"Sous la tente" de Sunny War Cloud,

 

 

Chronique #64 (4 décembre 2004)

 

Bonjour tous les amateurs de lutte du Québec,
 

        Je m'ennuyais de vous parler, je ne sais trop pourquoi.  Souvent, j'essaie d'imaginer la vie sans la lutte.  Vous en-dedans de vous et là je parle aux plus mordus autant lutteurs que fans. Combien de temps par semaine la lutte nous préoccupe autant en pratique qu'en pensée? Mes proches pensaient qu'en vieillissant, les données, les orientations allaient changer ; mais non c'est toujours pareil.

 

        J'en ai perdu plusieurs de vue depuis que je suis dans le domaine mais en bout de route cela veut dire qu'ils n'étaient que de passage dans la lutte, dans notre passion, moi je suis un vrai, vous, êtes-vous des vrais?

 

        Venez sous la tente car c'est frais ces temps-ci, on va s'asseoir autour d'un bon feu.

 

        Avez-vous pris la nouvelle au sujet de la petite fille de 11 ans qui a été agressée, battue, violée par son nouveau beau-père à Pointe-aux-Trembles en Septembre passé?

 

        IGNOBLE, ÉCOEURANT, RÉPUGNANT.

 

        Mon bébé a 11 ans et c'est une fille et ma petite-fille, 1 ans déjà et tout ce petit monde est sans défense, tout ce petit monde affiche de beaux sourires radieux en résumé nous sommes là pour les protéger, les écouter, les aider, les guider vers des meilleurs choix alors comment réagir vers de telles situations lorsqu'on sait que notre justice est indulgente.

 

        Quel sera la vie de cette petite dans le futur?

 

        Vous savez, j'aime les sentences Iranienne, aussi brutales soient-t-elles.  Mais au fond est-ce que vous m'en voulez si je traite sa mère de NIAISEUSE dans ça?

 

        Voir si après 5 jours de vie commune, tu laisses ta fille partir avec un étranger et oui c'était un ÉTRANGER.  Sachez que même après une vie complète avec quelqu'un, il y a toujours quelque chose de secret, quelque chose de bien ancré que jamais nous saurons d'une personne donc après 5 JOURS, qu'est-ce que nous savons à part qu'il est beau et qu'il a l'air gentil?

 

        De ces NIAISEUSES, il y en a pleins surtout chez les pauvres gens qui sont sans valeurs morales, d'où l'estime de soi n'existe plus. Ces dépendantes affectives de haut niveau ne prennent aucun temps à évaluer la personne, n'importe qui ça va faire car elles ne peuvent rester seules; les enfants eux se disent-t-elles, "c'est pas grave, ils vont s'habituer à mon chum".

 

        Voyez-vous, c'est pas long que le chum règne en roi dans le loyer car souvent ces batteurs de femmes et d'enfants sont passés MAÎTRES à ce qui est de détecter leurs proies.  Ils savent les choisir ces NIAISEUSES; ils savent où elles sont le 1er du mois.

 

        N'importe quel femme intelligente, saine d'esprit avec un bel équilibre de vie n'aurait fait semblable erreur et encore plus, après 30 minutes de conversation en tête à tête à la première connaissance de notre pauvre type, L'AURAIT FLUSHÉ à ce même moment.

 

        Mais ne vous en faites pas, le prochain conjoint de cette mère de famille sera dans la même lignée; il en rentrera un nouveau sous peu et ce ne sera pas un équilibré non plus.  Il y en a de ces femmes qui trouvent ça monotone lorsqu'ils ont un honnête travailleur qui est vaillant, qui prennent soin d'eux en leurs achetant souvent des fleurs ou autres.  Ben non, ça leurs prends un VIOLENT, il faut que ça brasse, ça prends des coups afin que les pulsions sexuelles soient meilleures.

 

        Voyez-vous il n'y a rien à faire avec ça. QUI S' ASSEMBLE SE RESSEMBLE. UN TORCHON TROUVE TOUJOURS SA GUENILLE.

 

        Mais les enfants dans ça?

 

        Non laissez faire il y a la D.P.J. . Ouais quel farce, la D.P.J., les normes du travail et tout le reste, c'est de la grosse merde. 

 

 

 

        Bertrand Hébert est passé par la FLQ... et ça n'a pas marché. Disons que je soupçonnais la longévité de ce règne; j'étais quand même bon Prince car je voyais la flamme s'éteindre assez loin, je veux dire à peu près en même temps que j'aurais remisé mes pneus d'hiver.

