"Sous la tente" de Sunny War Cloud,

 

 

Chronique #30 (9 juillet 2002)

 

    Bonjour chers amateurs de lutte, 

                                      

          Là, la chaleur est arrivée pour de bon, mais là il fait trop chaud c'est incroyable mais je peux vous dire que c'était "hot" à "Friends or Ennemies" au Centre Mgr Marcoux autant sur le ring, que dans la foule ainsi que backstage. J'étais un homme heureux et comblé à la toute fin même si la salle devait être démontée au complet après le show. J'ai un personnel en or à la C.C.W. que ce soit les lutteurs, les bénévoles et même la foule + toute la bande de la I.C.W. + leur foule bruyante ont fait que ce gala a déplacé du monde même rempli la salle, ce qui est une première je crois par une très belle température d'été. Encore une fois Merci du fond de mon coeur à Ludger Proulx et tous les lutteurs de la I.C.W. pour votre prestation. J'en tremble encore lorsque je fais un pas en arrière et que j'entends sous le coup de 20:00 à "Friends or Ennemies", l'annonceur maison de la C.C.W., Simon y aller du "Are you readydydydydydy". Quel feeling!

    Sur ce venez sous la tente, nous allons jaser un peu de différentes choses concernant notre plus beau sport mais ne soyez pas surpris car souvent je passe de la bonne à la mauvaise humeur dans un court laps de temps. Sunny War Cloud et le Mobster de la I.C.W. dans le ring et dans la vraie vie, nous sommes la même personne.

    Rougemont, Montérégie, êtes vous déjà allé dans ce village?

    Village accueillant et paisible le jour, plein de beaux pommiers, l'air y est pur, le ciel y était bleu sans nuage mais à 21:00 une fois l'an, il y a de la lutte sous la bannière C.C.W. et comme superviseur les frères Michel et Bruno Alix de Rougemont, qui en autres ont appris à lutter à Drummondville avec Henri Dostie.

    Ils font appel à mes services de par mon bras droit en Montérégie soit Serge Jodoin et je leurs vends le show qui comprend les lutteurs et une de mes arènes. La condition est qu'eux les frères Alix prennent le combat final en main contre des adversaires de leurs choix. Bon pas de problèmes, il n'y a pas de télé et pas de journalistes sur les lieux et je suis bien payé.

    Mais je voulais vous dire et je vous l'ai déjà dit souvent que j'ai lutté à peu près partout soit dans plusieurs festivals et camping l'été, sur des réserves indiennes autant au Québec qu'au Canada, à Fort Chimo d'où les chiens mangent le mastique après les vitres, à la Baie James à LG2 d'où même les animaux s'ennuient, à Whitehorse au Yukon d'où j'ai vu manger des poissons crus pas des Eskimos, en Afrique du Sud d'où il n'y a même pas d'ambassade Canadienne pour vous protéger, à Théhéran en Iran d'où les femmes sont voilées, n'ont pas droit à l'éducation et sont battus pas leurs conjoints car c'est la mode là bas; autant d'endroit primitif mais à quelque part ébahis par la lutte, les lutteurs, le spectacle en général ; mais pourquoi je vous conte tout ça?

    C'est parce que le pire endroit pour faire de la lutte, c'est à Rougemont en Montérégie. Je ne dis pas toute la foule mais une bonne moitié de ce qui en reste car au fil des ans, cette foule a passé de 600 à 300 cette année.

    Les gens civilisés ne viennent plus, ont désertés ce coin de terrain de l'exposition agricole et ceux qui y sont restés sont pire que les animaux qui sont en évidence sur le terrain.

    Presque tous les lutteurs ont reçus de la bière, des cannettes, des morceaux de terre, des injures de toutes sortes et ce malgré les enfants très jeunes dans la foule.

    Aucune sécurité a été mandaté par les organisateurs et croyez moi j'ai même vu les enfants des parents fautifs lancer de cailloux sur le ring. Le tout était agrémenter par une femme d'une trentaine d'année qui prenait plaisir à lancer de la bière sur le ring pendant l'intermission. Cette dernière a tiré les cheveux à Sexy Oliver après lui avoir lancé une bière en plein visage. Moi même après ma victoire sur Brick Crawford, j'en ai reçu une de la part de cette femme après quoi je l'ai invectivé de tous les noms possible tout en fixant un groupe d'alcoolique avancé m'invitant à aller se battre avec eux.

    Brick Crawford était demeuré sur le ring et je le sentais tout près de moi prêt à foncer dans cette bande de pas de classe mais encore là, nous n'étions pas là pour ça, nous étions sur place pour un spectacle de lutte et avoir du plaisir. Vous voulez le dessert, je vais vous le donner.

