"Sous la tente" de Sunny War Cloud,

 

 

Chronique #87 (7 juin 2007)

 

    Bonjour chers amateurs de lutte, 

            

Avant de vous inviter "sous la tente", en direct de la Baie James, je veux vous partager ma montée de lait en ce qui a trait à notre belle province. Eh oui, c'est qu’en m'entraînant sur notre belle piste cyclable qui fait bout à bout la ville de Québec et qu'en fixant les abords de nos autoroutes en ville, je ne peux voir que désolation; des débris de toutes sortes, sacs verts, vieux matelas, pneus, rebuts de métal ainsi que papiers jonchant le sol… enfin, ça frappe dur à l'oeil; ça pollue vraiment la vision.

 

Pendant ce temps, au Texas et en Floride, ce sont les prisonniers des pénitenciers qui font la job, qui nettoient tout; des prisonniers tout habillés de couleur orange, enchaînés entre eux par la taille et aux pieds, tout ça supervisés par des gardiens armés et, croyez-moi, c'est un privilège pour eux d'aller travailler, de sortir des murs du pénitencier; tout le monde veut y aller et leurs salaires se limitent à payer leurs pensions de détention. Ici à Québec, ce sont des auxiliaires de la ville à 22.00$ l'heure qui font la job seulement lorsque le nettoyage des rues est terminé ou de la sous-traitance à 12.00$ l'heure, car à 9.00$ il n'y aurait pas personne. Pendant ce temps, nos pénitenciers et la prison de Québec sont en grave surpopulation qui se pognent "le beigne" toute la journée ou se tappent sur la gueule, car ils sont tous pleins d'énergie et écoeurés de dormir sur des matelas soufflés.

 

Seulement les pires "protects" ont le droit de sortir un peu pour travailler sur le terrain des prisons. Pourquoi ça fonctionne bien dans les états américains et qu’ici on ne fait pas la même chose? La charte des droits je suppose. Y a rien qui marche ici; nos partis politiques s'entretuent pour le pouvoir, les gouvernements sont déconnectés du petit monde, 42% du peuple ne paient pas d'impôts, 200,000 personnes de 18 à 30 ans sont sur le B.S tandis que les journaux sont pleins de jobs.

 

La vitesse et l'alcool au volant prédominent encore, car y a pas une semaine qu'un saoulon ne brise pas les vies d'autrui et après une couple de jours, ils sont remis en liberté. LE MONDE N'A PLUS PEUR DE RIEN. Nos médecins se sauvent tous aux États-Unis, la S.A.A.Q qui donnent encore des compensations aux fautifs de la route. Les routes et les infrastructures sont en piteux états. La justice, la santé, l'éducation, ect, tout est à refaire. Dans nos écoles, les professeurs ont perdus le contrôle, le respect n'existe plus. Je me rappelle lorsque j'avais 11 ans, soit au coin des rues Montfort et Notre-Dame à Jonquière, j'avais lancé une balle de neige dans la vitre du chauffeur d'un autobus scolaire, eh bien celui-ci a immobilisé l'autobus et est parti à la course après moi et j'ai mangé un esti de coup de pied au cul; j'ai eu tellement peur que jamais je l'ai refait. Aujourd'hui, en 2007, le chauffeur perdrait sa job pour ça et serait traduit en justice.

 

Le respect et l'ordre n'existe plus. On a enlevé les crucifix de nos écoles, donc c'est tout dire. Et puis pour les sports, les enfants qui font vraiment du sport sont ceux que leurs parents sont bien nantis. Combien y a t-il de jeunes talentueux et pleins d'énergie qui traînent les rues et les parcs vous pensez? J'ai essayé avec des plans d'affaires et de la bonne volonté de créer quelque chose pour "ramasser" ces jeunes et les faire "suer" en les entraînant pour la lutte tout en les instruisant sur la sobriété. NON, on n'a pas d'argent. Ils en ont juste pour leur payer des avocats de l'aide juridique et les nourrir en prison. Et pour finir, c'est tu normal qu'avec tout ce qu'on a investi dans la santé que mon garcon Michel attende de 23:00 à 6:00 du matin à l'Urgence de l'hôpital de Chicoutimi avec ma petite fille de 3 ans et demi qui faisait une pneumonie? Ah oui, elle a passée à 6:00 du matin parce qu'elle avait vomi dans la salle d'attente, car sans ça elle y serait peut-être encore.

