"Sous la tente" de Sunny War Cloud,

 

 

Chronique #20 (22 novembre 2001)

 

    Bonjour chers amateurs de lutte, 

                                      

    J'espère que vous êtes comblés avec tout ce que vous voyez dans la lutte en ce moment que ce soit à la télé ou dans diverses salles où différentes fédérations québécoises s'y produisent.

 

 

 

    Pour ce qui est de moi le 3 Novembre dernier n'ayant pas de cours de lutte le lendemain, je me suis payé un petit voyage à Montréal histoire de faire le tour de quelques fédérations de l'endroit afin de satisfaire ma curiosité.  Premièrement je me suis rendu à la N.C.W serrer la pince des "boys" sur place, des maudits bons gars soit dit en passant, une vraie belle gang qui ont tous le sourire et qui reflètent une belle grande famille.  Là dessus je tiens à féliciter Marc-André St-Georges et sa conjointe Lisanne pour un grand service qu'ils m'ont rendus cet automne.

 

    Suivant mon départ de la rue Villeray, je me suis dirigé vers les nouveaux quartiers de la I.C.W.  J'étais curieux de voir le nouveau temple à Ludger à qui deux mois plus tôt a reçu un véritable coup de massue de la part de quelques fonctionnaires sur place en lui indiquant la porte après 10 ans d'existence.  Un coup bas s'il en est un.  Arrivé sur place, j'étais comme attendu par Ludger lui-même surpris de voir une salle pleine et ce à 20 minutes du son de la cloche.  Ludger s'est relevé et de vives façons, la salle, son théâtre c'est de toute beauté.  Je n'enlève rien à l'autre salle sur St-Germain mais là avec celle-ci et de meilleures commodités, la I.C.W est en voiture et pour longtemps.  Je ne peux m'empêcher de souligner que j'ai été reçu comme un roi par Ludger et que pleins de souvenirs m'ont hantés lorsque j'ai revu Serge Proulx, Guy Ranger, johnny Primo, André Moreau, des bons vieux chums des loisirs St-Jean Baptiste.  J'ai aussi apprécié la conversation que j'ai eu d'avec Candyman.  Longue vie à ces deux fédérations.

 

    Dans un autre ordre d'idée, j'ai sursauté lorsque j'ai vu à quelque part sur un site, que Réal Pigeon était recruteur pour la W.W.F au Canada.  Je ne sais pas qui l'a gratifié à un rang aussi haut personnellement je n'en crois rien malgré que Réal est tout un homme de main pour la W.W.F au Québec et en Ontario de même que pour la boxe à Montréal.  De là ne prenez pas de risques inutiles et des bumps de fous devant lui car je le redis encore, des bumpeux aux États-Unis, ils en ont pleins.  Réal Pigeon, c'est un chum de longue date, un bon vivant, une personne fiable qui ne travaille pas pour rien cependant.  Pour une belle chambre d'hôtel et une couples de "ptits bruns" Réal viendrait me visiter avec joie à Québec car j'ai toujours eu beaucoup de plaisir avec lui mais les moyens me manquent, ce serait un trop gros luxe pour moi.  Je vais récompenser mes bénévoles avant.

 

    Sur ce en revenant sur la chronique précédente d'où pleins d'éloges m'ont été édifié, un lutteur qui était du groupe de la tournée en 1995 m'a reproché d'un air ou d'un ton complaisant d'avoir oublié certaines choses dont il a été victime lui-aussi et qu'il a cru beaucoup plus que moi étant plus jeune cependant.  Saviez-vous que j'étais "booké" contre "Big Bubba Rogers" qui est Big Bossman et ce au Stade Olympique dans le 3e combat d'une finale opposant Hulk Hogan et Jacques Rougeau face aux Doormens.  C'était un beau projet oui mais pensez-y bien c'était irréalisable.  Dino Bravo en 1986 avait proposé le tout à Vince McMahon dans une finale qui l'aurait opposé à Hulk Hogan et ce même si Vince n'a jamais voulu embarquer dans çà pourtant c'était plus crédible en 1986 qu'en 1995.  Le projet du Stade Olympique d'avec Jacques Rougeau, pleins de "boys" y ont cru dûr comme fer, Jacques étant un communicateur hors pair mais moi j'y croyais avec pas plus de 10,000 personnes dans l'enceinte de la rue Pierre-de-Coubertin à Montréal.