    Après le show, j'ai su que cette femme, je veux dire cette provocatrice, celle qui a décollé le bal en tout cas pour cette année est la femme de Bruno Alix, le frère du coordonnateur de cette soirée et qui a lutté en plus. Je lui ai fait part d'un ton sec et sévère qu'à l'avenir, qu'il attache "sa chienne" après la galerie et qui la garde à la maison. Peut-être qu'à jeun c'est la meilleur personne, mais en boisson c'est une folle donc je lui ai ordonné de lui donner une volée dans les plus brefs délais.

    Passé minuit lorsque je démontais le ring, cette bande de primitifs se battaient entre eux dans le champs, se roulaient par terre, s'arrosaient de bière tout en se lançant de la "merde" de vache dans le visage. Résultat de la soirée, je suis arrivé chez moi à Québec à 4:30 du matin avec une toile à nettoyer à grandeur de même que les contours et un groupe de lutteurs qui ne veulent plus y retourner.

    La lutte à Rougemont, c'est terminé pour la C.C.W. à moins d'avoir une vraie sécurité tel que ceux de Martin Sirois à Québec mais même pour le double du prix que j'ai eu, le tout aurait pu avoir des conséquences désastreuses car après tout, j'ai des bons "hommes" à la C.C.W. mais des professionnels de la chose. Vous voyez pourquoi je n'ai pas amené ma fille Mélissa à Rougemont et ma blonde Karen alors, pour ceux qui la connaissent c'est l'incroyable "Hulk" au féminin. La Sûreté du Québec serait encore là à ramasser ce qui reste de cette "transformer".

    Sur un autre sujet, j'aimerais éclaircir certaines choses concernant les festivals ou expositions d'été de toutes sortes.

    C'est à eux que je vends des "spots show", c'est avec eux que je parle dans les mois de Janvier et Février précédant les mois d'été, c'est avec eux que je négocie les prix et ce sont eux qui se disent intéressés par le projet et qui me réservent des dates mais à quelque part et pour certains d'entre d'eux, je déplore le manque de leadership et d'honnêteté face à leurs fonctions qu'ils ont dans les festivités : Et je cite,

    Certains présidents et présidentes de ces soirées m'ont réservés des dates ou se sont montrés intéressés à avoir de la lutte dans leurs cours mais voilà ils ne donnent plus de réponses et j'en suis restés là avec leurs dates.

    S.V.P. Lorsque vous prenez des postes de président ou que vous êtes élus majoritairement dans la grande CHAISE, hey bien prenez vos responsabilités et affirmez vous positivement, cessez de niaiser le monde (ceux qui veulent travailler) et de grâce, répondez au téléphone et retournez vos appels. La secrétaire en avant à 7$ de l'heure en a marre de faire votre job et de prendre les bêtises à tout le monde y compris les miennes.

    Je vous donne un exemple parmi tant d'autres de ce qui m'est arrivé : "En Février dernier je contacte le festival du " " de telle ville et le président se dit très intéressé à avoir une soirée de lutte et même me demande de réserver la date en début de mois d'août, à ça je lui précise qu'il y a une signature de contrat à faire ainsi qu'une acompte à donner pour faire la réservation en bonne et due forme. Sur ce il me demande : Pourquoi une acompte?

- L'acompte qui soit dit en passant est de 500$ c'est pour couvrir les frais au cas ou il y a annulation de votre part et pour me protéger dans le sens que quelqu'un d'autres auraient besoin de mes services la même date que vous. Au moins je n'aurai pas tout perdu.

- Oui mais 500$ c'est beaucoup d'argent et si vous ne vous présentez pas.

- Regardez M. Lavoie (nom fictif) parcourez mon site internet, prenez mon numéro d'assurance-sociale et de permis de conduire ou même appelez à la Banque Nationale ou au bureau de crédit, au Centre Mgr Marcoux et demandez la directrice et je vais vous donnez mon C.V. de ce que j'ai fait dans la lutte depuis mon enfance et vous verrez.

- Sachez M.Lavoie que partout ou vous allez pour faire réserver quoi que ce soit une acompte vous sera demandée. De plus moi vous pouvez me rejoindre n'importe où et n'importe quand parce que j'ai une double ligne chez moi et lorsque je pars, je fais l'étoile 72 sur mon cellulaire donc je ne suis pas un fantôme ; et je continue et je vous explique M. Lavoie que mes lutteurs autres que le Samedi ne sont pas attaché après moi et à la C.C.W. donc des gars comme Sweet Kiss Ziggy et Brick Crawford qui sont connus un peu partout ont souvent des demandes pour s'exécuter à l'extérieur et si je les réserve et après quoi deux semaines avant le show, je les cancelle, je me dois de les dédommager car ils ont peut-être dis non à un promoteur de l'Ontario parce qu'ils m'avaient dis Oui à moi, vous comprenez M. Lavoie.

