"Sous la tente" de Sunny War Cloud,

 

 

Chronique #59 (24 mai 2004)

 

    Bonjour chers amateurs de lutte,

    J’espère que vous êtes comblés partout en province avec tous ces galas de lutte présentés par des gars qui sont vraiment passionnés.

    Tout en accueillant la belle température, je vous invite sous la tente pour discuter de pleins de choses dans la vraie vie et dans la lutte, mais n’oubliez jamais que les deux sont des shows.

    Vous savez, le dimanche étant ma journée de congé sur le régime, je me réveille avec une vilaine appétit pour un gros déjeuner (6 œufs + bacon + fêves au lard + saucisse + toast ,etc). Ayant lutté la veille + le voyage de retour avec seulement un shake de protéine dans le corps, à mon réveil, je n’ai que yeux pour manger et me faire servir.

    Alors, en ce bon dimanche matin, Karen et moi avons décidés d’un bon déjeuner au restaurant, un déjeuner d’amoureux si vous aimez mieux. Notre choix s’est arrêté chez Normandin, pas loin de chez nous. En entrant, j’étais surpris de voir le restaurant à pleine capacité et déjà, je demande deux places non-fumeur. On m’assoient à une table, mais après 10 minutes, personne ne vient nous voir et là je commence à être mauvais car de un, j’ai faim et de deux, la table à nos côtés est remplie de fumeurs. De là, je vois bien qu’il manque de personnels et soudain une serveuse arrive:

    « Un café pour commencer? »
    « Oui et nous allons être prêts à commander »

    Dans mon déjeuner, je demande des toasts pain brun et Karen demande les siennes sans beurre et je rajoute: « j’ai demandé à avoir une table non-fumeur et j’ai des fumeurs-bougons à mes côtés » (Je vous jure, pour ceux qui me connaisse, je peux être très heel en public).

    « Oui Monsieur mais vous avez une table non-fumeur ».

    Voilà, 20 minutes se sont écoulées et toujours pas de déjeuner et ma tasse de café est vide.

    Karen me dit: « il arrive le déjeuner mon chialeux ».

    Bon, j’ai demandé du pain brun et j’ai du pain blanc et la croûte en plus, et pour Karen, ses toasts sont pleins de beurre, elle qui n'en voulait pas.

    “Mademoiselle”, je m’écris, « Les toasts ne sont pas ce que j’ai demandé ».
« Ça doit être une erreur du cuisinier je vais en faire faire d’autres ».

    10 minutes s’écoulent, mes œufs refroidissent et j’attends, mon réchaud de café n’est toujours pas arrivé et en regardant à la porte, le line up s’allonge.

    D’un trait, je dit : « Karen, viens t-en on va ailleurs ».

    En me levant, la serveuse me dit: « je m’en viens avec votre café ».

    « Laissez faire, je m’en vais mais je veux parler au gérant ou celui qui est debout à la caisse ».
    « Monsieur, c’est la dernière fois que je viens ici et tu n’auras pas une crisse de cenne pour ta merde ».
    « On s’excuse monsieur, mais on ne pensait pas avoir du monde comme ça ».
    « Arrêter, de penser à faire de l’argent et surcharger vos employés, et engager du monde ».

    Les Restaurants Normandin, vraiment du bas de gamme comme l’a déjà dit André Arthur. Un restaurant plein avec seulement un cuisinier et deux serveuses sur le plancher, une pour les fumeurs et l’autre les non-fumeurs et cette espèce de flanc mou pour les fouetter.

    De là, nous sommes allés au Cosmos à Ste-Foy et là je peux vous dire qu’il y a du service et pour le café, la serveuse nous a donné une cafetière pleine à notre table. Le Cosmos, plus dispendieux un peu mais lorsque c’est bon avec un bon service, je ne regarde pas le prix et le pourboire.

    À propos, si vous voulez voir si une serveuse est bonne sur le déjeuner, vous ne devez en tout temps manquer de café. Après tout, le déjeuner est le repas le plus important de la journée.