 

        Malheureusement la famille Leduc et celle des Héberts ne dépouilleront pas les cadeaux devant le même arbre de Noël. C'est bien triste et malheureux à la fois. Vous voulez savoir qui sont les "Faces" ou les "Heels" dans cette histoire ou en bon Francais vous avez hâte de savoir ma version, dans quel coin je fais le "tag". Avant ma réponse j'ai une histoire à vous raconter, les plus vieux s'en régaleront peut-être et les plus jeunes, je vous demandent votre indulgence.

 

        Retournons dans le passé, en Septembre 1986 plus précisément Lundi le 22 Septembre à 14hrs, soit l'après midi d'un gala au Centre Paul Sauvé à Montréal.Je venais de terminer une tournée de 126 jours consécutifs ( aucun jour off ) sur 177 combats dans les maritimes. Donc tous entassés dans les bureaux de lutte de l'amphithéâtre de la rue Beaubien, Gino Brito nous avaient tous conviés à une importante réunion.

 

        Dino Bravo, Raymond et Jacques Rougeau, Ricky Martel, Tom Zenk et King Tonga avaient tous quittés pour la WWF et la survie reposait sur nous comme travailleurs acharnés et son nouvel investisseur soit Eddy Creatchman.

 

        Gino Brito qui était toujours le chef nous présenta le coloré gérant de lutteur comme son associé et celui-ci prena la parole doucement en disant que l'équipe choisi était la sienne, celle de Gino Brito et également les poulains amenés par le nouveau booker Léo Burke. Aussitôt Eddy Creatchman haussa le ton et agressivement nous lança: " Je viens de mettre $50,000. en bel argent dans la compagnie et de plus j'ai hypothéquer ma maison de Pointe Claire pour un autre $50,000. donc aujourd'hui je place $100,000. et je veux faire de l'argent et je veux que vous en fassiez aussi. Donc je veux que tout le monde travaille fort et ceux qui me prendront à la légère, c'est dehors et vite.

 

        Prenant la parole Gino répliqua en disant: " Léo Burke est le booker, c'est mon booker et Léo a carte blanche sur tout et en aucun cas je ne veux que ses ordres, décisions ou quoi que ce soit soit discuté. Ceux qui ne sont pas content, partez tout de suite."

 

        Léo Burke, c'était le top dans les maritimes, c'était comme Dino Bravo au Québec et peut- être plus. Léo m'a toujours aimé dans les maritimes car je travaillais fort et après la réunion, il me dit: " je suis content car on m'a fait une offre superbe; l'office me paie un loyer derrière le Centre sur la rue Bellechasse, un bon salaire, pas de transport à payer et de plus je n'ai plus besoin de lutter, seulement le booking. Aussi je te veux en tag et ton partenaire arrivera sur l'avion de 17:20, c'est Réal qui va le chercher.

 

        C'est avec lui que tu vivras et vous serez sur le top d'ici un mois. Le gars c'est Jos Lightfoot."

 

        Jos Lightfoot était populaire aux États-Unis, lui il était bon, beaucoup mieux que moi car c'était un naturel. Effectivement Lightfoot ayant élu domicile à Atlanta était originaire de Montréal, il avait débuté sous le nom de Joe Ventura et c'était le frère de Tito Sensas et de Tony Ricco.

 

        J'étais content pour Léo Burke, content aussi pour ses genoux qui étaient en piteux état avec les années. Tout allait bien avec Jos, diable qu'il était bon, sur le come back il dansait l'indien naturellement encore mieux que Jay Strongbow. Nous battions tout le monde et nous sommes vite devenus des aspirants numéro un au titre par équipe détenu par le Sheik Ali et Richard Charland. Nous faisions plein d'entrevues pour la TV en résumé je filais le parfait bonheur, moi qui n'en demandait pas tant.

 

        Le 4 Octobre suivant à un enregistrement télévisé à Asbestos, nous avions comme adversaire Ludger Proulx et Nick Care de l'Ontario et de là je vis Armand Rougeau et Gino Brito Jr se réhabiller de façon frustrante sans avoir lutter. De là j'ai vu qu'Armand ne voulait pas perdre pour Chuck Simms et que Brito Jr également ne voulait pas donner la chute à Toshiaki Kawada.

 

        Pour ce manque d'éthique professionnelle, Léo Burke les a invité à demeurer chez eux pour la prochaine semaine. Pendant ce temps, Floyd Creatchman multipliait les conneries sur le territoire, les après-lutte nocturne, ce qui laissait une image déplaisante à la compagnie et à la lutte en même temps mais Léo Burke était booker pour les combats et non booker à 2hrs du matin.