- Le montant global que vous me donnez sert à payer le déplacement de l'arène et des barrières anti-émeutes, du montage et démontage des équipements, des allocations de dépenses des lutteurs et arbitres, des motels si il y a lieu et j'évalue le prix global de par la distance de la ville à parcourir, de l'endroit soit l'arèna, terrain de balle ou centre de loisirs, premier plancher, 2e étage, ascenseur ou non, nombre de combats que vous voulez, au fait M. Lavoie je peux vous avoir ce que vous voulez tout dépendant du prix, n'importe quel lutteurs, lutteuses ou nains qui ne sont pas sous contrat avec la W.W.E. mais à cela il y a un prix minimum et c'est celui que je vous ai fait.

- Vous voulez un T.L.C., pas de problèmes, j'ai des échelles, tables et chaises et les meilleurs lutteurs pour le faire mais ce sera $ de plus.

- C'est très intéressant votre affaire M. Rancourt et j'aimerais que vous me réserviez le Vendredi 2 Août 2002 pour la cause et là nous aurons une réunion du comité en question pour soumettre le projet mais je peux vous assurer que c'est gagné d'avance car cela m'intéresse, de plus je cumule les fonctions de président et trésorier en même temps; cependant nous sommes en compétition avec la ville voisine car nous avons notre festival presqu'en même temps qu'eux et je veux vous faire promettre de ne pas les contacter car je veux avoir des nouveautés tel que la lutte et être exclusif dans ce sens.

- C'est bien M. Lavoie rappelez moi et donnez moi des nouvelles, je vous réserve la date du 2 Août et je vous promets de pas contacter le festival de " " à côté de chez vous.

    Fin Avril pas de nouvelles. Rien sur le fax non plus. Le contrat n'est toujours pas signé, pas reçu d'acompte non plus, mais il me semblait de bonne foi, la date est toujours réservée mais je ne l'ai pas placée sur l'agenda du site de la C.C.W.

    Je téléphone à ce festival et je me heurte à la secrétaire qui est au courant de rien et qui m'invite à laisser un message sur la boîte vocale de M. Lavoie. Des messages à sa secrétaire et sur la boîte vocale, j'en ai laissé jusqu'au mois de Juin et le 27 de ce mois je l'ai rejoint à sa résidence privée.

- Bonjour M. Lavoie, c'est Robert Rancourt de la lutte C.C.W., nous nous sommes parlés en Février dernier et j'attends toujours votre réponse, vous qui sembliez tout emballé de par une soirée de lutte.

Sèchement il me dit : "-Comment avez vous eu mon numéro de téléphone, il est confidentiel?"

-M. Lavoie première des choses, des taupes soit à la S.A.A.Q., à la police ou au Bell Canada, il y en a partout et pour un pourboire, beaucoup de personnes sont ouvertes.

- Je voulais absolument vous parler parce que je ne sais plus où j'en suis d'avec le 2 Août 2002, vous m'avez fait miroiter seulement du positif à la chose et je n'ai plus de nouvelles de vous, j'ai laissé plein de messages et encore là pas de réponses. Prenez vous vos messages au moins?

- Bien M. Rancourt nous n'avons vraiment pas de budget pour la lutte mais nous pouvons vous offrir un coin de terrain avec des estrades gratuitement et vous pourriez venir à vos frais soit avec la porte et vous pour le terrain, nous garderons l'exclusivité du bar.

- Non M. Lavoie. Oubliez tout ça car je ne sors jamais du Centre Mgr Marcoux sans garantie, je ne peux me permettre de faire un trou et d'ailleurs vous êtes situé à 300 km de Québec et je ne connais pas personne pour faire la publicité dans votre coin.

- Je veux vous dire M. Lavoie que je suis très déçu de vous, de vous avoir parler et que peut-être j'aurais dû appeler votre compétiteur dans votre ville voisine et sachez bien et je vous le dis encore, c'est que la lutte est et sera toujours l'activité qui se vend le mieux sur le terrain d'un festival et c'est aussi celle qui se vend le plus de bière alors bonne chance avec vos petits chansonniers et soirée d'humour.

- En passant pour conclure, je veux vous dire que si vous n'avez pas d'argent et de commanditaire, bien n'organisez rien car avec pas d'argent, on n'en fait pas et à l'avenir répondez à vos messages et prenez vos responsabilités.

    Vlan j'ai raccroché.

    Ce serait quoi la C.C.W. vous pensez si je ne répondrais jamais au téléphone ou messages. Rien n'est filtré chez moi, je réponds et j'écoute à toutes classes de société qu'ils soient blanc, noir, indien, pauvre, riche, moyen et si cela ne fait pas mon affaire, je dis tout simplement non. J'ai appelé le lendemain son compétiteur, il voit très bien la chose mais les budgets sont tous sorti de même que la programmation. À l'an prochain.

