"Sous la tente" de Sunny War Cloud,

 

 

Chronique #15 (21 juillet 2001)

 

    Bonjour chers amateurs de lutte, 

                                      

            L'été a bien commencé mais ces temps-ci, ceux qui sont en vacances goûtent vraiment à la belle température.  Mon air climatisé dans ma tente fonctionne à plein régime. Je m'en plaints beaucoup car je suis un gars d'hiver, je dirais même plus un gars d'automne.

 

          Je ne sais pas si vous avez vu le site de la N.C.W soit le nouveau; il est très  beau, les couleurs sont belles.  Chapeau à celui qui l'a fait.

 

Ce qui m'exaspère le plus dans le cas d'un ou d'une journaliste sur ce site soit la Fouine, c'est qu'elle prétend que la plupart des lutteurs de la C.C.W sont médiocres; est-ce que la Fouine a déjà regardé un gala de la C.C.W du début à la fin assis dans la première rangée au Centre Mgr. Marcoux?  Je ne crois pas et je pense sincèrement que ces écrits sont sans fondements et de nature insensés; et de dire que ça me prend des lutteurs d'autres fédérations pour remplir mes cartes c'est faux!  J'aime bien avoir des lutteurs d'autres fédérations oui, car moi je m'entends bien avec tout le monde et je parle de lutte à tout le monde.  Je vais lutter à Montréal pour mon plaisir car c'est encore ma vie, mon loisir: et je crois que tout est réciproque car le 30 Juin dernier, je suis allé lutter au Mont St-Grégoire pour la N.C.W et de là, sept boys de la N.C.W m'ont demandé et donné leurs numéros de téléphone pour venir lutter pour moi, soit à la C.C.W.  à part de ceux qui me téléphonent ou m'envoient des emails: pas si pire pour une fédération médiocre et je tiens à préciser que ce ne sont pas uniquement des lutteurs de bas de carte qui m'ont approchés, au contraire: même que l'on m'a demandé deux de mes lutteurs soient des poids lourds pour un prochain gala de la N.C.W à Montréal, encore là, je remonte d'une coche et pour terminer, moi et Franky The Mobster, nous nous téléphonons à toutes les semaines pour échanger, partager des bons passages intimes dans la vie car je connais Franky depuis de nombreuses années même avant que toi la Fouine ne monte dans un ring.  Donc ça va bien les fédérations dans la ville, restons-en là et ne déterrons pas la hache de guerre car j'ai les guerriers pour aller au front.  Je tourne la page car j'ai dit ce que j'avais à dire.

 

 

 

          Dans un autre ordre d'idée l'autre jour, j'avais besoin d'un gros bonhomme, soit d'un gros lutteur pour une couple de semaines et en ratissant ma cervelle en faisant un retour sur plusieurs années et quelques, une couple de noms m'ont hantés positivement, histoire de mettre la moutarde au Centre Mgr. Marcoux.

 

           L'un que je nommerai "Alain" m'annonce avec regrets que sa femme ne veut plus qu'il lutte et que la prochaine fois qu'il récidive, ses sacs seront sur la galerie et tous les problèmes que cela entourent; vous connaissez peut-être la suite.  Sur ce en discutant avec Alain il me précise d'oublier son numéro de téléphone et de ne plus loger d'appels concernant la lutte à son domicile et promptement c'est sa femme avec qui son regard et le mien ne se sont jamais croisés qui me garoche au téléphone qu'Alain a maintenant une bonne job et qu'il ne lutte plus et vlan elle me raccroche au nez.

 

           Une semaine s'écoule et notre histoire avait toujours besoin de ce gros bonhomme et l'autre que j'avais en tête s'appelait "Denis".  Un appel et c'est le répondeur.  J'attendrai à demain car je ne laisse que très rarement des messages sur les répondeurs car c'est ma politique.  Souvent les personnes concernées sont là et ne veulent pas répondre.  D'ailleurs si je m'écarte un peu du sujet, l'autre jour je téléphone en plein jour à un agent d'assurance-vie et je me heurte à un répondeur, je raccroche et 15 minutes plus tard, il me revient en me demandant qu'est-ce que je lui voulais.  Je lui ai simplement dit que si il n'avait pas les moyens de s'engager une secrétaire, il n'avait pas les moyens de m'assurer.

 

           Plus tard dans la soirée, c'est un appel interurbain "confidentiel" qui sonne à mon appareil (encore une chose que je déteste "les confidentiels").  Une dame me demande qui a téléphoné au numéro 514-????  Je lui réponds très poliment que c'est Sunny War Cloud et que c'est pour parler à "Denis".

 

"Denis t'es demandé au téléphone, c'est pour la "criss de lutte!"".

"Allo Denis, c'est Sunny, ça va?"