 

Je vous le dis… tout est à refaire et l'avenir n'est pas reluisant. C'est que depuis deux semaines que je suis à la Baie James, je n'entends que ça 12 heures par jour dans mon camion, soit du négatif.

 

Passons à la lutte, qui au mois de mai, a été une période des plus réjouissantes… mais avant tout ça, j'ai quelques petits potins. De un, j'aimerais exprimer beaucoup de sympathies à un grand chum, soit Martin Caron, que je considère que le meilleur arbitre au Québec depuis les sept dernières années, soit avec Mario Deschênes. Ouais, mon chum Martin traverse une période difficile car sa femme, qui venait d'accoucher d'une petite fille y a pas si longtemps, se retrouve gravement malade d'un cancer. J'espère seulement que tous ceux qui ont cotoyés Martin, à quelque part dans la lutte, aient une petite pensée positive pour lui. De deux, je veux remercier le lutteur Guil Reno avec qui j'ai fait équipe à la NCW dans la dernière année. Guil fût un partenaire exceptionnel avec qui j'avais découvert une très bonne chimie et j'ai eu du vrai bon temps avec lui entre les cordes. Un gars d'équipe très social que je recommande.

 

De trois, j'ai su que mon ami Brick Crawford s'apprêterait à faire le saut à la IWS. Très bonne acquisition, surtout que je ne l'ai jamais vu en shape comme ça. Ancien partenaire de PCO en Afrique du Sud et en Europe, j'ai bien hâte de voir son utilisation… mais un pro de ce genre se tire toujours bien des différents obstacles qui peuvent survenir dans un gala. peu importe ce qu'il a à faire. Ce qui est comique à mes oreilles cependant c'est que depuis 10 ans que j'entendais du monde dire qu'il était pas bon, mais là vous direz tous le contraire car là il luttera à la IWS et tout ceux qui luttent à la IWS sont très bons, meilleurs que tous les autres. Brick Crawford portera fièrement le T-Shirt rouge de la IWS et sur les trottoirs de Montréal, tout le monde se prosternera devant lui. De quatre, ceux qui me connaissent savent que je fais des rêves bizzares parfois et là en plus j'ai vu dans mon urine qu'Éric Proulx de la ICW travaillait son cerveau afin que la ICW, sous peut-être une autre entité, se continue. C'est à peu près le seul gars que je vois à cet endroit pour continuer le travail déjà fait par Ludger et Serge. En tout cas, si le projet ne se concrétise pas, je parie qu'il y a pensé.

 

De cinq, j'ai bien aimé voir, samedi dernier à la R2W, Alex Price rivaliser contre les deux jeunes "Mexicains" de cette fédération. De la bonne expérience je dirais. C'est très bien d'inviter une vedette établie de Montréal afin de l'opposer à des jeunes lutteurs, soit de Québec ou d’autres régions éloignées. Vous voyez , c'est de cette facon et la meilleure façon que ces jeunes vont s'améliorer soit EN LUTTANT AVEC MEILLEUR QU'EUX. Même si ces deux jeunes auraient lutté tous les jours un contre l'autre pendant 5 ans, il n'y aurait eu aucune amélioration. J'ai surveillé "ce combat", et oui ça roulait, et OUI ils ont appris et Alex Price a apprécié. Les mois derniers, les fans ont pu apprécier Maxime Boyer dans cette même fédération et c'est toujours rafraichissant autant pour les lutteurs que les fans de voir de la nouveauté. De six, j'aimerais souhaiter mes sincères sympathies à Frank Blues de la NCW qui vient de perdre son père. Je ne sais quoi dire de plus à part d'avoir une pensée pour le fondateur de la NCW.

 

De sept, je lisais l'autre jour un communiqué, soit une carte complète de la FLQ de Montréal et ce texte se terminait par ces phrases: « La seule fédération au Québec qui présente des galas à toutes les semaines et qui est dirigé par un ancien lutteur professionnel ».  Rien de plus vrai et la FLQ a été et est toujours une très bonne fédération et une pépinière à former des lutteurs. Plusieurs jeunes n'auraient jamais arpenter un ring de lutte si la FLQ n'aurait jamais existé. Mais là où je ne suis pas d'accord c'est la dernière phrase où ça dit: "la fédération qui dérange". Non la FLQ ne dérange personne, car elle n'a pas d'opposition… donc aucune compétition étant seule les vendredis. Déménageons cette fédération les samedis soirs et LÀ, soit que la FLQ dérangera pour le vrai ou elle sera dérangée. Et de huit, ce samedi 9 Juin, il y aura 10 galas de lutte québeçoise dans un territoire de même pas 125 km de longueur, dont 3 à Drummondville en dedans de 7 km . Vraiment ridicule.