    Pour parler d'autres choses, je vous ai déjà dit que je n'étais pas capable d'aller à la lutte si je ne lutte pas hey bien c'est ce qui est arrivé en ce 24 Juin dernier au Parc St-Roch. Je me suis payé un cadeau, celui d'un amateur de lutte, rien à m'occuper, aucune obligation, aucune pression, seulement regarder, applaudir et critiquer. Pour un amateur normal c'est facile de faire les trois mais pour moi, je me suis encore stressé à les regarder. Très belle prestation pour la plupart des lutteurs de la Q.C.W. lors du Wrestlestock. Au fait ils ne peuvent faire ce qu'ils ne savent pas mais les risques étaient là et le tout s'est bien déroulé. Bravo.

    Pour l'amateur de lutte normal, le tout a été apprécié mais pour mon oeil en connaissance de lutte, je rageais en dedans de moi, j'aurais voulu monter dans le ring à plusieurs fois mais c'était leur show. J'ai bien apprécié le travail de New God au micro, le combat entre Reaper et Raid aussi, le costume de Jaws et le physique de Trax, lui je ferais quelqu'un de bien avec ; cependant d'où je relègue cette jeune fédération dans les rangs mineur, c'est le fait que j'ai vu quelques lutteurs dont un qui n'a pas fait le test physique de l'école de lutte de la C.C.W. c'est à dire que le gars en question ne pouvait enligner 3 push up de suite et n'était pas capable de courir deux tours de gymnase et là je le voyais sur le ring essayer de lutter avec un cardio très réduit.

    Je suis peut-être old school mais je crois suivre le rythme de la lutte d'aujourd'hui et une chose n'a pas changé, c'est qu'avec tout le respect que j'ai pour la lutte, je crois encore en la bonne forme physique pour l'exécuter.

    Même chose pour le T.L.C., à quelque part c'était bon, sans être les New Breed, les risques étaient grands et heureusement, pas de blessés mais encore là pourquoi ce genre de combat dangereux lorsque la plupart de combattants sont encore à l'école de lutte de Marc le Grizzly et un autre qui n'a pas gradué à celle de la C.C.W.?

    J'apprécie quand même votre sang froid et je vous ai applaudi mais ne brûlez pas les étapes. La seule ombre au tableau fut le show donné par l'annonceur maison et propriétaire du gym extrême qui sous l'effet de la consommation a sauté les plombs.

    Je souhaite que vous allez vous trouvez un autre local et si vous avez un brin de fierté, ne retournez pas là bas vous faire exploiter de la sorte. C'est bien beau aimer la lutte mais lorsque ces "promoteurs" viennent me dire qu'ils font plus d'argent que moi, il y a lieu de se poser des questions. Moi je n'en fais pas car je réinvestis sous par sous dans la compagnie et ma foule et mes lutteurs sont couverts par une assurance.

    C'est vrai que c'est pas facile de se trouver une salle car j'ai encore eu deux autres refus à Trois-Rivières.

    Les loisirs St-Sacrement de cette ville recherche du financement et des subventions; je leur offre une location par mois, le restaurant est à eux et de plus je donnais 1$ du billet à une maison de jeunes.

    Les marguilliers ne veulent pas de lutte. Qu'on cesse de donner de l'argent à ces "vieux" qui sont déconnectés de tout et vendez le tout (ces bâtiments) 1$ à des entreprises privées ; vous verrez qu'il y en a qui ont de l'imagination et qui font des efforts.

    Ils veulent louer leurs salles et avoir personne dedans. J'arrête d'en parler car je deviens mauvais. Je me défoulerai dans un article du journal le Nouvelliste de Trois-Rivières et c'est pour bientôt (Capitaine Québec, téléphone-moi).

    Je voulais vous dire que j'ai parlé avec Piranah et Franky The Mobster il y a quelques minutes. Ils étaient à Halifax pour une tournée de trois semaines. Ils m'ont avoué qu'ils mangeaient vraiment de la "merde" de lutte, dans des conditions très difficiles. Je suis content pour eux car ils voient c'est quoi la "route" et les combats à tous les jours avec un paquet d'inconnus.

    Je l'ai fais 4 années de suite de Mai à Septembre 7 jours sur 7 et souvent deux fois par jour avec Brick Crawford. Les Maritimes c'est difficile, j'en ai déjà vomi tellement j'étais épuisé mais ce sera enrichissant pour eux et dans les vestiaires de la N.C.W. prochainement, attendez-vous à en entendre des choses.

    Bonne semaine,

    Sunny War Cloud

   

 

@ Tous droits réservés. Les chroniques de Sunny War Cloud ne peuvent être reproduites entièrement ou partiellement sans obtention de l'autorisation écrite de l'auteur.

 

Accueil - Nouvelles - Biographie - Galerie photo -

"Sous la tente" - Liens suggérés - @