"Oui Sunny"

 

         Je le sentais menotté tout en entendant sa conjointe invectivée toutes sortes de calomnies sur la lutte.  Enfin je dis à "Denis" de laisser tomber.  Mais revoilà qu'une heure plus tard, il revient à la charge en me disant:

 

"Écoute Sunny, je m'excuse pour tantôt, là elle est partie chez sa soeur pour la soirée.  Hey Sunny, je ne peux plus lutter car ma femme ne veut rien savoir mais je veux te dire que je m'ennuie au "boutte" de vous tous mais là ici, c'est la maison, la femme et les enfants.  Je pense à toi Sunny et un de ces jours, je te rappelle mais n'appelle plus ici."

 

"Salut Denis, bonne chance!"

 

Là j'étais très fâché et revenant sur moi-même, j'essayais de trouver le côté négatif de notre sport et le pourquoi que certaines conjointes ont à dédaigner notre loisir préféré surtout que j'aimerais préciser que la plupart de ces lutteurs ont connu leurs femmes ou leurs blondes dans une salle de lutte et je ne fais pas exception à la règle si je regarde les mères de mes enfants et en plus ma conjointe d'aujourd'hui que j'ai connu à l'aréna du Cap de la Madeleine et ce le 16 Juillet 1995 lors de la première tournée de Jacques Rougeau et Tony Mule.  C'est un sujet délicat à discuter d'où je peux me mettre certaines conjointes à dos mais que voulez-vous, je prêche pour la lutte et j'ai le dos large, je suis capable d'en prendre.  J'ai perdu cinq élèves depuis le début de l'école C.C.W dont deux qui avaient un potentiel et un talent sûr en plus d'être poids lourds.  Les cours étant le dimanche et en après-midi pour ceux-ci; cela hypothéquait le dimanche de Madame qui elle, était habituée d'aller au Cinéma le dimanche; ces élèves ont fait un choix et ils sont partis et je respecte leurs choix; peut-être que l'on aime pas tous la lutte de la même manière mais moi j'ai fait le choix en 1982 et je défends à tout le monde de suivre mes traces en somme de faire ce que j'ai fait.

 

          J'ai laissé la vie familiale de côté, la job à l'Alcan de Jonquière ainsi que la région et je me suis attaché après un poteau de l'arène du Centre Paul Sauvé à Montréal.  Je veux vous dire que j'avais une garantie aussi; celle de Lutte Internationale et de Édouard Carpentier qui me parraina depuis déjà plusieurs années.  Je suis toujours resté en bons termes avec mon ex.  Je ne regrette en rien mon passé car j'ai eu deux beaux garçons de cette union soient Dave et Michel qui soit dit en passant sont ma fierté.  Mais je ne regrette non plus ma décision car j'ai vécu de la lutte et bien à part ça car j'y ai fait le tour du monde deux fois et si je n'aurais pas tombé dans la consommation excessive la C.C.W serait vingt fois plus grosse qu'aujourd'hui.  Mais personne n'est à l'abri de la cocaïne et toute cette expérience de vie me sert maintenant beaucoup plus que si j'aurais passé ces 20 dernières années dans une usine à travailler sur les quarts et en entrant de reculons à tous les jours; ça c'est une corvée et c'est monotone.

 

          Et encore une fois aujourd'hui en 2001, je vous défends de choisir la lutte car il n'y a plus d'ouvrage, le bon temps est terminé.  Mais pourquoi pas n'essayez vous pas d'impliquer votre conjointe à votre loisir au lieu  de vouloir la laisser à la maison ou assise sur une chaise droite toute une soirée.  Ce n'est pas toutes les dames qui aiment le spectacle en tant que tel mais l'implication en est tout autre.  elle peut être lutteuse, gérante, à la porte, sur la sécurité, sur les photos, à la musique; enfin il y a pleins de place pour quelqu'un qui veut faire équipe avec son chum.  Je trouve ça tellement beau lorsque je vois comme exemple Ludger Proulx et sa femme sur le même plancher, Farmer Joe et Danielle, Steve Charette et de sa charmante conjointe Val, Paul Leduc et la famille également et là je peux continuer car vous les connaissez autant que moi.  Vous trouvez pas que ça rend le loisir encore plus agréable et enrichissant en plus du côté valorisation.  Vous savez une vie normale se sépare en trois parties soient le repos, le travail et les loisirs; nous dormons le tiers de notre vie, l'autre tiers au travail et le dessert sont les loisirs donc chaque individu normal menant une vie équilibrée rencontre ces trois régularités et le mot "loisir" ne vient que complémenter tous les hasards de la vie ou irrégularités au travail, en fait c'est une thérapie et je place la lutte comme chef de file de tous les sports et divertissements qui est abordable dans ce monde.

 

Pourquoi?

 

          Il y a beaucoup de lutteurs qui avec leurs femmes travaillent certains aspects de la vie quotidienne dans une salle de lutte, comme par exemple, l'affirmation, la gêne, le travail de soi, éplucher son personnage, un défoulement hors pair pour plusieurs.  Donc en revenant un peu à l'arrière sur mon texte, pourquoi empêcher son conjoint de lutter, d'être maître de sa vie pour le tiers de celle-ci.