 

Même en vélo ou en joggant pour les plus en forme, un lutteur pourrait lutter à ces 3 endroits différents. Par ce fait même, dans un de ces galas, le lutteur Funky prendra sa 3ième retraite; il est encore dans la trentaine, donc il a encore le temps de faire un retour avant la première neige. Aussi un autre lutteur, soit Némésis, est annoncé dans cette ville et pour la FCL de Shawinigan en même temps. J'espère juste pour lui que les travaux sur le pont Laviolette de Trois-Rivières sont terminés, car à quelque part il manquera à sa parole. Il va sûrement manquer d'amateurs de lutte à quelque part ou de lutteurs, car dans certaines cartes, il manque de lutteurs ou ils sont remplacés par des ??? ou par des "surprises".

 

Une chose est certaine cependant, c'est que Jacques Rougeau qui évolue avec son groupe à St- Jérome ce soir là aura + de spectateurs que tous les autres fédérations réunis ensemble. J'aimerais bien qu'un gars comme "Champ" se divise en 10 et me ramène ses impressions de tous ces galas. Y en a certains qui se remettraient en question ou qui iraient à la confesse.

 

Bon, revenons à notre mois de mai.

 

J'aimerais savoir ce que la GEW de Granby a en tête avec le projet "Jacques Rougeau".  De un, ce dernier n'a pas besoin de la lutte québeçoise pour survivre, car il a déjà refusé 500.00$ pour affronter Franky The Mobster à Noêl d'enfer de la NCW en 2004 (tout ça demandé très poliment au téléphone) et encore un petit peu plus pour lutter contre moi à la CWA dans cette "bonne année". Donc, vous à la GEW et la bande de M. Robert, vous ne lui dites vraiment rien en vous affichant de façon grandiose sur le net. Juste le nom de Rougeau vaut 20 Sunny War Cloud et autant de Mobster, et pour le côté commandite , nous sommes deux moins que rien.

 

Jacques Rougeau ne vous doit absolument rien en plus et aujourd'hui, en 2007, vous ne serez jamais assez riche pour qu'il aille participer à votre show. Je sais que vous, à la GEW, travaillez très fort comme toutes les autres fédérations du Québec pour attirer du public; je sais aussi que c'est très choquant pour vous car vous êtes là 12 mois par année à trouver milles et une solutions pour faire revivre le tout à Granby de manière positive et que Jacques Rougeau débarque une fois l'an dans votre aréna et attire comme rien 1,000 personnes et plus à tous les ans. C'est frustrant je l'avoue et je compatie avec vous, mais la réalité est que Jacques Rougeau est le Hulk Hogan du Québec et qu'il en a rien à foutre de vous et de nous tous. Bonne chance quand même.

 

Ah oui, juste à l'arèna de Pointe-aux-Trembles plus tôt cette saison, Jacques Rougeau et son groupe ont attirés 1,800 personnes (Brick Crawford y était pour me confirmer le tout), donc c'est tout dire. Mais, "ses boys" ont travaillé fort sur le "marketing" afin de vendre des billets en parcourant les Centre d'achats de l'endroit habillés en lutteurs pendant une couple de jours. Ici dans nos fédérations respectives, qui travaillent fort sur ce plan pour amener de nouveaux fans? Lorsque vous entrez dans une petite ville où il y a de la lutte le même soir, ça fait rafraichissant, sérieux et crédible lorsqu'au premier dépanneur ou station-service de cette ville, que le préposé sache qu'il y a de la lutte dans sa ville; 9 fois sur 10, c'est le contraire.

 

Mais, à St- Ambroise, le 5 mai dernier, à part les nouveaux-nés et les résidents permanents du cimetière de l'endroit, tout le monde savait que la lutte prenait toute la place, avec comme compétiteur Michel Barette qui s'exécutait à deux kilomètres de là dans un grand chapiteau pour l'exposition des campeurs motorisés. En effet, c'était la classique de la JCW et tout y était, tout était pensé et soigné. Une soirée de rêve que tout lutteur québeçois veut et a besoin de vivre. Ma dernière apparition à l'arèna de St- Ambroise fut à l’été 1982 contre Mike Shaw (Bastion Booger) et les deux dernières années 2005 et 2006, j'ai dû décliner pour cause de maladie et de travail de dernière minute. Mais, cette année j'y étais et je peux vous garantir que tous les spectateurs sans exception en ont eu pour leur argent.

