"Sous la tente" de Sunny War Cloud,

 

 

Chronique #29 (16 juin 2002)

 

    Bonjour chers amateurs de lutte, 

                                      

          J’espère que la mauvaise température ne vous tombe pas trop sur les nerfs dans mon cas OUI, car je m’entraîne dehors soit ma grande marche et j'ai recommencé à courir mais diable, il pleut à tous les jours et le vent, c’est l’enfer.  J’y ai même acheté des fleurs pour égayer le dehors de ma nouvelle maison mais elles ont gelé pendant la nuit.  Vraiment les terrasses du centre-ville mangent leurs bas.

 

 

Davey Boy Smith et Davey Lawless en 1994

 

 

          Pour parler d’un sujet, parlons-en d’un.  Venez sous la tente nous allons en parler.  Davey Boy Smith est décédé.  La vie a eu raison de lui.  39 ans c’est bien jeune mais je sais très bien qu’il a brûlé la chandelle par les deux bouts.  Ce n’était pas un de mes préférés et là je parle de lui comme l’homme et non pas le lutteur.

 

 

          C’était réciproque je crois du moins lors de mon long séjour à Calgary où je m’entraînais dans son gym au lieu de fréquenter le World Gym de cette ville qui était une beauté.  Son gym était quand même complet, tous les lutteurs et la famille Hart s’entraînaient à cet endroit ce qui me permettait d’être proche d’eux en plus mon hôtel était tout près.

 

          Sa femme Diana s’occupait du gym car lui travaillait à temps plein pour la W.W.F mais à son retour, il passait tout son temps à son gym soit le jour et le soir c’était la fête mais justement c’était là son erreur; trop de substances mélangées et le cœur flanche, et il a flanché.  Davey Boy a quand même bien vécu.  Il s’est exilé jeune de l’Angleterre car là-bas, il n’y a pas d’argent à faire.  Lui et Dynamite Kid faisaient un duo du tonnerre mais l’après-lutte en était un aussi.  Écrasé par un divorce, problèmes personnels très lourd à supporter, dépendant de l’alcool et souvent la cocaïne était le bienvenue, Davey avait recommencé à s’entraîner car il voulait revenir à la W.W.E histoire de se refaire un peu car il était sur la paille mais a-t-il fait un abus de stéroïde en prenant n’importe quoi?  

 

          Je me souviens de lui comme d'un athlète, très bon lutteur mais sa personnalité très ordinaire.

 

          Tout çà m’amène à vous parler des stéroïdes car j’en ai pris dans les années 80 et pas à peu près.  J’étais un laboratoire ambulant et je ne m’en suis jamais caché au contraire.  Dans le temps, je parle des années 80, il fallait que tu sois gros, musclé et fort en plus.  J’ai commencé à m’entraîner à 13 ans soit dans les gymnases, à faire de la course dehors et manger des protéines en quantité industriel mais je dois vous dire une chose cependant, c’était que les gyms n’étaient pas évolués comme aujourd’hui de même que les suppléments alimentaires donc cela devenait plus compliqué de se construire un corps d’athlète.

 

          En Septembre 1983, dans un forme splendide avec Édouard Carpentier derrière moi, j’étais à la recherche d’un job à temps plein à Lutte Internationale et chemin faisant, j’entrai dans le bureau de Dino Bravo et Gino Brito que je connaissais déjà beaucoup, bureau situé au 2e étage du Centre Paul Sauvé à Montréal.  

 

          Je mesurais 5’10 et mon poids était à 203 livres.  J’étais aussi " tough " et aussi " malade " qu’aujourd’hui mais beaucoup plus agile comme exemple de belles savates de 6 pieds de hauteur et des beaux ciseaux de tête à la volée mais la grosseur était l’handicap, ce que me répondait Dino Bravo qui aussitôt il me référa dans un gym connu de Montréal additionné de quelques contacts visant à augmenter mon poids rapidement.  

 

         Les contacts étaient les stéroïdes. 

 

         Trois mois plus tard, je pesais 240 livres oui 240 livres, 19 pouces de bras, deux de plus que trois mois auparavant mais moins agile.

