"Sous la tente" de Sunny War Cloud,

 

 

Chronique #24 (8 mars 2002)

 

    Bonjour chers amateurs de lutte, 

                                      

        J'espère que vous vous portez bien et que les galas de lutte présentés un peu partout en province vous donnent satisfaction; Moi de mon côté je m'occupe à remplir mes fins de semaine d'été histoire de sortir un peu de Québec tout en gardant mes Samedis prioritaire au Centre Marcoux.  Vous savez rien de mieux que de se retrouver devant une nouvelle foule, ambiance nouvelle et surtout le plaisir de la route; j'adore ça et cette vie me garderas jeune longtemps.

 

           Enfin le Carnaval, le tournoi de hockey pee wee et les jeux olympiques sont terminés; ces activités bien qu'intéressantes pour la plupart des gens sont des cancers pour la lutte.  Je suis content pour ceux qui évoluent dans ces sports et qui réussissent mais de mon côté aux guichets, je m'en ressentais du tiers.

 

           Dans un autre ordre d'idée j'aimerais en passant laisser un message à Pascal Déry (Michael Electra) qui prend plaisir à m'imiter en mal sur une station de radio local (communautaire) la nuit. 

 

         Si nous t'avons foutu dehors de la C.C.W. l'an passé, c'est parce que tu étais négatif, que tu as un méchant problème d'avec toi même, tu n'as que 21 ans et déjà plein de portes autant à la lutte qu'à la radio te sont fermés et Dieu sait qu'à la fédération d'où tu es présentement (QCW), si ils voient clair un peu, ils s'apercevront de leur erreur tôt ou tard à ce qui attrait à ta présence guignolesque. 

 

          Sur ce Pascal tu es encore jeune, très intelligent car tu l'as prouvé, change ton attitude et vite car tu n'as plus de temps à perdre.  Je te suggère fortement d'adopter mes dires comme de l'aide et non  un reproche; j'ai une patience sans limite mais lorsque Kevin Martel s'est chargé de te mettre à la porte, tu avais dépassé les bornes.

 

         Vous vous souvenez de la chronique (16) d'où j'avais parlé des conjointes et blondes des lutteurs.  C'est juste pour vous dire que j'ai perdu deux personnes à qui le ciel avait donné des talents purs, oui un talent d'arbitre exceptionnel de même qu'un lutteur, le seul je crois qui est monté sur un ring sans avoir pris de cours. 

 

          Vous avez deviné j'ai perdu un lutteur et un arbitre. 

 

          Le destin a fait qu'ils ont croisé sur leurs routes respectives, deux demoiselles qui détestaient la lutte, peut-être empreint de jalousie ou de dépendance affective, ils ont optés par surcroît de ne plus donner de nouvelles pour un et de simuler un travail les fins de semaine pour l'autre. 

 

          Que voulez vous, c'est leurs choix mais je trouve malheureux que des jeunes qui n'ont pas atteint la vingtaine soient indignés à une vie du 3e âge. 

 

          Dans la vie, il y a des belles choses, moments agréables à parler et là je vous offre une de mes réjouissances.

 

          C'est les débuts de Georgeous Mike à la N.C.W.  Vous vous souvenez de lui aussi j'espère dans mon allocation du mois de "Octobre 2001".  Je l'avais mis "over" dans cette chronique mais je lui ai simplement donné ce qui lui revenait. 

 

         Le problème qui régnait entre lui et la C.C.W., c'était sa situation géographique, ce qui rétrécissait de beaucoup ses disponibilités, mais après avoir entrepris de sérieux dialogues avec lui, il a choisi d'après mes recommandations la N.C.W. non pas que les autres sont de moins prestigieuse au contraire. 

 

         Je lui ai suggéré d'aller s'asseoir en spectateur dans trois salles différentes à chaque semaine et d'évaluer celle qui conviendrait à ces besoins.  Je me réjouis de beaucoup qu'il se soit trouver un endroit idéal pour lui, endroit sain d'où il pourra évoluer de deux à trois fois par mois; cependant il devra trimer dûr à l'entraînement car il avait des lacunes à corriger; Marc va en prendre soin.  Michael Roy a déjà une place cet été sur mes cartes en Montérégie.    (c'est un secret cependant).