 

    Là dessus je veux revenir sur le côté popularité et ne m'en voulez pas chers lecteurs car j'ai encore ces images toutes fraîches dans ma mémoire et là c'est mon coeur, gros comme celui du World Trade Center qui s'effrondre, le coeur du ptit gars de Jonquière en qui Dan Walker de Chicoutimi qui m'a toujours craché dessus, homme bien vu par la haute gomme et ami proche de la famille Rougeau; je veux vous parler de mon combat à Verdun à la fin de l'été 1995 contre Mike Anthony de Calgary.  Pour un combat d'ouverture c'était du bonbon, peut-être le meilleur combat de ma carrière et ces dires sont appuyés par Kevin Martel qui a regardé le combat comme un "Mark" et qui a été témoin des commentaires blessants de Jacques Rougeau.  Écoutez la foule était debout devant ma victoire et notre prestance à Mike Anthony et moi-même et ce que j'ai récolté dans les vestiaires c'est un Jacques en furie qui m'a lancé sèchement:

 

    "Sunny ton match c'était pourri, il faut que je t'envoie vilain et vite!".

 

    Phil Lafond, vous vous en rappelez?  Il a lutté sous le nom de Dan Kroffat.  Lui il était bon, populaire en plus et il vient de Longueuil.  Quel beau talent.  Hey bien Phil a délacé ses bottes lorsqu'il a su que Jacques le faisait planter en cinq minutes devant "Big Bossman".  Phil commençait à la W.W.F deux mois plus tard dont il se foutait carrément de Jacques. 

 

    Et toi Serge Rolland, le seul lutteur qui reste de l'édition de la Relance de la lutte au Québec de 1995; encore une défaite qui s'en vient celle-ci contre Jim Duggan et tu prends çà comme un cadeau; toi et ton frère qui avait pour nom "Les Prisonniers" étaient la plus grosse, plus lourdes, meilleures équipes de la province de Québec qu'en restent-ils? 

 

-  Match handicap contre Bundy = défaite;

-  Encore une humiliante contre les Bushwakers.

 

Martin a compris.  Il est parti.

Candyman aussi.

Avant ta retraite, peux-tu mettre Tiger Jackson over?

Sans rancunes Serge, toi qui a toujours été un de mes adversaires favoris, j'ai de la misère à composer avec le présent.

 

    Pour répondre à Kevin Steen sur le forum d'Info-Lutte je te remercie pour les bons mots à mon égard mais je crois que tu es le seul avec Raymond Rougeau à pouvoir regarder ailleurs sans être mis "dehors" car deux élèves de LI2000 à qui j'ai parlé au téléphone m'ont affirmés qu'ils n'avaient pas le droit d'aller voir la N.C.W ou la I.C.W le 3 Novembre dernier sous peine d'expulsion et de perdre leurs jobs.  Quel Job?  Quel contrat?

 

    Je veux vous dire que ces contrats, des contrats non rémunérateur qui sont absents de sceau de notaires ou d'avocats ne sont qu'en somme, plus qu'une feuille de choux.  Un torchon non valable qui ne sert d'exclusivité sans plus.  Marc Olivier Beaudoin et Martin Lamarche ont compris eux aussi; ils sont partis car ils voulaient avoir du plaisir mais avec Jacques c'est un gagne-pain pour lui et une job de 600$ par année pour les autres.

 

    Lorsqu'un jeune lutteur veut lutter, toutes les fédérations sont bonnes incluant LI2000 qui n'est pas un endroit malsain au contraire mais à quel prix?  Pour beaucoup moins cher ailleurs je vous en prie et çà lutte ailleurs.  Regardez à la C.C.W chacun travaille un personnage, chacun ou presque a une place dans les storylines et on lutte à toutes les semaines.  Croyez-vous que Chris Jericho serait si bon si il lutterait trois fois l'an et imaginez ce que serait Kevin Steen à la C.C.W.  Un deuxième Kevin Martel je crois.

 

    Quel intérêt auront les spectateurs au Centre Molson en Décembre prochain à voir pour ceux qui le connaissent Armand Rougeau après 14 ans d'inactivité déjà qu'il en avait pas de trop.  Son physique a dû suivre les années également surtout qu'il n'était pas friand des gyms.

 

    Sur un autre sujet mais dans la même lignée, j'ai parrainé la J.C.W qui est établi à Jonquière en leurs donnant mille et un conseils, je leur ai fait une belle lettre de référence auprès de la ville de Jonquière pour leur nouveau local et assurances, je leur ai donné une toile pour l'arène et fait les démarches nécessaires afin qu'il puisse avoir un ring tout neuf.  Aujourd'hui ils sont établis et ils font partis de mes storylines à Québec et bientôt des gars de la C.C.W iront brasser "la cabane" à Jonquière.  Quelques fois j'invite des jeunes de la N.C.W Québec et de la Q.C.W à venir se produire au Centre Mgr. Marcoux histoire d'évaluer le talent et de renouveler la clientèle; c'est tout le monde qui en profite.  Mon garçon Dave Rancourt (Davey Lawless) fait parti de la J.C.W et en bûche un coup croyez-moi.  Cet été je vais organiser un gala monstre au Palais Des Sports de Jonquière avec tout ce beau monde et un autre possiblement à l'aréna St-Romuald.