 

          Ma job, je l’ai eu et un mois plus tard j’étais Sunny War Cloud.  J’étais heureux car je remplissais tous mes gilets, j’étais inépuisable dans le gym et sur le ring et de plus je luttais presque à tous les jours.  L’argent ne manquait pas pour m’en procurer et de plus je prenais n’importe quoi même qu’en 1987 en Europe, je pesais 265 livres.  J’ai pris jusqu’à quatre fois ce qu'un cheval de course prenait; je me mesurais la grosseur de mes bras à tous les jours bref le miroir était mon meilleur ami.  

 

          Plus de la moitié des lutteurs étaient là-dessus car la première image, la première présentation étaient la plus importante.

 

          En bas de 225 livres, l’emploi était rare même si tu étais excellent lutteur, rapide en plus, le promoteur te tassait assez rapidement.  Dans mon cas, Dino Bravo aurait pu ne pas tenir compte de moi à 203 livres mais il me savait endurant avec du cœur au ventre, un talent exceptionnel et de plus je le faisais rire comme je fais rire plusieurs personnes autour de moi aujourd’hui.  

 

Mais qu’est-ce qui m’a incité à prendre des stéroïdes?

 

Je voulais un job de lutteur professionnel.

 

Q.: Ai-je regretté d’avoir pris des stéroïdes?

R.:  Non car je n’aurais pas eu de job.

 

Q.:  Si c’était à refaire, reprendrais-tu des stéroïdes? 

R.:  OUI (dans ce temps-là).

 

Q.:  Aujourd’hui en 2002, quel dose et quel sorte de stéroïde prendrais-tu? 

R.:  Aucun.

 

Q.:  As-tu eu déjà des effets secondaires, des complications, des nausées, des problèmes au foie, au rein, aux testicules, au cœur? 

R.:  Aucun.

 

Q.:  Vivais-tu des moments de mauvaise humeur exécrables à en tirer les chaises 

      dans les murs? 

R.:  Non.

 

Q.:  Conseilles-tu aux jeunes dans les gyms ou dans ton école de lutte de prendre

      des stéroïdes? 

R.:  NON.

 

          Alors pourquoi toi Sunny War Cloud, tu en a fait un usage de fou et que tu le déconseilles fortement aux autres et la grosse question : " Pourquoi presque tout le monde qui en ont fait usage ont des complications et que plusieurs en sont morts et que toi pour ton âge, est en parfaite santé et ne dégage rien les folleries du passé?

 

          Ho!  Un instant je vais vous répondre c’est quoi la différence entre moi et eux.  Avant tout j’interdis à tous les jeunes de prendre des stéroïdes, je dis bien tout le monde tel qu’il soit à moins d’en avoir besoin pour gagner votre vie ou d’une compétition professionnelle.  La différence entre moi et eux ou bien la majorité des coupables, c’était que je faisais une vie de curé lorsque j’étais sur les cycles dont deux ans sans arrêt (1985-1986).

 

          Première des choses, la définition des stéroïdes pour moi = de l’énergie chimique.  C’est un gros surplus d’énergie donc tu t’entraînes plus fort donc tu grossis plus vite.  Si tu prends des stéroïdes et tu t’entraînes de façon ordinaire, le surplus d’énergie qui restera dans ton corps fera que tu deviendras plus agressif et ce même surplus se distribuera au niveau de ton foie, tes reins et tes testicules.  Avec ses mêmes stéroïdes, tu iras chercher environ de 10 à 20% de force de plus tout dépendant de la personne et des substances que tu absorberas.

 

          Mais aujourd’hui avec les beaux gymnases que nous avons, il n’ a pas que la lutte qui a changé, la culture physique aussi, les entraîneurs privés tel que le mien sont des pros et les suppléments alimentaire sont de haute teneur en protéines, la variété des produits est innombrables.  

 

          Moi une visite à la boutique Nutrition Sports, c’est comme une femme qui entre chez Jean Coutu.  Dans ces boutiques il y a de tout aujourd’hui pour te donner de l’énergie, de la force et vivre sainement.  Prends des bons produits soient : créatine, glutamine, vitamines et bois ou mange tes 40 grammes de protéines aux trois heures tout en t’entraînant fort sans manquer une séance et on s’en reparlera dans trois mois.  Les suppléments alimentaires sont dispendieux mais moins que les stéroïdes.