 

        Un soir après la lutte dans le bar salon de notre hôtel soit l'Holiday Inn à Sault St-Marie en Ontario, Rocky Delasserra ( un peu étourdi par les substances), non content lui aussi d'aller en dessous de Gerry Morrow à tous les soirs et Armand Rougeau se sont mis à insulter verbalement Léo Burke devant le public et pour terminer Delasserra lança son verre en plein visage de Léo sous les rires de Ron Ritchie.

 

        Le 23 Novembre suivant devant 2,500 personnes au Palais des Sports de Jonquière, le duo Lightfoot-War Cloud sortirent vainqueur de la finale contre Ali-Charland et là j'étais pompé. Tous les soirs nous faisions les finales et les "maisons" étaient bonnes malgré qu'on ne pouvaient remplacer les Bravo et cie. En dessous de nous sur le booking , ça jouaient dûr et je sentais que ça allait exploser tôt ou tard même que Dan Kroffat menaçait Gino Brito de lever les feutres pour Calgary.

 

        Léo Burke était étouffé par la pression. "Son territoire" allait bien mais les "noms" étaient malheureux. Soudain à la 2ieme de Décembre toujours en 1986, Jos Lightfoot me téléphona en catastrophe pour me dire: " hey Sunny, l'office m'a fucké mon pay off. Je vais avoir une discussion sérieuse avec eux et ils devront respecter mon "garanti."

 

        Le 12 Décembre 1986 fut le dernier combat que j'ai fait équipe avec Lightfoot soit à North Bay en Ontario et le lendemain à Hull, il avait fait le check out et il était reparti chez lui en Georgie.  Dûr coup pour moi mais j'avais appris que la "business" était sale.

 

        Une semaine plus tard , Léo Burke perdit son poste de booker et relaça ses bottes de lutte et se prit un coloc pour son logement car là la "fête" était fini. Tout cette ensemble était son cadeau de Noël. De là j'ai pris une drop sur le booking me retrouvant en ouverture tandis qu'on forma l'équipe des Flyings Canucks avec Armand Rougeau et Dan Kroffat.

 

        Après les Fêtes, début 1987, Abdullah The Butcher est venu prendre le booking une couple de  mois en amenant à Montréal. Bruiser Brody, Killer Brook ( Buster Brody), Dr D. David Schultz, Hercules Ayala tout en ramenant Kendo Nagasaki pour faciliter le turn Face de Steve Strong. Une belle brochette de vedettes de Porto-Rico mais qui étaient inconnus ici car l'office n' avait pas pris le temps de les vendre au public; d' ailleurs ils sont tous partis très vite car Creatchman n'était ou ne voulait pas les payer adéquatement. De là vous connaissez la suite, Lutte Internationale a rendu l'âme quelque part en 1987 pendant que j'étais allé rejoindre Léo Burke dans les Maritimes en Mai 1987.

 

        Donc en retournant à notre histoire locale d'aujourd'hui, croyez vous toujours qu'un booker a carte blanche? Le booker en question est Roi et Maître tant que celui qui sort les dollars est d'accord. Mais vous attendiez ma réponse suivant les évènements du 26 Novembre dernier à la FLQ.

 

        TOUT LE MONDE A RAISON ET TOUT LE MONDE EST COUPABLE.

 

        Commençons par Tank, super gentil, de la classe à revendre partout où il va; pas un mot à dire d'ailleurs il est un membre régulier à la FLQ.

 

        Kevin Steen s'acclimate très bien à tous les vestiaires; gêné quelque peu mais il est à sa place; il aime beaucoup lutter contre Generico mais là il avait Sexy Eddy qui pouvait le faire bien paraître donc il n'était pas dans la rue mais c'est certain que ses meilleurs combats seront à la IWS ou à la EWR. Kevin est un top et il le sait mais il n'a jamais été un fauteur de trouble auparavant ayant travaillé pour moi.

 

        Franky The Mobster, c'est un top aussi, dans son style, son charisme parle pour lui mais sa doublure est composé d'un clown qui aime la bouffonnerie et qui souvent n'a pas de limites. D'avec la shape qu'il avait à ma dernière visite à la NCW, il peut facilement détrôner Christian ou un Steven Richard à la WWE. Bertrand Hébert l'a déjà dirigé à l'époque mais aujourd'hui ça prend quelqu'un de solide, de mature pour lui faire sortir le meilleur de lui que ce soit entre les cordes ou dans les vestiaires. Ses meilleurs combats, il va les faire également dans ses fédérations respectives. Moi Franky je l'aime bien et c'est réciproque mais la chimie entre lui et Carl Leduc est inexistante tout comme moi seul à seul avec Richard Charland donc notre aventure était voué à l'échec en partant. Il parait qu'il a bloqué les chops de Carl XL, je le crois mais il n'a jamais bloqué les miens et je ne crois pas qu'il bloquera ceux de Jake Matthews non plus.