    Vendredi matin le 30 Avril dernier entre 8:30 et 9:00 du matin, j’étais en deuil, oui un gros deuil car on venait de séparer mes deux animateurs préférés soit André Arthur et Jeff Fillion. Ça, c’était ma demi-heure préférée par jour, soit d’écouter ce duo d’animateurs ensemble qui était pour moi une machine de guerre.

    Vraiment à la toute dernière minute de ce dialogue, mon coeur s’est resserré et j’ai eu de la grande peine. Peut-être que la direction de CHOI 98.1 n’avait pas d’autre alternative mais je leur en veut pour mes moments d’amertume. L’an passé, ils ont enlevés le Radio X Sports de 12:00 à 13:00, soit une partie de la journée qui m’était très chère et qui était animé par mon ex-beau frère Yves Landry, Ray et le meilleur aux sports Claude Lussier.

    Maintenant qu’arrivera t-il?

    Est-ce que le CRTC poussera Jeff Fillion vers son terrain de golf à Breakeyville et André Arthur à la retraite? Si Louis Champagne de Jonquière pourrait s’en venir à Québec.

    Les Canadiens sont enfin éliminés. Ben content. Vraiment le hockey est un cimetière pour les salles de lutte. Dans mon coeur, je serai toujours un Nordique.



    J’ai un petit conseil à donner aux nouveaux promoteurs ou nouvelles fédérations qui se produisent un peu partout en province. Savez vous qu’il n’y a qu’un samedi par semaine et celui-ci est exploité par plusieurs fédérations majeures au Québec. De là, j’ai reçu des appels ainsi que Jake Matthews pour se produire à vos galas mais le hic, c’est que mes priorités vont à la N.C.W., C.W.A. et la C.P.W. donc mes samedis sont tous comblés.

    Saviez-vous, chers nouveaux promoteurs, qu’il existe une journée dans la semaine qui s’appelle vendredi; et ce vendredi, je l’ai exploité pendant 2 ans de mon règne à la C.C.W. et je ne suis pas plus pauvre pour autant. C’est vrai, il y en a qui travaille le vendredi soir mais par contre, j’en avais qui travaillait toute la fin de semaine. Je vous le dis de me croire sur parole et essayer le vendredi et de cette façon, vous pourrez avoir un meilleur choix de lutteurs ou bien vous serez condamné à prendre les restants de carte ou certains « green » qui feront fuir votre clientèle. En passant, demandez donc à Paul Leduc de la F.L.Q. ou Serge Jodoin de la C.C.W. de la Montérégie si ils changeraient de soir? Paul est très satisfait de son vendredi, j’en suis sûr.

    Sur ce sujet, j’ai un dernier mot à dire, si vous oubliez les samedis pour les vendredis, organisez vous pour terminer votre soirée de lutte à 22:00 car souvent les fans vont veiller après et ne veulent pas faire les line up.

Samoa Joe vs Sunny War Cloud. Ça attirerait quoi au Québec?
 



 

    Pas plus de 300 personnes je croyais au début, mais à force d'évaluer le tout de par le gabarit de Joe et de ma constance à persévérer dans la lutte, je crois sincèrement qu'à Montréal, l'instigateur du projet pourrait amplement faire ses frais et se payer un bon steak avec sa femme après la soirée.

    Abdulah ou Jacques Rougeau vs moi déplacerait plus de monde, mais là je vais me mettre à la date soit en 2004 comme vous et vous ne direz pas que je suis old school. Les exigences de Samoa Joe seraient quoi? Je crois que les grands penseurs de la C.W.A. ou autres ont reniflé le projet et d'ici peu, nous saurons à quoi s'en tenir mais n'attendez pas cette rencontre à l'été, mais à l'automne qui est une saison très propice pour la lutte.