 

          Quoi!  Tu veux prendre des stéroïdes même si je t’interdis d’en prendre bon hey bien écoutes-moi et suis mes indications à la lettre; en passant ces conseils sont ceux d’un médecin réputé de Montréal que j’ai rencontré dans les vestiaires du Centre Paul Sauvé en 1983; sans nommer son nom, c’est un ami intime d’Édouard Carpentier et de Gino Brito.

 

          Là je t’avertis : " écoute mes conseils car tu joues à la roulette russe avec ta santé.  Je commence et j’écris bien ceci clairement : tu devras trouver toi-même tes stéroïdes car moi je ne te donnes aucun contacts là-dessus.  

 

          Si tu trouves, n’achète rien qui est déjà ouvert et vérifie bien la date d’expiration sur les flacons.  Pour les seringues, va à la pharmacie aux prescriptions, ils n’ont pas le droit de refuser.  Seringues intra-musculaire (enveloppe verte ou noire).  Ne te piques pas toi-même, va voir quelqu’un qui connaît çà.  

 

          Le vendeur de stéroïdes, souvent ne sais pas ce qu’il vend et quelles doses prendre, lui il est là pour vendre; encore là trouve-toi un connaisseur autre que moi.

 

          Bon tu as tout trouvé et tu es prêt à commencer.  À la première journée de ton expérience, une diète sévère est recommandée donc on coupe toute nourriture grasses et là je dis à tous les jours pendant le cycle soit environ deux mois et rajoute un autre mois car le tout demeure dans le sang encore pour cette durée. 

 

          Aucun jour off de régime, c’est le prix à payer ensuite à tous les jours, bois de deux à quatre litres d’eau afin de bien drainer tes reins, je continue, à tous les matins à jeun et ce deux fois par jour, tu prends deux ampoules de jus de radis noir et artichaut et + un litre d’eau avec 10 grammes de M.S.M accompagné d’un citron pressé dans tout ce liquide.  

 

          Bois le tout sur la galerie et pleure; n’oublie pas deux fois par jour, ceci va nettoyer ton foie en profondeur.  

 

          Prends à tous les jours également, quatre ampoules de Ginseng afin de fortifier tes testicules.  Mange beaucoup de légumes verts, le navet est très important le matin.

 

Après le souper, aucune collation, seulement des mix de protéines à l’eau. 

 

Ta nuit doit être de huit heures.  

 

Aucunes sucreries je dis bien aucune.  Pas de cigarettes, pas de joints aucune drogue et surtout aucune boisson, même pas une bière.  Évite les bars.  Si tu as encore de l’énergie, va courir.  Prends ton vélo et fais la piste cyclable au complet au sprint, à quelque part j’aurai bien ta peau.

 

          Tu vois c’est pas facile ce genre de vie, c’est le prix à payer.  N’oublie pas à tous les trois mois, prends un rendez-vous chez ton médecin pour un examen de routine, (prise de sang, test d’urine, ta pression etc.)

 

          Quels sont ceux qui sont prêts à faire tous ces sacrifices au début de l’été?  Moi je l’ai fait dans ce temps là et très religieusement; c’est le pourquoi que je suis en parfaite santé du moins pour le moment mais si il y aurait eu cas, le mal serait déjà fait.

 

          J’ai un nouveau médecin de famille à Québec que je vois régulièrement et tout mon intérieur est excellent; même lui ne comprends pas, je lui ai détaillé ma vie et il se demande pourquoi que je ne suis pas décédé.  Moi je suis un extrémiste, lorsque je veux et fait quelque chose, je le fais jusqu’au bout.  Ceux qui ont pris ces stéroïdes comme des idiots, se sont entraîné à moitié, ont bus des boissons fortes et sniffer à travers tout çà, manger de la pizza à toute heure du jour, en somme, ils ont fait des vies de bons vivants en ne se méfiant pas du mélange qui ternissait leurs organes.

 

         Souvent entre deux cycles, il se peut que tu perdes de la force et que tu dégonfles aussi donc il ne faut pas que tu fasses une dépression car tu as un temps d’arrêt à respecter.  