 

Pour le côté "lutte", il y en a eu pour tous les goûts, en passant par le Hardcore, street fight, TLC, poids légers et lourds, old school… enfin tous les aspects ont été présentés. Arrivé dans ce village de 3,500 personnes situé à 25 Km au nord de Jonquière, ça sentait la lutte; vous savez, nous les anciens de ce métier sentons cette fébrilité, sentons qu'il se passe quelque chose d'anormal dans un endroit loin des grands centres et un gala de lutte annuel est quelque chose d'anormal et de différent. Dans la cour de l'aréna avec mon ami Brick Crawford, soit à 17:00, déjà un "line up" d'une cinquantaine de personnes, mais lorsque je suis entré, j'ai dit :" WOW ÇA VA ÊTRE TOUT UN SHOW".

 

Même Céline Dion à ses débuts aurait dit " WOW". Un décor à la WWE, un système de son de grande qualité, un follow spot, de la grosse boucane, de la pyrotechnie, des jeux de lumières, un écran géant, une magnifique estrade coupée de longs rideaux noirs qui nous invitent déjà à faire nos apparitions, deux grands bars bien disposés à chaque bout de la patinoire avec des belles barmaids et quatre grands vestiaires avec nos toilettes et douches. La JCW nous avait justement réservé un de ces vestiaires pour nous, les 4 lutteurs poids lourds de l'extérieur, et ils avaient pris soin d'y amener des haltères et un banc pour se réchauffer, tout ça accompagnés d'une caisse de bouteilles d'eau. Nos enveloppes $$$ étaient déjà prêtes en plus; un GROS MERCI et un autre GROS MERCI pour les chambres de môtels, vous avez vraiment de la classe même si c'est un show vendu.

 

Ce qui était des plus surprenants encore c'est que TVA avait assigné une couple de journalistes et photographe sur les lieux, de même que la presse écrite qui était présente. Dans les grands centres, ça prend un bon "pourboire" pour faire déplacer ces gens pour un gala de lutte peu importe son ampleur (J'en sais quelque chose). En arrivant à mon vestiaire, Jean Houle de TVA m'a demandé si j'allais être disponible pendant la soirée. Je lui ai répondu: "Oui avec plaisir après mon combat".

 

Mon garçon Davey Lawless, qui faisait le "street fight", est venu s'installer dans notre vestiaire avec son adversaire et au premier son de cloche à 19:00, je suis allé mettre mes deux yeux avec mes lunettes au travers le rideau et là j'ai vu au minimum je vous dis 1,000 spectateurs qui criaient à tout rompre; oui, il y avait plus 1001 que 999 personnes sur place et en revenant dans le vestiaire, j'ai dit à mon garçon et mes "chums" de travail qu'il y avait 1000 personnes et que je voulais que ça brasse; soudain, j'ai vu la pression monter dans le visage de mon fils. J'ai vu tous les lutteurs revenir heureux dans les vestiaires après leurs combats qui précédaient le mien. Là, le journaliste de TVA, accompagné de son photographe, m'a demandé pour avoir accès à notre vestiaire avant notre combat, "pour voir comment on arrangeaient notre game de poids lourds"

 

Je lui ai dit poliment: " Non après le combat". Vous savez dans la vie ou autres, il y a certaines choses que personne ne doit voir ou savoir ; dans la lutte, je veux dire le sport qui m'a permis de gagner ma vie pendant un bout de temps, il y avait un mot magnifique qui s'appelait: "Kayfabe".

 

Je pouvais jaser dans un gym avec un autre lutteur et lorsqu'une tierce personne se mêlait à nous, je disais: "j'ai vu Johnny Kayfabe hier soir" et là, l'autre lutteur se la fermait drette là. Vous savez, un journaliste dans la plupart des cas, c'est une "pute". Autant il peut te faire bien paraître aujourd'hui que demain, il peut vomir sur toi peu importe l'accueil que tu peux lui donner. Moi, lorsque je prie le Seigneur, lorsque je baise, lorsque je chie et que je prépare mon combat, c'est un grand secret et je ne veux pas de voyeurs. Que ce soit au hockey, au baseball ou à la boxe, les journalistes c'est APRÈS. Je vous dit tout ça, chers lecteurs, parce que j'ai vu comme plusieurs le reportage que TVA a fait sur le gala, en fait ce qui a été transmis dans les salons de tous les mortels.