    La R.O.H. aurait de la difficulté à trouver des adversaires à ce lutteur des îles aux États-Unis. Il y a deux raisons à ça, c’est que peut-être la lutte est malade aussi aux USA car il me semble à la population et aux nombres de lutteurs sur le B.S. qu’il y a là-bas, il doit y avoir + de poids lourds qu’au Québec ou bien la R.O.H. ne veut pas payer et bien, c’est ce qui m’amène à vous parler du pourquoi que ce n’est pas moi qui va combattre à la R.O.H. contre Joe.

    Certains fans du Québec m’ont suggérés d’envoyer mon C.V. aux dirigeants de cette fédération et puis d’attendre des nouvelles. Désolé, ce n’est pas comme ça que ça fonctionne. Première des choses, ça prend un permis de travail pour lutter aux Etats-Unis et toute fédération sérieuse se doit d’être légale envers le gouvernement Américain.

    Je ne vais pas ramasser des bleuets aux Etats-Unis et je ne vas pas non plus assister à un show de lutte, j’y vais pour lutter donc pour gagner de l’argent, ce qui fait qu’en premier lieu, la R.O.H. se doit de me faire parvenir un permis provisoire de travail afin que je sois en règle.

    Ah oui vous allez me dire que votre chum va lutter de temps à autre au Vermont ou autres et qu’aux douanes, ils demandent rien. Bien si votre chum pèse 160lbs et qu’il a l’air de tout sauf d’un lutteur, je vous crois mais moi ce n’est pas mon cas.

    À chaque fois que je suis allé de l’autre côté même avec ma blonde ou ma grand-mère, je suis au rancart pour une heure complète; mon passeport est en règle, je n’ai aucun antécédent judiciaire mais cela ne suffit pas. On me pose pleins de questions, on défait toutes mes valises, j’ai déjà été fouillé à nu mais que voulez vous, je ressemble à un à lutteur, un Warrior, un Hell Angels, un passeur de drogue, un trafiquant de stéroides, un terroriste et j’en passe.

    Vous demanderez à Brick Crawford les conséquences d’un mensonge aux douanes. Auto saisie, une partie de la journée en cellules + 5 ans sans mettre les pieds aux Etats-Unis.

    De plus si la R.O.H. m’obtient un permis de travail, je m’attends à avoir un traitement comparatif à celui que Daniels a eu à Québec.

    Quoi, je n’ai pas à me taper 8 heures de route avec mon auto et manger des sandwichs dans une halte routière car je ne vais pas affronter un jobber, je vais me battre contre le champion, leur champion, donc je me dois d’arriver frais et dispos pour livrer une bonne bataille, donc qu’on me paie l’avion ou une couple de jours à l’hôtel avec un pay off, c’est la moindre des choses.

    Je ne suis pas un jeune Mark du Québec ou un jeune lutteur qui veut prendre de l’expérience. J’ai gagné mes dûs dans cette business auparavant et toute la merde qu’il y avait à manger est digérée et restituée dans mon cas.

    Si un jour Samoa Joe est invité à venir à Québec, il demandera un traitement à la Daniels et avec raison, car il ne viendra pas ici affronter un débutant et màme chose pour Christopher Daniels, il est passé par Québec pour se frotter au champion Kevin Steen.

    Moi la fin de semaine je m’amuse soit à la N.C.W., C.W.A., C.P.W. etc. Je m’entraîne fort la semaine pour pouvoir survivre honnêtement devant le talent Québécois. Ma mission est simple: c’est d’écouter les jeunes, les conseiller, de mettre over les jeunes champions de demain et de temps à autre, remettre certains égocentriques sur leurs rails, bref j’écoute le booker et à la fin de la soirée, je suis satisfait car souvent j’ai rendu un jeune heureux.

    C’est un véritable loisir qui en plus est, dépenses payées.

    Mais là si on revient au combat Sunny vs Samoe Joe, cela sera très différent car si je vais là-bas, il y aura un pay off, donc le loisir se transformera en véritable travail car d’une part comme de l’autre, il ne devra avoir aucun relâchement, ce sera intense, solide, stiff et ses claques sur la gueule, je n’ai pas à les subir pour rien et même chose pour lui si il vient à Montréal, car Joe va me trouver fatiguant à la longue car ça ne sera pas un mannequin qui sera devant lui.