 

        Dans l'équipe adverse, Firestorm, un gars sans problème aussi n'avait que de l'expérience à prendre dans ce combat et lui aussi est membre de la FLQ.

 

        Sexy Eddy quand à lui est peut-être le gars le plus facile à diriger dans cette business; ça ça ne fait pas de bruit.

 

        Pour ce qui est de Carl XL, c'est pas facile car il est un gars marqué; son passé le suit bref il est identifié ou cloué au pilori en partant. Il a fait des efforts et en fait toujours mais traîner le nom des Leducs depuis le tout début n'a pas été de tout repos. Même dans son cas si il prendrait l'habitude d'aller à la messe à tous les jours ou encore à l'extrême revêtirait la soutane armé du col Romain, on lui collerait quelque chose de négatif.

 

        Moi ça va faire 13 ans le 9 Décembre prochain que je ne prends plus de cocaïne et il y a encore des personnes à Jonquière qui ne m'ont jamais reparlé parce que je suis "marqué" par mes frasques. Meilleur que ça, l'an passé lorsque je me suis défait rapidement de la CCW, certains pensaient que j'étais sur la rechute. Donc en revenant à Carl XL, il aura à traîner difficilement son attelage. Cependant sur un territoire inconnu de lutte old school, son charisme et ce qu'il dégage en montant dans le ring se comparerait facilement à FTM.

 

        Et Bertrand Hébert dans tout ça?

 

        L'ancien chef de la mafia du booker aurait été un de mes hommes à la défunte CCW. Je l'aurais aimé comme booker mais les distances ne s'y apprêtaient pas. Bertrand aurait eu carte blanche aussi; OUI carte blanche jusqu'à 90%.

 

        Si mon premier booker Keven Martel aurait eu carte blanche à 100%, j'aurais eu 300 personnes dans ma salle à toutes les semaines mais seulement 50 payants et plus un lightweight dans le roster. Pour ce qui est d'Éric Picard, pas de problème, il était régulier comme un métronome en me téléphonant à 17hrs à tous les jours en me disant ce qu'il voulait faire et pour Bertrand je ne sais pas.

 

        C'est certain qu'il avait l'avantage de ne pas être lutteur et j'aimais sa façon de diriger à la NCW mais il faut comprendre que les plans sont souvent à longs termes, aussi que les temps ont changés, la lutte a changé et que depuis trois ans et quelques que Bertrand ne dirige plus une fédération, les gens ont également changés; les jeunes n'ont plus autant de respect qu'avant, certains de 15 ans envoient "chier" ceux de 35 sur le net en résumé le gouvernement veut remettre le vouvoiement dans les garderies familiales et écoles soient primaires ou secondaires et avec raison.

 

        Il est là le bout qu'il manquait à Bertrand; il est passé de chef incontesté de la NCW en l'an 2000 et se réveillant 4 ans plus tard comme booker à la FLQ. En passant j'étais un des prochains qui était sur la liste de Bertrand pour évoluer à la FLQ; cependant je suis sur un repos présentement donc j'ai décliné poliment l'offre.

 

        Vous voyez tout le monde a raison dans cette histoire et tout le monde a tord; tout dépend si vous recherchez les forces de chaque individu à la base ou les faiblesses de ceux-ci. Entre 4 murs pour souper, ce sont tous du bon monde mais la lutte est une business et le boss c'est TOUJOURS CELUI QUI SORT L'ARGENT, CELUI QUI FAIT LES INVESTISSEMENTS APPROPRIÉS OU CELUI D'OÙ SON NOM EST INCRIT PARTOUT SOIT POUR LE BUILDING, LES ASSURANCES, L'ÉQUIPEMENT ET TOUT; en somme celui qui prends les décisions soient bonnes ou mauvaises et qui aura à vivre avec.

 

        Le patron à la FLQ est Paul Leduc donc c'est lui LE BOSS.

 

        Un poste de booker à la FLQ ou ailleurs, ça t'intéresse tu Sunny?

 

        Non merci je suis trop bien chez moi les deux pieds dans le fourneau accoté sur ma valise de lutte. lol.