 

    Bon voilà où je veux en venir.  Pourquoi Jacques Rougeau ne donne-t-il pas de chance à une couple de lutteurs de Jonquière à s'exécuter lors de ces visites à Chicoutimi?  Il me semble que ce serait apprécié par toute la communauté au complet.  Il me semble que le fils de Sunny War Cloud pourrait avoir un attrait spécial et à le regarder il n'est pas trop gênant à mettre sur le ring; et le jeune Traver alors c'en est un autre.

 

    Sont-ils obligé de débourser 4,000$ et de se payer le trajet Jonquière-Montréal deux fois par semaine pour çà?  Est-ce de leurs fautes si ils sont nés au Saguenay?  Ils sont aussi bons sinon meilleurs que les lutteurs de LI2000 car ils luttent à toutes les semaines, prennent des risques calculés sur le ring et ils ont le meilleur professeur en Kevin Martel.  J'espère que la presse saguenéenne va aller voir ce groupe et être en mesure de comparer qu'il n'y a pas que le nom de Jacques Rougeau dans la lutte du moins ils me connaissent et je ne suis pas en reste avec eux.  J'ai une bonne cote.

 

    Je ne pouvais croire cependant qu'un journaliste justement de Chicoutimi avait cru Jacques lorsque celui-ci a prétendu cet été dans un quotidien de l'endroit qu'il n'avait jamais utilisé de substances illicites pour performer.  FOUTAISE!  Voulez-vous que je vous sorte un vieil album de photos de Jacques et de moi-même d'y il y a 15 ans; vous verrez car moi aussi j'étais plus gros et je ne me suis jamais caché pour le dire.  J'étais un vrai laboratoire et dans le temps, nous n'avions pas le choix.

 

    Pour ce qui attrait à Lutte Internationale 2000 comme conclusion, je respecte ceux qui aiment et qui paient 23.00$ pour ces galas mais dites vous que ce ne sont qu'une minorité même ceux à qui le billet a été donné par un commanditaire ou compagnies quelconque.  Les shows ont quand même une certaine qualité avec des jeux de lumières et la pyrotechnie de même que les lutteurs qui présentent de la lutte à l'ancienne.  Pour ceux cependant qui affectionnent la lutte moderne, ils sont déçu, très déçu.  Je vénère également ceux qui ont les moyens de payer autant d'argent pour apprendre la lutte, les parents de ceux-ci je veux dire.  $4,000$ pour s'acheter une job à l'année, c'est pas cher mais pour un loisir que tu t'exécutes trois à quatre fois l'an sans aucune garantie d'aller plus loin, çà devient plus dispendieux que de faire du ski ou de la motoneige.  L'histoire est clos pour l'instant.

 

    Dans l'édition précédente, je mentionnais ma courte carrière professionnelle au Saguenay dû à ce que j'étais un gars de la place, j'avais oublié un combat et celui-ci est mémorable dans mes mauvais souvenirs non pas de la faute des promoteurs mais du côté hasard ou épreuves de la vie, ce fut le 23 décembre 1985 au Centre Georges Vézina de Chicoutimi; j'ai été le dernier adversaire de Pierre "Mad Dog" Lefebvre lors de ce terrible accident qui lui a coûté la vie ainsi qu'à Tarzan "La bottine" Tyler et de l'arbitre Adrien Desbois dans le parc des Laurentides.  Je me recueille encore devant ces trois grands de la lutte au Québec.

 

 

 

    Pour l'an 2002, les activités de la C.C.W se dérouleront dorénavant les samedis au lieu du vendredi.  Jusqu'à présent j'ai perdu deux lutteurs soient Mark Male et Sexy Oliver dû à leurs travail respectif et nombre de personnes (lutteurs ou spectateurs) qui ne peuvent venir car ils travaillent le vendredi soir.  De plus la salle était toujours loué les samedis pour de la danse et des mariages à l'exception de l'été et du temps des fêtes.  À l'avenir, ils danseront et se marieront le vendredi.  Nous à la C.C.W, c'est à l'année, 52 semaines sans arrêt.  Deux montages de ring par semaine dont un le dimanche matin à 7:00 pour l'entraînement de 9:30, j'en avais mon voyage; et la cerise sur le sundaie, je perdais mon annonceur en Janvier 2002 car lui aussi il commençait à travailler le vendredi soir.  Désolé pour les autres fédérations sur place car je n'avais pas le choix, ce n'est pas avec des mauvaises intentions de ma part.  Le vendredi c'est fait pour sortir, le samedi pour aller à la lutte et le dimanche au cinéma!

   

    Bonne semaine,

    Sunny War Cloud

   

 

@ Tous droits réservés. Les chroniques de Sunny War Cloud ne peuvent être reproduites entièrement ou partiellement sans obtention de l'autorisation écrite de l'auteur.

 

Accueil - Nouvelles - Biographie - Galerie photo -

"Sous la tente" - Liens suggérés - @