 

Êtes-vous jalouses? 

 

          Avez-vous peur qu'il vous change pour une autre?  Placez vous au même stade que lui et prenez votre place dans la fédération et ce de façon positive.  Trouvez vous plus ça normal, que votre mari après son travail brûle son chèque de paie le jeudi à la taverne du coin en idolâtrant une machine à poker et en prenant trois ou quatre grosses bières ou bien qu'il se renferme à la maison dans ses pantoufles après le travail à regarder les romans le soir.  Je vous le dis mes chères dames, n'essayez pas cette dernière formule car dans la majorité des cas, vous allez vous ramasser seule et dans pas long car nous les lutteurs ou ceux qui y ont goûtés sommes des dépendants.  Votre chum va se lasser de votre ligne de vie que vous lui dictez et  vous allez le perdre et ça peu importe votre niveau social de vie.  Je ne changerais pas de vie avec un de mes voisins qui travaille dans une usine à 20$ / heure.  J'en étais un oui, un travailleur d'Alcan Jonquière et j'étais aussi malheureux qu'un bloc d'aluminium dans la semaine de minuit à huit.  J'y ai connu aussi une fille millionnaire à Hambourg en Allemagne en 1987.  Elle me voulait tout à elle 24 heures par jour dans sa maison, plus de lutte. 

 

"Oublie le Canada, je te veux!!"

 

Surtout que je l'ai connu à la lutte.  Je me suis vite déguiser en courant d'air et je l'ai refilé à un autre indien mais d'Argentine celui-ci.  Il n'a jamais relutté et personne d'autres dans la lutte n'a eu de nouvelles de lui.

 

          Je regarde dans ma cour, dans la C.C.W, savez-vous que le lutteur Tom Lessiak qui demeurait à Ottawa a été premier choix pour l'équipe de football local soit les Roughriders d'Ottawa de la Ligue Canadienne de Football et que les Steelers de Pittsburg avait un oeil dessus.  Hey bien il a connu une poupée dans cette ville et s'en est amouraché; malheureusement celle-ci détestait le football et l'année suivante Tom Lessiak a fui le camp d'entraînement pour cette fille.  Six mois plus tard, il ne jouait plus, l'équipe ayant fait une croix dessus et quelques temps après, elle s'est lassée de lui et elle est partie. 

 

          André Bergeron de Jonquière, le plus grand talent que j'ai connu.  Dino Bravo trippait sur lui; lui aussi a vécu semblable histoire et aujourd'hui à 32 ans il végète à Jonquière.  J'en reparlerai dans une prochaine chronique de ces talents fous tels André Bergeron, Sheik Ali et autres qui ont tous manqué dans ces années passées alors qu'il y avait plein d'ouvertures. 

 

          C'est la mème chose pour les filles qui aiment la lutte; ma fille Mélissa 14 ans adore la lutte et est souvent présente à mes galas.  Elle veut faire une gérante et elle a tout à part le micro mais là dessus, nous avons des bons professeurs.  Jamais je n'ai voulu lui en empêcher et d'ailleurs elle regarde vers les lutteurs et autres qui ont un physique. J'aime mieux la voir autour d'un jeune lutteur ou dans une salle de lutte que dans une arcade avec un pusher.

 

          Même du côté des filles, c'est bien de rechercher des "chums" qui ont les mèmes valeurs et mêmes buts.  Ceux qui n'aiment pas la lutte et qui sont maigres, Mélissa les repoussent.  Même chose pour mes garçons.  Ils sont dans le gym deux heures par jour, ne fument pas, ne boivent que très rarement, surveillant leur alimentation et ils ont de bon emplois tous les deux donc dans la vraie vie c'est qui s'assemble se ressemble; ils ne prendront pas une fille sur le bien-être qui déteste la lutte, l'entraînement, qui fume un paquet de cigarettes par jour et qui se nourrit du McDo.  Ça pas de logique car les affinités n'y y sont pas.  Ils l'ont essayé OUI et ça n'a pas marché.  Donc les conjointes faites votre effort dans l'implication, demandez au promoteur à avoir une charge ou une responsabilité dans l'organisation de votre chum et si votre loisir préféré est d'aller danser dans les discos, allez-y après la lutte et si c'est le cinéma ou autre, prenez donc le dimanche soir comme tableau de chasse, y a t-il un soir plus monotone que le dimanche soir.  C'est dont beau une belle harmonie de couple.

 

          Je voudrais souhaiter bonne vacances à tous les amateurs et lecteurs de chroniques de lutte.  Chez nous à la C.C.W, on ne prend pas de vacances, on lutte!

 

    Bonne semaine,

    Sunny War Cloud

   

 

@ Tous droits réservés. Les chroniques de Sunny War Cloud ne peuvent être reproduites entièrement ou partiellement sans obtention de l'autorisation écrite de l'auteur.

 

Accueil - Nouvelles - Biographie - Galerie photo -

"Sous la tente" - Liens suggérés - @