    Lorsque je suis allé au Japon, en Europe, à Calgary, ce n’était pas un loisir, tu te devais de travailler très fort, vivre avec les blessures, pleurer en silence car c’était un gagne pain et dans ce milieu pour les bookers, tu n’es qu’un morceau de viande et tout le monde veut ta job, veut ton spot donc tu te dois d’être performant comme à votre travail régulier, et lorsque Sunny aura Samoa Joe devant lui, je laisserai le loisir de côté et je travaillerai.

    De là, si la R.O.H. n’est pas capable de satisfaire mes exigences, c’est peut-être pour cette raison qu’ils ont de la difficulté à trouver des poids lourds pour Joe. JE N'AI PAS À TRAVAILLER POUR PLUS PAUVRE QUE MOI.



    Le 8 mai dernier il y avait 3 galas de lutte d’envergure québécoise, soit à Montréal, C.W.A. avec une brochette des meilleurs en province, un autre à Shawinigan, F.C.L. avec en vedette P.C.O. et un autre à Joliette, LI 2000 avec comme finaliste Jacques Rougeau et King Kong Bundy. Quel endroit auriez vous pensé 1 jour avant ces shows respectifs qui auraient les meilleures assistances? Moi, j’aurais voté haut la main Joliette, ce fut le cas et j’espère que vous savez pourquoi? 1200 personnes étaient présentes pour voir Jacques Rougeau et Bundy. J’ai bien dit 1200 personnes et non 1200 fanatiques de lutte.

    Les vrais fans de lutte, je veux dire ceux qui font vivre la lutte au Québec étaient à la C.W.A., à la F.C.L., à la I.C.W., à la J.C.W. etc. Ces 1200 personnes qui ont franchi les tourniquets de l’aréna de Joliette, peut-être 1000 sur ce nombre sont des coureux d’évènements, des anciens amateurs de lutte qui ont décrochés à la venue du sport trop spectacle des ligues américaines, d’autres sont venus voir le gros monstre Bundy tandis que certains rallient toujours le nom de Rougeau à un synonyme de lutte.

    Enlevez ces deux noms de la carte de Joliette et il ne reste pas 400 personnes. Je vais vous dire pourquoi. C’est parce que Jacques Rougeau et King Kong Bundy sont des vrais lutteurs car ils ont passés à la télévision, bref ils sont connus du public normal. Tous les gens normaux connaissent Jacques Rougeau. Jacques est un Roi, Sunny est un Valet et Franky The Mobster est un no-name. Que voulez-vous c’est ça.

    La télévision a véhiculé ces lutteurs à de hauts sommets et aujourd’hui, c’est encore eux qui attirent sans être toutefois les meilleurs. Les fanatiques de lutte sur Internet regroupent environ 100 personnes, donc on va pas se péter les bretelles avec ça.

    Certains ces temps-ci me cassent les oreilles avec la R.O.H. et Christopher Daniels. Moi j’aime tout ce qui est combat; de la lutte olympique au combat de coqs, je regarde tout sans pour le moins accrocher, mais le style de la R.O.H. ressemble un peu à une compétition de judo, je veux dire sans véritablement de Face ou de Heel et c’est là que j’accroche pas.

    Le public québécois n’a pas été éduqué à ce genre de lutte et les 30 ans et plus ne veulent pas ou ne sont pas prêts à faire le transfert. Les plus jeunes eux, une minorité, ne s’intéressent à la lutte, car voyez vous il y a trop de loisirs à faire aujourd’hui.

    Dans la vie il y a des bons et des méchants, dans un bon film au cinéma, il y a encore des bons et des méchants et Eddie Quinn est devenu millionnaire dans les années 50 à Montréal parce qu’il a placé un gros méchant et un bon dans le même ring et de plus un lutteur a toujours eu la réputation de faire peur donc le public de lutte normal je dis encore affectionne les poids lourds.