 

            Là allons y avec le sujet principal et je tiens à vous dire chers lecteurs que ce n'est pas de gaieté de coeur que j'entreprends ces lignes, peut-être orageuse à certains endroits mais j'irai avec la plus grande limpidité qui soit.  J'écris des chroniques sur la lutte et tout ce qui s'y rejoint, mais pour qu'un chroniqueur ou journaliste soient lus, cela prends de la nouvelle fraîche, de la nouvelle d'aujourd'hui et non d'hier soit un évènement d'où l'adrénaline est à son plus haut.

 

          À Québec ces temps ci, c'est la consternation.  La N.C.W. Québec est fermé. 

 

          Oui elle est fermée et savez-vous pourquoi je tremble quelque peu et que je cachais très mal mon amertume lorsque Benoît St-Denis m'a appris la nouvelle à Montréal le 20 février dernier?

 

          C'est que cela aurait pu m'arriver à moi, et oui je n'étais pas à l'épreuve de ça; aujourd'hui les fondations sont bonnes à la C.C.W. mais ce n'a pas toujours été le cas.  Les couteaux ont souvent volé bas dans les bureaux de la C.C.W. entre moi et Keven Martel, quelques disputes conjugales étaient au menu dans nos foyers respectifs mais nous connaissant de longue date d'après nos forces et faiblesses nous avons toujours trouvé un terrain d'entente par amour de la lutte car c'était notre plat principal sur la carte.

 

          Mais là la N.C.W. Québec a baissé pavillon, est morte au combat.  Vous voulez savoir mes impressions, oui je vais évaluer la chose et faire une autopsie sur ce qui a été une belle attraction dans le quartier Limoilou à Québec.

 

          Dans ce temps (en 1999), étranger à internet après un achat chez Nutritions Sports, j'avais vu un poster de lutte dans la vitrine de ce magasin qui est aujourd'hui un de mes commanditaires.  Ayant assimilé d'un coup d'oeil rapide le contenu de cette publicité qui m'était familière, je m'y rendis un bon Samedi soir, en citoyen amateur de lutte en payant mon entrée et en prenant un siège non loin de la porte d'entrée histoire de reconnaître une connaissance car me sentant regardé de part et d'autre de la salle, je me sentais étranger à cet endroit si bien que  je voulais exprimer ce sentiment désagréable avec quelqu'un qui saurait me comprendre.

 

          Quelques personnes âgées me fixaient en même temps que le ring comme si j'appartenais à l'espace qui se trouve entre les câbles.  J'appréciais le spectacle, quelques lutteurs que je  connaissais mais le ring, j'étais en amour avec.  La foule répondait très bien et nombreuse en plus, je n'ai pas peur de l'évaluer à plus de 200 payants mais le gros handicap pour les lutteurs, c'était le plafond mais encore là longtemps j'ai entendu dire qu'à Québec qu'au Centre St-Esprit, la foule était "hot", survoltée, oui je suis d'accord, j'étais là mais écoutez bien ce que j'en résulte, le ring fait tellement de bruit et le plafond est tellement bas que le tout devient plus intime, plus rapproché, plus écho. 

 

          Le premier gala au Centre Horizon a quand même été hors d'attente de par une belle foule nombreuse mais la grandeur et hauteur de la salle favorisant les plus agile aura été néfaste du côté bruit ou si vous aimez mieux "chaleur" du public. Les applaudissements et les huées se perdaient à quelque part dans le plafond et je vis la même chose au Centre Mgr Marcoux malgré que c'est une salle plus belle et mieux adapté pour la lutte que le Centre Horizon.

 

          Mais ce n'est pas la salle qui fait le show, qui attire le monde.  La N.C.W. Québec n'est plus là, à qui la faute?