 

         J’ai déjà fait le commerce à Jonquière de toutes ces substances mais je peux vous dire qu’il n’y a pas d’argent à faire là.  Les produits sont chers et le monde n’a pas d’argent.  Calculez à çà qu’il y a que 3% de la population qui s’entraîne, donc la marge n’est pas grande.  Je ne suis pas médecin non, mais j’ai écouté celui de Montréal, un médecin sportif qui faisait du sport, et j'ai souvent été en guerre avec plusieurs médecins et pharmaciens de tout genre qui n’acceptaient pas le choix que j’avais fait.

 

          À ceux-ci je leur dis d’essayer de trouver un vaccin contre le sida au lieu de s’acharner sur ceux qui vendent des suppléments alimentaires légaux comme Nutrition Sports.  J’ai même déjà vendu des stéroïdes à des policiers de Jonquière et Chicoutimi. 

 

          Les médecins font des erreurs aussi et j’en suis une preuve vivante.  Un réputé orthopédiste de Québec m’a opéré le coude droit à deux reprises et il m’a manqué (accident de lutte).  J’ai de la difficulté à refaire mon triceps à cause de çà.

 

          Donc en résumé, les jeunes et les moins jeunes, avec tout ce qui se vend aujourd’hui sur les tablettes, vous n’avez pas besoin de stéroïdes pour performer en tout cas au Québec je parle.  Pour les lutteurs, regardez aujourd’hui, il y en a de tous les poids et c’est la vitesse d’exécution qui prime aujourd’hui.  C’est le cardio et le micro qui sont primaires.  

 

          Et au Québec, la lutte est un loisir.  Des bons et vraiment bons canadiens Anglais OK mais des Québécois oubliez çà, ils n’en veulent pas des French Frogs.  Terminé pour le sujet des stéroïdes et ne m'en parlez plus.

 

          Ceci étant dit je veux vous parler un peu de la P.W.F.

 

          Je me promets d’aller leur rendre visite soit à un programme ou soit dans leurs bureaux.  

 

          Ils se sont débarrassés de leurs gros salariés (à 100$) même que Brick Crawford l’avant dernier show (28 Avril) n’a pas été payé et que Lollipop a sauté une coche dans le bureau car Sweet Kiss Douglass Ziggy n’avait pas son dû comme promis et ce à minuit.

 

          D’autres têtes sont partis mais encore là aucune fédération ne les a réclamés.  

 

          Si ils ont vraiment de l’argent et qu’ils veulent investir sur un bon produit, pourquoi pas le Big 3.  L’idée de l’auditorium de Verdun n’est pas si mauvaise mais ce n’est pas la solution car c’est trop grand à remplir.

 

         Mais pourquoi aller du côté de l’Ontario quand nous avons les meilleurs ici.  Prenez la A.W.F de Toronto pour n’en prendre qu’une.  Chakal est le champion et de la bouche de Franky The Mobster, il m’a avoué que si les trois tops de la N.C.W incluant Piranah n’y vont plus, mon bon ami Ron Hutchison sera dans la vraie merde avec seulement un show par mois et à Calgary ce n’est pas mieux, les " boys " luttent devant leurs blondes et Bruce Hart est encore sur le top.  

 

          J’irais à la guerre partout dans le monde avec mes guerriers à la C.C.W plus les meilleurs de la N.C.W et de la I.C.W, le Big 3.  

 

         Vous avez l’argent et tous les contacts pour les décors, hey bien nous, le Big 3, nous avons tous les outils qui vont entre les cordes en plus du plus beau ring en province.  Ce n’est que mon opinion, j’en ai pas parlé à personne.

 

          Sur ce prenez un soin jaloux de votre santé et dites vous que 20 ans et 30 ans c’est pareil mais que 30 et 40, c’est pas pareil.  La savate (dropkick) est un pied plus bas ou souvent n’existe plus à 40 ans.

 

          Pour les stéroïdes, c’est comme la drogue d’aujourd’hui, ils étaient meilleurs avant, car ils se passent beaucoup de merde ces temps-ci car ils ont inventé la coupe même dans les stéroïdes.

 

       Bonne semaine,

    Sunny War Cloud

   

 

@ Tous droits réservés. Les chroniques de Sunny War Cloud ne peuvent être reproduites entièrement ou partiellement sans obtention de l'autorisation écrite de l'auteur.

 

Accueil - Nouvelles - Biographie - Galerie photo -

"Sous la tente" - Liens suggérés - @