    Ah si un jour la R.O.H. passe à toutes les semaine à T.Q.S. là j’accorderai des chances, mais là cette fédération indépendante attire 50 personnes à Boston et 1800 au New Jersey, à côté c’est New-York, je veux dire 20 millions d’habitants… alors combien ça attirerait à Joliette? Et à St-Hyacinthe avec A.J. Styles? J’espère que le promoteur sait qu’il va manger sa queue de chemise et ses bas.



    Pour terminer sur une note plus triste, en allant chercher mon Journal du Québec dans ma boîte aux lettres, un amas de feuilles brochées ensemble y était avec, et en lisant les grands titres, j’ai vu que c’était l’ordre du jour d’une réunion de la E.W.R. Mon nom, celui de Sunny War Cloud, paraît à 5 endroits ainsi que 3 fois la C.C.W., et ce de façon négative.

    Je n’ai plus de fédération depuis noel dernier, et jamais je dis jamais je n’en aurai une autre. Je n’ai même plus un outil appartenant au ring, même que j’ai tout balancé ma paperasse aux vidanges. On ne parle que de moi, soit dans les meetings, dans les restaurants et les voyages. Heille les boys, décrochez un peu. Vous êtes malades. Allez consulter un psychologue ou demandez de l'aide à un CLSC tout près de chez vous, car vous minez votre santé. De quoi avez-vous peur au juste? Quel sentiment d’insécurité vous envahit?

    Ne me rendez pas responsable de vos déboires et malheurs (perte de lutteurs et bénévoles, shows mensuels et prix de la salle). Votre manque d’étoffe et de maturité se voit d’un aveugle et en est la cause. Le mot Professionnalisme semble avoir toujours été absent de votre dictionnaire.

    LA SEULE RESPONSABILITÉ QUE JE M'IMPUTE EST DE VOUS AVOIR MIS SUR LA MAP. Moi, j’avais un rêve lorsque je vous avait vendu les équipements: c’était d’aller lutter point final. Je voulais juste faire comme les autres, soit d’arriver à 17:00, boire une bouteille d’eau, prendre un café, déconner avec vous autres, faire mon combat, prendre ma douche et aller veiller après.

    Je voulais voir qu’est-ce que ça fait d’entrer au Centre Mgr. Marcoux et de n’avoir rien à s’occuper, mais les dés étaient pipés d’avance. Vous vouliez que je disparaisse car je n’avais pas la R.O.H. tatouée sur le coeur et dans votre idée, j’étais fini. Même mon bénévolat n’a pas été retenu et Karen a été flushée pour les moitié-moitiés (378$ à la C.W.A. et autant à Challengemania, pas si pire je pense).

    Cessez d’être hanté par mon nom ou ma photo et je vais vous faire un aveu: jamais je ne lutterai à la E.W.R., de un je veux être solidaire avec Jake Matthews et de deux jamais aujourd’hui, vous ne remplacerez le plaisir que j’ai à Montréal et à Hull ces temps-ci.

    Pour ceux qui ont trouvé cette dernière partie moche, je compatie avec vous et je m’ en excuse , mais souvent certaines choses se doivent d’être éclaircies au grand jour parce que entre 4 murs, ça n'a rien donné et même cette manière d'être aujourd'hui ne donnera rien non plus mais ça me fait du bien d'en parler.

    J’espère que Nick Wallace aura du plaisir à défaire le ring ainsi que quelques autres.

    Pour Nick Blade, tu es mon meilleur D.J. À part ça, plus rien, la vie continue.

    N’oubliez pas ce samedi le 29 Mai au Bogey's, la C.W.A., la finale sera violente.

    Bonne semaine!
, c'est pas facile!
    Sunny War Cloud

   

 

@ Tous droits réservés. Les chroniques de Sunny War Cloud ne peuvent être reproduites entièrement ou partiellement sans obtention de l'autorisation écrite de l'auteur.

 

Accueil - Nouvelles - Biographie - Galerie photo -

"Sous la tente" - Liens suggérés - @