part rester assis sur la galerie et de jaser avec la femme du voisin?

 

Pour ma montée de lait ou je ne sais pas sans en être une, c'est que depuis un certain temps je regarde très scrupuleusement quelques résultats de fédérations et je me demande sérieusement quelles valorisations ont certains lutteurs à aller "se coucher" contre des femmes à la ALF . Déjà que le sacrilège d'opposer un homme contre une femme est couvert de ridicule et de burlesque, l'odieux est poussé que la lutteuse a la joie de terminer le bras en l'air, seulement la joie et non le mérite d'avoir vraiment battu le gars. Tabarnak les "boys", réveillez-vous. Où en est rendu votre estime de soi et le respect que vous êtes supposés vous donner ?

 

Quelles sont vos valeurs, vos priorités ? C'est-tu que ça vous donne une chance d'être plus aimé et apprécié par le sexe faible ? Ça vous donne t-il + de chance de sortir avec l'une d'entre elle ou bien c'est un manque profond d'affection ? Je ne sais pas les gars, je ne fais qu'essayer de vous trouvez des solutions à votre problème avant que la vie vous oblige à consulter le Doc Mailloux, parce que lui vous fera un diagnotic précis après seulement une phrase de votre part. La ALF de par elle-même et son concept du début était une très belle initiative, soit une ligue ou fédération de filles lutteuses EXCLUSIVEMENT, mais le manque de lutteuses talentueuses, je crois, a poussé la direction à en faire un show presque mixte.

 

Un combat "mixte", je n'ai rien contre ça car la lutte est un spectacle mais des lutteurs reconnus en province qui "usent" leurs bottes par le bout des pieds me fait mal au coeur. Après qu'une fille de 130 livres t'ait battue "clean" au beau milieu du ring, quel lutteur au delà de 200 livres pourras-tu battre à présent? En ville "ces combats" loufoques amusent une partie de la foule de la ALF, qui est composée de beaucoup de lutteurs célibataires ou membres de fédérations ou d'autres qui sont trop pauvres pour aller aux danseuses. C'est à croire qu'il y a un public pour ça, qui croit à ça, du moins le gala de la TOW a omis de présenter un tel combat.

 

Auriez-vous vu Stefany devant Rhyno ? Jamais ce gros lutteur n'aurait accepté ça, soit se faire couvrir de ridicule. Peut-être que Stefany, cette jeune athlète de Ville de la Baie aura la force pour battre Tomassino ce soir (samedi) au Bogey. Chyna, qui ne ressemble à aucune fille ici au Québec par sa masse musculaire, a déjà battu Jeff Jarret mais ce dernier a demandé une partie des bobettes à Vince McMahon, mais ici dans notre belle province, pas un amateur de lutte verra Sunny War Cloud couché devant une fille non pas que je n'ai pas de respect pour elles, c'est que j'ai encore une fierté qui me pend au bout du nez même en fin de carrière et d'ailleurs personne ici au Québec a la valeur en argent des bobettes à Vince.


            Bonne semaine.

Sunny War Cloud

   

 

@ Tous droits réservés. Les chroniques de Sunny War Cloud ne peuvent être reproduites entièrement ou partiellement sans obtention de l'autorisation écrite de l'auteur.

 

Accueil - Nouvelles - Biographie - Galerie photo -

"Sous la tente" - Liens suggérés - @