 

Le reportage est très bon, mais à quelque part le journaliste Jean Houle aurait pu couper les séquences de vestiaires ou ceux d'après-midi, lui qui a eu la confiance de certains, car là le "punch" n'est plus. Tant qu'à y être, il aurait dû rejoindre le "line up" dehors pour dire à tout le monde que le show est arrangé d'avance; au moins, on n'a pas tout perdu, le monde l'ont su après avoir payé.

 

Vous savez le public sait comment ça marche à 90%. Il ne faut pas les prendre pour des niaiseux, mais le 10% qu'ils ne savent pas sont LES RAISONS, soit le pourquoi qu'ils viennent encore à la lutte, mais ce 10%, il est important qu'il soit " Kayfabe" autant que lorsque je prie le Seigneur, que je baise, que je chie et que je prépare mon combat. Dans la vie, on ne peut pas tout dire, ça nous prends des secrets, une intimité. Mon ami Houston, un ancien de la CCW, gagne sa vie comme travailleur autonome dans la magie; il opère à Québec sous la raison sociale de "Magicapique". Eh bien JAMAIS il ne me montrera "comment il fait" et même pas pour un jeu de cartes; seul un autre magicien le sait.

 

En revenant "dans" le show de St- Ambroise après mon combat, sur la scène en sortant du ring, ce même journaliste m'a interrogé et m'a demandé ce que je pensais de la JCW. Je lui ai répondu en deux minutes que « je les avaient vu grandir, que je leurs ai toujours donné 100% de mon appui et qu'en travaillant fort ils en étaient rendus à produire d'aussi intéressants galas tout en méritant l'appui inconditionel du public ». Tout de suite après, il me demanda si les coups de pelle faisaient mal et si c'était une vraie pelle. Je l'ai regardé dans les yeux et je lui ai dit: "d'après toi", tout en me regardant le dos dans un mirroir. Au fait, avec le 4ième coup de pelle, Jake Matthews aurait pu assommer un bison. "Non c'était une pelle en plastique monsieur". Peut-être que s’il aurait eu accès à "mon vestiaire", il aurait vu que c'était une vraie pelle. De là, il a coupé mon bout d'antenne, mais au moins lorsqu'il décèdera il ne pourra jamais dire qu'il a vu comment un combat d'invités de poids lourds professionnels se monte. Ce n'était pas ma fête non plus, c'était celle de la JCW; c'était leur Medley, leur Challengemania, leur Maximum sans limites, leur Hardcore Easter. Enfin, ils ont tous gagnés, un show du tonnerre dans un aréna avec 1,000 personnes qui ont très bien acceptés les décors, qui ont applaudis et hués leurs lutteurs, qui ont criés, qui ont bien fait vivre le restaurant de l'aréna et surtout, ce que les acheteurs de show veulent, c'est que le bar fonctionne et il a fonctionné car toute la bière s'est vendue.

 

À part le "street fight" qui était d'une violence inouie (Damian de la IWS aurait très bien cadré là-dedans), je n'ai pas vu les autres combats mais j'ai entendu dire que le TLC n'avait rien à envier aux derniers de la CCW, donc c'est tout dire… mais avec Traver comme dirigeant, tout est possible. Donc, pour la JCW, je n'ai pas vu les deux premiers galas de St- Ambroise, mais celui-ci n'avait à peu près aucune faille et je vous fait la commission de Tank, Brick Crawford, Lolypop et Jake Matthews, qui n'ont que des bons mots pour votre gala et leurs visites à St- Ambroise. Vraiment, vous avez toujours notre appui à 100% et l'an prochain, malgré que la barre est haute, ce sera encore meilleur.

 

La lutte étant un spectacle, donc de ce que j'ai vu, j'y vais avec un 9.5 surtout qu'à 22:10, vous avez passé à travers de 9 combats plus un TLC, il faut le faire.

 

Pour le gala de la TOW de Blainville et bien d'autres choses, je reviendrai dans la 88 ième d'ici une semaine je vous le promets, car là je m'endors au fond dans mon camion et faut pas que je m'endorme... Donc, je vais aller nourrir mes deux petits renards qui sont là devant ma portière.


            Bonne semaine.

Sunny War Cloud

   

 

@ Tous droits réservés. Les chroniques de Sunny War Cloud ne peuvent être reproduites entièrement ou partiellement sans obtention de l'autorisation écrite de l'auteur.

 

Accueil - Nouvelles - Biographie - Galerie photo -

"Sous la tente" - Liens suggérés - @