 

          La faute est à tout le monde.  Le déménagement n'a pas aidé, les lutteurs n'ont pas aidé et Daniel Skeene ne s'est pas aidé et de plus la C.C.W. était là.  Éplucher tout ça et toutes ces personnes en sont la cause.  Un déménagement ne fait jamais de bien surtout si tu es pris par surprise, demandez à Ludger, il pensait bien finir ses jours là et sa foule lui était fidèle depuis 10 ans; cependant un coup bas d'un fonctionnaire et tu es à la rue mais Ludger s'est battu,  il a foncé, il est allé à la chasse et il a trouvé.  Aujourd'hui il se croise les doigts et il a repris d'où il avait laissé avec à peu près le même loyer.$

 

          Dans le cas qui nous concerne, la N.C.W. Québec avait eu une notice de plusieurs mois mais qui ne fallait pas prendre à la légère mais excusez-moi, la direction a dormi et a regardé passer le train ce qui fait que le Centre Horizon a été la seule et dernière solution de rechange mais à un prix exorbitant même pour une C.C.W. en santé et ce avec un minimum de services en plus d'être très insécuritaire cause que leur système de son a disparu sans laisser de trace.  Le Centre Horizon je crois s'en est lavé les mains sans mette d'efforts à trouver un coupable.

 

          Je ne veux pas mettre tous les blâmes à Daniel Skeene qui oui a travaillé fort au début mais à sa façon par la suite mais je veux préciser même si je sais que je recevrai de la vaisselle par la tête, que Daniel n'a jamais eu un réel soutien de sa femme, voir une coéquipière prête à foncer, à chercher des solutions, à même demander le "tag" lorsque Daniel était épuisé ou si il voulait se battre à nouveau.  Peut-être manquait-t-il d'enthousiasme ou de dynamique mais la C.C.W. n'était pas le bienvenue même si souvent de l'entraide ou une compétition saine additionnée d'une entraide font que nous sommes constamment forcé à nous améliorer, à essayer de nouvelles choses ce qui fait que ce sont les amateurs qui sont gagnants.

 

          Sur un autre ton, les lutteurs de Montréal incluant certains "tops" ont carrément laissés tomber le territoire et ce même au Centre St-Esprit donc même sans un déménagement, les foules auraient été appelés à baisser car la volonté de certains, doublés de quelques obligations familiale pour d'autres on résultés que le spectacle ternissait de mois en mois et je m'explique:

 

          "Avant c'était la grosse famille dans l'autobus, soudain, plus d'autobus, ensuite

 

Bertrand Hébert avec son personnage coloré dans la mafia a cessé de venir,

Je rajoute l'annonceur Gerry qui avait ses fans dont moi, j'étais un Mark de lui, plus revu non plus,

La retraite de Golem,

Eric Shelley et Iceman trouvaient peut-être la route trop longue,

Noémy avait de nombreux admirateurs et je le redis encore, elle aurait fait la W.W.F. par la grande porte, elle a disparu aussi,

Pierre-Karl Ouellet a passé par Québec, il y avait du monde mais a-t-il été surévalué ou a-t-il donné tout ce qu'il avait dans le corps?

 

          Nous ne le saurons jamais et ce même si je le connais bien et qu'ensemble nous parlons d'un langage qu'une petite minorité comprend, il savait qu'il ne reviendrait plus à cet endroit et après çà, après que tu as amené Ouellet, le public en veut beaucoup plus pour la prochaine fois. 

 

          Il est resté quoi pour cette prochaine fois.  Les Chakal, Franky the Mobster, Jayzon Reaper et autres avaient beau se débattre comme des fous même en luttant deux fois, le désintéressement avait fait son oeuvre de même que certaines blessures.  Les lutteurs blessés se soignaient pour évoluer à Montréal et non s'empirer à Québec.  Daniel Skeene a vu je crois venir la chose quelque peu et à refuser de s'engager encore plus fort de par que le respect qui semblait lui revenir n'éblouissait plus de toute part venant de Montréal.  Les foules se maintenaient du Centre St-Esprit et ce même si la C.C.W. évoluait les Vendredi précédent même que j'annonçais la N.C.W. Québec pour le lendemain mensuel. 

 

          À un moment donné j'avais réellement besoin d'un gros "face" qui bouge et qui est crédible.  Jayzon Reaper répondait à toutes mes critères et il était fait dans le moule de ce que j'avais besoin.  Il a décliné mon offre même avec salaire prétendant qu'il n'avait pas le temps.  Le "face" que j'avais besoin, il fallait que je défraie ses dépenses de l'extérieur donc autant mieux le donner à un gars de la place qui vient m'aider et en même temps qui a tout le loisir de préparer ses angles chez moi, de se plugger dans mon micro, dans ma salle enfin il aurait été reçu dans la ouate et "over sur le ring en plus". 