 

 

 

        Changement de sujet, j'espère que vous ne voyez pas Éric Lucas comme un futur Mike Tyson d'après sa victoire sur un jambon complètement inconnu des fans de boxe Québécois. J'aurais fait aussi bien que "ce jambon" même que je pousse l'audace à prétendre que je serais sorti de là moins magané qu'un "streetfight" d'avec Brick Crawford quand ça ne lui dit pas de lutter.

 

 

 

        Très bon vidéo celui de la ICW. C'est rafraîchissant de voir qu'on a encore le goût de travailler là-bas et encore d'excellentes idées. Malheureusement Fêtes Fatales du 18 Décembre de la ICW aura à se battre contre Noël d'enfer de la NCW et Seasons Beating de la IWS.

 

        Parlant de cette dernière fédération, certains fans sont en furie contre eux prétextant que c'est plate et qu'il ne se passe plus rien.

 

        De un rien ne remplacera le Scratch de Laval, de deux au bar l'Unisson, la IWS marche sur des oeufs avec la direction et pour terminer qu'est ce que vous voulez que les lutteurs fassent de plus?

 

        Les "boys" ont tout fait pour les fans, certains ont hypothéquer leurs santés, d'autres ont pris des risques non calculés et là maintenant la barre est trop haute.

 

        Tout a été fait, Excess est passé au travers d'une vitre à partir d'un balcon, les ninjas se sont baignés plus d'une fois dans les néons même qu'Eddy n'a pas eu peur de s'y saucer en petite tenue, le jeune Vicking s'est fait projeter dans le feu pour y résulter de graves brûlures, maintenant Dru Onyx est parti pour la CWA, Green Phantom est blessé encore pour un bout, Arsenal est assis dans la foule, les lutteurs de Québec commencent à trouver la route longue, les combats Steen vs Générico vs Excess bien qu'excellents n'ont plus de secrets, PCO tout comme Brick Crawford voit arriver la quarantaine d'un mauvais oeil.

 

        Il y a bien Franky mais même en étant Champion, il n'est pas là pour se lancer la tête à première dans les punaises.

 

        Steen pour sa part qui est un pilier à la IWS depuis la dernière année commence à boucler ses valises pour les États Unis donc pour ceux qui restent et ils en restent d'excellents lutteurs, ils ont comme mission d'offrir un excellent show mais avec une tangente différente.

 

        Pour ce qui est du Hardcore violent, peut-être que les bookers n'ont plus d'idées à part de demander aux autorités Iraniennes de venir fouetter ou empalés leurs condamnés au bar l'Unisson.

 

 

 

        Abdullah The Butcher est passé par Montréal le 20 Novembre dernier sans faire trop de bruit sur la publicité et il a attiré 600 spectateurs à 15$.

 

        Peut-être 600 spectateurs qui ne veulent rien savoir de la lutte québécoise car les foules de la CWA et de la IWS n'ont pas été affectés.

 

        De là Albert Ladouceur, journaliste de renom au Journal de Québec et Karl Larouche, journaliste sportif de TVA Québec, deux de mes très bonnes connaissances ont fait le voyage Québec- Montréal pour voir Abdullah pensant toujours que c'est la dernière fois qu'ils le verront.

 

        L'un en a parlé à TVA et l'autre soit Albert Ladouceur a gaspillé volontairement de l'encre dans sa page qui lui est dédié. Jamais ce dernier n'a parlé ou c'est dit intéressé par la CCW dans le temps malgré toute la publicité que je faisais.

 

        Vous savez pourquoi?

 

        C'est parce qu'il est un coureux d'évènement tout comme tous les journalistes, tout comme les Québécois, tout comme le monde normal.

 

        Imaginer la publicité gratuite que j'aurais eu en le faisant venir à Québec et c'était dans mes plans futurs.

 

        Abdullah The Butcher, c'est un évènement, c'est une attraction tout comme le Géant Ferré était. Pour un oneshot, tu ne peux manquer ton coup.

 

        À Montréal, Andy Allison a tout compris ça et de plus il a payé l'ancien protégé d'Eddy Creatchman avec des commanditaires, commanditaires qui ont rêvés de revoir "le gros" peut-être une dernière fois.

 

        Qui veut faire de l'argent???

 

        Bonne semaine et Joyeux temps des Fêtes.


        Sunny War Cloud

   

 

@ Tous droits réservés. Les chroniques de Sunny War Cloud ne peuvent être reproduites entièrement ou partiellement sans obtention de l'autorisation écrite de l'auteur.

 

Accueil - Nouvelles - Biographie - Galerie photo -

"Sous la tente" - Liens suggérés - @