 

          La lutte, je le dis encore c'est du donnant-donnant donc j'aurais ordonné à tous mes élèves, à la C.C.W. au complet d'aller encourager la N.C.W. Québec en mettant leur 8$ sur la table à l'entrée.  Après il y a eu le déménagement, les galas ont été reportés aux deux et trois mois.  Madd Dog, Michael Black, Mark Male, J.F. Mc Allister, Hot show ont fuit les lieux prétextant qu'ils voulaient lutter plus souvent car l'ardeur n'y était plus à un mille du Centre Marcoux.  Pendant ce temps, Piranah, Chakal, Bishop venaient s'amuser sur le ring de la C.C.W. et même que Franky the Mobster est venu enlever la ceinture à Kevin Martel.

 

          Pourquoi la chimie fonctionnait avec la N.C.W. Montréal et pas celle de Québec?

 

          Je suis revenu à la charge avec ma proposition à Jayzon Reaper et encore là il était incapable de me donner deux heures par semaine prétextant le manque de temps tandis qu'il avait tout le temps d'aller lutter à Montréal.

 

          Mon ring, ma salle et toute la C.C.W. étaient à ta disposition Daniel pour remplir ta salle, tu n'es pas venu m'aider car tu avais la N.C.W. Québec tatoué sur le coeur.  Aujourd'hui c'est fermé, ton rêve et quelques années d'effort à l'eau mais sache Daniel que tu as pris une leçon dans tout çà, que tu as grandi dans ces épreuves, que tu as pris de l'expérience en lutte, en promotion et sur  le côté vie.  Donne toi ce qui te revient, les efforts que tu as fait, comme tu m'as déjà dit que c'était la seule chose valorisante que tu avais créer.  Je veux te dire également que la porte de mon bureau est toujours ouverte pour toi et que les salutations seront toujours amicales lorsque je te rencontrerai à Montréal au mois de Mai lorsque la C.C.W. ira envahir la N.C.W.

 

           Depuis l'ouverture de la C.C.W. le 1 Septembre 2000, je tiens à dire que je me suis fait de bons amis à la N.C.W., des gars travaillants et honnêtes tel que Benoît St-Denis, Bertrand Hébert, Marc Pilon, David St-Martin, Marc-André St-Georges, Marc-André Boulanger.  Charles du Moulin et je m'excuse si j'en oublie mais je ne crois pas avoir d'ennemis.  Je vous quitte quelques instants car j'ai une rage de manger des toasts au banane sur du bon pain brun mais voilà il faut que j'aille m'en acheter car je n'en ai plus.  Je reviens tantôt.

 

1 heure plus tard...

 

          Vous savez j'ai toujours de la difficulté à me procurer ce que je veux.  Après une visite chez Loblaws, seulement des bananes vertes. Je m'en vais chez I.G.A. ils sont encore plus vertes.  Le préposé aux fruits me dit d'aller voir chez Maxi de l'autre côté, "Non, je suis barré chez Maxi car il n'y a pas d'emballeurs".  Je me rends au dépanneur pas loin de chez moi et là il semble en avoir des bonnes bananes jaunes.  Je dis au proprio qui est hindou:

 

-Hey Prafoul, (c'est son nom), tes bananes sont ben molles.

 

-Écoute Sunny, tu es le 20e qui les pognasses.

 

Je suis allé au Subway.

 

Je veux vous dire que j'ai donné mes trois billets pour le Raw à Montréal à mes deux garçons et à Martin Fortin qui est mon D.J.

   

    Bonne semaine,

    Sunny War Cloud

   

 

@ Tous droits réservés. Les chroniques de Sunny War Cloud ne peuvent être reproduites entièrement ou partiellement sans obtention de l'autorisation écrite de l'auteur.

 

Accueil - Nouvelles - Biographie - Galerie photo -

"Sous la tente" - Liens suggérés - @